Inflation, déflation : où en est-on ?

Certains signes montrent qu’une récession approche. Cette fois, les banquiers centraux – la Fed en tête – en seront tenus pour directement responsables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Inflation, déflation : où en est-on ?

Publié le 29 avril 2018
- A +

Par Simone Wapler.

Si vous vous souvenez de notre « boussole de l’investisseur », savoir où nous en sommes de l’inflation et de la déflation est important pour vos placements.

Au début de l’automne 2017, certains signes sur les marchés financiers laissaient augurer pour certains d’un retour de l’inflation. Les taux longs aux États-Unis commençaient à remonter.

Aujourd’hui, six mois plus tard, la déflation serait plutôt à l’ordre du jour. Les taux longs ont à nouveau baissé, l’explication traditionnelle étant que les secousses sur les marchés actions ont à nouveau attiré les amateurs de sécurité vers le refuge dit ultime : les bons du Trésor américain.

Il est d’autant plus difficile de se situer que les banquiers centraux et autres grands planificateurs s’emploient à brouiller les signaux de prix. Mais, en dépit de cet interventionnisme, certains signes déplaisants commencent à apparaître.

L’aplatissement rapide de la courbe des taux des États-Unis nous indique depuis quelque temps que la reprise économique américaine pourrait ne pas aller si bien que cela.

Mais est-ce seulement possible tandis que l’optimisme des consommateurs et des entreprises est au plus haut et que l’indice manufacturier ISM fait une de ses très rares incursions au-dessus de 60 ?

Les optimistes ont connu leur instant gagnant. Ces données reflètent surtout une illusion de prospérité. Les marchés reniflent maintenant une puanteur provenant de la dette en décomposition. On dit que le poisson pourrit par la tête. Contrairement à ce qui s’est produit lors de la crise de 2008, cette fois je m’attends à ce que la Fed soit tenue pour responsable d’une autre crise de la dette. Ne vous attendez pas à ce que son indépendance y survive.

Albert Edwards, économiste, 29 mars 2018, « Are your nostrils finally filling with the sickly aroma of recession ? »1

La fabuleuse illusion de prospérité dans laquelle nous vivons n’a qu’une origine : la falsification du marché du crédit et le recours à la dette en quantité illimitée.

Voici sur ce graphique, l’évolution des actions comparées à celle de l’obligation à 10 ans du Trésor américain.

Comme vous pouvez le constater, l’expansion fabuleuse des actions coïncide avec la baisse continue des taux d’intérêt entamée en 1981.

À chaque récession ou velléité de correction, les taux d’intérêt ont été artificiellement abaissés.

Aujourd’hui, le système est en butée.

À la prochaine récession la marge de manoeuvre ne sera plus suffisante.

Nous irons côté ouest de notre boussole. Reste à savoir si nous explorerons le nord (dépression inflationniste) ou le sud (dépression et baisse généralisée des prix).

Prétendre le savoir serait vaniteux. On peut seulement émettre deux hypothèses.

En premier lieu, confrontées à « ne rien faire et laisser la dépression se produire » ou « faire quelque chose », les autorités choisissent toujours la deuxième voie.

En deuxième lieu, ce « faire quelque chose » se résume toujours aux vieilles ficelles : plus de création monétaire.

Enfin, comme le dit Albert Edwards, cette fois, les banquiers centraux seront tenus pour directement responsables. Ce qui signifiera la mort du système monétaire que nous connaissons – et il est improbable qu’il ressuscite en trois jours. Peut-être connaîtrons-nous la fin de l’économie des miracles.

Pour plus d’informations, c’est ici.

  1. The rapid flattening of the US yield curve has been telling us for some time that all might not be well with the US economic recovery. But how can that be with consumer and business optimism at extreme highs, and the US manufacturing ISM making one of its very rare forays above the heady 60 mark ? The optimists have had their day. This data merely reflects the illusion of prosperity. The markets are now sniffing out a rising stench from decaying debt. They say a fish rots from the head down. Unlike the 2008 financial crisis, this time I expect it is the Fed that will be held responsible for yet another debt crisis. Do not expect their independence to survive.
Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Graduations de gauche, une valeur absolue en échelle logarithmique.
    Graduations de droite, un intérêt annuel en pourcentage.
    On voudrait comparer des bananes et des oranges qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

  • « Enfin, comme le dit Albert Edwards, cette fois, les banquiers centraux seront tenus pour directement responsables. »

    Alors la, c’est pas sur du tout…
    Les politiciens n’ont jamais tort!!

  • Je vous le dit tout de go : c’est la hass !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

L’inflation est là, et prête à durer si rien n’est fait pour la contrer. Dans le même temps, l’action correctrice des Banques centrales ne doit pas engendrer ce que l’économiste Friedrich Hayek appelle une dépression secondaire, c’est-à-dire un second choc négatif à la crise présente, engendrant ainsi un processus cumulatif.

 

Les constats sur l'inflation

Posons un constat : l’inflation est monétaire principalement, c’est-à-dire qu’elle résulte d’un excès de création monétaire par rapport à la demande de monnaie, en même te... Poursuivre la lecture

Vous me connaissez peut-être déjà. Je suis un simple crayon de bois jaune. Je vous ai déjà raconté la merveille et l'étonnement de ma généalogie. Des mines du Sri Lanka aux forêts de Californie, ma lignée est tout sauf linéaire - il s'agit plutôt d'une collaboration mondiale complexe visant à réunir mes éléments constitutifs. J'espère que vous connaissez bien cette histoire et que vous n'avez pas besoin que je la répète ici aujourd'hui.

Mais j'ai réfléchi à une autre leçon qui pourrait vous intéresser. En repensant à toutes les mains q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles