Emmanuel Macron sera-t-il le vrai ministre du Budget ?

Au ministère du Budget, libellé sous l’appellation Action et Comptes Publics, Emmanuel Macron a retenu Gérald Darmanin, ministre pour la première fois et… juriste de son état.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Emmanuel Macron sera-t-il le vrai ministre du Budget ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 mai 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Dans le nouveau gouvernement Philippe, il existe une anomalie autour du budget. Officiellement, la règle est celle du recrutement de gens compétents. Or, il existe un domaine qui fait exception à cette règle : les comptes publics.

Macron affaiblit les pare-feux budgétaires

Au ministère du Budget, libellé sous l’appellation Action et Comptes Publics, Emmanuel Macron a retenu Gérald Darmanin, ministre pour la première fois et… juriste de son état. Il pourra difficilement se prévaloir d’une connaissance approfondie des mécanismes budgétaires.

Il bénéficie d’un ministère de plein exercice. Il ne sera donc pas placé sous l’autorité de Bruno Le Maire, qui n’est pas plus expert que lui dans le domaine budgétaire.

Du côté de la Sécurité sociale, la situation sera pire. La ministre de la Santé, qui chapeaute aujourd’hui la direction de la Sécurité sociale, est médecin et n’a aucune expérience de l’aspect budgétaire de la protection sociale.

Techniquement, donc, le dispositif Macron paraît très fragile.

Une centralisation à l’Élysée ?

Le plus probable, donc, si Emmanuel Macron veut assurer la maîtrise des comptes publics comme nos partenaires européens l’attendent, est qu’il recentre le processus budgétaire à l’Élysée et qu’il soit le vrai ministre du Budget.

C’est la meilleure façon, non seulement d’éviter les mauvaises surprises, mais de parer toute tentation du Premier ministre de s’émanciper des arbitrages présidentiels par le resserrage des cordons de la bourse.

Dans la composition du gouvernement se dessine donc une hyperprésidence où les ministres n’auront que très peu de marges de manœuvre.

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • recrutement de gens compétents…..donc on donne des postes importants et bien rémunérés à des personnes qui ne sont pas vraiment compétentes pour occuper ledit poste…….ils ont bien de la chance ces gens là , ; nous , demandeurs d’emploi , c’est tout juste s’il ne faut pas le bac pour accéder à un poste de femme de ménage……

  • Trés étonnante cette hyperprésidence????

    • @ La hurlette

      Étonnante l’hyperprésidence ou simple retour aux sources des principes de la Vième république: rien ne se décide vraiment hors accord gouvernemental confirmé par l’Élysée.

      C’est la règle d’un exécutif « uni » où un ministre ferme sa gu… ou démissionne, unique solution entre gens aussi différents, si on veut rester crédible.

      C’était déjà vrai sous N.Sarkozy aussi, quand un ministre ne parlait que sous « l’autorité de Nicolas Sarkozy », à placer obligatoirement à toute parole destinée à la presse … à l’exception près de « la France est en faillite! » qui ne valut pas à son auteur une considération démesurée!

  • Une fois de plus, il semble que l’ignorance totale du domaine dont on va devenir ministre est un atout pour le poste.
    Comme si le fait d’être énarque suffisait pour tout (ou presque).
    Exemple type: Sylvie Goulard connait parfaitement l’europe et a de nombreuses relations à l’international. Elle aurait été parfaite pour le Quai d’Orsay. Surtout pas. Il faut la mettre à la défense, à laquelle elle ne connait rien.

    • @ Gerald555

      La plupart des politiciens ont bien moins de « compétences » que de « fréquentations » (carnet d’adresses et 06), ce qui permet au président et/ou premier ministre de « diriger »: c’est le principe-même de la Vième république et un gage de cohérence, dans l’autorité exécutive centrale qui ne tient pas à discuter avec des « électrons libres », encore moins avec des « godillots partisans parasites qui sont là pour approuver »! (Alors la presse ou le peuple?)

      Qui peut encore être naïf depuis 1958?

  • J’ai le même sentiment qu’Eric Verhaeghe, surtout depuis que j’ai entendu le Premier ministre ce matin sur France-Inter. Extrait:

    Patrick Cohen: En économie par exemple est-ce que ce sera le programme d’Emmanuel Macron on celui d’Alain Juppé, que vous souteniez, ou celui de Bruno Lemaire qui voulait 500.000 fonctionnaires de moins et la privatisation de Pôle Emploi?

    Edouard Philippe: Les choses sont claires: le président de la république c’est Emmanuel Macron. […] C’est donc autour de lui et de sont projet que les Français se sont rassemblés pour que notre pays avance. Donc les choses sont parfaitement claires. […] Donc le coeur de son programme, ce sont évidemment ses engagements.

    Interview complète sur
    https://www.franceinter.fr/emissions/le-7-9/le-7-9-18-mai-2017
    Le passage en question commence vers 82′.

  • Il est clair que le ministre désigné n’a pas l’expérience pour gérer seul les enjeux de ce ministère.
    Mais avant l’intervention directe du président de la République n’oublions pas le directeur de cabinet – jérôme Fournel – ex conseiller budgétaire à Matignon – celui qui dit non aux demandes des ministres « dépensiers » – et le premier ministre lui-même.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Par Alain Mathieu. Un article de l'IREF Europe

Le discours prononcé par Emmanuel Macron le 6 janvier à l’hôpital de Corbeil-Essonnes était politiquement habile.

Les soignants qui l’écoutaient ne pouvaient qu’approuver sa description des défauts d’un système dont ils souffrent quotidiennement :

bureaucratisation excessive qui leur fait perdre 20 % de leur temps, 35 heures qui désorganisent leurs plannings de travail, numerus clausus qui a diminué le nombre de médecins, gouvernance alourdie par la centralisation au niveau des... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles