Albert Camus : le courage du « en même temps »

Au fil des années, alors que de plus en plus le courage intellectuel est devenu une denrée rare, Albert Camus nous apparaît comme un esprit miraculeux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Albert Camus by Jared Enos (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Albert Camus : le courage du « en même temps »

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 août 2017
- A +

Par Philippe Bilger. 

Pas un été sans que la personnalité et le génie d’Albert Camus ne soient célébrés (Le Figaro Magazine), ne nous soient rappelés.

Au fil des années, alors que de plus en plus le courage intellectuel est devenu une denrée rare, voire en perdition, en tout cas vite sanctionnée quand elle tente de survivre, Albert Camus nous apparaît comme un esprit miraculeux.

Qui contre vents, marées et idéologies perverses a su, de son vivant, se battre pour maintenir l’honnêteté et la justice au coeur de l’intelligence. Depuis sa mort, il est magnifié par une époque condamnée à admirer au détail ce qu’elle n’est plus capable de pratiquer sur une large échelle. On a les héros magiques qui compensent ou font oublier nos médiocrités et nos lâchetés quotidiennes.

Parce que, si on a raison de placer Camus sous le pavillon de la liberté comme l’excellente analyse d’Alexandre Devecchio l’a fait, je voudrais surtout insister sur son courage qui n’est pas la conséquence vertueuse obligatoire de la liberté.

Avec quel acharnement Albert Camus, pour la tragédie algérienne comme pour tant d’autres problèmes contemporains ou débats personnels, s’est-il entêté à défendre la puissance et la plénitude du « en même temps » ! Il l’a fait sur le plan de l’intelligence et de l’Histoire et je songe à la pétition qu’il a signée pour la grâce de Robert Brasillach en soulignant que celui-ci n’aurait sans doute pas adopté la même démarche pour le sauver…

Il y a l’anticolonialisme qui n’impose pas une dénonciation massive et sans nuance mais nécessite une pensée qui appréhende la complexité et ne départage pas sommairement la réalité entre innocents et en malfaisants.

Il y a l’exigence de Justice, mais qui à force d’être désincarnée et abstraite répudie la chaleur des êtres, la douce servitude des affections et des élans du coeur. Camus dans une splendide formule que je résume et qui trop souvent est mal citée affirme : « Je crois en la Justice mais je défendrai ma mère avant la Justice ». Cet arbitrage que l’humanisme authentique commande constitue l’argumentation la plus éclatante, la plus décisive contre tous les totalitarismes, les rêves funestes et dévastateurs prétendant construire l’Homme nouveau et édifier un monde lisse, vierge, débarrassé de tout et surgi de rien d’autre que de lui-même.

J’ai beau chercher, tenter d’infléchir, d’atténuer mon inconditionnalité intellectuelle, philosophique et littéraire, m’efforcer d’être absolument objectif dans le conflit l’ayant opposé notamment à Jean-Paul Sartre et à Simone de Beauvoir, je demeure dans un attachement sincère, exclusif et respectueux à l’égard de cette destinée si exemplaire, disparue trop vite d’un univers à qui elle ne cesse de manquer. Avec cet être d’une telle qualité, d’une sensibilité si riche, corseté pour affronter les défis du temps par un tel courage, on était assuré, pour le paraphraser, de ne pas voir le monde se défaire mais se faire.

Une admiration, respectueuse oui, parce que consciente des difficultés de sa tâche d’impartialité et d’équité et certaine que nul autre que lui, avec son impeccable éthique, n’en aurait été capable.

Lui qui a tant aimé le soleil, la splendeur sèche et brûlante qui émanait de lui, la culture du plaisir et paradoxalement aussi de la mort qu’il engendrait, d’une certaine manière il est présent à Paros, dans cette île, en Grèce. Tout ici est si familier avec ses sensuelles adorations.

J’aime terminer ce billet avec Albert Camus dans ma tête et mes songes, face à la mer, avec le vent et la certitude délicieuse d’un temps inaltérable.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le courage du « en même temps » ? Keskeseksa ?? Encore une façon détournée d’encenser un président jupitérien?

    • @ Dr Slump

      Non! C’est honorer toute l’indispensable beauté riche de la « nuance » qui a du mal à entendre l’utilisation de « en même temps » comme le résumé d’un bel article d’hommage délicat à un grand homme toujours trop peu connu et sans doute trop peu lu!

  • La découverte d’Albert Camus, de l’homme, de l’écrivain, ne peut être qu’un choc. J’ignorais la polémique avec Sartre et Simone de Beauvoir, mais, à priori, je donne raison à Camus.

    • @ Pyrrhon
      (Décidément!) J’ai découvert A.Camus vers mes 18 ans, à la très proche époque de mai 1968, que, pas Français, j’ai sans doute vécue à « ma façon », loin de J.P.Sartre et S.de Beauvoir qui m’ont bien moins intéressé (pour être « gentil »)! Mais je me souviens de leur rivalité dans (ou organisée par) la presse, divisant l’intelligentsia (déjà) de façon binaire ridicule!

  • Je préférais avoir raison avec Camus que tort avec Sartre, contrairement aux intellectuels français, des moutons de Panurge sans cervelle. Et surtout sans courage, valeurs ni conscience. Ils ont pactisé, voire encouragé un régime criminel qui a massacré dans les 100 millions de personnes dans le monde!

    • Sartre s’est partiellement repenti à la fin de sa vie, mais reste pour moi représentatif des dégâts de l’abstraction face au réel que Camus appréhendait infiniment mieux

  • J’aurais aimé votre article si vous aviez eu la pertinence de n’y pas inclure votre »en même temps ». J’ai toujours apprécié Camus mais je ne vois aucune raison de lui prêter des pensées qu’il n’avait pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

Camus
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

À l’occasion du soixantième anniversaire de la mort d’Albert Camus[1. Albert Camus, né le 7 novembre 1913 à Mondovi, près de Bône, en Algérie, et mort le 4 janvier 1960 à Villeblevin.], il n’est pas inutile, ni trop tard, pour revenir sur cet ouvrage qui constitue l’un des joyaux et des références historiques de la littérature française.

Une dénonciation des totalitarismes

L’homme révolté pourrait être Albert Camus, qui réagit contre les « crimes logiques », ceux prémédités de manière massive (il parle de 70... Poursuivre la lecture

Par Jean-Baptiste Noé.

Philosophe discret, mais majeur, Jean-François Mattéi a longtemps enseigné à l’université de Nice, avant de décéder brutalement en 2014. L'homme dévasté est son dernier ouvrage, entièrement rédigé, mais non publié avant sa mort. Le titre même est une référence très explicite à Albert Camus et son homme révolté. Mattéi fut en effet largement inspiré par la pensée de Camus, avec qui il partageait l’origine de la même terre. Dans cet ouvrage, il réfléchit aux idéologies de la mort de l’homme, il analyse les différen... Poursuivre la lecture