Sécurité routière : et la responsabilité individuelle ?

Au Québec, un message de sensibilisation à la sécurité routière semble ne s’adresser qu’aux automobilistes, déchargeant les autres usagers des voies publiques de toute responsabilité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécurité routière : et la responsabilité individuelle ?

Publié le 28 mai 2017
- A +

Par Nathalie Elgrably, depuis Montréal, Québec.

La SAAQ1 a entrepris une campagne de sensibilisation visant à faire prendre conscience aux automobilistes de l’importance de la prudence à l’égard des usagers vulnérables que sont les piétons, les cyclistes et les motocyclistes.

Dans les messages qui s’adressent exclusi­vement­­ aux automobilistes, on peut entendre­­ : « Les dommages sont incomparables. SVP, faites attention aux piétons, aux cyclistes et aux motocyclistes. Ils sont plus vulnérables que vous. »

Un message de sécurité routière pernicieux

Il va de soi qu’un véhicule de 1,5 tonne en mouvement est impitoyable lors d’une collision avec un usager vulnérable. Que les automobilistes redoublent de prudence et de courtoisie est donc indiscutable. Mais la SAAQ lance un message pernicieux.

En s’adressant exclusivement aux automobilistes­­, la SAAQ insinue que c’est à eux qu’incombe tout l’effort de prévention, qu’ils sont les seuls responsables de la sécurité des usagers vulnérables. Or, rien n’est plus faux. Les piétons, les cyclistes et les motocyclistes sont les premiers responsables de leur sécurité. Mais la SAAQ n’en souffle jamais­­ mot. Elle préfère infantiliser les usagers qu’elle veut protéger en leur faisant croire qu’ils sont les victimes innocentes­­ d’automobilistes négligents.

Elle devrait plutôt miser sur la responsabilité­­ individuelle en rappelant aux usagers visés que le fardeau de la prévention repose également sur eux, qu’ils ont aussi l’obligation d’être prudents. Elle devrait les inviter à respecter la signalisation routière, à s’immo­biliser aux intersections, à anticiper les manœuvres des automobilistes, à ne pas texter en traversant la rue, à être aux aguets des situations dangereuses, etc.

Sensibiliser à la responsabilité individuelle

La responsabilité individuelle, une notion­­ malheureusement sacrifiée sur l’autel de la solidarité, devrait être au cœur de toute campagne invitant à la sécurité. La SAAQ devrait rappeler que la seule personne sur laquelle nous devons­­ compter pour assurer notre sécurité­­, c’est nous-mêmes! « SVP, faites attention aux voitures. Elles peuvent vous tuer » : voilà le message que la SAAQ devrait marteler !

Sur le web

  1. SAAQ : Société de l’assurance automobile du Québec.
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • il y a une vingtaine d’années j’ai conduit une moto pour mes déplacements quotidiens. Chef d’entreprise, pas pressé, respectueux du Code de la route, je faisais partie de ces quelques motards qui ne remontent pas les filles de voiture aux feux rouges, et qui s’arrêtent devant les piétons…
    J’ai vendu ma moto quand j’ai pris conscience que dans l’esprit de la plupart des automobilistes les motos (comme les vélos d’ailleurs) n’existent pas sur leur route…
    Les motards bruyants et toujours en large excès de vitesse qui se faufilent entre les voies de circulation prennent des risques, c’est clair. Mais dans des conditions normales je peux vous assurer qu’ici, en France, un automobiliste standard se fiche de couper la route a une moto, de la coincer contre un mur ou une autre voiture, ou de la gêner lors d’un dépassement.
    Du coup, j’approuve plutôt la campagne de la SAAQ pour avoir réellement vécu ce type de situation.
    Pour finir, c’est depuis que j’ai passé mon permis moto que j’ai appris à cohabiter en sécurité avec les deux roues. Et c’est en passant mon permis moto que j’ai appris que pour les motards, la sécurité essentielle était de minimiser le temps de cohabitation avec les voitures qui ne nous « autorisaient » pas à rouler sur « leurs » routes : il était donc préférable, sauf le jour de l’examen, de rouler un peu plus vite que les voitures. Et ils avaient raison !

    • @PukuraTane
      Bonjour,
      Je vous rejoins sur les motards bruyants et en large excès de vitesse. Il y a le même genre chez les 4 roues. Je ne contesterai pas leur existence. Je suis motard moi-même, et ne possède pas de voiture. Cependant le buit est un facteur important pour notre sécurité. Je m’explique : les nouvelles voitures sont confortables, et très bien isolées du bruit extérieur. Lorsque leurs conducteurs ne prennent pas la peine de regarder leurs rétro, le bruit les ramène à la conduite. Je ne parle pas de rouler en échappement libre. J’ai roulé une semaine avec un pot en configuration d’origine, les automobilistes ne m’entendaient pas, et j’ai failli rencontrer l’herbe de plusieurs rond-points urbains.
      Au début je ne remontais pas les files non plus. Mais après avoir été derrière un camion et un bus de ville en plein été, j’ai décidé de ne plus me retrouver derrière, ou même entouré. La sensation de vulnérabilité était justifiée et forte.
      Mon moniteur moto, me disait qu’il fallait rouler plus vite que le flot. Tout simplement parce qu’être entouré de plusieurs tonnes de métal quand on est assis sur 300kg suivant le modèle (270kg pour la mienne, 413kg pour une Goldwing seule), bagages ou/et passager ce n’est pas très rassurant. J’ai également été formé à la conduite automobile avec le même moniteur, dans le même temps, et il m’a fait prendre le réflexe de vérifier mes angles-morts en cas de présence motarde. Pour cette raison, je n’aime pas conduire les fourgons sans vitres latérales, ni même les utilitaires configurés sans vitres à l’arrière. Toutefois, du fait que je connaisse les inconvénients de ces véhicules, lorsque je suis à moto, je fais attention à ne pas me mettre dans les angles-morts.
      « un automobiliste standard se fiche de couper la route a une moto, de la coincer contre un mur ou une autre voiture, ou de la gêner lors d’un dépassement »
      Ceci est tout à fait vrai. Ils s’en fichent car leur véhicule comporte une carrosserie dans laquelle ils se trouvent et s’y sentent protégés. Lorsqu’ils coupent la route, il font un signe d’excuse avec la main, qu’ils peuvent toujours faire tant qu’il n’y a pas contact/collision. Ils auraient l’air un peu plus désolés avec un motard en travers de l’habitacle, voire sous le châssis !

      A Bruxelles, les piétons sont prioritaires tout le temps. Même s’ils traversent ailleurs que sur un passage clouté, les conducteurs doivent s’arrêter. Cependant, une loi n’est qu’une assurance, elle n’est pas un bouclier ! Dans tous les cas un piéton, ou un deux-roues, contre une voiture, son chauffeur ne subira quasiment aucun dégât. Regarder si on peut traverser, si on peut changer de file, si on peut dépasser, c’est la base.

      •  » un automobiliste standard se fiche de couper la route a une moto, de la coincer contre un mur ou une autre voiture, ou de la gêner lors d’un dépassement »
        Ceci est tout à fait vrai »

        Je suis un automobiliste standard, j’estime faire attention aux autres quelque soit leur transport, même des baskets, et donc: non ce n’est pas tout à fait vrai. Vous oubliez certainement les milliers de gens à l’année pour qui vous faites un appel du pied.

        Arrêtez de généraliser à tout va sous couvert du fait que vous croyez connaitre la route, c’est vraiment puéril.

        • @irion
          il ne s’agit pas de généraliser mais d’être simplement réaliste:

          Piloter un deux roues c’est être particulièrement exposé.
          -qui mieux qu’un motard peut le comprendre?

          Une majorité d’automobilistes est en effet respectueuse des deux roues,mais pour une partie encore trop importante,l’indifférence, l’agressivité et l’incompétence de certains,mettent en danger la vie des pilotes de deux roues (ne pas oublier les cyclistes qui font partie des nombreuses victimes).
          http://transports.blog.lemonde.fr/2015/02/03/combien-de-morts-chaque-annee-a-cause-du-velo/

          Certains pays européens sont plus exigeants en matière
          d’aptitude à la conduite et rendent obligatoire les examens médicaux dans certains cas ,avec des obligations quant à la conservation du permis de conduire.
          Le code de la route existe heureusement, et les lois doivent être appliquées avec cohérence.

  • D’accord avec irion et avec l article, et j ajouterai en plus que des c… il y en a autant en voiture qu’en moto, qu’ à pieds. Faut pas généraliser à partir de votre propre cas. Combien de fois j ai failli tuer un crétin de motard qui se rabat à pleine vitesse entre mon véhicule et celui de devant … je compte même plus, et c’est pas pour ça que je considère tous les motards comme des attardés ?

    • @erima
      Un motard tué n’est plus un « crétin » comme vous le dites,mais avant tout un mort qui aurait pu être peut être évité.
      L’agressivité est très mauvaise conseillère sur la route et ne sert qu’à aggraver les choses.
      Je vous précise que les usagers les plus vulnérables tels que les piétons sont toujours avantagés devant les tribunaux par rapport aux autres véhicules ,ce qui est parfaitement normal.
      Lorsque l’on conduit,ne pourrait-on mettre un peu entre parenthèse notre cerveau reptilien afin de penser aux graves conséquences d’un éventuel accident?
      il est vrai que tant que l’on n’est pas concerné par un tel drame,ce dernier n’existe pas…….comme d’ailleurs dans tout autre domaine…….!!!

  • D’accord pour la responsabilité des piétons; ayant beaucoup roulé à vélo dans Paris, j’ai constaté que beaucoup d’entre eux traversent « à l’oreille » sans regarder, donc se jettent en travers des vélos; bon, l’accident n’est peut-être pas mortel, mais avec le développement de la voiture électrique, aussi silencieuse qu’un vélo, ils faudra bien parler du comportement de certains piétons.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Par Philippe Lacoude.

Ici, les hautes autorités françaises de la pseudo-sécurité routière luttent d’arrache-pied contre les méchants automobilistes en dressant des amendes pour excès de vitesse – dans plus de la moitié des cas (!) cas contre d’affreux chauffards qui ont dépassés la limite de seulement 1 à 5 km/h, les inconscients !

Pourquoi augmenter les limitations de vitesse ?

En Autriche, on cherche à réduire le nombre de morts sur les routes. Avec sérieux.

Et comme nous l’avons vu (ici et là), réduire les accidents en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles