ALENA : Trump en guerre contre le commerce international

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump By: Alex Hanson - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

ALENA : Trump en guerre contre le commerce international

Publié le 13 mai 2017
- A +

Par Nathalie Elgrably-Lévy, depuis le Canada.

Le 27 avril dernier, après avoir annoncé que les États-Unis se retireraient de l’ALENA, Donald Trump est revenu sur sa décision. Des entretiens téléphoniques avec Justin Trudeau et le président mexicain Enrique Pena Nieto l’auraient convaincu de privilégier la renégociation de l’accord.

Selon Trudeau, ce sont les arguments invoqués par le Canada qui ont fait flancher Trump. Comme le Canada exporte pour 400 milliards $ annuellement vers les États-Unis, il était logique qu’Ottawa déploie des efforts herculéens pour empêcher l’abrogation de l’ALENA. N’est-ce pas là justement le rôle d’un gouvernement ?

Humiliant

Quelle surprise donc d’apprendre cette semaine que si Trudeau a communiqué avec le président américain, c’est uniquement à la suite de la demande­­ de Jared Kushner, gendre de Donald Trump et haut conseiller à la Maison-Blanche. Ainsi, Washington a envisagé une mesure néfaste pour le Canada, et il a fallu que ce soit Washington­­ qui invite notre Premier ministre à réagir.

Que ni Trudeau ni aucun de ses conseillers n’aient eu la présence d’esprit de prendre les devants­­ dans ce dossier est carrément humiliant pour Ottawa. Voilà qui en dit long non seulement sur les compétences de Trudeau, mais également sur l’image que la classe politique américaine doit avoir de lui.

Impitoyable

Malgré tout, nous ne sommes pas tirés­­ d’affaire, car, bien que Trump ait accepté de renégocier, il a toutefois clairement précisé qu’il mettrait un terme à l’ALENA s’il n’obtient pas un «un accord juste pour les États-Unis».
Étant donné l’hostilité du président américain envers le commerce international, et vu ses talents d’homme d’affaires redoutable, on peut s’attendre­­ à ce qu’il négocie de manière­­ impitoyable.

 

Mais nous, qui avons-nous pour défendre­­ les intérêts des canadiens ? Trudeau sera indubitablement excellent pendant la séance de photos, mais que pouvons-nous attendre de lui au moment des négociations ? Peut-être aurions-nous intérêt à embaucher Jared Kushner pour représenter le Canada !

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Malgré de nombreuses et ardues négociations, les démocrates ne pourront pas adopter leur fameux projet Build Back Better (BBB) pour l’instant. L’un des leurs, le sénateur de la Virginie occidentale Joe Manchin, a annoncé qu’il s’opposerait au titanesque projet de loi de trois billions (12 zéros) de dollars.

Évidemment, les réactions négatives ont été presque instantanées. Chez les démocrates, on doute de la loyauté de Manchin envers son parti. Joe Biden a même promis « de lui parler » et ne semble pas regretter ce message agressif. Mai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles