Emmanuel Macron sera-t-il le vrai ministre du Budget ?

Ministère des Finances à Bercy (Crédits : Pline, licence CC-BY-SA 3.0), via Wikimedia.

Au ministère du Budget, libellé sous l’appellation Action et Comptes Publics, Emmanuel Macron a retenu Gérald Darmanin, ministre pour la première fois et… juriste de son état.

Par Éric Verhaeghe.

Dans le nouveau gouvernement Philippe, il existe une anomalie autour du budget. Officiellement, la règle est celle du recrutement de gens compétents. Or, il existe un domaine qui fait exception à cette règle : les comptes publics.

Macron affaiblit les pare-feux budgétaires

Au ministère du Budget, libellé sous l’appellation Action et Comptes Publics, Emmanuel Macron a retenu Gérald Darmanin, ministre pour la première fois et… juriste de son état. Il pourra difficilement se prévaloir d’une connaissance approfondie des mécanismes budgétaires.

Il bénéficie d’un ministère de plein exercice. Il ne sera donc pas placé sous l’autorité de Bruno Le Maire, qui n’est pas plus expert que lui dans le domaine budgétaire.

Du côté de la Sécurité sociale, la situation sera pire. La ministre de la Santé, qui chapeaute aujourd’hui la direction de la Sécurité sociale, est médecin et n’a aucune expérience de l’aspect budgétaire de la protection sociale.

Techniquement, donc, le dispositif Macron paraît très fragile.

Une centralisation à l’Élysée ?

Le plus probable, donc, si Emmanuel Macron veut assurer la maîtrise des comptes publics comme nos partenaires européens l’attendent, est qu’il recentre le processus budgétaire à l’Élysée et qu’il soit le vrai ministre du Budget.

C’est la meilleure façon, non seulement d’éviter les mauvaises surprises, mais de parer toute tentation du Premier ministre de s’émanciper des arbitrages présidentiels par le resserrage des cordons de la bourse.

Dans la composition du gouvernement se dessine donc une hyperprésidence où les ministres n’auront que très peu de marges de manœuvre.

Sur le web