Petit hommage personnel à Clément Rosset

Le philosophe Clément Rosset s’est éteint mardi dernier à l’âge de 78 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Petit hommage personnel à Clément Rosset

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 mars 2018
- A +

Par Valéry Denis.

Rien de plus fragile que la faculté humaine d’admettre la réalité, d’accepter sans réserves l’impérieuse prérogative du réel. Clément Rosset

Quoi de commun entre un altermondialiste et un cocu, entre un zadiste et un cheminot en grève : leur capacité à tordre le cou au réel, à s’en exonérer. Le philosophe Clément Rosset est mort mais son œuvre demeure vivante et indispensable pour qui veut comprendre que l’idéologie et l’aveuglement qui l’accompagnent relèvent de l’incapacité à affronter un réel qui dérange.

Extrait de L’école du réel :

Rien de plus fragile que la faculté humaine d’admettre la réalité, d’accepter sans réserves l’impérieuse prérogative du réel. Cette faculté se trouve si souvent prise en défaut qu’il semble raisonnable d’imaginer qu’elle n’implique pas la reconnaissance d’un droit imprescriptible – celui du réel à être perçu – mais figure plutôt une sorte de tolérance, conditionnelle et provisoire. Tolérance que chacun peut suspendre à son gré, sitôt que les circonstances l’exigent : un peu comme les douanes qui peuvent décider du jour au lendemain que la bouteille d’alcool ou les dix paquets de cigarettes – tolérés jusqu’alors – ne passeront plus. Si les voyageurs abusent de la complaisance des douanes, celles-ci font montre de fermeté et annulent tout droit de passage. De même, le réel n’est admis que sous certaines conditions et seulement jusqu’à un certain point : s’il abuse et se montre déplaisant, la tolérance est suspendue. Un arrêt de perception met alors la conscience à l’abri de tout spectacle indésirable. Quant au réel, s’il insiste et tient absolument à être perçu, il pourra toujours aller se faire voir ailleurs.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire.

    George Orwell

    • George Orwel a malheureusement raison, Clement Rosset aussi, nous ne vivons plus qu’avec la peur de ne plus être politiquement très, très correct

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Paris
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follet Un article de HumanProgress

Notre dix-septième Centre du progrès est Paris, parfois appelé "scène centrale" ou "foyer" du siècle des Lumières. Les salons et les cafés du Paris du XVIIIe siècle ont été le lieu de discussions intellectuelles où les philosophes ont donné naissance à ce que l'on appelle le siècle des Lumières.

Les Lumières étaient un mouvement qui défendait les valeurs de la raison, de la connaissance fondée sur des preuves, du libre examen, de la liberté individuelle, de l'humanisme, d'un État de... Poursuivre la lecture

Par Daniel Pedrero.

Depuis un certain temps, aux États-Unis, le parti républicain est présenté comme le parti de la liberté par ses propres électeurs, tandis que le parti démocrate est présenté comme le parti du peuple.

Selon le Washington Post, les dirigeants du parti démocrate et les organisations de gauche ont fortement multiplié l'utilisation du terme liberté dans leurs interventions, discours et programmes politiques depuis l'arrêt Dobbs contre Jackson, la décision de la Cour suprême des États-Unis qui a annulé l'arrêt Roe ... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. 

De nombreux événements font craindre un démantèlement des démocraties libérales et une multiplication des régimes autoritaires dans le monde. Le succès des partis populistes serait une première raison de craindre un tel processus. Le Mouvement des cinq étoiles en Italie, Podemos en Espagne, les Démocrates suédois en Suède, l'élection de Donald Trump aux États-Unis seraient autant d'événements qui remettraient en cause les fondements des démocraties libérales occidentales.

L’arrivée au pouvoir de Viktor Or... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles