Fonction publique : le faux big bang d’Emmanuel Macron

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: EU2017EE Estonian Presidency - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Fonction publique : le faux big bang d’Emmanuel Macron

Publié le 1 mars 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin et Kevin Brookes.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Le big bang annoncé de la réforme de l’administration a déjà suscité une levée de boucliers de toutes parts. L’objectif du président de la République est de baisser le nombre de fonctionnaires de 120 000 (50 000 pour l’État, 70 000 pour les autres collectivités publiques) sur toute la durée du mandat présidentiel, et d’atteindre un budget équilibré à l’horizon 2022.

Pour se cantonner au seul État, 50 000 suppressions de postes sur cinq ans, ce n’est vraiment pas beaucoup : cela représente tout juste 2,09 % de l’ensemble des effectifs de la fonction publique d’État (2 393 millions d’agents exactement), soit environ un effort annuel de réduction de 0,42 %.

Ces annonces sont très peu ambitieuses par rapport à l’enjeu que pose la situation de l’organisation de la fonction publique en France. Les problèmes de finances publiques sont connus et constamment rappelés par l’OCDE et la Cour des comptes : la France est dans le top 5 des pays de l’OCDE pour son endettement, son fardeau fiscal, tandis qu’elle est la championne des dépenses publiques !

En revanche, ce qui est moins connu, c’est que l’organisation de son État est aussi anormalement coûteuse et lourde dans son fonctionnement. La France est septième au classement de la part des employés publics sur l’emploi total : il y a deux fois plus d’agents publics en proportion de l’emploi total qu’en Allemagne. Les services publics sont également parmi les plus coûteux des pays de l’OCDE.

Le gouffre entre les propositions et les réformes

Cette situation n’est pas une fatalité et le président de la République a pris la mesure du problème en mettant la réforme de l’État à son agenda. Cependant, on mesure très vite le gouffre qui existe entre les propositions qui ont été formulées et les réformes nécessaires, d’autant plus qu’elles feront encore très certainement l’objet de modifications les vidant de leur contenu après la mobilisation de groupes d’intérêts organisés.

Lors du vote du dernier budget, le gouvernement n’avait finalement supprimé que 1 600 postes de fonctionnaires au lieu des 10 000 prévus pour l’année 2018… À ce rythme-là, il faudra un peu plus de 31 ans jusqu’en 2049 au président Macron (et à tous ses successeurs à condition qu’ils ne dérogent pas !) pour parvenir à ses (leurs) fins ! Et pas moins de 133 ans pour égaler les 10,57 % d’emploi public en Allemagne. Cela correspond à 27 présidences !

L’exemple canadien

De même, c’est très loin de ce qu’a fait le Canada au cours des années 1990 et 2000. Le Canada vivait une crise similaire des finances publiques dans les années 1990. Le gouvernement de Jean Chrétien élu en 1993 sous les couleurs du Parti libéral (centre) a pris la mesure du problème et a décidé de mener un train de réformes tous azimuts avec une vision d’ensemble : mettre tous les ministères, mais aussi les échelons du gouvernement, à contribution pour résoudre le problème de la dette et des dépenses publiques.

Pour ce faire, les grands moyens ont été employés : à la fin de son deuxième mandat en 1999, 75 000 postes dans l’administration fédérale avaient été supprimés, soit près d’un cinquième des effectifs.

Certes, ces chiffres ont de nouveau augmenté par la suite, et la situation est assez disparate selon les provinces, mais il n’en demeure pas moins que la part des employés de l’ensemble des provinces du Canada avait baissé de plusieurs points au bénéfice de l’emploi privé lorsque Jean Chrétien a quitté le pouvoir en 2003 après avoir été réélu deux fois.

Au-delà de la question du nombre de fonctionnaires, il est important de voir que le gouvernement français renonce aussi à un aspect crucial de la réforme de l’État : les modes de recrutement des cadres de la fonction publique et de la gestion des ministères.

Le système des grands corps, le monopole de plusieurs écoles sur la sélection des élites et le mode de recrutement par concours ont des conséquences néfastes sur la direction des politiques publiques. Ils déconnectent le personnel politique de la réalité du terrain, car celui-ci ne peut pas s’enrichir de l’expérience de personnes issues du privé étant donné la prédominance du personnel administratif dans les cabinets administratifs et la centralisation du processus de décision.

Le Canada a aussi réformé son État dans ce sens-là : la loi sur l’emploi public de 2003 permet de décentraliser le recrutement en laissant l’autonomie aux chefs de service pour choisir leurs collaborateurs. Depuis, les carrières des agents de la fonction publique sont basées davantage sur le mérite que sur leurs diplômes, ce qui permet une gestion plus souple de la main-d’œuvre et de mieux répondre aux besoins de la population.

Les pistes du gouvernement, si elles vont dans le bon sens, ne prennent pas la mesure de l’ampleur du problème auquel est confronté l’État français. Il ferait bien de chercher des idées auprès de pays comme le Canada qui ont réformé leur État de manière en même temps ambitieuse et consensuelle.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • dans les régions, il n’y aura pas de réduction
    de fonctionnaires .cest la réserve électorale. .
    de plus avec les nouvelle régions ils ont dû ajusté les salaires donc augmentation des dépenses. ..surtout personne n’en parle ,la presse est bien silencieuse sur ce sujet…
    quand vas t-on réduire la dépense publique de 10%…et d »avoir o% dû PIB.. cela va changer et oui dans la continuité. ..cest comme les sudventions pour les débits de tabacs…..ne rêvée pas ..plus ce sera cher ..cela va créer un marché parallèle. ..ils peuvent faire des comparaisons sur le stocks les chiffres sont faux…aller voir aux frontières. ..

  • si macron « s’amusait  » a appliquer les réformes que vous citez , vous avez le lendemain toute la gauche et surtout l’extreme gauche , les fonctionnaires ainsi que les apparachiks qui montent au créneau bref c’est une mega -guerre que ce prendrait ce gouvernement qui tomberait rapidement , macron n’est pas idiot ! ce n’est pas des reformes de fond qu’il propose juste quelques réajustements !

    • Et il tomberait comment, ce gouvernement qui a une ultra-majorité ? Macron n’a surtout aucune envie de se donner l’image de celui qui aurait redressé la France. En tant qu’énarque, il n’imagine même pas se faire réélire sur le résultat de ses actes, il ne compte que sur sa com.

  • Comme prévu, avec Macron tout change, rien ne change!

  • Stéphane Boulots
    1 mars 2018 at 11 h 21 min

    Les pistes du gouvernement ne vont pas dans le bon sens : ce n’est que de la poudre aux yeux pour tenter de faire croire aux européens que la France fait ce qu’il faut faire, alors qu’elle continue à se soviétiser.

    Les cris d’orfraie de la « gauche » qui n’existe désormais plus dans ce pays sont savamment pilotés pour faire croire à des réticences populaires face au spectre « ultra-turbo-libéral-austère » qui n’existent pas.

    Tout cela n’est que de la pure politique politicienne, de l’enfumage dans la grande ligne des Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande et ne changera ni le pouvoir d’achat, ni le niveau de vie, ni le chômage, ni la débâcle des services publics, etc…

    cpef

  • Suppression de 120 000 postes ? Mais n’oublions pas qu’à l’inverse, il faut augmenter effectifs des renseignements, de la police, de la gendarmerie, de la justice dont les surveillants de prison, l’armée.
    Bref, on n’est pas près d’être près du bout du bout !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

À l’heure où la Guadeloupe connait de nouvelles restrictions sanitaires, on peut se demander si ses habitants ne sont pas perçus par le gouvernement comme des citoyens de seconde zone. Les propos de Macron de la semaine dernière mettent en avant la volonté d’une société discriminant les non-vaccinés qui ne seraient plus des citoyens. Une discrimination qui se veut sanitaire. Mais quand on regarde qui sont les populations non-vaccinées, on s’aperçoit que le discours du président Macron va avoir un impact sur des catégories de populations bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles