L’économie américaine malade de ses dettes

L’économie américaine est loin d’être « forte comme un boeuf » comme le pensent certains.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Charging bull in New York vity by Sam valadi(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’économie américaine malade de ses dettes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 avril 2018
- A +

Par Bill Bonner.

L’économie américaine est loin d’être « forte comme un boeuf » comme le pense Peter Navarro. Le boeuf souffre en fait d’une anémie bien précise.

Hausse, baisse, hausse, baisse… Que faut-il en déduire ?

Les marchés boursiers sont dans le déni, luttent, ne sont pas tout à fait prêts à céder… pas tout à fait prêts à admettre que le marché haussier de 2009-2018 est terminé.

Bien entendu, il se peut que nous ayons tort. C’est souvent le cas. Mais vous êtes confronté à un gros risque : nous pourrions avoir raison.

L’économie américaine, forte comme un bœuf ?

Nous avons d’ailleurs connu un pic de confiance hier lorsque nous avons vu qui se trouvait de l’autre côté de la table : l’un des plus grands crétins du monde financier.

Oui, nous parlons du conseiller au Commerce de la Maison Blanche, Peter Navarro. Voici ce qu’en disait le WonkBlog Analysis :

Selon l’un des principaux conseillers de la Maison Blanche, Peter Navarro, le moment est bien choisi pour acheter des actions américaines. Lundi soir, après que le Dow a clôturé sur une baisse de plus de 450 points et un plongeon des technos, Navarro a encouragé les Américains à « acheter pendant les creux ».

« L’argent intelligent va certainement profiter du creux actuel pour acheter parce que l’économie est forte comme un bœuf’ », a dit Navarro sur CNBC.

« Le marché réagit d’une manière qui ne correspond pas à la vigueur, l’incroyable vigueur de l’économie du président Trump », a déclaré Navarro.

« Forte comme un bœuf », voilà qui semble positif. Mais cela ne décrit pas réellement l’économie américaine que nous voyons.

Une économie forte, c’est une économie où les gens gagnent plus d’argent, l’épargnent et l’investissent dans de nouvelles entreprises et de nouvelles activités, de manière à gagner encore plus.

Il ne se passe rien de tout ça actuellement.

Le taux d’épargne américain a récemment chuté à 2,5% – un de ses plus bas niveaux. Les dépenses de consommation sont étonnamment basses pour le troisième mois consécutif, les ménages ne pouvant plus ni emprunter ni gagner plus.

Les ventes finales – une jauge sans complaisance de la santé des consommateurs – ne croissent qu’au tiers de leur rythme durant les années 90.

Enfin, l’investissement réel dans de nouvelles usines et de nouveaux équipements est sur une pente baissière depuis 18 ans ; il est encore 28% inférieur à ce qu’il était à la fin du siècle dernier.

L’économie américaine, un bœuf malade

De nombreuses personnes, dont le président, semblent penser que nous vivons une sorte de boom. Sauf qu’il n’y en a pas la moindre preuve. Le taux de croissance du PIB US continue de ralentir et risque de passer en territoire négatif à tout moment.

En d’autres termes, nous commençons à avoir pitié du bœuf. Il a un sérieux problème de santé sur le long terme… et vous savez déjà ce que c’est, n’est-ce pas, cher lecteur ?

La pauvre bête doit perdre quelques kilos. Elle transporte 68 000 milliards de dollars de dettes. Elle lutte pour supporter tout ce poids supplémentaire alors que les autorités y ajoutent 100 milliards de dollars de plus chaque mois.

Le principal problème, avec cette hypothèse d’une économie « forte comme un bœuf », c’est que si elle était vraie, le conseil de M. Navarro – acheter durant les creux – pourrait être pire encore.

Le véritable danger, pour une économie aussi endettée, c’est la hausse des taux d’intérêt réels. Si (quand) les taux augmenteront, le malheureux bœuf verra son fardeau s’alourdir. Une simple augmentation d’1%, par exemple, ajoute 680 milliards de dollars aux frais annuels.

Si l’économie était vigoureuse, cela signifierait que les entreprises et les particuliers emprunteraient pour se développer, pour nourrir la croissance… et en profiter.

Mais la Fed a désormais changé de cap – le resserrement quantitatif plutôt que l’assouplissement quantitatif – et le crédit disponible pour le secteur privé se fait rare. C’est comme s’ils ne nourrissaient pas le bœuf tout en augmentant sa charge !

Sans la Fed pour ajouter des liquidités supplémentaires, les emprunteurs privés devront se battre avec les autorités pour mettre la main sur ce qu’ils trouvent. Naturellement, les taux d’intérêt vont grimper. Les actions vont chuter. Suite à quoi Navarro & co. pourront bien fouetter à tour de bras – le bœuf s’effondrera sur place.

Comme le résume l’économiste Richard Duncan :

La combinaison entre des déficits budgétaires de milliers de milliards de dollars par an et un resserrement quantitatif mettra la jauge de liquidités en territoire négatif record cette année. Cette année et l’année qui suit, la fuite de liquidités deviendra pire encore. Cela crée un environnement toxique pour les investisseurs. Seule une guerre commerciale pourrait empirer les choses.

Tiens, une guerre commerciale ? De qui est venue cette idée ? Du susmentionné Peter Navarro, bien entendu. Il faudrait vraiment que quelqu’un appelle la SPA.


Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • le jour ou l’Amérique s’écroulera , la paix sur terre renaîtra……

  • Si vous avez une dette de 10000 euros que vous ne parvenez pas à rembourser, vous avez un problème. Si la dette que vous ne parvenez pas à rembourser est de 10000 milliards, votre prêteur a un problème, pas vous.

  • B. Obama avait en bon socialiste doublé la dette américaine. D. Trump libère en supprimant des normes et des règlements par milliers les PME américaines, en diminuant les impôts des entreprises et des particuliers. L’emploi est à son plus haut niveau. Je ne sais pas comment la dette va se stabiliser, mais il y a là un vrai problème qui remonte à plusieurs décennies. Ceux qui ont prêté sont coincés aussi. Personne ne peut dire comment cela va tourner.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coluche en son temps nous proposa une histoire qui n’avait ni queue ni tête, ni début ni chute et dont on cherche encore le pourquoi du comment.

Curieusement, il se pourrait bien que quelques décennies plus tard, nous ayons enfin trouvé le candidat répondant au profil à moustache de la blague de Coluche. Il s’agit du banquier central, un mec qui nous raconte une histoire qu’on a du mal à comprendre puis dont on s’aperçoit qu’elle ne tient pas debout et qui semble se terminer en eau de boudin.

 

L’inflation est un miracl... Poursuivre la lecture

Le dollar poursuit son ascension inexorable face aux principales devises : depuis le début de l’année, il a augmenté de 20 % contre la livre, 16 % contre l’euro, 26 % contre le yen, 12 % contre le yuan et même contre le franc suisse depuis la décision de la Réserve Fédérale américaine de remonter les taux d’intérêt initiée en mars dernier.

Rien n’est moins mystérieux que cette appréciation continue de la devise américaine. À tous ceux qui l’avaient oublié, l’hégémonie du dollar est la conséquence de la domination de son marché financie... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles