Les travailleurs détachés sont-ils la cause du vote populiste ?

Avant de demander à nos partenaires de s’enchaîner aux pieds les mêmes boulets que nous, nous devrions réinventer notre modèle social, cause de notre échec économique et alimentant notre malaise identitaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vote by Michael Pittman(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les travailleurs détachés sont-ils la cause du vote populiste ?

Publié le 3 septembre 2017
- A +

Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Lors d’une intervention en Autriche, largement relayée par une communication efficace, le président Macron a rappelé une évidence : le chômage français est dû à nos propres faiblesses. Son déplacement avait notamment pour but d’obtenir une révision du régime des « travailleurs détachés » : il s’agit selon Emmanuel Macron d’un impératif, car il « nourrit le populisme ». Cette affirmation mérite qu’on s’y arrête : elle pose plusieurs questions.

Succès des partis populistes

D’abord : le populisme est-il le résultat d’une situation économique ? Dans l’argument d’Emmanuel Macron, il y a l’idée que les électeurs se tournent vers les partis populistes parce qu’ils se sentent menacés par la concurrence des travailleurs de l’Est. C’est probablement vrai.

Aux États-Unis, le vote pour Donald Trump a pu être motivé par des motifs de ce type : il était plus fort là où l’économie est la plus fragile1. L’indicateur pertinent n’était pas tant le taux de chômage que la part d’emplois « menacés » par les évolutions technologiques et économiques2. En Grande-Bretagne, le vote en faveur du Brexit était plus fort dans les zones économiquement sinistrées, comme l’est le vote FN en France (il faudrait aussi intégrer le vote « insoumis » à l’analyse).

Ces éléments sont incomplets. Car à l’inverse, une meilleure situation économique ne prémunit pas contre le vote populiste. Dans son intervention, Emmanuel Macron a donné l’Autriche comme exemple de réussite économique. C’est aussi un pays de renouvellement politique : il s’apprête à élire un chancelier encore plus jeune que notre président (le favori des sondages, Sebastian Kurz, a 31 ans). Pour autant, en 2016, il a connu deux élections présidentielles : à chaque fois l’extrême droite est parvenue au second tour, frôlant même la victoire.

Le retour du plombier polonais ?

Économie malthusienne. Ce qui amène une autre question : les travailleurs détachés illustrant la peur du « plombier polonais », les étrangers sont-ils la cause du vote populiste ? Des études économiques ont été menées pour tester l’hypothèse. Un article de recherche a montré, en 2015, que plus la concentration d’immigrés est forte, plus les Autrichiens votent pour l’extrême droite3. Une part non négligeable du vote populiste s’expliquerait ainsi par de la xénophobie mais aussi par l’« insécurité culturelle » (Laurent Bouvet) : ce qui angoisse les électeurs, c’est l’impression qu’ils ont que leurs valeurs sont remises en cause (par l’islam, par la mondialisation).

Ces deux explications ont une cause commune : l’échec de l’État-providence. Si les électeurs s’inquiètent des immigrés, c’est que, dans notre régime économique malthusien qui a renoncé à faire croître la richesse pour mieux privilégier sa redistribution, ils ont l’impression que tout nouveau convive vient manger leur pain, lequel se fait rare.

Le discours français sur les travailleurs détachés oublie un peu vite cette réalité : avant de demander à nos partenaires de s’enchaîner aux pieds les mêmes boulets que nous, nous devrions réinventer notre modèle social pour qu’il redonne une dynamique et un espoir à ses citoyens. Il est la cause de notre échec économique et alimente notre malaise identitaire.

  1. Voir la chronique sur Hillbilly Elegy dans l’Opinion du 20 février 2017.
  2. Fivethirtyeight.com, novembre 2016.
  3. Halla, Wagner, Zweimuller, Immigration and far-right voting, 2015.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • les français ne crois plus aux hommes politique droite //gauche et autres …
    ils ne prennent aucune décision.. trop préoccupée pour leurs prochaine élection ….
    qu’il y ai des travailleurs détachés qu »ils doivent sous le régime du pays..
    c’est une loi simple à faire..incapable….
    souvenez vous du journal quand sont bâtiment a été fait …par des travailleurs détachés. .
    le vote Blanc n’est pas comptabilisé. .nos chers élus n’en veux pas!!!
    plus de 50 % de vote Blanc lors d’une élection.
    ces représentant serait reclus. .pas de coquilles.. .
    c’est un vote par défaut. …élu comme un dictateur..belle démocratie. ..

  • Toulouse : des dealers posent des affiches pour menacer les riverains qui oseraient entraver leur traffic en prévenant la police ( valeur actuelle )….il est là , le vote populiste ; le coup des travailleurs détachés arrive bien derrière ; si moi je vole un vélo , j’aurai des emmerdes en veux tu en voilà ; mais en revanche , dans notre pays , on laisse des petits merdeux installer des zones de non droits et pourrir la vie de centaines de milliers de citoyens ;

  • Toutes décisions ne peuvent avoir d’effets que si c’est au niveau de l’Europe. Ce que fait Macron (va) est dans le bon sens mais quand l’EU aura t’elle des lois communes sur le commerce, TVA sur les produits, ajustement d’un taux commun, les ventes d’alcools, tabacs, carburants, la main d’œuvre…
    Ce n’est pas demain que l’on verra une harmonisation de tout cela, les états unis d’Amérique n’y sont pas encore. Alors, celui qui a la solution le dise.

    • @ alceste

      Je ne connais pas les statistiques, en France, mais la France reste bien un pays centralisé (vous dites « jacobin »). Et la presse parisienne fait la « loi » pour 66,5 millions d’habitants ou à peu près.

      N’oubliez jamais que l’Union Européenne ne décide pas! C’est bien le Conseil Européen (des chefs d’état et de de gouvernement) qui prennent les décisions souvent à l’unanimité, décisions qui seront toujours soumises au Parlement Européen puis au parlement de chaque pays membres!

      Si des lois communes manquent, c’est que la volonté de chaque pays (tous en partie – très variable – souverainistes) ne l’ont bien voulu! Le système européen est autrement plus démocratique que chacun de ses pays membres!

      L’harmonisation fiscale concernera une nomenclature de taxes et impôts, commune, pas les taux dont les pays veulent jalousement pouvoir continuer à jouer individuellement!

      La France ne fera donc pas de ses partenaires des enfers fiscaux pour éviter de se laisser dépasser, sans effort! La compétition fiscale fait bien partie de la libre concurrence, seul le « niveau » change!!

  • Certains d’entre nous (les français) le savent. Plus nombreux sont ceux qui ne-veulent-pas-le-savoir. Et voudraient « casser le thermomètre ».
    Il s’y ajoute quelques arnaques contre lesquelles il serait sans inconvénient de sévir. Séparer le bon grain de l’ivraie, en quelque sorte.

  • c’est assez drole; un président ne devrait pas se soucier de l’existence d’un vote populiste mais si les mesures qu’il prend sont selon l’expression consacrée dans le meilleur interet du pays…
    ce qui fait sourire aussi est l’empilement d’expression tronquées qui nuisent à l’analyse m^me des choses./.ainsi..
    quand on parle de  » vote populiste » de quoi parle t on? …de son existence de son essor ou de son nombre absolu..idem pour les travailleurs détachés..
    alors oui…la trouille de perdre son boulot, d’etre converti à islam, des ovni, du réchauffement climatique etc..croissante dans la population fait croître le vote pour ceux qui prétendent protéger des agressions « exterieures » ou « exteriosables »…

  • Le vote populiste…..mais c’est ce vote qui élit les présidents,c’est un vote médiatique ,il ne faudrait pas se tromper de terme !

  • Surprenant mais pas trop.
    En France , celui ou celle qui demanderait un peu d’ordre, se trouve , ipso facto , classé dans la case populiste avec tout son corollaire de qualificatifs que je n’ose écrire.
    Toutes les extrêmes ont de beaux jours devant elles et cela fait presque 50 % du corps électoral…..
    ps: les travailleurs détachés ne sont en rien responsables du vote  » dit Populiste  » trop facile , ce bouc émissaire.

  • si il y a vote populisme !!! la faute à qui?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don