Relire Marcel Pagnol…

Les pages de Pagnol sont des pages d’histoire, mais aussi des pages de réflexion sur ce qu’est la vie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
The little world of Marcel Pagnol by Alexandre Roschewitz(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Relire Marcel Pagnol…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 6 mai 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Marcel Pagnol est un écrivain à redécouvrir et à relire. Il nous a laissé des films grandioses qui comptent parmi les meilleurs du cinéma français, comme la trilogie marseillaise ; et des films issus de ses œuvres, comme ceux qu’Yves Robert a tournés au cours des années 1990.

Mais Pagnol, c’est d’abord un écrivain. Le Temps des secrets et Le Temps des amours terminent ses mémoires et complètent La Gloire de mon père et Le château de ma mère. Le quatrième volume ayant été publié de façon posthume. On y poursuit la vie marseillaise du garçon, son entrée au lycée (que l’on appelle désormais collège), la découverte de l’amour et les grandes amitiés.

Pagnol écrit avec une langue simple, sobre, et maîtrisée. Les passés simples et les subjonctifs sont toujours à propos, et il a le sens de la formule, des phrases et des tournures.

Il sait d’abord raconter des histoires ; et de ces histoires simples se dessine une philosophie de la vie. Entre Le Château de ma mère et Le Temps des secrets on voit Marcel et Lili grandir. Fini le temps des jeux innocents dans la colline. Lili, à peine dix ans, est désormais en âge de travailler et son père l’embauche pour les travaux des champs : moissonner le blé, ramasser les olives, faire les bocaux. Nous sommes dans les années 1900 et les enfants travaillent, parce que la machine ne les a pas encore remplacés. Ce n’était pourtant pas il n’y a pas si longtemps, mais c’est toute une civilisation qui a changé depuis.

Pour se rendre de Marseille, où ils habitent, à La Treille, non loin d’Aubagne, leur mas de vacances, les Pagnol mettent plus de quatre heures, en tramway, puis à pied. Aujourd’hui, il faut à peine trente minutes de voiture. Le Garlaban d’Aubagne est toujours là, mais il n’est plus couronné de chèvres et les chevriers ont disparu. Une autre civilisation a émergé, en une vie humaine, ce qui ne s’était jamais vu.

Les professeurs liront les pages consacrées au lycée de Marcel non sans une certaine nostalgie. Cela donne la photographie d’une époque où l’école fonctionnait. Classes de garçons et classes de filles, ordre et discipline, latin, français, histoire et mathématiques ; ce qui n’empêche pas les blagues, les retenues et les blâmes. Les enfants, malgré tout, restent des enfants.

En filigrane, Pagnol dessine l’impasse de l’idéologie républicaine militante de son père. Lui seul semble encore croire à sa fonction de hussard de la République. L’anticléricalisme est à la mode, mais ce n’est pas la religion politique de substitution qu’il promeut qui pourra nourrir l’esprit de ces enfants. Joseph Pagnol et l’oncle Jules, qui va à la messe, se taquinent. Dans les romans de Pagnol, la politique n’est jamais poussée à bout ; elle se devine, mais n’est pas la trame des romans, bien que l’époque en fût chargée et tumultueuse. C’est aussi pour cela que tout le monde peut lire ses romans et y retrouver une part de lui-même, car ils évitent de fracturer une société française bien fragile.

Pagnol a le génie des mots et des phrases et sa prose coule aussi prestement que l’eau claire de ses montagnes. Il a réussi à parler d’un lieu, Marseille et les collines d’Aubagne, et d’un homme, lui quand il était enfant, mais de le faire de telle façon que ce lieu et cet enfant deviennent universels et parlent au cœur de chaque homme. Ce ne sont pas des romans régionalistes dans ce qu’ils ont de fermé et d’étriqué, mais des romans qui puisent leurs sources dans un lieu pour irriguer la littérature universelle. Les pages de Pagnol sont des pages d’histoire, mais aussi des pages de réflexion sur ce qu’est la vie.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Encore une fois le regret de n’avoir pas de bouton +1 pour mettre à l’article lui-même.

    • Certes mais en même temps c’est peut-être le signe d’une certaine sagesse éditoriale que de ne pas solliciter des suffrages admiratifs quand on sait que les interventions les plus judicieuses et subtiles sont rarement appréciées à leur juste valeur comme on le voit par exemple dans les commentaires.

  • si vous aimez la trilogie de Marcel Pagnol, vous apprécierez probablement Maurin des Maures de Jean Aicard, tout ce que vous avez si bien écrit sur Pagnol s’applique à lui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
lectures libérales
2
Sauvegarder cet article

En ces temps de fêtes, voici quelques propositions de lectures libérales.

La Geste Covide ou Tapestrie de Greux

Le « fasciculum primus » de la Geste Covide ou Tapestrie de Greux (42 p.), écrite et mise en images par le Sire du Mesme (auteur anonyme) est le premier volume d’un recueil hilarant, relatant, je cite, les « divagations d’un enlumineur enconfiné » qui vous « narrera de navrante façon, avec force grotesque, ces tems covides de lamentations ».

Cette excellente petite bande dessinée porte un regard satirique sur la lutte ... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu. Un article de l'Iref-Europe

Par son livre paru le 4 mai 2021, Steven Koonin est le nouveau saint Éloi. C’est un professeur de physique américain, spécialiste des modèles informatiques du climat. Il fut nommé par Barack Obama sous-secrétaire à la science au Département de l’énergie des États-Unis et à ce titre fut l’auteur principal du plan stratégique de ce ministère en 2011.

Son livre est intitulé : « Non établi ? », avec le sous-titre « Ce que la science du climat nous dit, ce qu’elle ne dit pas, et pourquoi... Poursuivre la lecture

Capitalisme et liberté
0
Sauvegarder cet article

 Par Le Minarchiste.

Comme le titre le laisse présager, Capitalisme et liberté, ce livre se veut une défense du capitalisme sous l’angle de la liberté individuelle.

Le premier chapitre démontre à quel point la liberté économique et la liberté politique sont connectées. Friedman reprend ici certains des arguments de Hayek dans La Route de la Servitude. Il y mentionne notamment que le marché est un mécanisme permettant la coopération volontaire sans obligation de conformité.

« Chaque personne peut voter pour la couleur de c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles