Panique : les poupées sexuelles débarquent à Paris

L'ouverture d'une boutique spécialisée dans les poupées sexuelles irrite la pudeur d'élus communistes et d'associations féministes, et pose quelques questions sur l'avenir des relations humaines.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Panique : les poupées sexuelles débarquent à Paris

Publié le 21 mars 2018
- A +

Diantre, fichtre et sapristi : le tout Paris coquin est en ébullition ! On apprend, tout consterné, qu’un commerce de poupées sexuelles vient de s’ouvrir dans la capitale, ce qui met en émoi différentes associations puritaines ainsi que quelques bourgeois effarouchés siégeant au Conseil de la municipalité parisienne.

L’affaire est maintenant connue de tous tant elle a été relatée par maints articles de presse : depuis le premier février dernier, l’entreprise Xdolls, dans le XIVème arrondissement de Paris, propose dans ses trois chambres à ses clients d’avoir des relations sexuelles avec des poupées en silicone haut de gamme. Autrement dit, des clients peuvent louer des jouets sexuels pendant une ou deux heures dans un cadre discret…

Ce qui a déclenché la colère des élus communistes et Front de gauche au Conseil de Paris, dont la morale semble toute froissée à l’évocation de la nouveauté. Ils sont d’ailleurs très vite rejoints par Le Nid, l’association féministe qui accompagne les victimes d’exploitation sexuelle, qui souhaite comme nos communistes pubidonds faire fermer le lieu au prétexte que, je cite Lorraine Questiaux, avocate et porte-parole de l’association,

Xdolls (…) est un endroit qui génère de l’argent et où on simule le viol d’une femme.

La préfecture a donc été prévenue, la police alertée, les instances judiciaires sont toutes au taquet… Mais comme ici, on parle bien d’objets inanimés, et que toute la démarche commerciale du gérant est déjà entièrement encadrée, tout ceci apparaît parfaitement légal.

Mais pour nos prudes progressistes et pour nos féministes rigoristes, peu importe ici que nous soyons en présence d’objet et que ceci soit légal : on vous dit qu’il s’agit d’une dégradation de l’image de la femme, voire (et c’est encore pire) que certaines de ces femmes auraient des caractéristiques si proches des enfants que les actes seraient alors assimilables à des actes pédophiles.

Affirmations bien lourdes immédiatement suivies d’une pétition visant à faire fermer l’établissement : il ne faudrait pas que la prostitution soit remplacée par un commerce de poupées ou que des pédophiles assouvissent leurs pulsions sur des objets plutôt que sur des enfants, comprenez-vous. Tout le monde sait, du reste, que le développement de la pornographie entraîne une augmentation des assauts sexuels et des viols ! Pourquoi en serait-il autrement avec ce cas d’espèce et ces poupées ?

Comment ça, non ? Comment ça, au contraire ? Comment ça, la prostitution légale diminue les délits ainsi que les crimes sexuels et les MST ?

Mais…

Mais enfin, il semble évident que cet établissement n’est qu’une maison-close à peine déguisée, n’est-ce pas ! Ce qui, au passage, permettra de requalifier de la même façon toutes les boutiques qui vendent des godemichets et des poupées gonflables en succursales de l’esclavagisme sexuel, et leurs patrons en proxénètes, c’est absolument limpide, et juridiquement solide, voyons ! Au passage se pose une question : si je vends des kleenex et du lubrifiant, comme Amazon, suis-je complice ?

Sans compter qu’en toute logique féministe, les vibromasseurs de formes suggestives reviennent à instrumentaliser l’image de l’homme, ce qui est très mal, vous en conviendrez aisément, et doit être interdit.

En pratique, on comprend que la justice n’aura pas son mot à dire ; ici, des adultes s’amusent avec des objets et il n’y a aucune victime notamment parce que l’image de la femme n’en est pas une et qu’elle ne peut pas ester en justice. Plus symptomatiquement, ces élus communistes puritains et ces féministes auto-proclamées renvoient encore la femme à son image d’être faible qu’il faut absolument protéger à coup de lois et d’interdictions morales que ne renieraient pas certaines monarchies du Golfe des moins laïques. On a vu plus porteur et plus juste, comme combat.

Ne reste plus que la morale, qu’il sera difficile de défendre ici puisqu’en contrepartie des associations féministes qui évoquent l’image de la femme dégradée, d’autres pourront arguer à bon droit que cela retire autant de prostituées du trottoir. Et pour cause : chaque nouvelle poupée introduite sur le marché entraîne l’élimination d’un nombre d’actes pour lesquels les clients se satisferont très bien de la substitution synthétique, sans plus avoir recours à la prostitution.

Autrement dit, il est évident que des associations qui luttent contre la prostitution devraient plutôt y trouver leur compte. Et on peut aussi parler du soutien des professions de santé et ce d’autant plus qu’actuellement le port du préservatif est en chute libre chez les professionnelles suite à la pénalisation des clients demandée à grands cris par… des associations féministes.

Bref, devant le combat contre-productif de certains politiciens et certains lobbyistes pas si bien intentionnés, le développement de cette affaire promet quelques moments de consternation et de probables tempêtes de facepalm.

Mais au-delà de ces aspects, cette affaire permet d’aborder une autre réflexion.

À l’évidence, il existe bel et bien un marché pour ces poupées (tant et si bien que lorsqu’il s’agit de les essayer, il y a même bousculade), et ce quand bien même cet ersatz reste très éloigné d’une vraie relation charnelle : beaucoup s’en contentent.

Or, sur le plan technologique, il n’y a guère d’effort d’imagination pour comprendre que ces poupées, pour le moment loin de la réalité, s’amélioreront et que l’écart sera progressivement comblé. D’une façon ou d’une autre, dans ce pays ou ailleurs et dans le cadre légal ou sur le marché noir, tout indique que ces robots sexuels seront amenés à se développer.

L’extension de la pratique promet d’avoir des effets profonds sur la société.

En effet, tout comme la prostitution traditionnelle perd maintenant du terrain face à la pornographie accessible de plus en plus facilement par internet, et qu’elle perd aussi face au développement du casual sex (coups sans lendemain, rencontres d’un soir) rendu très aisé grâce aux applications web dédiées, le sexe récréatif lui-même perd du terrain dès lors que l’investissement en temps et en argent est bien mieux rentabilisé avec des robots qui ne présentent déjà aucun risque de MST, ni bien sûr le risque de s’incruster, de s’attacher, ou d’imposer un engagement plus profond (apparition d’un enfant dans l’équation, par exemple).

En outre, l’arrivée de ces robots coïncide fortuitement (?) avec l’actuelle criminalisation plus ou moins larvée de l’acte sexuel et de tout ce qui l’entoure, depuis la drague jusqu’à l’acte en lui-même, pour lequel ne pas obtenir un consentement signé, rédigé en trois exemplaires et remis à notaire constituera un risque juridique palpable. Même le passage par la prostitution constitue maintenant un risque, tant pour le client que pour son entourage qui se verra de plus en plus accusé de laisser faire un esclavagiste sexuel (si ce n’est par la justice, au moins par la myriade d’associations lucratives sans but prétendument féministes). Enfin, à cette criminalisation de l’acte, on doit ajouter l’asymétrie de traitement judiciaire et financier fort défavorable aux hommes, depuis les gardes d’enfants jusqu’aux pensions alimentaires en passant par les peines de prison plus légères pour les femmes.

Bref, cette tendance et ces éléments déjà en place incitent à penser que va se développer l’utilisation de robots de plus en plus sophistiqués destinés à des pratiques sexuelles.

Il n’est pas non plus interdit de penser que, les technologies aidant, la robotisation et l’IA progressant tous les jours à pas de géant (de fourmis géantes pour le moment, de girafe dans quelques années…) à un moment donné, l’homme « moderne » aura un intérêt (économique, judiciaire, moral) bien compris à choisir ce genre de récréation sexuelle plutôt que prendre le risque d’une relation (tarifée ou non) avec une femme, surtout si elle est cornaquée par la fine fleur des hystériques féministes qu’on voit pulluler actuellement dans les médias.

Une conséquence logique possible, outre un délitement du concept de famille que les hommes ne seront plus du tout enclins à fonder, est une baisse marquée de la natalité (au moins par moyens naturels). De même, une autre conséquence logique possible est que les femmes, devant l’attrition du stock d’hommes disponibles et volontaires pour l’expérience de couple (avec les risques attachés), vont devoir faire assaut de compétition entre elles.

La société qui se dessine offre des perspectives inquiétantes. Dans ce contexte, on ne peut s’empêcher de noter que certains des combats féministes sont particulièrement contre-productifs voire dangereux en ce qu’ils poussent au développement de cette situation et de ces perspectives, en cherchant, plutôt que comprendre et s’adapter, à stigmatiser et punir, comme le démontre la phalange activiste d’élus au Conseil de Paris.

Forcément, ça va bien se passer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • en grande forme, H16.
    je souscris pleinement à vos propos. tout cela dessert (du verbe desservir) la cause féminine et humaniste in fine.

  • il faudrait en fourguer quelques unes à nos bons élus ; comme ça , quand il leur prendra l’envie d’obtenir des » faveurs féminines « , ce ne sont pas des poupées qui iront leur chercher des poux dans la tête….

    • Finement remarqué ma chère Véra!

    • ça ne marchera pas, nos excellent dirigeant on besoin d’emmerder des être bien vivant, la viande froide ça ne les intéresse pas sinon il pourrait exercé leur « talent » dans les divers simulateurs informatique bien connu ce qui arrangerait tout le monde

  • 55 gallons, 200 litres de lubrifiant…
    h16, comme vous y allez 🙂

  • je postule pour être le 1er blade runner des temps futurs..

  • Puis arrivera l’ère des robots fécondables.

  • Sélection naturelle:
    les féministes ne pourront pas se reproduire. Elles disparaiteront spontanément !

  • Les féministes hystériques l’auront voulu. A force de s’en prendre aux hommes, ceux-ci vont de rabattre sur les poupées, puis les robots lorsque ceux-ci seront au point.

  • « Xdolls (…) est un endroit qui génère de l’argent et où on simule le viol d’une femme. »
    Le procès d’intention permanent. Le jugement éternel. La sémantique outragée.
    War is Peace, nul doute.
    We love big brother.

    • Ben oui, tant que la poupée n’a pas 15 ans et le caoutchouc craquelé, on ne peut prendre en compte son consentement.

  • Il y a des articles que l’on aime lire et relire avec un réel bonheur, celui-ci en est un, rien n’a été oublié ou laissé au hasard.
    Du grand « h16″… 🙂

  • On dirait aussi un transfert de droits. Des poupées ont droit à un traitement et une protection qui fait cruellement défaut aux individus dans cette société. Comment ça va être chouette quand les poupées auront une I.A, que les robotistes/féministes réclameront pour elles plus de droits que les êtres humains !
    C’est étrange que les hurleurs n’aient pas encore crié que l’acte sexuel « C’est mal » et qu’il ne doit servir qu’à procréer, ou être carrément éradiqué !

  • En parlant de connerie, l’Arabie Saoudite offre plus de droits au robot femme qu’à la vraie.
    Finalement notre avenir manquera cruellement de chaleur humaine.

  • ce qui est grave c’est que des conneries de ce genre se multiplient , des tas de petites interdictions dont la majorité se fout mais qui au final emmerderont tout le monde.

  • Superbe réflexion !

  • On s’en branle !

    • 🙂 en effet, mais…ce niveau de connerie fout quand même les jetons,

    • @Jean Roule Du Cable
      Bonjour,
      « On s’en branle ! »
      Peut-être ne faudrait-il pas !
      Nous devrions nous en soucier justement. La pignole n’est pas encore visée mais quand sera-t-il son tour ? Utiliser ces poupées revient à se séguer avec des accessoires au final.
      Il est aussi surprenant, vu la négation des droits de propriété et de de vie privées, qu’il n’y ait pas encore eu de descente dans les clubs libertins et autres saunas, avec RAID ou GIGN et autres membres des Forces de l’Ordre volontaires, pour protéger « l’image de la femme ». Nous sommes en état d’urgence permanent maintenant, cela ne doit pas trop poser de problème à un préfet un tantinet puritain.

      • Une question….Quel genre de mère sont toutes ces bonnes femmes hystériques?
        Très probablement des mères castratrice qui feront de leurs fils, au mieux des homos, au pire des violeurs-tueurs en série….
        Qu’attendre d’une génération de minets élevés par ces folles-dingues?
        Le drame, est que ces types sont incapables (il n’en ont pas eu l’exemple)après avoir baigné dans cette idéologie de créer et de faire vivre une famille normale.

      • Une descente du RAID dans un club libertin.
        Beau titre pour un premier avril…

  • Cher H16,
    Votre article est intéressant… jusqu’à la (presque) la fin. En effet, vous dites « Une conséquence logique possible, outre un délitement du concept de famille que les hommes ne seront plus du tout enclins à fonder, est une baisse marquée de la natalité (au moins par moyens naturels). De même, une autre conséquence logique possible est que les femmes, devant l’attrition du stock d’hommes disponibles et volontaires pour l’expérience de couple (avec les risques attachés), vont devoir faire assaut de compétition entre elles. »
    Pauvre H16 ! Votre expérience des femmes est-elle si dure ? Avez-vous fondé une famille seulement parce que cela vous permettait d’avoir un rapport avec votre femme ? L’amour, l’envie d’être père, toussa ? Non ?
    Bref, ce dernier commentaire était de trop, je crois bien… Je fais confiance à la vie, à l’amour (et même à nos instincts primitifs) pour éviter que notre espèce humaine ne s’éteigne dans les bras de robots !

    • Vous extrapolez bien trop loin. Le dernier paragraphe ne dit pas « L’humanité va disparaître parce que tous les hommes choisiront des robots » mais « à force de donner du mou aux hystériques féministes, une proportion croissante d’homme va se détourner des femmes avec une conséquence évidente en terme de natalité ».

  • Et des poupées homosexuelles, il y en a?

  • Le glissement en matière de libertés est quand-même inquiétant… ironique et inquiétant. Le mouvement de libération sexuelle et de féminisme – entièrement légitime – qui a commencé disons au début du XXe siècle et qui a mené à l’égalité des droits, a été porté (en partie) par la gauche contre le conservatisme (religieux souvent). Aujourd’hui cette même gauche est en pointe d’un combat qui, de fait, est complètement réactionnaire. Il n’y a aucune, mais vraiment aucune, différence entre ces élus qui s’offusquent des robots sexuels et les vieilles rombières qui jadis à la sortie de la messe montraient du doigt untel et unetelle qui avaient « fauté » en dehors du mariage. La même certitude d’une supériorité morale, la même tartufferie, le même pharisianisme (on dit aujourd’hui « virtue signalling »…). A vomir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
ntf
0
Sauvegarder cet article

Les cours des cryptomonnaies ont fortement baissé ces dernières semaines. La nature cyclique de ce nouveau type d'actif est bien connue même si l'ampleur de la baisse a surpris et démotivé de nombreux observateurs et spéculateurs. Beaucoup d'amateurs de la technologie blockchain sur laquelle repose ces projets y voient néanmoins l'occasion de continuer à construire un écosystème dans une optique plus long-termiste, persuadés que la situation redeviendra plus favorable.

 

Que sont les NFT (non-fungible token)

Une des applica... Poursuivre la lecture

Ce qui s'est passé aux abords du Stade de France, samedi 28 mai 2022, pour la finale de la ligue des champions[1. Cette finale aurait dû avoir lieu à Saint-Pétersbourg.] opposant Liverpool au Real de Madrid, est malheureusement emblématique d'une France qui part à vau-l'eau.

Pour fuir leurs responsabilités, le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, ont rejeté la faute sur la prétendue détention de 30 000 à 40 000 billets non valables par des supporters anglais.

Un peu d'arithmé... Poursuivre la lecture

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles