Hacktivisme, fondamentaux hackers : ignorance et préjugés !

Qu’est-ce que l’hacktivisme ? Rappel des 6 principes de base qui le rend indispensable pour qui veut comprendre l’innovation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hacktivisme, fondamentaux hackers : ignorance et préjugés !

Publié le 14 avril 2018
- A +

Par Yannick Chatelain.
Un article de The Conversation

Si vous pensez que les hackers ne sont qu’une bande d’anarchistes prêts à tout mettre à feu et à sang parce que ça les amuse, vous vous trompez du tout au tout : nous sommes bien pire que ça. (No One Is Innocent)

Rappel des fondamentaux hackers

Avant d’aborder les différentes formes que peut prendre l’hacktivisme actuel, pour éviter toute méprise, avançons pas à pas. L’hacktivisme est un mot valise, combinaison du terme hack et activisme. L’hacktiviste au sens strict est intimement lié à la notion de hacker.

Pour se fonder une juste opinion loin des fantasmes et des lieux communs, rappelons tout d’abord ce que sont les fondamentaux hackers dans la mesure où ceux-ci sont à même de servir d’armature philosophique aux actions hacktivistes (slacktivisme inclus) dans la reconquête et l’exercice d’un pouvoir citoyen responsable.

De la différence entre le black hat hacker et le white hat

Au regard de l’usage imprécis et souvent à connotation péjorative du terme hacker soyons précis : il ne s’agirait pas de mettre dans le même panier ceux qui mettent leur savoir technologique à des fins hostiles et ne sont pas vraiment émus par la notion d’éthique : les black hat hackers, et ceux qui le mettent au service du bien : les white hat.

L’éthique hacker et ses six principes

Hackers : Heroes of the Computer Revolution de Steven Levy publié en 1984 est le premier ouvrage qui s’intéressera véritablement à la culture hackers et à ses principes éthiques. Il faudra attendre 2013 pour disposer d’une traduction française sous le titre de L’Éthique des hackers.

Pour faire simple, selon Levy l’éthique de la communauté hacker suit six principes avec lesquels les white hat ne transigent pas :

  • L’accès aux ordinateurs – ainsi que tout ce qui peut permettre de comprendre comment le monde fonctionne – doit être universel et sans limitation. Il ne faut pas hésiter à se retrousser les manches pour surmonter les difficultés.
  • Toute information doit être libre.
  • Se méfier de l’autorité – encourager la décentralisation.
  • Les hackers doivent être jugés selon leurs hacks, et non selon de faux critères comme les diplômes, l’âge, l’origine ethnique ou le rang social.
  • On peut créer l’art et le beau à l’aide d’un ordinateur.
  • Les ordinateurs peuvent améliorer notre vie.
glass balls on white background.
VisualHunt

Dans ce cadre éthique, les hackers se montrent soucieux de l’intérêt du collectif. Ils sont par ailleurs – la plupart du temps – contre les membres de l’autorité dès lors que celle-ci s’attaque d’une quelconque façon à la liberté numérique : censure, coupure, surveillance illégitime… leurs actions pourraient être qualifiées d’hacktivisme technologique.

Les principes énoncés sont toujours d’actualité, à titre d’illustration et conformément à cette éthique, le hacker Elliot Alderson a prévenu les Indiens des pratiques douteuses de leur Premier ministre Narendra Modi qui a compromis les données personnelles de millions d’Indiens ayant téléchargé son application mobile personnelle NA MO. Cette forme d’hacktivisme technologique est la pierre angulaire de l’hacktivisme pour plusieurs raisons :

  • Elle veille à informer la société civile de dérives et risques technologiques auxquels elle est exposée, qu’il s’agisse de mises en danger intentionnelles ou non. Elle invite généralement, préalablement à toute divulgation au grand public, les responsables à effectuer les correctifs nécessaires.
Telecomix.
  • Elle permet aux autres formes d’hacktivismes de conserver leur pouvoir de s’exprimer, à l’instar de groupe Telecomix qui veille à ce que les États ne puissent pas priver leur population d’accéder à Internet.
  • Elle définit des lignes de conduite éthiques qui rendent l’action menée crédible et légitime.

Mais l’éthique hacker, va au-delà de ces six principes qui la définisse. Elle est aussi porteuse d’une innovation sociale majeure… qui sera l’objet de la prochaine chronique.

The ConversationÀ suivre

Yannick Chatelain, Enseignant Chercheur. Head of Development. Digital I IT, Grenoble École de Management (GEM)

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • j’aime bien les hackers parce qu’ils sont craints et détestés par les dirigeants de la planète ;

  • En français je les appelle bidouilleurs/em>, pour le meilleur et pour le pire.

  • Je suis toujours méfiant envers ceux qui se déclarent investis d’une mission soucieuse des intérêts collectifs. Certes, l’informatisation et les réseaux sont bien peu respectueux des intérêts des individus, mais je ne confierais pour rien au monde les miens à ces bidouilleurs masqués non plus.

    • vous n’avez pas besoin de leur confier, ils s’y invitent tout seuls. Enfin, si vos données ou votre système peuvent présenter le moindre intérêt.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’idée que les règles vont tout résoudre est très profondément ancrée dans la culture européenne, la pensée des citoyens et l’esprit des hommes politiques. Nouvelle illustration avec le Digital Markets Act.

Allons-nous pour autant créer des champions européens et contrôler notre avenir numérique ?

C’est la fiesta à la Commission européenne !

Un accord de principe a été donné par les États membres, le Parlement et la Commission concernant le fameux Digital Markets Act (DMA pour les initiés), en discussion depuis un peu plus d'un... Poursuivre la lecture

surveillance
0
Sauvegarder cet article

Il semble qu'aujourd’hui, avec une concurrence géopolitique, économique et technologique qui ne cesse de s'intensifier, nous assistions de plus en plus à l'émergence d'une lutte sur la scène internationale pour l'hégémonie mondiale entre deux camps concurrents : les démocraties et les autocraties.

Les prospectivistes anticipent qu’au cours de la prochaine décennie, une nouvelle guerre froide entre les démocraties, centrées sur le leadership des États-Unis, et les nations autoritaires, dirigées par la Chine et soutenues par la Russie, s... Poursuivre la lecture

Big Data
1
Sauvegarder cet article

Par Sylvain Fontan.

Le phénomène intitulé Big Data (données massives) fait référence au flux de données sur internet de la part des particuliers, des entreprises et des États du fait de la démocratisation des connexions haut débit. L'ampleur de ce phénomène est telle qu'il peut être considéré comme valeur économique en soi. En effet, la capacité à exploiter ces données peut permettre de valoriser l'activité économique.

Le Big Data comme valeur économique

L'importance accrue du Big Data est telle que le Forum économique mondial ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles