« L’homme dévasté » de Jean-François Mattéi

Mattéi conclut son ultime ouvrage en s’inspirant de celui qui a accompagné sa vie, Albert Camus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« L’homme dévasté » de Jean-François Mattéi

Publié le 23 juin 2015
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

L'homme dévasté Jean-françois MattéiPhilosophe discret, mais majeur, Jean-François Mattéi a longtemps enseigné à l’université de Nice, avant de décéder brutalement en 2014. L’homme dévasté est son dernier ouvrage, entièrement rédigé, mais non publié avant sa mort. Le titre même est une référence très explicite à Albert Camus et son homme révolté. Mattéi fut en effet largement inspiré par la pensée de Camus, avec qui il partageait l’origine de la même terre. Dans cet ouvrage, il réfléchit aux idéologies de la mort de l’homme, il analyse les différents mouvements de pensée qui veulent effacer l’humanité pour la réduire à une chose. Il y voit la substitution de l’anthropocentrisme par le biocentrisme, dans lequel l’homme est perçu comme dangereux.

Les idéologies de la déconstruction, nous dit Mattéi, veulent rompre avec la culture de l’Occident. Elles promeuvent l’idée selon laquelle l’homme est périmé, comme les choses, et qu’il peut donc être jeté. C’est la promotion de la facticité de l’homme, c’est-à-dire de sa fausseté. L’homme n’est plus un être, mais une chose. Or l’ontologie fut une des grandes réflexions de Mattéi, toutes ses œuvres portent la trace de la réflexion sur l’Un et sur l’Être. Et c’est bien cet être que les courants de pensée actuels veulent effacer, afin d’aboutir à cet homme dévasté.

L’œuvre de la déconstruction

La déconstruction est une méthodique entreprise de liquidation et d’élimination du sujet, initiée par des philosophes marxistes comme Althusser et Derrida. L’ensemble des chapitres du livre analyse la marche de la déconstruction dans les différents aspects de l’homme : le langage, le monde, l’art et le corps. Mais c’est partout la même logique, celle de chosifier l’être, le couper de ses racines culturelles et intellectuelles, en faire un objet périssable et consommable. La déconstruction est une critique perpétuelle des fondements de la civilisation. Une fois que la déconstruction est achevée, il ne reste que la vacuité, le néant. Des hommes qui sont des ombres errantes, incapables d’entrer en eux-mêmes, terrorisés par le silence intérieur de leur être qui leur montre leur immense vacuité.

« Le désert croît. Malheur à celui qui abrite en lui des déserts » nous dit Nietzsche. Le philologue allemand accompagne toute la réflexion de Mattéi dans ce livre, lui qui a bien montré que la mort de Dieu n’était que le prélude à la mort de l’homme. Homme sans étoile, sans racine, sans généalogie. L’homme chose.

Et Mattéi conclut son ultime ouvrage en s’inspirant une nouvelle fois de celui qui a accompagné sa vie, Albert Camus. L’homme n’est pas condamné à être dévasté, s’il se révolte, s’il accepte de devenir l’homme révolté. Qui est l’homme révolté ? C’est l’homme qui dit non à ce qui transgresse les frontières de l’humain, et qui dit oui à la part précieuse de lui-même. L’homme dévasté est un homme qui a déserté la chaîne de l’humanité. Il est le dernier homme, ce qui a effacé l’horizon. L’homme révolté est l’homme de la naissance, de la paternité retrouvée, de la généalogie restaurée ; généalogie humaine, culturelle et civilisationnelle. Seule l’architectonique de la culture permet de contrecarrer les effets dévastateurs de la déconstruction.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci pour cet article qui met en lumière un philosophe « discret ».

    De manière générale, j’apprécie vos articles qui permettent de prendre un peu de hauteur de vue.

    Ce qui est plus qu’agréable en ces temps de circulation frénétique de l’information.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

La liberté est le sujet fondamental au centre des préoccupations de Contrepoints, à travers articles, analyses, réflexions, discussions.

Au-delà de l’actualité, de l’Histoire, des perspectives d’avenir, qu’en est-il de ce sujet dans la littérature, en particulier lorsqu’on pense à son opposé le plus extrême : le totalitarisme ?

J’ai déjà eu l’occasion, ici-même, de commenter quelques grands romans d’Ayn Rand, qui trouveraient toute leur place dans cette série. Je vais donc prolonger avec d’autres réal... Poursuivre la lecture

l'espoir
1
Sauvegarder cet article

Par Stephen Kent.

Chacun donne à l'espoir une signification différente. Certains disent que l'espoir est inhérent à la façon dont une personne se comporte face à l'adversité. D'autres considèrent l'espoir comme une forme de superstition, une croyance infondée que tout finira par s'arranger. Les plus cyniques qualifient l'espoir de pure folie ou de naïveté. Au cours de la pandémie de Covid-19, notre capacité à trouver l'espoir a été régulièrement mise à l'épreuve par les lockdowns, les fausses promesses des bureaucrates et de l'establis... Poursuivre la lecture

égalité histoire
1
Sauvegarder cet article

Depuis la Révolution de 1789, le concept d’égalité figure dans la devise de la République française (Liberté, Égalité, Fraternité). Mais il a radicalement changé de signification.

Lorsque les hommes d’aujourd’hui pensent égalité, ils se réfèrent en général à une acception économique du mot. Les inégalités constituent un thème récurrent des partis de gauche, qui proposent de les réduire par un mécanisme de prélèvements coercitifs et de redistribution. Telle n’était pas la conception des révolutionnaires de 1789.

La notion actuell... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles