Comment débuter dans Bitcoin et les cryptomonnaies

Bitcoin (Crédits : Antanacoins, licence Creative Commons)

Les cryptomonnaies ont le vent en poupe : autant essayer d’en profiter ! Mais que faut-il faire pour participer à cette nouvelle économie numérique ? Quelques conseils pratiques.

Par H16.

Il y a tout juste sept ans avait lieu la première transaction du système Bitcoin : deux pizzas grande taille étaient achetées par Laszlo Hanyecz, un développeur américain, qui dépensait alors 10.000 bitcoins pour obtenir les précieuses denrées. Précieuses, ces pizzas le sont à présent alors que le Bitcoin atteint et dépasse allègrement les 2200€…

Comme je l’expliquais en effet le 10 mai dernier, Bitcoin est actuellement en pleine fièvre : plusieurs régulateurs financiers ont en effet assoupli leur position vis-à-vis de la monnaie électronique ce qui a notoirement aidé le cours du Bitcoin à s’élever au dessus de 1500$ l’unité.

Cependant, l’effervescence ne s’est pas calmée puisque les cours ont continué de grimper ces derniers jours. Peut-être les récentes avancées en matière de gouvernance du Bitcoin ont-elles provoqué un regain d’intérêt pour la monnaie numérique ? En tout cas, il semble raisonnable de croire que la mise en place progressive de ces nouvelles mesures améliorera la fiabilité de la cryptomonnaie, et c’est probablement cette idée qui pousse les investisseurs à surenchérir sur son cours actuel, le propulsant maintenant au-dessus de 2000€.

Ceci posé, on peut fort bien profiter de cette effervescence (qui confine, il faut le dire, à une certaine hystérie). Après tout, il n’y a pas de raison que le capitalisme ne soit réservé qu’aux industriels en cheville avec le pouvoir et comme les cryptomonnaies ont le vent en poupe, autant essayer d’en profiter, surtout que rares sont actuellement les outils financiers qui dégagent un rendement décent. C’est pourquoi ce petit billet sera essentiellement pratique et décrira ce que vous pouvez faire pour, vous aussi, participer à cette nouvelle économie numérique.

Bien évidemment, il ne s’agira pas ici de prendre des risques inconsidérés : si vous désirez vous lancer dans l’aventure des cryptomonnaies, faites-le avec l’argent que vous êtes prêts à perdre sans sourciller, typiquement pas celui des courses ou du loyer, mais plutôt les quelques euros que vous aurez envie de jouer pour comprendre la nouvelle donne numérique.

En définitive, acheter des monnaies électroniques n’est finalement pas différent d’acheter les actions d’une entreprise technologique innovante. Cela comporte une espérance de gain similaire (si l’entreprise décolle, son action grimpe et si la monnaie numérique devient prépondérante, son jeton gagne en popularité et en valeur) et permet de surcroît une intéressante randonnée dans le monde numérique ; au-delà du simple profit financier, l’opération comporte aussi une valeur éducative qui peut permettre à tout honnête individu de se faire une meilleure idée de ce que sont ces monnaies numériques, bien mieux que ne le pourraient les articles souvent consternants d’une presse traditionnelle largement dépassée.

Pour commencer le petit tour dans le royaume des monnaies numériques, on peut débuter par des plateformes d’échange qui permettront de convertir facilement nos euros en bitcoins. Pour cela, je peux vous encourager à aller voir du côté de Kraken ou Bitstamp qui offrent toutes les deux des facilités pour ces échanges. Dans les deux cas, il faudra vous enregistrer sur le site.

Afin de transférer un montant en euro vers ces plateformes, il vous faudra aussi fournir quelques éléments d’identification. Généralement, il s’agit d’une copie électronique de votre carte d’identité ou de votre passeport, ainsi qu’une facture récente (gaz, électricité, internet) pour prouver votre adresse. Eh oui : même si le reste des transactions et des monnaies numériques peut voyager à la vitesse de la lumière, même si les protocoles mis en pratique par Bitcoin et d’autres cryptomonnaies sont extrêmement rapides, l’interfaçage avec le monde réel reste toujours aussi rugueux, et le régulateur étatique n’y est absolument pas étranger. Du reste et notamment pour les Français, le virement banque-à-banque depuis votre compte bancaire traditionnel vers la plateforme de votre choix sera aussi une étape pénible puisqu’il faudra, là encore, faire les démarches nécessaires auprès de votre établissement financier afin que la destination (Kraken, Bitstamp, Poloniex ou autre) leur soit connue.

Une fois cette étape franchie et votre compte approvisionné, les choses sérieuses peuvent commencer puisque vous pouvez alors acheter et vendre les cryptomonnaies de votre choix qui sont disponibles sur la plateforme considérée. Pour le moment, au-delà de Bitcoin, je vous encourage à regarder aussi de près les cryptomonnaies comme Monero, ZCash, Litecoin ou Ethereum.

Dans une optique de spéculation, Ripple peut aussi constituer une alternative intéressante. Pour ceux qui se sentent une âme encore plus aventureuse, il existe des sociétés qui se chargent de fournir un rendement pour des bitcoins qui leur sont prêtés. Typiquement, ces sociétés appliquent des algorithmes de trading relativement agressifs sur les différents marchés et parviennent routinièrement à récolter autour de 0,5% à 1% par jour ouvré. Ceux de mes lecteurs qui sont intéressés sont invités à me contacter à ce sujet.

Pour ceux qui désirent simplement thésauriser leur monnaie numérique, l’option de la laisser en compte sur les plateformes d’échange peut constituer un souci. Après tout, Bitcoin est entièrement conçu pour se passer de tiers de confiance : pourquoi, dès lors, ne pas constituer sa propre banque en utilisant l’un ou l’autre procédé efficace sur le marché ? Ceux qui sont tentés par un porte-monnaie électronique pourront se reporter à Ledger Nano S par exemple. Les autres pourront étudier les clients plus ou moins légers comme Electrum ou Armory, ou envisager l’utilisation de clients « en ligne » comme blockchain.info. Ces derniers clients sont valables pour Bitcoin, mais on trouve aussi les mêmes pour d’autres monnaies, voire des clients qui supportent plusieurs monnaies comme Cryptonator par exemple. Dans tous les cas, une fois le client choisi, il vous suffira, côté plateforme d’échange, de préciser l’adresse de destination vers laquelle envoyer vos achats pour que ces derniers soient effectivement transférés, généralement en quelques dizaines de minutes.

Comme vous le voyez, entrer sur le marché des cryptodevises n’est pas insurmontable. Bien sûr, l’achat ou la vente de ces monnaies ne constitue probablement pas le fond de panier normal d’un portefeuille diversifié d’investisseur prudent : cela reste pour le moment une opération de niche qu’on mènera surtout pour tester le marché et en comprendre les mécanismes, et bénéficier ainsi d’une formation à peu de frais.

Certes, ces quelques paragraphes d’explication ne remplaceront jamais l’expérience directe d’un achat/vente de cryptomonnaies sur un marché particulièrement bouillonnant. Certes, essayer le « trading » ou le simple achat de bitcoin reste une opération relativement plus complexe que l’achat d’un paquet de chewing-gums. Mais malgré tout, la période actuelle est relativement propice à ce genre d’expérimentation : les marchés de cryptodevises sont particulièrement vifs et l’innovation qu’elles apportent dans le domaine de la monnaie et de la finance constituent de toute façon une véritable révolution.

Si nul ne sait si Bitcoin, dans 5, 10 ou 20 ans, sera encore la principale cryptomonnaie, et combien vaudra 1 BTC, il est en revanche certain que n’importe qui peut maintenant participer à ce nouveau marché. Et rien qu’à titre éducatif, ce serait dommage de passer à côté.

—-
Sur le web