Le mémo Google : des vérités qui dérangent

Les questions posées par l’ancien salarié de Google sur la sous-représentation des femmes dans la tech sont légitimes. En voici un résumé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Google Logo in Building43 By: Robert Scoble - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le mémo Google : des vérités qui dérangent

Publié le 13 août 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

En juillet dernier James Damore, employé à Google, a fait circuler en interne un mémo d’une dizaine de pages. Une fuite d’information a par la suite rendu le document disponible au public, déclenchant un torrent d’indignation puis le renvoi de l’auteur. Que peut bien contenir ce mémo pour justifier de telles réactions ? Pour le savoir la meilleure solution est encore de le lire, le texte est court et très clair. Pour les pressés et les allergiques à l’anglais, voici un résumé des principaux points qu’il développe.

Mémo Google : des vérités qui dérangent

Google a un biais de gauche. Un tel biais n’est pas grave en soi tant qu’il est contrebalancé par une pluralité d’idées, mais à Google de telles remises en cause sont étouffées par une hégémonie idéologique. Cela cause une généralisation d’attitudes néfastes telles que le fait de considérer que toute différence de résultat, par exemple une faible proportion de femmes dans certaines professions, est forcément due à une injustice qu’il faut combattre.

Or on peut expliquer de telles différences sans imaginer un complot sexiste. D’après le modèle des Big Five (qui est l’un des mieux établis en psychologie de la personnalité), les femmes ont en moyenne : (1) Un plus haut score d’Ouverture et d’Extraversion qui explique leur tendance à préférer les domaines sociaux et artistiques plutôt que techniques. (2) Un plus haut score d’Agréabilité et de Névrotisme qui les rend plus réticentes à s’imposer et moins tolérantes aux milieux professionnels très compétitifs.

Ces différences n’ont qu’un impact sur les statistiques globales et ne sont d’aucune utilité pour juger le caractère d’une femme en particulier. Elles sont consistantes partout dans le monde, ce qui élimine une explication purement culturelle. Au contraire elles sont plus importantes dans les pays plus développés où chacun est encouragé à mener sa vie selon ses choix.

Un autre facteur fondamental est la recherche de statut, qui est la principale mesure selon laquelle les hommes sont jugés par les femmes en tant que partenaires potentiels. C’est pourquoi ils sont plus susceptibles de se retrouver dans une profession mieux payée mais stressante, voire dangereuse.

Une fois établie la vraie raison pour laquelle les femmes tendent à éviter certains domaines, on peut essayer de rendre ces domaines plus attractifs pour elles (par exemple en multipliant les projets coopératifs à Google), en gardant à l’esprit toutefois que ces aménagement ne peuvent avoir qu’un impact limité (un programmeur passera toujours la majorité de son temps seul devant un écran) et qu’ils ne doivent pas aller jusqu’à nuire à l’environnement professionnel pour des raisons idéologiques (par exemple en supprimant toute compétition).

Au lieu de cela, Google s’acharne à combattre d’inexistants biais sexistes à l’aide de pratiques discriminatoires (« programmes de sensibilisation » obligatoires pour les hommes, discrimination positive et quotas, chasse aux « micro-agressions »…) et à faire taire par tous les moyens toute opinion divergente de la doxa gauchiste selon laquelle tout est culturel. Le dernier exemple en date de cet autoritarisme politiquement correct étant, bien entendu, le renvoi de Damore pour avoir osé soulever ces problèmes.

Une telle réponse à des questions qu’il est légitime de poser pose de graves questions sur la réalité de la promotion d’idées diverses chez Google.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Cette étude parue dans le journal d’Alzheimer il y a quelques jours montre que le cerveau des femmes fonctionne différemment des hommes, ce qui pourrait expliquer qu’Alzheimer touche 66% de femmes contre 33% d’hommes … mais selon la doxa de gauche ce serait un méchant stéréotype.

    http://www.j-alz.com/content/women-have-more-active-brains-men

    • Merci pour le lien, je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours pensée que l’alzheimer était principalement une maladie d’homme alors que ça semble être l’inverse.

    • Attention aux chiffres! L’évolution démographique peut simplement expliquer cette différence. L’Alzheimer est une maladie de la personne âgée (sauf qq exceptions rares).
      L’espérance de vie des hommes est inférieure à celle des femmes; A 80 ans, il y a 41% d’hommes pour 59% de femmes. A 90 ans, il n’y a plus que 30% d’hommes. Cela est suffisant pour qu’il y ait plus de femmes que d’hommes atteintes de la maladie.
      https://www.insee.fr/fr/statistiques/1892088?sommaire=1912926

  • On connaît parfaitement l’hypocrisie des gens de gauche qui font toujours exactement le contraire de ce qu’ils avancent! Ainsi ils passent leur temps à dénoncer l’intolérance, alors qu’ils traquent toute déviance, à prôner la liberté d’opinion qu’ils interdisent. Sundar Pichai, le patron de Google, en est l’archétype, il a osé dire qu’il fallait afficher ses opinions alors qu’il a viré Damore pour l’avoir fait.

  • « Google a un biais de gauche. Un tel biais n’est pas grave en soi tant qu’il est contrebalancé par une pluralité d’idées »

    La première chose sur laquelle un site libéral se doit d’insister dans des affaires telle que celle-ci (s’il ne veut pas être confondu avec un énième site conservateur ou nationaliste) c’est que même si la « pluralité/diversité d’idées » dans une entreprise privée est grandement souhaitable, le manque de « pluralité/diversité d’idées » n’est pas pour autant illégitime. Avant de se demander si le mémo de l’employé de Google est grotesque ou plein de bon sens (selon moi le mémo a le mérite d’être argumenté et nuancé), la première chose qu’un libéral doit se demander c’est si le mémo respecte ou non les engagements que l’employé a prit en acceptant de travailler chez Google. Si le mémo est respectueux du « code de conduite » de Google, alors dans ce cas l’employé ne mérite pas d’être licencié. Si au contraire le mémo n’est pas conforme au « code de conduite » de Google, alors dans ce cas le licenciemment de l’employé n’a rien d’illégitime, quand bien même il va à l’encontre d’une « pluralité/diversité d’idées. »

    • Pas vraiment car il ne s’agit pas d’un comportement, d’une conduite dérogeant au code, mais simplement d’un mémo apportant des idées pour améliorer l’entreprise. D’un point de vue libéral, émettre des idées ne doit pas pouvoir être sanctionné, même au sein d’une entreprise.

      • Du point de vue libérale seul compte le respect du contrat qui lie google et ses employé. Du moment que les clauses de ce contrat son respecté il n’y a rien à dire sur la validité du licenciement. Ceci dit il est parfaitement « libéral » de considérer que la position de google est totalement ridicule et absurdement idéologique et donc d’exercer une discrimination vis à vis d’une entreprise dont les actions et les valeurs nous déplaisent. La position de google est parfaitement ridicule car elle conciste à lutter contre des discriminations en instaurant d’autre discrimination (attitude parfaitement schizophrénique propre à la plupart de gauchistes qui sont incapable d’appréhender la complexité du monde et sont donc réduit a essayer de créer de réalité utopiques non viable et mortifères. Non seulement il faut accepter les discriminations mais il faut rappeler que les être humains par leur vie à discriminer et pour une excellente raison : le temps. Il est pafaitement impossible d’évaluer en profondeur tous les choix que nous devons faire chaque jour, il nous faut donc prendre des décisions rapidement sur la base de préjugés rapides, c’est une question de survit.

    • il m’apparait, a la lecture du memo original que celui ci est un appel a la reflexion et a la discussion pour améliorer le fonctionnement et l’efficacité de l’entreprise.

      il m’apparait qu’il s’agit d’un licenciement ideologique; mais je suis pret a en discuter

  • c’est marrant parce que si j’avais a réfléchir aux domaines dans lesquels la parité pourrait avoir une importance, je penserais en premier lieu a l’éducation, ou la justice par exemple…
    mais curieusement ce ne sont jamais de ces secteurs que l’on parle… curieux, non ?
    est ce que c’est parce que c’est vérités dérangeraient bien plus que vos mémos Google pathétique ?

    • Rien d’étonnant, le concept de parité ou d’égalité en sociologie moderne est très différent des concepts de même nom en logique ou en mathématiques. Il s’agit de relations asymétriques : il y a parité si on trouve autant OU PLUS de « minorités » dans un champ particulier.
      Là où il y a plus de femmes/gens de couleur/gens qui se définissent par leur sexualité exotique et non « evolutivement correcte » il y a parité.

      Il faut également traduire le concept de minorité. Ce ne s’applique pas au sous-groupe qui représente moins de la moitié du groupe total, mais à tout groupe qui historiquement n’a pas été en position hégémonique en Europe. Ainsi les femmes, qui sont plus de 50% de la population adulte (ou même des plus de 2 ans) sont une « minorité » puisqu’elles n’étaient pas au pouvoir au XIX ème siècle (hormis la reine Victoria, qui dirigeait le pays le plus puissant du monde, mais ça ne compte pas). Ou les noirs (tous les noirs) qui doivent recevoir des compensations parceque ceux qui étaient en Occident au XVII et XVIII ème étaient majoritairement esclaves (bon, ceux qui étaient en Afrique et y sont restés jusqu’au XIX ème étaient majoritairement esclavagistes, mais comme c’était pas en Occident ça ne compte pas).
      De même le racisme est défini comme un rapport de domination. Un blanc (donc dominant puisque membre d’un groupe qui a fait bravo pour l’humanité, même si l’individu en question est pauvre et sans emploi) sera raciste quoi qu’il pense des gens de couleurs. Un « supremaciste noir » comme Mohamed Ali ne sera jamais raciste puisque les noirs en général sont plus pauvres ou moins au pouvoir en Occident (peu importe que l’individu en question soit millionnaire et que des noirs soient au pouvoir dans plein de pays…)
      Aucun rapport avec la situation actuelle, aucun rapport avec un équilibre, une symétrie ou quoique ce soit de ce genre. Non, les mots ont un sens différent pour les « post modernistes de gauche »

  • je recommande vivement de lire le memo ORIGINAL et non celui diffuse par la reponsable de communication de google qui est a la foi modifié et rendu beaucoup moins lisible par modification de la présentation.

    je trouve l’original parfaitement clair et argumenté…..mais pas politiquement correct du tout

    je pense que google a fait une erreur en licenciant un salarie manifestement ouvert et pret a la dicussion

    • Je partage votre avis.
      Par contre je m’interroge sur les raisons de ce choix.
      Les gens de Google sont intelligents. J’aimerais comprendre s’il a été licencié car google croit réellement a la discrimination positive ou si Google a compris que les censeurs de gauche sont plus nombreux que les gens hors-gauche susceptibles de s’offusquer et qu’il a donc intérêt a aller dans ce sens.

      • je ne connais pas le niveau hierarchique de l’auteur mais , a la lumiere de mes connaissances des rouages des grandes entreprises je pense plus simplement que c’est l’initiative d’un cadre moyen du midle management poussé par les salariés charges de  » l’affirmative action »

        c’est qu’il remet en cause leurs fromage ce malapris

        plus peut être quelques jaloux craignant pour leurs place parce que je dois dire que le texte original du mémo montre une personnalité exceptionnelle

      • Theorie personnelle : Le politiquement correct a fait fuir les meilleurs et les idiots sont maintenant en position d’engager d’autres idiots/punir les moins idiots.
        Cercle vicieux, voir campus Anglo-American.

  • Les études et statistiques ne doivent pas définir un mode de pensée et inoculer des généralités sur les femmes.
    Pas toutes les femmes sont pareil, tout comme les hommes ne sont pas tous pareil.
    Le problème d’inégalités hommes-femmes est plus ancien que l’entreprise Google et vient d’un mode d’éducation très archaïque (de telles études et statistiques n’existaient même pas pour les justifier) où on niait le droit aux femmes d’accéder à l’éducation surtout scientifique et favoriser l’ascension qu’aux hommes ! Malgré ces obstacles, il y a eu des nombreuses femmes qui ont accédé à l’éducation scientifiques (en cachette et parfois grâce à des hommes qui n’avait un ego si exacerbé), qui ont contribué énormément aux progrès technologiques et très peu d’entre elles ont eu la reconnaissance qu’elles méritaient, reconnaissance souvent attribuées aux hommes !

    Je peux être d’accord sur le fait que beaucoup de femmes ne montrent pas assez de compétitivité que les hommes, mais je pense sincèrement que c’est le fruit d’une éducation et des modes de fonctionnement qui sont toujours bercés par des clichés anciens. A cause de cette éducation, nous nous mettons des freins mentaux nous-mêmes. Je l’ai entendu souvent de la bouche des femmes : « Cette année je ne peux pas demander une augmentation, parce que je me suis absentée pour les congés maternité », ou « Je ne peux pas revenir au travail, je n’ai pas de mode de garde pour mon enfant ».
    J’ai vu tellement rarement des cas d’hommes, comme mon ami, qui a pris au total 3 ans de congé parental pour s’occuper de ses 2 premières filles et laisser sa femme évoluer dans sa carrière. C’est tellement rare, mais c’est ce genre de mentalité qu’il faut populariser, puisque tant que les femmes porteront l’enfant (produit d’un homme et une femme) la société doit être garante, pas tellement d’égalité, mais surtout d’équité !
    Les libertés que les femmes ont obtenu depuis presque 50 ans (après ’68) ont eu un effet positif net, mais pas jusqu’à atteindre cette désirable équité. Elles ont lutté pour obtenir des droits qu’elles n’avaient pas, mais pas anticipé ce que la société gouverné par des hommes leur réservait. « Vous voulez les mêmes droits que les hommes ? Bah voilà, allez-y, travaillez autant, faites les mêmes métiers, mais continuer à faire ce que vous faisiez avant, puisque vous allez être jugées d’autant plus fort ». Pour travailler et avoir une vie de famille : c’est l’homme qui est gagnant, puisqu’il n’a pas autant de jugements et de freins de la part de la société ! On critique les femmes qui ne veulent pas faire des enfants en faveur de l’épanouissement personnel. Les hommes ne sont pas concernés.

    Ma liste des arguments est longue, mais ils ne vont pas dans le sens où je souhaite que tous les hommes prennent un congés parental ou que toutes les femmes fassent des carrières des chefs d’entreprise. Mais surtout, démonter les idées reçues que les femmes n’en sont pas capable puisque telle étude (sur 1000 ou 10.000 sur 3.7 milliards de femmes) ont telle ou telle partie du cerveau plus ou moins développée. En échange, il serait convenable de lutter pour que le monde soit équitablement représenté à tous les niveaux par ses populations hommes-femmes et que leur voix soient équitablement écoutées. On constatera peut-être des changements étonnants.
    Warren Buffet a mentionné que parmi les raisons de son succès , il y avait le fait qu’il ne se retrouvait en compétition qu’avec la moitié du monde. J’ajouterai que ce mode de pensée s’applique pour toute discrimination et toute inégalité, c’est tellement facile de cristalliser sur les différences !

    On peut se battre à amener chacun des études (moi j’en ai lu aussi qui disent que les entreprises dirigées par les femmes ont une meilleure rentabilité) mais au final c’est à partir de l’histoire que nous devons apprendre à progresser. J’aimerai tant que les gens se préoccupent de l’idée d’équité et qu’ils soient éduqués dans ce sens-là. C’est pour ça que je trouve louable qu’une entreprise ait des chartes de valeurs aussi équitables. Et, je ne fais pas là, un débat sur le licenciement de la personne pour exprimer ses idées, même s’il est possible que dans la description de son poste de travail, l’émission et diffusion d’idées personnelles à l’ensemble de l’entreprise ne faisait pas partie des taches attribuées.

    Et si les valeurs de droite sont contraires aux valeurs humaines, alors oui appelons ça du gauchisme !

  • https://diversitymemo.com/….. Ca doit être l’original..un peu d’anglais…!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Donald J. Boudreaux.

Les attitudes et les opinions de la soi-disant élite d'aujourd'hui - ces formateurs d'opinion publique que Deirdre McCloskey appelle "la cléricature" - sont infantiles. La plupart des journalistes et des essayistes travaillant pour la majorité des grands médias et des entreprises de divertissement, ainsi que la plupart des professeurs et des intellectuels publics, pensent, parlent et écrivent sur la société avec la perspicacité d'un enfant de maternelle.

Cette triste vérité est masquée par la seule carac... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles