Bora Bora dream, d’Émilie Boré et Daniel Abimi

Ils se sont connus dans un fitness, le California. Tous deux sont des Narcisse. Tous deux ont un rêve.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bora Bora dream, d’Émilie Boré et Daniel Abimi

Publié le 30 août 2017
- A +

Par Francis Richard

Ils se sont connus dans un fitness, le California.

Tous deux sont des Narcisse.

Elle : « Devant le grand miroir sans charme à côté des toilettes, elle se livre à une dernière inspection. Pieds en dedans, lycra scintillant, queue de cheval serrée, bien haute. Un peu de blush, un peu de gloss – le n°7, Rose des sables, qui lui donne un air angélique. »

Lui : « Il s’est déshabillé. Son rituel. Tout nu, devant le miroir, il se pèse: 79 kilos pour 1,86 mètre. La ligne de ses muscles est fine, nerveuse. Il se regarde, cherche le défaut. Au bout d’un moment, il enfile son T-shirt. A chaque inspiration, il le sent adhérer à sa peau. Il se sent grandir. »

Si ces deux corps s’unissent, ils formeront un beau couple, assurément, la belle qui se pavane et qu’une goutte de Dior J’adore habille, et la bête qui bombe le torse et dont l’indice de masse corporelle est dans la cible.

Tous deux ont un dream.

Lui, c’est une île, Bora Bora, représentée sur une carte postale : « une longue bande de sable, l’océan transparent, le ciel bleu et, en médaillon, une tortue des mers. »

Elle, « c’est un mari avec une plastique de rêve, le père de son enfant, de son fils – ce sera forcément un garçon… Junior. »

Mais les rêves ne sont-ils pas différents des promesses, puisqu’ils n’engagent que ceux qui les font et puisque la vraie vie se charge de les dissiper, ne laissant aux rêveurs que des vestiges bien réels qui les leur rappellent?

Bora Bora dream, Émilie Boré et Daniel Abimi, 64 pages BSN Press

Sur le Web.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Uruk
4
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follett. Un article de Human Progress

Aujourd'hui marque le deuxième volet d'une série d'articles de HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne.

Notre deuxième centre du progrès est Uruk, la première grande ville du monde et le lieu de naissance de l'écriture vers 3200 avant J.-C. En créant le premier système d'écriture, les habitants... Poursuivre la lecture

Par Johan Rivalland.

Alain Finkielkraut est souvent considéré par ses contempteurs comme une sorte de grincheux, de réactionnaire, de nostalgique ou je ne sais quel qualificatif encore. Mais les réalités qu’il décrit sont-elles surannées ou ne correspondent-elles pas à des mutations profondes aboutissant à de véritables renversements de valeurs ? Lui-même, qui s’était toujours considéré comme un homme de gauche (et est pourtant régulièrement catégorisé par certains comme un homme d’extrême droite) écrit ceci, page 135 :

En rompant av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles