« Avengers : Infinity War » et le mythe de la surpopulation

Le projet maléfique du super-vilain de la dernière production de Marvel fait écho aux craintes écologistes concernant la surpopulation et l’épuisement des ressources.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
avengers

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« Avengers : Infinity War » et le mythe de la surpopulation

Publié le 6 mai 2018
- A +

Par Alexander C. R. Hammond, depuis les États-Unis.

En ayant pulvérisé des records au box-office le week-end dernier, Avengers : Infinity War est déjà l’un des plus gros cartons d’Hollywood. Le film met en scène une équipe de super-héros confrontée à un super-vilain titanesque nommé Thanos. Le projet de Thanos ? Tuer la moitié de l’univers par crainte d’une surpopulation et d’une insuffisance de ressources.

Cela sonne comme un projet fou qui ne peut provenir que d’un super-vilain totalement démoniaque de comics. Pourtant ce n’est pas très éloigné des préoccupations des écologistes du monde réel qui propagent des peurs insensées au sujet des dangers de la surpopulation.

Avengers : Infinity War est le dernier-né d’une franchise de 18 films et de 10 ans de travaux des Studios Marvel. Le film raconte l’histoire de nombreux héros qui unissent leurs forces pour empêcher Thanos, l’ennemi suprême de la MCU, de rassembler les six « pierres d’infinité ». Si Thanos prend possession de ces pierres, il peut atteindre son but ultime : la destruction de « la moitié de toute vie dans l’univers ».

Thanos a la conviction que les ressources sont limitées dans l’univers – une idée tout bonnement saugrenue si on considère que l’univers est infini. Aussi, si la croissance démographique n’est pas maîtrisée, l’augmentation de la demande de ressources entraînera inévitablement la ruine pour tout le monde. Dans l’esprit de Thanos, réduire de moitié la population de l’univers est « non pas une désolation, mais le salut », car il s’agit d’éviter la famine et la pauvreté. La prémisse est erronée, mais il est frappant de voir combien de personnes ici sur Terre la partagent.

Thanos et Paul Ehrlich, même combat

Les préoccupations de Thanos sont identiques à celles du professeur Paul Ehrlich de Stanford, dont le célèbre best-seller de 1968, The Population Bomb, prédisait qu’une croissance démographique rapide entraînerait une demande des ressources limitées de la Terre supérieure à l’offre, ce qui conduirait à l’effondrement de la civilisation. Aujourd’hui encore, Ehrlich continue de faire des prédictions apocalyptiques et, aujourd’hui encore, la réalité continue de lui prouver qu’il a tort.

Le mois dernier, Ehrlich déclarait que « l’effondrement de la civilisation est une quasi-certitude dans les décennies à venir ». Dans une interview accordée en 1979, Ehrlich prédisait déjà que « dans les 15 prochaines années, ce sera la fin – et par « fin », je veux dire un effondrement total des capacités de la planète à soutenir l’humanité ». Plus drôle encore, alors que j’écris ce billet depuis un petit café du centre de Londres, est son affirmation de 1969 selon laquelle il était « prêt à parier que l’Angleterre n’existerait plus en l’an 2000 ».

Ce qui est moins drôle en revanche, ce sont les politiques néfastes qui ont été mises en œuvre dans la réalité à cause des mauvais présages d’Ehrlich. Certes, aucune politique n’a encore été à la hauteur du plan de Thanos visant à exterminer directement la moitié de la population. Mais comme l’a noté Chelsea Follett :

Les jérémiades d’Ehrlich ont conduit à des violations des droits de l’homme dans le monde entier, notamment des millions de stérilisations forcées au Mexique, en Bolivie, au Pérou, en Indonésie, au Bangladesh et en Inde, ainsi que la politique draconienne de la Chine de l’enfant unique. En 1975, des agents de l’État ont stérilisé 8 millions d’hommes et de femmes, uniquement en Inde… Pour mettre les choses en perspective, l’Allemagne d’Hitler a stérilisé de force entre 300.000 et 400.000 personnes.

Depuis qu’Ehrlich a écrit The Population Bomb en 1968, la population mondiale a plus que doublé, passant de 3,5 milliards à 7,5 milliards. Depuis 1968, les famines ont quasiment disparu en dehors des zones de guerre et la consommation quotidienne de calories par habitant a augmenté de plus de 30%. En Asie, la région qui consommait le moins de calories en 1968 et dont la population a connu la plus forte croissance depuis, l’apport en calories a augmenté de 40%, soit plus rapidement que la moyenne mondiale. Depuis 1990, le nombre total de personnes souffrant de la faim dans le monde a diminué de 216 millions, bien que la population ait augmenté de plus de 1,9 milliard.

Le « super-pouvoir » de l’être humain : son ingéniosité

Certains diront peut-être que ces évolutions réjouissantes ne répondent pas à l’argument principal de Thanos et d’Ehrlich : les progrès devront cesser un jour ou l’autre, car nous finirons par manquer de ressources. Le fait de passer à côté des controverses sur l’épuisement des ressources est une chose capitale : l’ingéniosité humaine.

Julian Simon, économiste de l’Université du Maryland, a fait remarquer dans son ouvrage de 1981 que le cerveau humain est la « ressource ultime ». Les êtres humains ont la faculté d’innover en vue d’être plus efficients, d’augmenter l’offre et de développer des substituts, ce qui leur permet de s’extraire de la pénurie.

Les nouvelles technologies et les méthodes agricoles avancées ont conduit l’humanité à exploiter moins de terres, tout en produisant davantage de nourriture, vendue à un prix plus bas. En 2013, le monde a utilisé 26 millions d’hectares de terres agricoles de moins qu’au tournant du millénaire. Prenons l’exemple des céréales : aujourd’hui, un hectare produit en moyenne 118% de plus de rendement qu’il y a 50 ans. Si tous les agriculteurs pouvaient atteindre la productivité d’un agriculteur américain moyen, le monde pourrait rendre à la nature une masse terrestre de la taille de l’Inde.

Concernant la rareté des ressources dont dépend notre monde moderne, considérez les combustibles fossiles. Grâce à l’amélioration des technologies de détection et de forage, les réserves de pétrole et de gaz sont désormais beaucoup plus importantes que jamais. Depuis 1980, les réserves prouvées de pétrole ont augmenté de plus de 151% ; pour le gaz, ce chiffre est de 163%. Pour mettre ces données en perspective, en 2015, nous avons utilisé 34 milliards de barils de pétrole brut, tandis que nous avons découvert 53,2 milliards de barils supplémentaires chaque année entre 2010 et 2015.

Nous avons résolu les problèmes de la faim, de la pauvreté, de l’analphabétisme, de nombreuses maladies, de la mortalité infantile, de la production alimentaire… et davantage encore, à un rythme sans précédent. Et au lieu de se raréfier, les ressources naturelles connaissent en fait une baisse de prix.

Si vous allez voir Avengers : Infinity War ces jours-ci, profitez du spectacle offert par l’un des plus gros blockbusters de tous les temps. Mais souvenez-vous d’une chose : les craintes de surpopulation de Thanos ne sont pas légitimes et sont aussi fictives que le personnage lui-même. L’humanité continue de prospérer.


Sur le web. Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Pour plus de détails, lire l’article de Marian Tupy : L’humanité crée davantage de richesses qu’elle ne consomme de ressources.

Voir les commentaires (26)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (26)
  • Si je peux me permettre de vous inciter à une petite réflexion utopique:
    Un monde authentiquement libéral ne serait-il pas le parfait antidote à cette surpopulation qui me paraît n’être qu’un effet pervers du socialisme?

    • non, aucun lien entre « sur »-population et socialisme. La natalité suit simplement la mortalité : un taux de mortalité (surtout en bas âge) élevé a de tout temps été suivi d’un taux de natalité élevé. Les pays qui ont réglé le problème de mortalité passent dans une étape de « transition démographique », qui voit une forte baisse de la mortalité mais pas encore d’impact sur la natalité. Puis, dans une 2e phase, la natalité s’adapte et baisse à son tour.
      Le socialisme n’a pas d’effet sur ce phénomène, la seule situation dans laquelle il en a effectivement eu, ça a été en Chine, et pour forcer l’entrée dans la dernière phase de la transition démographique. Et à ce niveau ce ne sont pas les théories socialistes qui sont entrées en jeu.
      Dernier point : cette transition démographique s’est produite dans tous les pays développés du monde, et est en cours dans les autres. D’un point de vue empirique il s’agit d’un phénomène parfaitement naturel.

      • Comme dans toutes les espèces animales, la démographie est pilotée par l’aval au rythme de la disponibilité des ressources vitales. L’influence du socialisme est double. Dans un premier temps, la redistribution des ressources par confiscation généralisée amplifie la fécondité (et le flux immigratoire): puisque c’est l’Etat qui paye tout, on peut proliférer à gogo.
        Au bout de quelques décennies, quand on a tout confisqué à ceux qui sont capables de produire, la pompe-clapier se désamorce, les ressources s’amenuisent, la famine, les épidémies et la guerre civile résolvent très naturellement et brutalement le problème.
        C’est dommage de ne pas avoir réfléchi avant.

      • Pour ne prendre que le cas de l’Egypte :

        1900 9 millions d’âmes.
        2017 95 millions d’habitants ! (Ceci n’est pas une fiction )

        Soit un facteur 10 en un siècle. Si la France avait suivi la même croissance démographique, il y aurait aujourd’hui 400 millions d’habitants !

        Soit, mais l’on comprend très vite qu’il serait impossible de nourrir une telle population en France.

        Mais alors, comment fonctionne le miracle égyptien ? Depuis 1945 et ensuite avec Nasser, et jusqu’à maintenant, l’Égypte est sous une avalanche de blés tantôt soviétiques, tantôt américains, et la démographie est passée d’un accroissement naturel de 1,2% avant 1940 à un accroissement surnaturel de plus de 2,2% depuis 1945 à aujourd’hui ! Comme quoi le Socialisme associé à la manne tombant du ciel peut-être un facteur de croissance vertigineux.

        • Où comment on soutient artificiellement la croissance démographique.

          «…
          En effet, face à un contexte économique marqué par une forte inflation (40 % de hausse du prix des denrées alimentaires et des boissons en février) qui pèse sur leur pouvoir d’achat, de plus en plus d’Egyptiens misent sur le pain Subventionné par le Gouvernement pour satisfaire leur besoin quotidien.

          Des réserves qui, selon certains experts, devront être accrus dans la mesure où la consommation est prévue pour atteindre 19,4 millions de tonnes d’ici la fin de la saison 2016/2017, d’après les prévisions du Département américain pour l’agriculture (USDA).

          Pour rappel, l’Egypte est le plus Gros Importateur de Blé de la Planète ! Le pays devrait produire 8 millions de tonnes de la céréale cette année selon l’USDA.»

          https://www.agenceecofin.com/cereales/1703-45789-egypte-les-importations-de-ble-atteignent-des-niveaux-record

  • de temps en temps les écologistes ont raison en quelque sorte..
    MAIS..la vérité leur a été révélée..les faits sont secondaires.
    croyez vous qu’Erlich a honte?
    Il fait partie de cette caste qui se pense investit du droit de gouverner aux hommes. Devant les énormités que peuvent me débiter des gens pourtant éduques et par ailleurs fervents défenseurs déclarés des droits de l’homme je reste parfois baba…

    la magie du verbe…je milite chez greenpeace ergo je défends l’environnement …

    • Non seulement Ehrlich n’a aucune honte, mais il continue à clamer les mêmes sottises malgré le cinglant démenti infligé par la réalité!
      Quant à Greepeace son fondateur en a démissionné il y a longtemps car cette ONG est devenue criminelle en s’opposant au riz doré qui permettrait de sauver plus de 250.000 enfants qu’une carence en vitamine A condamne à la cécité et à la mort, et qui affectent 250 millions d’enfants dans le monde selon l’OMS. C’est proprement criminel. Logiquement cette ONG devrait être interdite pour crime contre l’humanité. On comprend pourquoi Patrick Moore a démissionné de cette association devenue une secte de fanatiques misanthropes.

  • Il y a effectivement une surpopulation dans le monde et surtout en France mais elle concerne avant tout les extrémistes ECOLO

  • Sans faire de cosmologie poussée, l’univers observable à une masse finie, tout ce qui ne fait pas partie de notre univers observable ne nous est pas accessible et n’a pas d’interaction avec nous du fait de la limite de la vitesse de la lumière.

    Cette masse finie a été calculée, on appelle cela la masse baryonique, on soupçonne l’exitense de matière noire, d’énergie noire qui viennent compliquer le tableau, mais restons sur cette masse baryonique.

    Au taux actuel de croissance de la population mondiale soit 1,1 % par an, il faudrait 8600 ans pour que la masse de l’humanité atteigne la masse de tout l’univers observable, donc Thanos n’a pas tout faux 😉

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Masse_de_l%27Univers
    https://bmcpublichealth.biomedcentral.com/articles/10.1186/1471-2458-12-439

    Pour ceux qui maitrisent les logarithmes le calcul est vite fait.

    • Le problème ne relève ni des logarithmes, ni de la masse baryonique, mais de la démographie. Tous les peuples du monde sont passés ou passent par la transition démographique. Dès lors, ils passent d’un équilibre haut avec fortes mortalités (surtout infantile) et natalité à un équilibre bas avec faible natalité et quasi éradication de la mortalité infantile. La forte croissance démographique se réalise seulement pendant la phase de transition. En 1975, les calculs indiquaient qu’on atteindrait 7,5 milliards d’êtres humains en 2000, alors qu’on avait atteint 6 milliards. Actuellement, le ralentissement de la croissance est tel que la stabilisation de la population se fera entre 9 et 10 milliards en 2050. La surpopulation est un mythe.

      • J’ai retrouvé la vidéo du calcul.

        https://youtu.be/lpj0E0a0mlU

        Rouméliote, je suis dans l’anecdote et le sujet de l’article est sur la science-fiction, ne vois aucune implication politique ou démographique dans mon intervention.

      • Très juste! Les démographes l’ont prévu. Plus une population est prospère, plus sa natalité baisse. Tous les pays occidentaux sont en dessous de 2%.

    • 75% de la matière de l’univers est inconnue et de ce fait qualifiée de matière noire!

  • Nous avons déjà eu ce genre de prévisions de la part de Paul Ehrlich et Marian Tupy en 1968 qui annonçaient de terribles famines pour 1970: La lutte pour nourrir toute l’humanité est perdue. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de faim, malgré tous les programmes d’urgence lancés aujourd’hui. Il est trop tard pour empêcher une augmentation substantielle du taux de mortalité dans le monde.
    Le défaut des prévisions catastrophiques est que personne n’a une idée de la sustainabilité de la Planète et de ses limites. Celles qu’ils annoncent sont purement arbitraires, choisies en fonction de leur idéologie. Elles traduisent surtout leur ignorance. Question agriculture en particulier, ils dénoncent le manque de terres arables. Ce qui est archi faux. En France, les campagnes sont en friches par rapport à l’avant guerre, car abandonnées par la fermeture des fermes. La couverture forestière ne cesse de croître. La surface cultivée ne cesse de se rétrécir. Ailleurs ce sont les méthodes de cultures qui sont archaïques. L’Afrique en est encore à l’agriculture de subsistance. La Bulgarie, la Roumanie et les pays de l’ex URSS sont sous exploitées, comme l’Asie. 2,5 milliards de petits agriculteurs cultivent encore 60 % des terres arables mondiales. La Terre peut facilement nourrir 10 milliards d’habitants. La seule ressource véritablement épuisée, les vieux pêcheurs en témoignent, est celle des océans vidés de leurs poissons car certains pays ne respectent pas les limitations, surtout en Asie tel le Japon, la Corée et la Chine, dont les flottes de pêche écument les océans du monde entier. D’ici peu ils seront dépourvus de tout poisson comestible, et infestés de méduses.

    • Certes, si on ne pense qu’à bouffer, l’avenir est rose, le progrès technologique pouvant probablement gaver 50 milliards d’individus. Mais si on a l’outrecuidance comme moi de vouloir s’ébattre sans passer son temps à se cogner contre une marée humaine, alors la surpopulation, nous sommes déjà en plein dedans.

      • En ville vous êtes inévitablement dedans, mais même en France vous avez de nombreux endroits où vous pouvez vous ébattre en solitaire!

        • En ce moment même, je suis en France, je vois environ 3 km2 de plage de sable ensoleillée par ma porte-fenêtre ouverte sur la dune, il y a en tout et pour tout un groupe de 4 personnes à environ 1km qui s’amusent au bord de l’eau sans que je les entende. Revers de la médaille, ou cause peut-être : c’est la croix et la bannière pour faire marcher internet, la page met 5 minutes à s’afficher et je ne suis jamais sûr que mes commentaires vont bien partir, quant au mobile, il faut faire des recherches sur 500 m minimum pour trouver un point où ça capte.

      • Au passage, si vous estimez que c’est réellement un problème qui nécessite une solution drastique vous avez un moyen très simple d’agir à votre niveau. Mais merci de ne l’appliquer que pour vous et de laisser les autres en dehors de votre délire.

  • Hasard du calendrier, hier, était diffusé « l’armée des 12 singes » de Terry Gilliam sur le même sujet.
    Un film à conseiller.

  • Juste avant de lire cet article, je lisait sur le monde l artcile sur l epuisement de la ressource en eau en inde. Comme le monde est un journal bien pensant, ils ont evidement pas ecrit qu avec une pooulation qui a doublee en moins de 50 ans, c est pas etonnant

    Que l homme puisse s adapter est une chose. Que l ingeniosite humaine permette des gains de productivite est evident. Par contre l auteur oublie quelques details genants:

    1) pour l instant il n y a que la terre ou nous pouvons habiter. On peut certes augmenter la densite (mais pas partout, qui va aller habiter en antartique ou au Sahara ?) mais est ce vraiment souhaitable de transformer la France en Bangladesh ou on se marche dessus ? Probleme subsidiaire, quand l humain se trouve a l etroit sur son territoire, il a tendance a aller envahir celui du voisin 🙁

    2) l augmentation de la population, c est une exponentielle. c est pour ca qu il y avait 1.5 milliards d habitants il y a un sciecle et qu on est plus de 7. si rien ne change on sera 50 milliards (calcul a la louche) dans 100 ans

    3) pour augmenter la productivite comme l ecrit l auteur, il faut une population eduquee. Pas facile si vous devez consacrer deja toutes vos ressources a simplement les nourrir

    4) une partie des gains de productivite signales par l auteur sont dus a la consommation de ressources qui ne se renouvellent pas (par ex remplacer le cheval par le tracteur a permit d exploser la productivite, mais le petrole n est pas renouvellable. on fera peut etre un jour des tracteurs electrique mais c est pas gagne). Autre Probleme: les rendement decroissant. les innovations faciles sont deja faites. Il faut plus de ressources pour faire juste un peu mieux (par ex faire une voiture qui roule jusqu a 20 km/h est facile. en faire une qui aille a 100 est plus complique, en faire une qui omnte a 200 est nettement plus complexe)

    • Les pays riches ont aussi leurs problèmes de surpopulation, ils ont pour conséquences : augmentation du prix des loyers, vignette crit’air, restrictions multiples de libertés individuelles,…

  • Thanos est le petit nom de Thanatos, donc La Mort.
    Ce que nous propose le film est moins une tentation politique digne de Malthus qu’une conséquence probable de nos excès, à l’insu de notre plein gré.
    A part cette maigre parabole, et quelques clins d’oeil (comme le géant Vulcain joué par un acteur nain) le film est assez pénible et long à regarder…
    Pour ceux qui pensent que tout va bien dans le meilleur des mondes, qu’ils soient rassurés : quelques indices dans et hors films suggèrent que le fantasme de Thanos ne s’est pas matérialisé et qu’il est peut être en train de rêver…

  • Certains s’inquiètent d’une surpopulation à venir ; mais paradoxalement, ce sont les mêmes qui craignent une dépopulation.

    La raison en est que la baisse démographique ne fait pas l’affaire de l’État. L’Allemagne comme la Russie et beaucoup de pays européens, sont dans une période de baisse démographique. Mais en conservant le même régime de cotisation des retraites, les actifs deviennent moins nombreux que les retraités, malades et chômeurs indemnisés. Dans un système de retraite par répartition, la balance négative des actifs est à terme intenable.

    Conséquence, c’est la panique à bord du sous-marin l’État.
    D’où le génie de Merkel et cie, de faire débarquer sur le Titanic Europe, un maximum de réfugiés, par millions de préférence, qui combleront le manque d’actifs, à fin de remplir à nouveau les caisses d’assurances.

    De plus, c’est nouveaux immigrés venant de zones désertiques sont assoiffés de consommations, contrairement à nos citoyens repus et déjà nombreux en voie de résilience. Donc finalement, l’État voit d’un très bon oeil ces réfugiés-immigrés qui débarquent par villages entier, se ruant dans nos super-marchés et gonflant les caisses de la Tva.

    Pour faciliter ce projet de migration massive, il est même prévu la construction d’un tunnel sous le détroit de Gibraltar.
    «It would be a twin rail tunnel with a service tunnel between and is projected to carry 9m (millions) passengers in the first year, rising to 11m after 10 years. It could also carry 8m tonnes of goods in 2025.»
    https://www.theguardian.com/world/2006/oct/20/spain.travelnews

    • Certes, lorsque le ratio (population active/population pensionnée) diminue, on s’aperçoit que la retraite par répartition n’est que de la cavalerie (schéma de Ponzi comme on dit aujourd’hui). Pour retarder l’échéance du désastre on préconise des politiques natalistes ou immigrationnistes en oubliant que si la population diminue, la part immobilière de chaque héritier augmentera, compensant in fine par de vrais gains en m² des pensions en monnaies de singe ($ ou €).

  • Indépendemment qu’Ehrlich ait tort ou raison, ce qui importe est l’impact culturel, la trace cognitive qu’il a laissé sur plusieurs générations d’intellectuels, d’universitaires et de politiques, et particulièrement aux Usa. La bombe P est un ouvrage essentiel dans le background des intellectuels en occident. L’impact a été le plus souvent négatif. Il suffit de parler autour de soi : la crainte de la surpopulation est une idée qui domine largement celle de la théorie de la ‘transition démographique’.

    Cette vision est dominante aux Usa et imprègne toutes les générations et toutes les classes sociales et forcément les politiciens.
    Depuis la seconde guerre mondiale, sous la pressions des think tanks anglo-saxon, les politiques de contrôle des naissances se multiplient dans le monde. Planning familial, pilule, avortements, stérilisations forcées, empoisonnement, eugénisme, épidémies, famines, guerres, migrations, font partie de l’arsenal de contrôle des populations par les gouvernements.

    On peut également y rajouter la production de propagande dont font partie les films catastrophes fiction de type malthusiens. (Soleil vert de Richard Fleischer 1973)

    La théorie de la ‘transition démographique’ souffre de beaucoup d’imperfections. Ce modèle est calqué sur un siècle d’économie industrielle occidentale et ne tient pas compte des variables culturelles. Le cas de l’Egypte de l’Algérie ou de la Turquie démontre que ce modèle ne prend pas en compte les éléments ethno-religieux et idéologiques. (Voir plus haut, le commentaire sur l’histoire délirante de la démographie égyptienne.)

    L’impact des migrations est rarement pris en compte dans le modèle de ‘transition démographique’. Or il est essentiel, puisque l’apport massif d’une jeunesse testostéronée à bloc, dont les regards s’orientent viscéralement vers les femmes esseulées par notre économie en éternelle stagflation, relance le taux d’accroissement de la nouvelle population.

    Il y aurait baucoup à dire sur cette ‘transition démographique’ sortie toute droite de la fable de Francis Fukuyama et sa ‘Fin de l’Histoire’.

    Tous ceci pour dire que les démographes patentés et salariés de l’État parlent toujours à posteriori et que leurs prédictions ne valent pas plus que celles de madame Soleil.

  • Au passage, félicitation pour votre Blog et le forum. J’y trouve enfin le plaisir de lire des articles et des commentaires de gens instruits et apportant un enrichissement aux idées.

    Question : comment corriger les publications que l’on poste au forum ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Dans la mythologie grecque, Cassandre était la prêtresse troyenne qui avait reçu la malédiction de prononcer de vraies prophéties, mais de ne jamais être crue.

L'environnementalisme idéologique comporte une cohorte de Cassandre inversées : ils font de fausses prophéties qui sont largement crues. Le biologiste de Stanford Paul Ehrlich, dans son classique de 1968, The Population Bomb, a prophétisé :

"La bataille pour nourrir toute l'humanité est terminée. Dans les années 1970, des centaines de millions de personnes mourront de fai... Poursuivre la lecture

Nous y sommes ! Après une campagne pleine de rebondissements et d’un suspense encore jamais vu sous la Cinquième République, notre cher président a - enfin ! - été réélu face à l’ignoble menace fasciste !

Si vous avez lu cette première phrase au premier degré, désolé pour vous. Il était temps que cela prenne fin. Après une campagne d’un ennui sublimé par l’insipide débat de mercredi, Emmanuel Macron a été réélu à près de 58 % des voix face à une candidate piteuse qui a encore une fois été incapable de rassurer sur sa stature présidenti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles