Là-bas, août est un mois d’automne, de Bruno Pellegrino

Bruno Pellegrino saisit avec talent dans ce roman un couple frère-sœur et le cocon qu’ils ont tissé au creux de leur environnement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Là-bas, août est un mois d’automne, de Bruno Pellegrino

Publié le 12 janvier 2018
- A +

Par Francis Richard.

Là-bas, août est un mois d’automne : Les matins sont frais, le soir on ne s’attarde plus sans châle ou couverture sur le banc devant la maison ; au verger, certains arbres tirent déjà sur le jaune…

Là-bas, c’est une maison à l’extrémité nord d’un village vaudois, où vivent Gustave et Madeleine. Ils y ont emménagé alors qu’il avait onze ans et elle quinze. Et ne l’ont plus quittée : Une femme et un homme, oui, mais cela n’a rien à voir…

Bruno Pellegrino s’inspire librement de leur vie, pour les besoins de leur cause et pour combler des vides. En fait il n’en raconte qu’une tranche, une décennie, pendant laquelle se déroule la conquête de l’espace, qui intéresse vivement Madeleine.

Poète et photographe

Le roman commence en effet le 19 septembre 1962 et se termine en avril 1972. Gustave et Madeleine Roud sont frère et sœur. Au début du roman, il a donc soixante-cinq ans et, tout comme elle, n’a pas et n’aura pas de descendance.

Le narrateur suppose qu’elle n’en a pas voulu, qu’elle n’a pas voulu s’embarrasser d’un homme : elle s’est occupé de son frère, ô combien. Le fait est qu’elle est dans la forme de chacune de ses phrases. Car il est poète reconnu, et… photographe.

Au fil des saisons, Gustave aime depuis toujours photographier des hommes presque nus. Des centaines de ces photos se trouvent dans ses albums et dans ses cartons. Les regarder, le froid venu, lui permet de s’enflammer, de passer l’hiver

Au village on les connaît bien, le frère et la soeur, enfin on la connaît surtout elle, qu’on voit à l’église, parce que lui c’est un peu un drôle d’oiseau. Un oiseau qui accomplit son oeuvre, lentement, dans une invraisemblable solitude

Les exigences du langage

Si, comme son frère, Madeleine ne se voue pas corps et âme aux plus hautes exigences du langage, elle fait de la confiture… et sa cuisine est impeccable, car, pour ça, elle fractionne la tâche en une série de petits problèmes à résoudre :

Rien ne distingue, fondamentalement, la préparation de confiture d’une expédition sur la Lune…

Pourquoi Bruno Pellegrino a-t-il reconstitué minutieusement les travaux et les jours de ces deux-là pendant la dernière décennie de leur vie commune ? Parce qu’il est fasciné par leur manière lente et savante d’éprouver l’épaisseur des jours…

Bruno Pellegrino, Là-bas, août est un mois d’automne, 224 pages Zoé

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

guerre civile
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

Last part of us
0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles