Quel avenir pour la gauche ?

Mélenchon By: Blandine Le Cain - CC BY 2.0

En dépit de l’explosion du Parti Socialiste, les idées de gauche restent présentes. Par contre, elles sont peut-être plus faciles à combattre désormais.

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour l’OBS de septembre 20171 s’intéresse à la vision des Français quant au futur de la gauche. On y apprend que la recomposition du paysage politique impacte peu le fond de l’opinion.

La gauche représentée par Jean-Luc Mélenchon

Que ce soit auprès de l’ensemble des Français, des sympathisants de gauche ou des sympathisants de gauche hors PS, Jean-Luc Mélenchon est perçu comme la figure majeure de l’avenir de la gauche. Seuls les sympathisants du Parti Socialiste voient Benoit Hamon représenter mieux l’avenir. Ce dernier arrive d’ailleurs en deuxième place à gauche.

Classement des personnalités qui représentent le mieux l'avenir de la gauche (BVA, septembre 2017)
Classement des personnalités qui représentent le mieux l’avenir de la gauche (BVA, septembre 2017)

Des figures de gauche modérée que sont Bernard Cazeneuve et François Hollande, il ne reste plus que des places d’honneur dans les classements de l’ensemble des Français et du petit nombre de sympathisants du Parti Socialiste.

Comment le Parti Socialiste évoluera-t-il ?

Pour 43% des Français, le Parti Socialiste devrait rester indépendant, alors qu’il devrait se rapprocher de la France Insoumise pour 23% d’entre eux, de la République en Marche pour 15% et d’Europe Écologie les Verts pour 12%. Les sympathisants de la gauche sont globalement favorables à un rapprochement avec la France Insoumise (47%). Ces mêmes sympathisants hors PS sont même 55%. Du coté de la France Insoumise elle-même, ils sont 78% à voir d’un bon œil le grossissement de leurs rangs par le Parti Socialiste. Seuls les sympathisants PS sont les plus favorables à leur indépendance (41%).

La question de l'indépendance du PS vue par les Français (BVA, septembre 2017).
La question de l’indépendance du PS vue par les Français (BVA, septembre 2017).

Les Français sont par ailleurs 39% à être favorables à un changement de nom du Parti Socialiste alors qu’ils sont 47% à y être opposés. C’est à gauche qu’une majorité se dégage contre ce changement (55%).

La gauche s’agite, les idées restent

Comme à droite, l’élection d’un centriste à la Présidence de la République a fait des dégâts à gauche. Les frondeurs faisaient beaucoup parler d’eux dans la désormais révolue synthèse du Parti Socialiste. Maintenant que les cartes sont rebattues, on distingue plus clairement qu’à l’image des syndicats en France, leur visibilité était en fait inversement proportionnelle à leur nombre.

Le positionnement intenable du Parti Socialiste entre le tribun de la France Insoumise et le centrisme de la République en Marche a conduit le parti à une déroute électorale inédite. En compagnie du centre-droit, l’aile modérée du Parti Socialiste gouverne désormais sans craindre les frondeurs.

Mais les idées restent : captées par Jean-Luc Mélenchon, elles ne se cachent plus derrière une improbable synthèse. Elles sont désormais clairement identifiables, bruyantes, laissant aux libéraux une chance inespérée de lutter contre leur adversaire historique, le socialisme, qui évolue enfin à visage découvert.

  1. Étude réalisée par l’Institut BVA auprès d’un échantillon de Français interrogés par Internet du 14 au 15 septembre 2017. Échantillon de 1048 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus dont 286 sympathisants de la gauche (dont 112 sympathisants de la France insoumise et 71 sympathisants du Parti socialiste). La représentativité de l’échantillon a été assurée grâce à la méthode des quotas et un redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge et CSP de l’interviewé, régions, catégorie d’agglomération, ainsi qu’un redressement sur la CSP du chef de famille