Comment donner aux jeunes le goût de l’entreprise

Un entretien avec Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref, créateur d’Entrepreneur Junior et auteur de « Jean Martin et la machine à pain » aux éditions Libréchange.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comment donner aux jeunes le goût de l’entreprise

Publié le 8 septembre 2017
- A +

Nicolas Lecaussin, vous êtes le créateur de Entrepreneur Junior : quelle est son ambition ? Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de vous adresser aux plus jeunes pour parler de l’esprit d’entreprise ?

Il existe déjà des thinks tanks efficaces et des blogs libéraux mais rien pour les plus jeunes. En m’inspirant de ce qui a été fait aux États-Unis, j’ai créé cette association avec l’objectif de compenser les défauts de notre système éducatif. Lorsque vous avez une école dominée par les gauchistes et impossible à réformer car phagocytée par les syndicats, je me suis dit qu’il faudrait agir autrement. Faire de la pédagogie entrepreneuriale de manière ludique c’est une manière d’habituer les enfants au monde de l’entreprise, de leur faire comprendre qu’il existe aussi un autre monde que celui de l’État et de leur inculquer l’envie d’entreprendre.

Vous venez d’écrire et de publier Jean Martin et la machine à pain aux éditions Libréchange, qui raconte les péripéties du héros confronté à des difficultés que tous les entrepreneurs français connaissent bien : les raconter sous forme d’histoire aux enfants, c’est aussi une manière de leur faire prendre conscience de la situation du pays ?

Lors des dernières élections présidentielles, plus de 50 % des jeunes ont voté pour Mélenchon et Marine Le Pen. C’est extrêmement inquiétant et cela montre qu’ils préfèrent l’interventionnisme d’État et le protectionnisme à la libre entreprise. Mais ce n’est pas étonnant quand on regarde ce qu’ils apprennent à l’école : c’est l’État qui crée le bonheur et c’est l’entreprise qui opprime ! Il faut remédier à cela en essayant de changer les esprits dès le plus jeune âge. D’où le rôle d’Entrepreneur Junior et de cette première publication.

Jean Martin et la machine à pain n’est pas seulement un livre engagé, il est richement illustré et écrit sous forme poétique. L’art, la poésie, la culture populaire sont-ils trop négligés par les libéraux pour toucher leur public ?

Je pense effectivement qu’il faudrait répandre les idées de liberté par tous les moyens. Car le grand avantage dont profitent nos ennemis, les étatistes, c’est qu’ils ont pour eux une grande partie des médias et de l’école. Faire de la « propagande » libérale par tous les moyens – art, livres pour enfants et ados, films, etc.. – et profiter de l’internet pour gagner la bataille des idées. J’espère que ce petit livre n’est que le premier d’une série consacrée au libéralisme, au communisme, à l’État, à Bastiat… expliqués aux enfants et aux ados. Avec l’espoir qu’un jour, ils seront décidés à faire les réformes libérales dont la France a besoin.

Nicolas Lecaussin, Jean Martin et la machine à pain, éditions Libréchange, 2017.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Remis au goût du jour par Édouard Balladur, un maître en matière de style français, le mocassin à pampilles (ou à glands), fit florès dans les années 1980 quand, au milieu du mitterrandisme triomphant, les libéraux espéraient renverser la vapeur et se montraient volontiers plus Thatcher que Bérégovoy. Si certaines illusions furent dissipées, le mocassin à pam... Poursuivre la lecture

Être libéral est un style de vie, fait de symboles et d’éléments culturels. Notre chroniqueur Olivier Palettu vous en fournit les clefs pour vivre votre libéralisme au quotidien.

Rendue célèbre par la chanson de Metallica, Dont’t tread on me (« ne me marche pas dessus », « ne me foule pas aux pieds »), l’expression est devenue la devise du mouvement libertarien.

Il s’agit du fameux Gadsgen Flag, avec le serpent à sonnette, qui trouve ses origines dans la Révolution américaine.

Ce serpent est dessiné par Benjamin ... Poursuivre la lecture

Dans les années 1970, les États-Unis étaient en proie à un nombre croissant de problèmes, dont la plupart résultaient d'une intervention excessive de l'État dans l'économie et de la prolifération des programmes d'aide sociale, ce qui contredisait l'image populaire européenne des États-Unis comme exemple type d'une économie de marché libre de tout programme ou institution d'aide sociale. Corrigées de l'inflation et de la croissance démographique, les dépenses fédérales par habitant pour les programmes sociaux ont presque doublé, passant de 129... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles