Idées disruptives et management

Une bonne idée, pour devenir une bonne affaire, doit respecter plusieurs conditions et arriver au bon moment, ni avant, ni après. voici 5 critères pour vous permettre d’y voir plus clair.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idées disruptives et management

Publié le 23 novembre 2017
- A +

Par Alain Goetzmann.

Ce sont rarement les idées qui manquent. Tous les groupes de travail fourmillent d’idées, toutes plus originales les unes que les autres. Mais l’important n’est pas tant d’avoir des idées que la possibilité de les mettre en œuvre, après avoir soigneusement sélectionné, dans le foisonnement créatif, celles qui le méritaient vraiment.

Vous n’avez ni le temps ni les moyens humains et financiers pour lancer concrètement tout ce qui vous passe par la tête, à vous et à votre équipe. Il vous faut donc choisir et renoncer. Voici quelques critères qui peuvent vous y aider :

1. L’idée à lancer doit vous stimuler personnellement

Si elle ne vous met pas sur des charbons ardents, si elle ne crée pas au fond de vous une grande exaltation, un enthousiasme débordant, méfiez-vous. Vous risquez de ne pas la poursuivre sur la durée, de ne pas la porter jusqu’à complète maturation. Or, il n’y a rien de pire qu’une idée arrêtée en chemin par ennui. C’est un gâchis de ressources et une distraction dans votre chemin vers le succès.

2. L’idée doit avoir un marché

Il est souvent difficile de savoir, surtout lorsqu’il s’agit d’idées innovantes, qui seront les acheteurs des produits ou services issus de votre imagination. Aussi, pour ne pas mettre en péril votre entreprise, faut-il vous en assurer.

Il y a beaucoup de moyens pour cela. En particulier, les techniques du lean-startup avec consultation régulière des utilisateurs au fil du développement et leurs pivots peuvent vous y aider. Cela vaut d’ailleurs aussi pour les grandes entreprises.

3. L’idée doit rester simple

Une idée qui crée la confusion ou qui reste incomprise de ses clients potentiels n’est pas une bonne idée. Si pour la développer, vous devez consacrer temps et patience à expliquer ses tenants et aboutissants pour que tout un chacun la comprenne, vous allez vous épuiser bien longtemps avant son déploiement.

4. L’idée doit avoir un fort potentiel de croissance

Les risques que vous prenez, les ressources que vous engagez, le stress qui sera le vôtre pendant sa mise en œuvre ne doivent pas déboucher sur un pétard mouillé. Ce serait un gaspillage d’énergie et une perte de temps.

5. L’idée doit devenir une affaire d’envergure et pérenne

Au-delà même du fort potentiel de croissance, il faut que votre idée puisse porter votre entreprise sur le long terme et qu’elle réponde à un marché de grande taille, susceptible d’évoluer positivement sur la durée.

Une fois le foisonnement intellectuel passé par le tamis de ces prérequis à la réalisation d’idées issues de votre créativité et de celle que vous aurez suscitée chez vos collaborateurs, il est probable qu’il n’en restera qu’un tout petit nombre. Ce n’est pas gagné pour autant !

Encore faut-il que votre idée rencontre son public au bon moment. Steve Jobs avait déjà lancé, en 1993, une tablette, la Newton, retirée du programme en 1998, faute de succès. Ce n’est qu’en 2010, avec l’iPad qu’elle a enfin trouvé son marché.

Une bonne idée, pour devenir une bonne affaire, doit donc respecter plusieurs conditions et arriver au bon moment, ni avant, ni après.

“Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue.” Victor Hugo

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes vieux comme le monde continuent de prési... Poursuivre la lecture

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles