ALENA : Trump en guerre contre le commerce international

Donald Trump a clairement précisé qu’il mettrait un terme à l’ALENA s’il n’obtient pas un «un accord juste pour les États-Unis». Quelle incidence pour le Canada ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump By: Alex Hanson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

ALENA : Trump en guerre contre le commerce international

Publié le 13 mai 2017
- A +

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis le Canada.

Le 27 avril dernier, après avoir annoncé que les États-Unis se retireraient de l’ALENA, Donald Trump est revenu sur sa décision. Des entretiens téléphoniques avec Justin Trudeau et le président mexicain Enrique Pena Nieto l’auraient convaincu de privilégier la renégociation de l’accord.

Selon Trudeau, ce sont les arguments invoqués par le Canada qui ont fait flancher Trump. Comme le Canada exporte pour 400 milliards $ annuellement vers les États-Unis, il était logique qu’Ottawa déploie des efforts herculéens pour empêcher l’abrogation de l’ALENA. N’est-ce pas là justement le rôle d’un gouvernement ?

Humiliant

Quelle surprise donc d’apprendre cette semaine que si Trudeau a communiqué avec le président américain, c’est uniquement à la suite de la demande­­ de Jared Kushner, gendre de Donald Trump et haut conseiller à la Maison-Blanche. Ainsi, Washington a envisagé une mesure néfaste pour le Canada, et il a fallu que ce soit Washington­­ qui invite notre Premier ministre à réagir.

Que ni Trudeau ni aucun de ses conseillers n’aient eu la présence d’esprit de prendre les devants­­ dans ce dossier est carrément humiliant pour Ottawa. Voilà qui en dit long non seulement sur les compétences de Trudeau, mais également sur l’image que la classe politique américaine doit avoir de lui.

Impitoyable

Malgré tout, nous ne sommes pas tirés­­ d’affaire, car, bien que Trump ait accepté de renégocier, il a toutefois clairement précisé qu’il mettrait un terme à l’ALENA s’il n’obtient pas un «un accord juste pour les États-Unis».
Étant donné l’hostilité du président américain envers le commerce international, et vu ses talents d’homme d’affaires redoutable, on peut s’attendre­­ à ce qu’il négocie de manière­­ impitoyable.

 

Mais nous, qui avons-nous pour défendre­­ les intérêts des canadiens ? Trudeau sera indubitablement excellent pendant la séance de photos, mais que pouvons-nous attendre de lui au moment des négociations ? Peut-être aurions-nous intérêt à embaucher Jared Kushner pour représenter le Canada !

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taïwan
0
Sauvegarder cet article

La Chine répète de plus en plus fortement qu’elle est décidée à « réunifier » le pays en annexant Taïwan. Et tout le monde remarque que le terme « pacifiquement » a disparu. Comme il semble que Taïwan ne puisse pas se défendre sans les États-Unis, une guerre à grande échelle est tout à fait possible si ce soutien se matérialise.

Cela me rappelle des souvenirs historiques désagréables.

 

De nombreux précédents de mauvais augure

L’argument « c’est le même peuple, et il doit donc être rassemblé sous notre autorité », a ... Poursuivre la lecture

Par Vibhu Vikramaditya.

L'annulation de l'arrêt Roe v. Wade est une décision historique qui confirme le principe le plus élevé d'une république. Une république naît de la liberté d'association, de la même manière que les individus se regroupent pour former une famille, que celles-ci se regroupent pour former une communauté et que les communautés se regroupent pour former une société.

Dans une situation idéale de gouvernance fondée sur la loi, ceux qui donnent la loi et ceux qui la respectent doivent être les mêmes, car ce n'est ... Poursuivre la lecture

Aux États-Unis comme ailleurs, la novlangue corrompt de plus en plus le langage. Sous l’impulsion de la mouvance woke, on s’efforce de complètement redéfinir des mots afin d’excuser leurs pires exactions.

On croyait le secteur de l’économie protégé de ces inepties. C’est grandement sous-estimer la stupidité des politiciens…

En effet, selon les définitions classiques, les États-Unis sont entrés en récession après un second trimestre de croissance négative du PIB. Ce fut le cas depuis des décennies, y compris sous la présidence de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles