Michel Boujenah en Tunisie : derrière le strass, la politique

Le récent appel de la puissante centrale syndicale tunisienne UGTT à l’annulation du concert de Michel Boujenah dans le cadre du festival de Carthage ne serait que l’arbre cachant la forêt de la normalisation des rapports de la Tunisie avec Israël.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
tunisie-dominique TOUEL(creative common)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Michel Boujenah en Tunisie : derrière le strass, la politique

Publié le 11 juillet 2017
- A +

Par Farhat Othman.

À la veille de la visite du président palestinien en Tunisie, au lendemain de son passage à Paris, on a enregistré un appel surprenant de la part du puissant syndicat UGTT à annuler le concert du natif du pays, Michel Boujenah, au prétexte de ses accointances avec Israël.

Double jeu islamiste

Rappelons que ledit fait actuellement la pluie et le beau temps dans un pays où l’État peine encore à retrouver la santé. Or, engagé d’une nécessaire et salutaire guerre contre la corruption qui mine la Tunisie, au point d’en défaire les pourtant solides fondations de l’œuvre de Bourguiba, le chef du gouvernement ne peut se passer de cet allié, bien que devenu encombrant.

Profitant des années suivant le coup du peuple, la révolution tunisienne, les islamistes ont bien contrôlé la plupart des rouages de l’État jusques et y compris ce qui serait une mainmise sur les dirigeants syndicaux.

Aussi voit-on M. Chahed faire le pèlerinage aux États-Unis en vue d’y renforcer son pouvoir en s’assurant du soutien américain, dont bénéficie déjà le parti Nahdha, et ce surtout dans sa croisade pour assainir les rouages de l’État ; ce qui ne peut pas trop plaire au parti islamiste étant de nature à lui porter préjudice.

Déjà affaiblis par la nouvelle donne internationale, les islamistes tunisiens le seraient de plus en plus dans le pays et chercheraient à faire diversion. Aussi soufflent-ils le chaud et le froid. Ainsi, certains des libéraux ou supposés tels au sein du parti osent enfin évoquer les sujets dont on ne voulait même pas parler jusque-là, comme la dépénalisation du cannabis et l’abolition de l’homophobie.

Dans le même temps, on agit en douce en agitant d’autres sujets sensibles aussi qui ont fait jusqu’ici l’objet d’un commerce juteux auprès de l’opinion publique ; mais on se garde de le faire au nom du parti, laissant à d’autres la mission du prête-nom.

Reconnaître Israël

Cette fois-ci, c’est la cause palestinienne au travers de la nécessaire normalisation des rapports entre la Tunisie et Israël à laquelle de plus en plus de voix appellent. Il semble même que la question a fait l’objet d’échanges dans le cadre de la visite de Mahmoud Abbas  à Tunis du 6 au 8 juillet.

Ce serait pour contrarier une telle évolution que s’insère le communiqué du syndicat qui a suscité une réponse alambiquée du ministère des Affaires culturelles bottant en touche en réservant sa réponse après la consultation de la société civile.

Or, la venue chez lui de l’enfant du pays est déjà plébiscitée par le public, les billets du spectacle ayant tous été déjà vendus. De plus, les Tunisiens, s’ils sont pour la défense de la cause palestinienne et pour que la justice leur soit rendue, le sont aussi et surtout dans le cadre d’une paix globale dans le cadre de la légalité internationale. C’est que Bourguiba a été le premier à y appeler, dont le souvenir et la cote d’amour connaissent auprès des Tunisiens un spectaculaire regain à la suite des récents errements enregistré dans le pays.

Normalisation des relations internationales

Dans leur majorité, les Tunisiens — légalistes dans l’âme — ne sont pas opposés à la normalisation des rapports avec un État qui bénéficie de la légalité internationale et la reconnaissance internationale ; seule une minorité dogmatique faisant commerce de cette cause s’y est opposé. D’ailleurs, le problème de la reconnaissance d’Israël ne doit plus poser de difficulté depuis sa conclusion par les premiers intéressés, les Palestiniens.

C’étaient même ces derniers qui ont demandé à la Tunisie, lors des négociations de paix, d’ouvrir une représentation en Israël, qui a été dirigée au reste par l’actuel ministre des Affaires étrangères. Ce que ses ennemis islamistes n’ont pas manqué et ne manquent pas d’en faire état pour contester sa diplomatie s’efforçant de renouer avec les fondamentaux de la politique étrangère tunisienne se voulant non alignée sur aucun intérêt, sinon celui de la patrie et de la légalité internationale.

Officialiser l’informel

D’après quelques indiscrétions, il semble même qu’une demande similaire aurait été faite par les dirigeants palestiniens à la Tunisie pour l’établissement de relations diplomatiques avec l’État hébreu dans le cadre de la résolution des Nations Unies de 1947 afin de peser sur lui pour y revenir.

C’est qu’en tout état de cause, les Palestiniens savent que des relations informelles existent déjà entre Israël et les pays arabes et il n’est point sain de continuer dans l’hypocrisie actuelle. À Paris comme à Tunis, les Palestiniens ont d’ailleurs rappelé la nécessité de la solution des deux États.

Or, c’est ce que prévoit la légalité internationale de 1947, que refuse désormais Israël en se basant sur le refus de son État par les Arabes, dont le refus revient à desservir la cause palestinienne, puisqu’il s’agit de l’acte de naissance non seulement d’Israël, mais aussi et surtout d’un État palestinien souverain.

Il est vrai, ceux qui sont opposés dogmatiquement à la normalisation avec Israël partent du fait qu’il ne reconnaît plus une telle légalité ; mais c’est le renforcer dans cette attitude abusive et d’arrogance en allant dans son sens par l’ostracisme inutile qu’on pratique à son égard, devenant même néfaste, encourageant un certain terrorisme. Il est même impératif de se reconnaître mutuellement pour envisager une paix qui soit enfin celle des braves ! Ce qu’ont bien fait les Palestiniens, au demeurant !

Surtout qu’on a bien vu se multiplier les rapports informels entre Israël et certains pays arabes, comme la reprise récente de la ligne commerciale entre le Maroc et Israël et l’appel à une ligne similaire entre Djerba, qui abrite le célèbre site de pèlerinage de la Ghriba, et Tel-Avis. La sagesse finira-t-elle par l’emporter ? Le chemin est encore bien long et nécessite des justes des deux côtés.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Euh… C’est moi ou ce texte est totalement incompréhensible ?
    J’ai arrêté au milieu du deuxième paragraphe.

    • Non ce n’est pas vous. Comment noyer le poisson sans le perdre ?
      Comment dire sans dire mais en le disant quand même ? L’exercice est difficile et le résultat pas évident. Le contorsionniste fini les jambes autour du cou, les bras dans le dos, la tête en bas entre les cuisses.

      • … mais non sans avoir réussi à caser l’homophobie 😀
        Je crois que le jour où il nous fera un article sur une recette de cuisine, il arrivera à la recaser celle-là !

  • Tout est compliqué la bas. Ils pratiquent tous l’art de la dissimulation. Les uns après les autres.
    Alors, faut pas s’étonner que tant que c’est compliqué, alors ne nous mèlons pas de leurs problèmes politicoreligieuxecononiques. Cela nous évitera de faire des désamalgames entre leurs diverses versions de faire la guerre éternelle à l’ennemi qu’on leur a désigné depuis que le pétrole leur permet de faire rouler leurs bagnoles.
    Et comme ils n’ont pas de ministre écologique, le changement climatique ne les concernant pas, ils trouveront quand même un motif pour faire condamner le petit État démocratique voisin que les rois du pétrole et leurs vassaux palestiniens leur ont désigné comme ennemi commun.
    Alors, tant que c’est si compliqué depuis autant d’années et que cela ne nous concernent pas, laissons les se re-radicaliser en douce, malgré que le peuple qui n’a pas son mot à dire, se voit interdit de spectacle par des voix syndicales, comme chez nous en France lors de nombreuses élections politiques.
    Je vous l’avais bien dit que c’est compliqué la bas. Et c’est pas prêt de se simplifier.

  • merci pour cet article objectif

  • Il n’y a pas que les crétins sectaires de l’UGTT (prix Nobel de la Paix en 2015, il fallait oser !) en Tunisie.
    Le Parti Libéral Tunisien a appelé à « épargner l’art et les artistes des polémiques politiques et ne pas se servir d’eux dans des campagnes populistes ». Il réclame par ailleurs des poursuites judiciaires à l’encontre de ceux qui mènent une campagne contre Boujenah.
    200.000 Tunisiens vivent en Israël et sont interdits de visiter leur pays natal.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Durant mon enfance, dans les années 1980, il était coutume d’entendre nos maîtres d’école attirer notre attention sur la menace que constituait l'URSS pour la France. L'importance de l’espace soviétique révélée sur les planisphères politiques de l'Europe accrochés aux murs des classes, accentuait chez nous cette impression de danger existentiel.

Notre compréhension enfantine du monde nous interdisait de le savoir, mais nous étions alors en pleine crise des euromissiles. C'était le temps révolu de la Guerre froide, dont nul n’envisageai... Poursuivre la lecture

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles