Les politiques dans les media : une triste cohérence

Le rapport entre les politiques et les media ne sera plus incestueux : il va devenir fusionnel.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les politiques dans les media : une triste cohérence

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 30 août 2017
- A +

Par Philippe Bilger

Le rapport entre les politiques et les media ne sera plus incestueux. Transparent et fusionnel, il va devenir légitime.

Il n’y a pas de quoi s’indigner ou s’étonner de voir ce mercato « politique » qui, selon des modalités diverses, va conduire un certain nombre de personnalités à un emploi ou à des interventions régulières dans l’espace médiatique (Le Monde).

Pour elles, à vrai dire, ce sera la continuation de la politique et de l’affirmation partisane mais par d’autres moyens.

Il y a chroniqueur et chroniqueur

Certes toutes les situations ne se ressemblent pas. Par exemple rien de commun entre un Jean-Pierre Raffarin sur France 2, un Henri Guaino à Sud Radio, un Gaspard Gantzer ou une Aurélie Filippetti sur RTL, une Raquel Garrido sur Canal Plus (Le Figaro).

Le premier va se commettre comme chroniqueur dans la nouvelle émission dominicale de Laurent Delahousse. Après avoir décidé de quitter la vie politique et évoqué une Fondation, lui, l’ancien Premier ministre, a accepté cette banalisation. Peut-être faut-il du courage pour oublier ce qu’on a été ? En tout cas, tel que je l’écoute et le lis, il s’entendra très bien avec l’inévitable Caroline Fourest. On peut compter sur Laurent Delahousse pour ne pas déroger à la bienséance médiatique !

Jean-Louis Debré avait ouvert la voie en passant sans transition de la componction constitutionnelle à la futilité médiatique.

Quant à Henri Guaino, comme il aura son parti pris durant quatre minutes et qu’il ne sera pas contredit, il sera heureux d’être toujours d’accord avec lui-même. Le monologue ne devrait pas lui déplaire.

Pour Gaspard Gantzer qui va, avec d’autres, « refaire le monde », qu’il ne s’illusionne pas. Ce sera déjà beaucoup de pouvoir exprimer sa pensée. L’Elysée lui semblera lointain et ce sera sans doute moins drôle qu’avec François Hollande dans ses meilleurs jours ! Aurélie Filippetti, quant à elle, s’efforcera de réussir médiatiquement ce qu’elle n’est pas parvenue à mener à bien politiquement !

Raquel Garrido, aux côtés de Thierry Ardisson, aura tout loisir de nous exposer ce qu’est la France insoumise, dans un curieux mélange de révolte et d’intégration médiatique.

Media et politique, des relations fusionnelles

Pour rester sérieux, si je ne considère pas que cette arrivée en masse des politiques au sein des media représente une bouleversante avancée, cela tient au fait que la classe médiatique étant, sans abus de langage, majoritairement politisée avec une impartialité trop souvent battue en brèche, il semble logique que les politiques, eux, se médiatisent et qu’en définitive se crée cette triste cohérence d’une homogénéité mêlant le partisan subtil au partisan ostensible.

Surtout je ne crois pas que l’espace médiatique sera enrichi, avec ce mélange, par une pensée, une parole plus libres, des contradictions plus stimulantes, moins sectaires, des postures moins conventionnelles. Le politique défait ou vacant ne s’oubliera pas et le journaliste sera légitimé dans ses préjugés.

Peut-être y a-t-il chez quelques-uns de ces transfuges par nécessité le rêve de pouvoir devenir quelqu’un d’autre mais on ne change pas.

La seule certitude est que cet engouement conjoncturel ne va pas redorer le blason de la politique dans l’opinion. Parce qu’il est clair que tous, contrairement à Roselyne Bachelot qui a abandonné le métier, n’attendront avec impatience que le moment délicieux où la politique leur tendra à nouveau les bras.

Devenus des sortes d’histrions au cours de la parenthèse, ils aggraveront le sentiment populaire selon lequel la vérité et le mensonge, l’apparence et la profondeur, la gravité et le divertissement sont mêlés dans une confusion qui ridiculise la démocratie.

Sur le Web.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Politiques et médias ne peuvent être pris au sérieux à cause de leur inconsistance dissimulé sous une fausse assurance : des clowns !
    Voilà la triste cohérence !

  • Comme ils s’aiment! Mr Philippe Bilger compris.

  • Être une marionnette politique ou un guignol sur les médias
    Quelle différence ?
    Cela ne fait que confirmer l’inconsistance du politique, girouettes manipulées par les intérêts extérieurs à l’état pour leur bénéfice exclusif …

  • Une seule solution : supprimer les subventions à la presse et privatisation de l’audiovisuel public.
    Il suffira d’attendre de voir ceux qui vont survivre sans l’agent gratuit de nos impôts.

  • – En plus ; ce sont des tacherons de l’Info, payés comme des journalistes stagiaires, qui se font les défenseurs infatigables & zélés du l’Oligarchie et de ses banquiers… Dans leurs forumses lecteurs contestataires n’échapperont pas à la « crépinette Décodex »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
une personne en combinaison de prptection
1
Sauvegarder cet article

Commenter des images de France 24, la voix de son maître gouvernemental s’il en est, qui montre, à travers des images choquantes, les effets néfastes de la politique du zéro covid en Chine.

Pourquoi ?

Par exemple, la photo de droite montre le dos d’un travailleur qui escalade une clôture. Il s’agit du recadrage sur un travailleur d’un groupe de travailleurs de Foxconn, entreprise taïwanaise, filiale d’Apple, dont l’immense usine est située à Zhengzhou en Chine. Elle fabrique 70 % des iPhone de ce groupe (500 000 par jour). La lé... Poursuivre la lecture

Cyril Hanouna est très loin d'avoir la finesse d'un humoriste. Il serait plutôt du genre amuseur public, façon petit rigolo de la classe qui subjugue ses petits camarades par son aplomb et désespère son institutrice. Son truc, manifestement, ce sont les coquillettes versées dans le slip d'un chroniqueur, histoire de vérifier le proverbe "avoir le cul bordé de nouilles", le tout bien enveloppé dans un prêt-à-penser frappé au coin de la médiocrité, comme on a pu s'en rendre compte à l'époque des débats sur l'affaire Mila et les caricatures de C... Poursuivre la lecture

Émoi (encore un) dans l’hémicycle : un député Rassemblement National aurait dépassé les bornes des limites et se serait vautré avec emphase dans les heures les plus sombres de notre histoire politique avec de vrais morceaux de racisme dedans. Pour ajouter l’insulte à l’injure, la presse s’est jointe à la mêlée pour y ajouter une dose de propagande.

La petite phrase défraye la chronique paresseuse des folliculaires médiocres : alors que Carlos Martens Bilongo, député France Insoumise d’origine congolaise, évoquait la question des migran... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles