Youpi, une jolie vignette automobile éco-espionne !

Bientôt, vous aurez la joie d'être intégralement suivi et surveillé par votre vignette écologique automobile. Ah, enfin ! Cela manquait vraiment !
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Automobile De Dietrich Grand Duc 1898, Musée national de Mulhouse, domaine public

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Youpi, une jolie vignette automobile éco-espionne !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 octobre 2017
- A +

Aujourd’hui, les enfants, nous allons aborder un sujet très important que nous n’abordons pas souvent en République du Bisounoursland : la pollution. C’est vraiment un mal très vilain qu’État-maman s’emploie à combattre et que, grâce à vos efforts à tous, mes petits chéris, nous arriverons à faire disparaître ! Mais pour cela, il va falloir s’attaquer à une grosse méchante source : les voitures !

Eh oui, mes petits chérubins : regardez autour de vous ! Il n’y a aucun doute possible, nos grosses voitures proutent du méchant mazout cramé en roulant. Ce n’est vraiment pas gentil pour Notre Mère La Terre qui nous accueille et nous nourrit ! Oh, vraiment, nous sommes méchants et sales avec nos inventions du diable, à plus forte raison quand nous les utilisons, et encore plus lorsque nous y prenons plaisir !

luke i am your car

Typiquement, un automobiliste avec une vilaine conduite agressive, pleine de méchants coups de freins, d’abrutissantes accélérations, de coups de volants intempestifs et – forcément – de coups de klaxon bruyants consommera bien sûr beaucoup plus qu’un automobiliste civil, calme, pondéré, citoyen et éco-responsable attentif à une conduite douce, mais – et on le sait moins – ce chauffard belliqueux produira bien évidemment beaucoup plus d’horribles petites particules polluantes qui viendront ensuite boucher les poumons des bébés, des femmes enceintes, des asthmatiques et de beaucoup d’autres infortunés – mais pas ceux de Christophe Maé qui pourra nous égayer encore longtemps de ses douces mélopées.

Eh oui, conduire comme un grossier personnage est non seulement dangereux mais aussi écologiquement méprisable ! Et ce n’est pas moi qui vous le dis, mes petits canards, c’est l’IFPEN !

Comment, vous ne savez pas ce qu’est l’IFPEN !? Il s’agit pourtant de l’ancien Institut Français du Pétrole, dont le nom et la mission ont évolué pour tenir compte à la fois des besoins impérieux de ne plus promouvoir le pétrole – trop cracra beurk beurk – mais plutôt les Énergies Nouvelles, d’où le « EN » ajouté à « IFP » déjà présent. C’est suite à la magnifique et puissante loi Grenelle II que son nom et son statut ont été adaptés aux évidents besoins de notre siècle qui devait en finir une fois pour toute de ce pétrole brutalisant pour passer à toutes ces belles et nouvelles énergies câlines et duveteuses.

Et pour repousser tous les jours plus concrètement les assauts de la vilaine pollution méchante hors de nos belles cités piétonnes et arborées, l’IFPEN travaille sur une vignette connectée.

Oh, comme c’est mignon, cette jolie petite vignette qui viendra s’apposer sur le pare-brise de nos pesants véhicules ! Vous allez voir, vous serez conquis : il s’agit tout simplement, grâce à cette vignette hi-tech connectée, de noter en direct le style de conduite de l’automobiliste, au côté du maintenant classique numéro Crit’Air que le monde nous envie avec gourmandise.

Ainsi et comme l’explique Gilles Corde, le petit futé responsable du programme à l’IFPEN,

En cas de conduite agressive, une lettre entre A et F s’afficherait. La couleur de la vignette pourrait aussi changer

Attention, mes amis : ici, il ne s’agit pas d’une de ces bêtes applications mobile déjà vantées par ces sociétés commerciales à but lucratif visant très prosaïquement à économiser sur le carburant, et dont on trouve la trace dans les flottes automobiles, chez les loueurs et les grandes entreprises confrontées à des coûts de déplacement importants. Non. Ici, le but est plus élevé, que dis-je, il est même noble puisqu’il vise à redonner à Gaïa ses petites joues roses et ses jolis poumons propres !

Et quel moyen astucieux déployé ici puisqu’il s’agit de pister, au mètre et au petit coup de frein près, le comportement de nos envahissants automobilistes dont on se demande encore pourquoi le gouvernement n’a rien fait pour les interdire purement et simplement, ces petits pollueurs inconséquents ! Grâce à l’invention ingénieuse de l’IFPEN, le rêve d’un flicage d’une surveillance de tous les instants est enfin à la portée de la main puisque l’objectif affiché est de faire communiquer en temps réel cette magnifique petite vignette avec les infrastructures via une connexion RFID.

Vous l’aurez compris : ce dispositif pourrait alors conduire joyeusement à une réglementation bien solide et bien carrée des accès dans les zones à circulation restreinte. Sentez-vous, mes braves enfants, la bonne odeur de la redevance régulière, de la taxe magique, de l’amende automatique et du cerfa en triplicata ?

Eh oui : magie de la technologie bien pensée pour donner de nouveaux bras et de nouvelles mains à l’État pour venir prendre directement dans vos poches, grâce aux multiples données qu’elle captera des automobilistes qui l’utiliseront, la vignette connectée facilitera le monitoring des émissions polluantes sur le territoire. Par exemple, dans chaque rue, elle permettra de connaître les émissions de polluants locaux et de gaz à effet de serre liées à la circulation, et permettra de traquer les pollueurs et de les ponctionner directement sur leur compte en banque sans qu’ils aient leur mot (de pollueur-payeur) à dire.

Ah, le futur semble enfin plein de promesses ! On va bientôt pouvoir non seulement espionner chaque petit déplacement de nos concitoyens et s’assurer qu’ils ne sont pas encore à fricoter des coups pendables, mais en plus les Autorités, dans leur immense clairvoyance et leur fine compétence, sauront distribuer de la prune, du papillon, de l’amende et de la contredanse à peine l’infraction constatée.

Youpi ! On va enfin pouvoir écrabouiller sous les amendes ces cloportes roulants qui osent accélérer au feu vert, freiner au feu rouge et changer de rapport de vitesse trop tard ! Raah, bonheur !, on va enfin pouvoir assommer de taxes et de vexations ceux qui font l’affront d’utiliser leur voiture, et on va enfin pouvoir benner ces industries automobiles qui sont une véritable disgrâce pour nos yeux, nos paysages et nos emplois ! Et vous verrez, ensuite, le monde sera plus propre, plus beau, plus chantant !

Mieux encore : alors qu’on sentait bien que, le temps passant, l’argument sécuritaire s’étiolait et que les radars ne suffisaient plus à calotter vivement les chauffards derrière la tête à coup de délation forcée, on a trouvé avec cette belle vignette un argument en or puisqu’il ne s’agira plus de mesquinement sauver la vie des autres, mais bien celle des plantes, des animaux, et de la Terre toute entière !

Forcément, ça va très bien marcher !


—-
Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Ben c’était fatal, vous aviez là quelques esprits remarquables qui voulaient s’exercer à vous extraire du pétrole proprement et pour pas cher, vous les contrariez en refusant leurs inventions, et ils se vengent.

  • Nos politiciens et fonctionnaires sont bien décidés à faire de notre société ce qu’Orwell et Wells décrivaient dans leurs romans, nous priver complètement de toute notre liberté, au nom de l’écologie.

    • ce midi à la télévision un festival de perles absurde je me souviens de la première.. ».le suspect s’obstine à nie en dépit des charges contre lui. ». donc quand on est accusé d’un truc le nier est devenu aberrant…

      a suivi un reportage où prêter une voiture à un chômeur permettait de lutter contre LE chomage en général…on en déduit alors que le taux de chomage doit s’expliquer en France par la grande distance qui existe entre les emplois et les chômeurs…
      ensuite nous avons eu le droit où on nous a expliqué que se passer du glyphosate était possible et DONC on doit s’en passer…

      et je ne sais plus quoi ensuite..et c’est tous les jours comme ça…

      • @jaques lemiere
        Bonjour,
        En France être suspect c’est déjà être coupable. Heureusement que nous avons une loi qui prévoit la présomption d’innocence (il se peut qu’on soit innocent) alors que le DDHC d’il y 228 ans stipule que tout est présumé innoncent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable.
        « on en déduit alors que le taux de chomage doit s’expliquer en France par la grande distance qui existe entre les emplois et les chômeurs… »
        L’organisme propagandiste ne va pas conclure autrement que les chômeurs ne sont pas au bon endroit pour avoir du travail. Il ne leur viendrait pas l’idée de dire qu’il y a tout simplement pénurie de travail. IL leur faut trouver une raison autre que celle qui est évidente.

    • Je suis d’accord avec vous et je voulais approuver en cliquant sur +1, mais ça ne marche pas!

  • L’I.F.PE.N ne serait pas dans la même veine conseillère que France Stratégie ? Le plan de France Stratégie a été rangé dans un autre placard, mais celui-là, avec son aura écolo, a des chances d’attérir sur le bon bureau et d’être mis en place.
    Je plains les conducteurs agressifs en ZOE.

    • Du temps où ça n’était que l’IFP, l’institut a initié de brillantes start-up industrielles grâce aux brevets que ses chercheurs avaient déposés : Technip, Coflexip, et quelques autres. Heureusement, nos gouvernants ont changé le statut de l’IFP pour mettre fin à ces collusions avec les énergies fossiles, l’industrie et la finance.

      • @MichelO
        Bonjour,
        Donc l’I.F.P était donc indépendant de l’Etat, ce qui n’a pas l’air d’être le cas de l’I.F.P.E.N.

        • L’IFP n’était pas indépendant de l’Etat, l’essentiel de son budget provenait d’une taxe sur les carburants, mais il rendait des comptes à l’industrie parapétrolière et pétrolière, qu’il avait sérieusement intérêt à aider à être compétitives à l’international. Je crois que c’est Maastricht, en tout cas les règles pour les aides publiques de l’UE, qui a mis fin au rôle majeur des industriels dans l’orientation des travaux et peu à peu mis au pouvoir des hauts-fonctionnaires plus soucieux de leur carrière que des réussites technologiques.

  • on doit rappeler sans cesse que le plan pollution parisien permettra si tout ce qu’il suppose est correct aux parisiens de gagner quelque mois de vie d’ici quelques années..auquel il faudra retrancher tous les effets néfastes du plan pollution sur la santé ..
    (arrêter de fumer n’est pas bon pour la santé si on remplace par du crack.).

    • Avec des « si », on met Paris en bouteille… d’air pur !…
      Dans la plupart des mégapoles européennes qui ont mis en place des plans de réduction de la pollution portant seulement sur la circulation automobile (sans doute parce que c’est plus facile que de s’en prendre aux usines, à l’agriculture et aux chauffages individuels), les résultats présentent une bien piètre figure.
      Au niveau national (France), la pollution atmosphérique liée à toute la circulation routière (automobiles, poids-louds, transports de personnes…), c’est environ 15 % du total (dont environ un tiers pour les seules automobiles). Ce chiffre monte à 20 % en zone fortement urbanisée. Ce qui signifie que, même si demain, on interdisait tout déplacement routier, on n’aurait réglé qu’une petite partie du problème. Pas de quoi nous faire passer, assurément, sous les seuils recommandés par l’OMS.

  • il faut aussi interdire les courses de voiture…
    interdire la voiture au maire de Paris bref tout le monde a pied …y compris le gouvernement et la totale ..avion …bateaux…moto ….on ferme les usines ….il faut interdire Ferrari. .Porsche etc..plus de vache le méthane. ….
    Jolie programme …

    • mais paris ville olympique no problemo, paris ville touristique no problemo… il y a la bonne pollution et la vilaine pollution.et pis c’est comme ça.

  • .mais s’attaquer à l’agriculture ,usines..il y a des emplois..des électeurs !!!!
    personne ne peux se passer de la voiture…le transports collectif a ses limites…

  • Excellent, comme d’habitude et vive la voiture!

  • Voir qualifier le vilain Etat d’Etat-maman me semble un peu curieux car l’Etat apparaît de fait plutôt comme un père fouettard. Quant à son rôle supposé maternant, il me semble qu’il s’agit au contraire d’un rôle très masculin de protecteur usurpé par l’Etat pour remplacer les hommes.

    En fait en France, il semble que les hommes n’ont pas été diminués par les femmes (comme le clament les anti-féministes), mais par l’Etat. De ce point de vue, la France va mal, non à cause d’une féminisation maternante, mais à cause d’une éviction des hommes par l’Etat pour prendre leur place et les rendre impuissants (économiquement parlant).
    En France, l’Etat veut tenir tous les rôles masculins en évinçant les hommes : il est le père, l’époux, le dieu de toutes les femmes qu’il loge et paie pour qu’elles fassent des enfants (des enfants qui soient surtout les enfants de l’Etat présenté comme père quasi-spirituel, donc des enfants sans père reconnu comme tel, avec des mères achetées ; rappel : « vos enfants ne vous appartiennent pas » dixit une ministre récitant sa leçon).

    Dans la formule de « vilain Etat-maman », je trouve un écho d’une mise en accusation masculine du féminin dont l’excès infantiliserait les hommes. Cela revient à surestimer le rôle actuel du féminin alors qu’il est plutôt écrasé (notre époque est celle d’une domination hyper-masculine sur toute la planète dans ses versions politico-mafieuses les plus cyniques quand elles ne sont pas féroces) ; cela revient à sous-estimer l’éviction des hommes par l’Etat pour les priver de leurs responsabilités. C’est de l’Etat comme rival que les hommes devraient se défier au lieu de mettre l’accent sur un rôle maternant que cet Etat est incapable de tenir.

    En d’autres termes, cet Etat n’est pas un Etat-maman, il n’est au contraire qu’un vil protecteur dans le pire sens du terme avec tout ce que cela comporte d’oppression dont les hommes et les femmes doivent se libérer.
    Cela dit en passant, même si ce n’était pas l’objet de l’article, à cause de la formulation curieuse de l’entrée en matière.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

diesel
2
Sauvegarder cet article

Le premier juillet marque assez logiquement le début de la seconde moitié de l'année et constitue souvent une occasion pour les administrations de revoir leurs barèmes et pour le gouvernement d'introduire de nouvelles mesures pas toujours très populaires. Il faut dire que, ça tombe bien, à partir de ce mois, l'esprit des Français est résolument orienté sur leurs prochaines vacances ce qui explique sans doute que c'est pendant ces périodes que les pires crasses leur sont infligées.

L'année précédente, on se souvient que ce même mois ava... Poursuivre la lecture

En France, nous serions tentés de dire Non, tant le battage médiatique incessant assimilant l’écologie à une posture étatiste, nécessitant de lourds sacrifices fiscaux et un contrôle renforcé de nos comportements et modes de vie est la norme.

 

Une autre écologie est possible

Et la bonne nouvelle, c’est qu’elle existe déjà… Malgré le silence des médias.

L’écologie véritable n’est pas particulièrement marquée politiquement. Étymologiquement, écologie signifie « économie de la maison »… Ce qui signifie tout simplement ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles