L’efficacité des ordonnances minée par la légèreté des journalistes

Le succès des ordonnances ne se mesurera pas aux congratulations des négociateurs. Il devra se lire dans les statistiques d’offres d’emplois.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Capture d'écran JT de 20h de TF1 : Emmanuel Macron et Edouard Philippe

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’efficacité des ordonnances minée par la légèreté des journalistes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 31 août 2017
- A +

Par Hervé Gourio

Un article d’Emploi 2017

Au départ les choses ne se présentaient pas mal pour agir sur la régulation du marché du travail. Un objectif général de réforme compréhensible et en définitive accepté et même approuvé par une majorité de citoyens avant, pendant et après les élections était énoncé : réformer le marché du travail. Acceptation qui semble se maintenir au vu des tout derniers sondages.

Le respect de la loi imposant la consultation active des syndicats d’employeurs et de salariés a rassuré des Français inquiets sur l’avenir. Le recours aux ordonnances est compris sans bien sûr susciter l’enthousiasme. La loi d’habilitation a défini la table des matières, le menu, de façon un peu ésotérique ce qui a donné lieu à un débat parlementaire sans grand objet néanmoins rendu vivant par les indignations des Insoumis. Donc malgré l’enjeu économique et social énorme de la réforme, l’état de grâce a jusqu’ici régné.

D’où vient donc notre malaise actuel ?

Incontestablement du traitement médiatique de cette « séquence » qui avait tout pour être apaisante. À lire la presse écrite, à regarder les talk-shows on retire l’impression que le succès ou l’échec des ordonnances – question vitale pour le pays nous ont dit le président et le gouvernement – se joue dans les discussions préliminaires entre hauts fonctionnaires et syndicalistes engagées depuis maintenant 2 mois. Si les textes sont assez bien écrits pour satisfaire ce petit groupe d’experts – combien sont-ils ? Une bonne cinquantaine ?- on évitera le blocage éventuel du pays par une coalition unanime de syndicats de salariés. Et la messe sera dite. Pas de blocage = victoire du gouvernement = succès des ordonnances.

J’ai employé le jargon journalistique en parlant de « séquence » pour couvrir ce dialogue entre le gouvernement et les syndicats. En l’occurrence le jargon est bien approprié : nous sommes au cinéma, spectateurs d’une pièce dont les acteurs sont peu connus de nous mais se connaissent bien entre eux. Il y a un peu de suspense mais pour éviter le blocage, donc pour « gagner », le gouvernement est prêt à mettre le prix.

On vient d’ailleurs d’apprendre lundi dernier qu’il a commencé de le faire en majorant uniformément les primes de licenciement en fonction de l’ancienneté. Donc on évitera le risque de blocage. Les fanfares célèbreront bientôt l’aboutissement « gagnant gagnant » de ces discussions.

Un grain de sable dans les rouages

L’ennui, dans ce scénario, c’est que le succès des ordonnances ne se mesurera pas aux congratulations plus ou moins euphoriques de tout ou partie des négociateurs. Il devra se lire dans les statistiques d’offres d’emplois des TPE/PME dans les 6 mois qui suivront leur promulgation. Ce ne sont pas 50 experts qui trancheront de l’efficacité des ordonnances mais un million de chefs d’entreprises qui achèteront ou pas l’idée que la flexibilité n’est pas un concept nordique.

D’autant plus que ces acteurs décisifs, les patrons de TPE/PME ne sont pas représentés dans la discussion : ni le MEDEF, ni la CGPME ne peuvent se targuer d’une large représentativité dans cette catégorie. Encore moins pour parler au nom des entreprises qui n’existent pas encore, celles dont nous savons qu’elles génèrent le plus grand nombre de nouveaux emplois dans les pays occidentaux.

On ne fera pas l’injure au gouvernement de lui prêter un tel aveuglement narcissique. Nous pouvons même essayer de comprendre la communication très lacunaire sur les objectifs précis poursuivis. Les grands syndicats sont des grosses bêtes vieillissantes qu’il ne faut pas exciter.

Vous êtes quand même un peu trop prudents, Messieurs les chefs de l’exécutif, il faudra bien un jour, expliquer aux Français ce que vous attendez d’eux pour débloquer l’emploi de plus de 1% comme l’a avancé hardiment Emmanuel Macron à Salzbourg. La main invisible du marché n’y suffira pas.

Les derniers coupables

Mais n’oublions pas les principaux coupables du malentendu en gestation. Médias et journalistes qui se font passer pour des experts. Alors qu’ils ne sont que des courtiers en informations émanant d’autres experts plus ou moins avérés eux aussi. Il est vrai que, sous Hollande, ils étaient aussi distributeurs plus ou moins intéressés d’une parole gouvernementale généreusement prodiguée. C’était le bon temps. Sur des questions aussi cruciales que le chômage de masse, on pouvait se contenter d’une resucée d’une dissertation de Sciences Po, d’une reprise d’un vieil article d’un « journal de référence » ou du bon mot d’un ministre.

Être journaliste pourtant cela ne se résume pas à cultiver un carnet d’adresses qui vous fournit du « contenu ». Il faut regarder au-delà du périphérique pour parler de la vraie vie et éclairer l’opinion publique. En l’occurrence sur l’état d’esprit des petits entrepreneurs logiquement timorés depuis si longtemps en matière d’embauches et d’investissements. Les médias ne sont pas le réseau social de la France d’en haut. Même si c’est confortable d’en faire partie. Choisissez votre camp camarades, si vous ne voulez pas être aussi détestés que les gouvernants d’hier et chassés comme eux.

Sur le Web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bonjour, je partage votre analyse sauf sur un point.
    Nous ne demandons pas aux journalistes de nous éclairer. Surtout pas.
    C’est pourtant la mission qu’ils s’assignent en tournant le dos à l’information et la vérité.
    Tel un ministère de la propagande, ils diffusent inlassablement, au mépris de la dignité humaine, sans contrôle, sans contre-pouvoir, leur vision dépravée du monde, leur idéologie socialisante.
    Ces gens-là nous regardent de haut et se sentent investi de la charge d’éducation du petit peuple (qu’ils ont très largement contribué à créer) qui, décidément, ne comprend rien à rien et flirte en permanence avec le populisme.
    Ma détestation, non pas envers la profession de journaliste, si indispensable à la démocratie, mais envers ceux qui la trahissent tous les jours pour servir leur vision étroite et immature du monde (donc foncièrement dangereuse), ici, en France, au XXI e siècle, est profonde

  • Vu la cote des journalistes ils ne sont guère mieux appréciés, normal après tant de mensonges et de parti pris! Les élections américaines ou françaises, les incessantes attaques contre Trump, ou sa femme quand ils ne trouvent rien à lui reprocher.
    Ils falsifient l’histoire, le climat, les OGM, le bio, la science, les vaccins, les médecines douces, les énergies renouvelables, l’Islam, etc… Même un journal qui fut autrefois sérieux comme le Figaro est devenu une usine à abuser les lecteurs!

  • Quand l’herbe a été piétinée trop longtemps, elle a besoin de temps pour se régénérer. Mais ça finit par arriver.

  • le pouvoir en place aura t’il le courage de supprimer les subventions de la presse et la niche fiscale sur le revenu des journaliste …
    liberté de la presse ….
    ce mélange politique// journaliste …
    l’information bafouée …detournée..

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Il y a bien un déclin de la France au niveau de l’Europe et du monde, et une tentative de contrôle toujours grandissant de la Commission européenne sur les politiques nationales.

Selon Georgina Wright, « il faudrait déplorer à la fois le déclin du poids de la France au sein de l’Union européenne et la mainmise de Bruxelles sur la politique menée par Paris ».

Dans un article publié par Le Monde, Georgina Wright, directrice à l’Institut Montaigne déplore que les Français considèrent, à tort, que l’Europe serait la cause du « d... Poursuivre la lecture

7
Sauvegarder cet article

Notre nouveau et brillant Premier ministre se trouve propulsé à la tête d’un gouvernement chargé de gérer un pays qui s’est habitué à vivre au-dessus de ses moyens. Depuis une quarantaine d’années notre économie est à la peine et elle ne produit pas suffisamment de richesses pour satisfaire les besoins de la population : le pays, en conséquence, vit à crédit. Aussi, notre dette extérieure ne cesse-t-elle de croître et elle atteint maintenant un niveau qui inquiète les agences de notation. La tâche de notre Premier ministre est donc loin d’êtr... Poursuivre la lecture

Le fait pour un gouvernement de solliciter et d’obtenir la confiance de l'Assemblée contribue à la prévisibilité, la stabilité et la sincérité de l’action publique, et cela devrait être reconnu comme indispensable.

Le 30 janvier dernier, Gabriel Attal a prononcé son discours de politique générale, sans solliciter la confiance de l’Assemblée, avant qu’une motion de censure soit soumise, puis rejetée le 5 février. Le gouvernement Attal, comme le gouvernement Borne avant lui, a donc le droit d’exister, mais sans soutien de la chambre.

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles