Comment donner aux jeunes le goût de l’entreprise

Un entretien avec Nicolas Lecaussin, directeur de l’Iref, créateur d’Entrepreneur Junior et auteur de « Jean Martin et la machine à pain » aux éditions Libréchange.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment donner aux jeunes le goût de l’entreprise

Publié le 8 septembre 2017
- A +

Nicolas Lecaussin, vous êtes le créateur de Entrepreneur Junior : quelle est son ambition ? Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de vous adresser aux plus jeunes pour parler de l’esprit d’entreprise ?

Il existe déjà des thinks tanks efficaces et des blogs libéraux mais rien pour les plus jeunes. En m’inspirant de ce qui a été fait aux États-Unis, j’ai créé cette association avec l’objectif de compenser les défauts de notre système éducatif. Lorsque vous avez une école dominée par les gauchistes et impossible à réformer car phagocytée par les syndicats, je me suis dit qu’il faudrait agir autrement. Faire de la pédagogie entrepreneuriale de manière ludique c’est une manière d’habituer les enfants au monde de l’entreprise, de leur faire comprendre qu’il existe aussi un autre monde que celui de l’État et de leur inculquer l’envie d’entreprendre.

Vous venez d’écrire et de publier Jean Martin et la machine à pain aux éditions Libréchange, qui raconte les péripéties du héros confronté à des difficultés que tous les entrepreneurs français connaissent bien : les raconter sous forme d’histoire aux enfants, c’est aussi une manière de leur faire prendre conscience de la situation du pays ?

Lors des dernières élections présidentielles, plus de 50 % des jeunes ont voté pour Mélenchon et Marine Le Pen. C’est extrêmement inquiétant et cela montre qu’ils préfèrent l’interventionnisme d’État et le protectionnisme à la libre entreprise. Mais ce n’est pas étonnant quand on regarde ce qu’ils apprennent à l’école : c’est l’État qui crée le bonheur et c’est l’entreprise qui opprime ! Il faut remédier à cela en essayant de changer les esprits dès le plus jeune âge. D’où le rôle d’Entrepreneur Junior et de cette première publication.

Jean Martin et la machine à pain n’est pas seulement un livre engagé, il est richement illustré et écrit sous forme poétique. L’art, la poésie, la culture populaire sont-ils trop négligés par les libéraux pour toucher leur public ?

Je pense effectivement qu’il faudrait répandre les idées de liberté par tous les moyens. Car le grand avantage dont profitent nos ennemis, les étatistes, c’est qu’ils ont pour eux une grande partie des médias et de l’école. Faire de la « propagande » libérale par tous les moyens – art, livres pour enfants et ados, films, etc.. – et profiter de l’internet pour gagner la bataille des idées. J’espère que ce petit livre n’est que le premier d’une série consacrée au libéralisme, au communisme, à l’État, à Bastiat… expliqués aux enfants et aux ados. Avec l’espoir qu’un jour, ils seront décidés à faire les réformes libérales dont la France a besoin.

Nicolas Lecaussin, Jean Martin et la machine à pain, éditions Libréchange, 2017.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

J’ai eu l’occasion d’aller à l’European Liberty forum, dirigé par l’Atlas Network, qui a eu lieu la semaine dernière à Varsovie. Ce congrès a réuni de nombreux think tanks libéraux et prolibertés européens et nord-américains.

Ce forum a montré un point : le libéralisme n’est pas mort en Europe, il est bien vivant et bien actif. Malgré la guerre dans le pays voisin, la détermination des organisations défendant la liberté était bien présente.

En cela, l’European liberty forum a été une expérience rafraîchissante et très inspirante... Poursuivre la lecture

Par Samuele Murtinu. Un article de l'IREF Europe

Le « néolibéralisme », c’est-à-dire la version du capitalisme démocratique moderne qui met en scène des marchés et des échanges guidés par de puissantes institutions publiques mondiales, ne doit pas être confondu avec la vision libérale classique de la société libre formulée par Adam Smith, John Stuart Mill, Lord Acton ou F. A. Hayek. De nombreux problèmes associés au néolibéralisme sont en fait le résultat d’une intervention trop lourde de l’État, de la recherche de rentes et d’autres f... Poursuivre la lecture

Frédéric Passy est né il y a 200 ans, le 20 mai 1822. Le premier prix Nobel de la Paix est aujourd'hui quelque peu oublié. Il fut pourtant une des dernières grandes figures du libéralisme français.

Mais si nous célébrons aujourd'hui le bicentenaire de sa naissance, le 12 juin marquera aussi le 110e anniversaire de son décès. Cet homme modeste et ordonné aurait voulu ainsi concentrer les hommages posthumes qu'il ne s'y serait pas pris autrement.

Yves Guyot dans son hommage au cimetière résume d'ailleurs sa vie en une phrase :

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles