Là-bas, août est un mois d’automne, de Bruno Pellegrino

Bruno Pellegrino saisit avec talent dans ce roman un couple frère-sœur et le cocon qu’ils ont tissé au creux de leur environnement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Là-bas, août est un mois d’automne, de Bruno Pellegrino

Publié le 12 janvier 2018
- A +

Par Francis Richard.

Là-bas, août est un mois d’automne : Les matins sont frais, le soir on ne s’attarde plus sans châle ou couverture sur le banc devant la maison ; au verger, certains arbres tirent déjà sur le jaune…

Là-bas, c’est une maison à l’extrémité nord d’un village vaudois, où vivent Gustave et Madeleine. Ils y ont emménagé alors qu’il avait onze ans et elle quinze. Et ne l’ont plus quittée : Une femme et un homme, oui, mais cela n’a rien à voir…

Bruno Pellegrino s’inspire librement de leur vie, pour les besoins de leur cause et pour combler des vides. En fait il n’en raconte qu’une tranche, une décennie, pendant laquelle se déroule la conquête de l’espace, qui intéresse vivement Madeleine.

Poète et photographe

Le roman commence en effet le 19 septembre 1962 et se termine en avril 1972. Gustave et Madeleine Roud sont frère et sœur. Au début du roman, il a donc soixante-cinq ans et, tout comme elle, n’a pas et n’aura pas de descendance.

Le narrateur suppose qu’elle n’en a pas voulu, qu’elle n’a pas voulu s’embarrasser d’un homme : elle s’est occupé de son frère, ô combien. Le fait est qu’elle est dans la forme de chacune de ses phrases. Car il est poète reconnu, et… photographe.

Au fil des saisons, Gustave aime depuis toujours photographier des hommes presque nus. Des centaines de ces photos se trouvent dans ses albums et dans ses cartons. Les regarder, le froid venu, lui permet de s’enflammer, de passer l’hiver

Au village on les connaît bien, le frère et la soeur, enfin on la connaît surtout elle, qu’on voit à l’église, parce que lui c’est un peu un drôle d’oiseau. Un oiseau qui accomplit son oeuvre, lentement, dans une invraisemblable solitude

Les exigences du langage

Si, comme son frère, Madeleine ne se voue pas corps et âme aux plus hautes exigences du langage, elle fait de la confiture… et sa cuisine est impeccable, car, pour ça, elle fractionne la tâche en une série de petits problèmes à résoudre :

Rien ne distingue, fondamentalement, la préparation de confiture d’une expédition sur la Lune…

Pourquoi Bruno Pellegrino a-t-il reconstitué minutieusement les travaux et les jours de ces deux-là pendant la dernière décennie de leur vie commune ? Parce qu’il est fasciné par leur manière lente et savante d’éprouver l’épaisseur des jours…

Bruno Pellegrino, Là-bas, août est un mois d’automne, 224 pages Zoé

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Christophe Jacobs[1. Christophe Jacobs vit en France et travaille comme consultant en communication pour des entreprises commerciales et culturelles. Il est l’auteur de traductions de textes d’inspiration libérale (Garet Garrett) et amateur de sculpture. Il a été durant plusieurs années agent pour l’artiste allemand E. Engelbrecht dont l’œuvre monumentale s’est inspirée largement de la philosophie Jungienne.]

Le but de ce compte rendu n’est pas de dévoiler tous les détails de l’œuvre mais suffisamment pour montrer en quoi des inqui... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

J'ai découvert ce jeune homme fascinant et extraordinaire qu'est Mahmud Nasimi en le voyant dans l'émission La Grande Librairie de François Busnel, lui-même fasciné à juste titre (de même que les autres invités sur le plateau) par l'itinéraire et la personnalité hors normes de cet auteur. Aussitôt j'ai eu envie d'acheter son livre.

Un homme qui ne parlait pas un mot de français en 2017

Il faut bien imaginer (et on a peine à le croire en le lisant et en l'entendant) qu'après avoir été contraint de fuir son pays du jour au lendemain en 2... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles