London Docks, de Catherine May

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Pablo Cabezos - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

London Docks, de Catherine May

Publié le 27 octobre 2017
- A +

Par Francis Richard.

Au début des années 1980, la réhabilitation du quartier des Docks de Londres a été confiée à la LDDC, la London Docks Development Corporation. C’est à cette époque-là, plus précisément en août 1982, et en ce lieu de friches industrielles, sur l’Isle of Dogs, que se situe le roman policier, London Docks, de Catherine May.

Fin juillet 1982, un individu peint une fresque sur un mur de briques nues, encrassées par des décennies de pollution : DEATH, en lettres géantes. Au centre, autour du A qui dessine un nez approximatif, un visage, immense, se tord en une grimace effrayante. Les traits noirs accentuent les expressions. Un des yeux est fermé…

Charmant couple

Cet individu a un autre business que de peindre, et de signer Chagall, des oeuvres où dominent les bleus, dans des nuances foncées. Quelques jours plus tard, à la date du 2 août 1982, si le lecteur a bien gardé en tête que cet individu a parlé de charmant couple, il ne peut que supputer ce que peut être cet autre business.

Deux corps ont en effet été découverts dans le sous-sol d’un entrepôt par deux géomètres mandatés par la LDDC : Les deux corps sont tournés l’un vers l’autre, comme s’ils étaient assis face à face sur des chaises invisibles qu’on aurait renversées. Leurs tibias se touchent, retenus par plusieurs tours de chatterton…

Les deux cadavres sont ceux de jeunes gens, des vingtenaires, en tenues de jogging. D’après les premières constatations du légiste, ils sont morts après avoir été attachés, le jeune homme avant la jeune femme qui est restée probablement consciente tout au long de sa lente agonie de soif, pendant deux trois jours…

Une enquête qui piétine

À chaque fois que Lynn Armitage et Jim Wickock semblent avancer dans leur enquête – l’hyperosmie de Lynn leur sera très utile -, ils piétinent et vont mettre longtemps à découvrir qui est l’auteur d’un tel crime, à comprendre le choix de son cruel mode opératoire et à découvrir surtout quel peut être son mobile.

Le lecteur a un peu plus de chance que les inspecteurs de la Limehouse Police Station. L’auteur le met dans la confidence du tueur sans pour autant lui expliquer son mode opératoire ni son mobile. Elle lui raconte, par bribes, son passé dans les années 1970, où il séjourne à plusieurs reprises dans un hôpital psychiatrique…

Frissons garantis

Ce n’est qu’à la fin de ce fort volume que les zones d’ombre s’éclairent et que le lecteur connaît le résultat de la course-poursuite engagée entre les policiers et le criminel psychopathe. Entre temps l’auteur lui aura fait connaître ses côtés sordides et ne lui aura épargné ni les odeurs ni les découvertes macabres, frissons garantis.

Ce qui rend supportable ce roman aussi noir que sa couverture (où le ruban jaune donne toutefois un peu de couleur…) ce sont l’humour tout britannique de certains de ses protagonistes et leur humanité, telle que cette empathie pour son patient d’un infirmier qui se demandera toujours s’il aurait pu empêcher quoi que ce soit…

London Docks, Catherine May, 428 pages, Plaisir de lire

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Le décor planté, c’est celui de la France d’aujourd’hui, dans toute sa décrépitude. Dans certains quartiers qui jouxtent la capitale, les tensions entre la police et les caïds sont plus que palpables. Les signes d’avant-guerre civile brouillent les cartes, le climat se dégrade et le cœur de Paris n’est pas épargné.

Pour Fred Baumont, journaliste à La Ligne, les problèmes commencent quand disparaît sa collègue dans un de ces quartiers pourris où il ne fait pas bon se promener en jupe quand on est une femme. Scar... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Corentin Luce.

« L’art est la plus sublime mission de l’homme, puisque c’est l’exercice de la pensée qui cherche à comprendre le monde et à le faire comprendre ».

Auguste Rodin vient peut-être de définir ce que l’on entend par être humain. Ou plutôt ce qui le distingue et le distinguera sans doute à jamais de l’animal et des machines, aussi sophistiquées soient-elles.

Dans le flot incessant de productions cinématographiques et vidéoludiques fades, rompues au risque zéro, certaines œuvres réussissent tant bien que mal... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

J’ai découvert il y a maintenant une dizaine d’années, en lisant Le passeur de Lois Lowri, ce que je croyais être une trilogie jusqu’à ce que je découvre très récemment qu’un quatrième volume était sorti, dont je viens d’achever la lecture.

Une quadrilogie captivante et passionnante dont le premier tome a donné lieu à un film à succès que nous avions déjà eu l’occasion ici-même de présenter.

Une société insipide

Dans une société à la « Anthem », telle que pouvait l’imaginer Ayn Rand, nous voilà plongé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles