Inde : pour Pâques, la Cour suprême laisse libre le leader chrétien persécuté

La cour suprême en Inde a choisi de ne pas emprisonner le leader chrétien Amit Kumar Soren à l’approche des fêtes de Pâques, par souci d’apaisement des tensions attisées par les fondamentalistes hindous.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Inde : pour Pâques, la Cour suprême laisse libre le leader chrétien persécuté

Publié le 30 mars 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

Mardi 27 mars dernier, la cour suprême indienne a décidé de laisser libre le leader chrétien Amit Kumar Soren dans l’attente de son procès. Amit Kumar Soren est professeur au Christian College St. Columba dans l’État de Jharkhand.

[related-post id=243717 mode=ModeLarge]

Des poursuites ont été engagées contre l’enseignant pour avoir propagé des « croyances offensantes » au sein de la population indienne, lui refusant ainsi la possibilité d’avoir ses propres croyances. Pour Tehmina Arora, qui dirige l’association ADF India pour la défense des droits de l’homme, les allégations concernant Soren sont fantaisistes, et « personne ne devrait être persécuté pour sa foi ». Arora ajoute que l’attitude des autorités locales va à l’encontre de la constitution indienne qui protège en théorie la liberté religieuse.

Loi locale anti-conversion

En août 2017, l’État de Jharkhand a présenté un projet de loi condamnant les conversions : il impose aux convertis de se déclarer à l’État, et condamne tout manquement à des amendes allant jusqu’à 40 000 roupies. Le poids de la religion dominante est ainsi assez important pour qu’une frange de la population refuse aux minorités le droit fondamental de pratiquer la leur.

[related-post id=156690 mode=ModeLarge]

Ce climat anti-chrétien et hostile aux minorités religieuses porté par le fondamentalisme hindou n’est pas nouveau. Les incidents sont nombreux et réguliers, et s’intensifient avec la période de Pâques, particulièrement célébrée par les chrétiens en Inde. Sur 29 États indiens, au moins 19 sont régulièrement témoins d’attaques perpétrées contre les chrétiens.

Si l’Inde peut prétendre au titre de la plus grande démocratie du monde, son Premier ministre n’est pas particulièrement bienveillant à l’endroit des minorités, en particulier les chrétiens et les musulmans, ce qui rend le libéralisme du pays plus que relatif.

Narendra Modi a été élu en tant que membre du parti nationaliste hindou BJP, qui s’est illustré par son hostilité à une liberté religieuse assimilée à une trop grande marge de manœuvre donnée aux concurrents des croyances traditionnelles indiennes.

[related-post id=301596 mode=ModeLarge]

L’évolution vers une démocratie clairement libérale ne pourra se faire qu’en apaisant les passions religieuses et en multipliant les initiatives pour protéger les minorités de la violence de la majorité. La route est encore longue pour permettre à l’État indien de pacifier une société civile encore traversée de factions religieuses violentes.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Preuve qu’il n’y a pas que les musulmans à être des sauvages intolérants et sectaires!

  • personne ne devrait être persécuté pour sa foi…mais si ta foi te dicte de tuer tout infidèle à ta foi?
    Il me semble que si on veut vivre en paix la liberté religieuse doit être conditionnée par le respect des libertés des autres…
    Qu’est ce qu’une religion d’ailleurs?
    On a bien sur la liberté d’association aussi..mais les mafias sont combattues…

    Inde pas un état delibertés..
    France aussi d’ailleurs non?

  • Trop belle, moi je l’aurais libéré tout de suite ! Ou je l’aurais prise comme ma 4è femme !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'auteur, Paco Milhiet, est Visiting fellow au sein de la Rajaratnam School of International Studies  (NTU-Singapour) et chercheur associé à l'Institut catholique de Paris (ICP)

 

« L’Inde aura un rôle déterminant pour notre avenir ; c’est aussi un partenaire stratégique et un pays ami », déclarait Emmanuel Macron quelques minutes après avoir décerné la grande croix de la Légion d’honneur au Premier ministre Narendra Modi le 14 juillet 2023, invité à assister au traditionnel défilé sur les Champs-Élysées.

Il est vrai... Poursuivre la lecture

Parmi ceux qui, en France, condamnent l’islam et les musulmans, il y a les croyants et les non-croyants.

Or les croyants, d’abord, doivent se souvenir que la religion a besoin de concurrence. À peine la démonstration a-t-elle besoin d’être faite.

Dès 1684, Basnage de Beauval explique que quand une religion n’a point de concurrents à craindre, elle s’affaiblit, se corrompt.

En Angleterre, Voltaire fait cette remarque que la concurrence des religions y est extrêmement favorable à la liberté :

« S’il n’y avait en Angl... Poursuivre la lecture

Ce 23 août, à l’heure prévue, 14 h 34 (heure suisse), l’atterrisseur Vikram de la mission Chandrayaan 3 s’est posé en douceur et sans problème sur la Lune. Il porte un rover, Pragyan.

Ces deux équipements sont assistés par un orbiteur (également module de propulsion pour la dernière partie du vol Terre-Lune) qui leur sert de relai de télécommunication. La masse totale de la mission est de 3,9 tonnes, dont 2,15 tonnes pour le module de propulsion/orbiteur et 1,75 tonne pour l’atterrisseur et le rover (avec les ergols nécessaires aux équ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles