Les politiques dans les media : une triste cohérence

Le rapport entre les politiques et les media ne sera plus incestueux : il va devenir fusionnel.

Par Philippe Bilger

Le rapport entre les politiques et les media ne sera plus incestueux. Transparent et fusionnel, il va devenir légitime.

Il n’y a pas de quoi s’indigner ou s’étonner de voir ce mercato « politique » qui, selon des modalités diverses, va conduire un certain nombre de personnalités à un emploi ou à des interventions régulières dans l’espace médiatique (Le Monde).

Pour elles, à vrai dire, ce sera la continuation de la politique et de l’affirmation partisane mais par d’autres moyens.

Il y a chroniqueur et chroniqueur

Certes toutes les situations ne se ressemblent pas. Par exemple rien de commun entre un Jean-Pierre Raffarin sur France 2, un Henri Guaino à Sud Radio, un Gaspard Gantzer ou une Aurélie Filippetti sur RTL, une Raquel Garrido sur Canal Plus (Le Figaro).

Le premier va se commettre comme chroniqueur dans la nouvelle émission dominicale de Laurent Delahousse. Après avoir décidé de quitter la vie politique et évoqué une Fondation, lui, l’ancien Premier ministre, a accepté cette banalisation. Peut-être faut-il du courage pour oublier ce qu’on a été ? En tout cas, tel que je l’écoute et le lis, il s’entendra très bien avec l’inévitable Caroline Fourest. On peut compter sur Laurent Delahousse pour ne pas déroger à la bienséance médiatique !

Jean-Louis Debré avait ouvert la voie en passant sans transition de la componction constitutionnelle à la futilité médiatique.

Quant à Henri Guaino, comme il aura son parti pris durant quatre minutes et qu’il ne sera pas contredit, il sera heureux d’être toujours d’accord avec lui-même. Le monologue ne devrait pas lui déplaire.

Pour Gaspard Gantzer qui va, avec d’autres, « refaire le monde », qu’il ne s’illusionne pas. Ce sera déjà beaucoup de pouvoir exprimer sa pensée. L’Elysée lui semblera lointain et ce sera sans doute moins drôle qu’avec François Hollande dans ses meilleurs jours ! Aurélie Filippetti, quant à elle, s’efforcera de réussir médiatiquement ce qu’elle n’est pas parvenue à mener à bien politiquement !

Raquel Garrido, aux côtés de Thierry Ardisson, aura tout loisir de nous exposer ce qu’est la France insoumise, dans un curieux mélange de révolte et d’intégration médiatique.

Media et politique, des relations fusionnelles

Pour rester sérieux, si je ne considère pas que cette arrivée en masse des politiques au sein des media représente une bouleversante avancée, cela tient au fait que la classe médiatique étant, sans abus de langage, majoritairement politisée avec une impartialité trop souvent battue en brèche, il semble logique que les politiques, eux, se médiatisent et qu’en définitive se crée cette triste cohérence d’une homogénéité mêlant le partisan subtil au partisan ostensible.

Surtout je ne crois pas que l’espace médiatique sera enrichi, avec ce mélange, par une pensée, une parole plus libres, des contradictions plus stimulantes, moins sectaires, des postures moins conventionnelles. Le politique défait ou vacant ne s’oubliera pas et le journaliste sera légitimé dans ses préjugés.

Peut-être y a-t-il chez quelques-uns de ces transfuges par nécessité le rêve de pouvoir devenir quelqu’un d’autre mais on ne change pas.

La seule certitude est que cet engouement conjoncturel ne va pas redorer le blason de la politique dans l’opinion. Parce qu’il est clair que tous, contrairement à Roselyne Bachelot qui a abandonné le métier, n’attendront avec impatience que le moment délicieux où la politique leur tendra à nouveau les bras.

Devenus des sortes d’histrions au cours de la parenthèse, ils aggraveront le sentiment populaire selon lequel la vérité et le mensonge, l’apparence et la profondeur, la gravité et le divertissement sont mêlés dans une confusion qui ridiculise la démocratie.

Sur le Web.