Les premiers ministres potentiels d’Emmanuel Macron

Passage en revue des principaux candidats potentiels à Matignon sous la présidence Macron.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
L'Hôtel Matignon à Paris

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les premiers ministres potentiels d’Emmanuel Macron

Publié le 9 mai 2017
- A +

Par Alexis Vintray.

Dans la foulée de son investiture à la présidence de la République, Emmanuel Macron devrait désigner son Premier ministre. La décision est prise mais le secret reste bien gardé. Différents noms circulent cependant avec insistance. Voici les principaux.

Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves le Drian (Crédits Parti Socialiste, licence Creative Commons)

Poids lourd du gouvernement actuel, et de tous les gouvernements de François Hollande depuis 2012, Jean-Yves Le Drian est l’actuel ministre de la Défense. Figure du PS, il n’incarne cependant guère le renouvellement et manque des qualités de communicant attendues par le nouveau président.

Notre dossier spécial Jean-Yves Le Drian.

François Bayrou

François Bayrou en meeting à Toulouse (Crédits Jackolan1, licence Creative Commons)

Le leader centriste, rallié à Emmanuel Macron avant le premier tour, se verrait bien à Matignon. François Bayrou correspondrait bien à l’ambition centriste d’Emmanuel Macron, mais à 65 ans le maire de Pau peut-il incarner la modernité défendue par le nouveau président ?

Notre dossier spécial sur François Bayrou.

Christine Lagarde

Christine Lagarde (Crédits Adam Tinworth, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.

L’ancienne locataire de Bercy sous Nicolas Sarkozy présente l’avantage d’avoir participé à un gouvernement de droite tout en étant cataloguée société civile et d’être une femme alors qu’Emmanuel Macron n’a pas caché qu’il préfèrerait avoir une femme à Matignon. Mais a-t-elle l’expérience politique nécessaire ?

Notre dossier spécial sur Christine Lagarde.

Ségolène Royal

By: UNclimatechangeCC BY 2.0

Le nom fait plus sourire qu’autre chose et ne semble pas être une réelle option au vu des indices que laisse fuir Emmanuel Macron, mais la piste n’est pas 100% à exclure. Une nomination qui semblerait cependant entourer toute velléité réformatrice vu le parcours passé de Ségolène Royal. Ce qui n’empêche pas l’ancienne compagne de François Hollande de faire semblant d’y croire.

Edouard Philippe

Le nom du député et maire du Havre revient souvent mais interroge. A part être de droite (Les Républicains), Edouard Philippe n’a pas marqué la politique nationale, que ce soit par ses actions ou par ses convictions. Un choix politicien ?

Et si c’était une cohabitation ?

Rien n’indique à ce stade qu’Emmanuel Macron aura une majorité absolue au soir du 2nd tour des législatives. L’option cohabitation tient même sérieusement la route, et à droite plusieurs se positionnent clairement dans cette optique, comme François Baroin.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si un des 4 est premier ministre c’est que les éléphants grimpent aux arbres ou que notre coq national est une poule .

  • Dans la logique de la moralisation nous pouvons oublier la première « Coupable, mais dispensée de peine » ! Quand à la deuxième ce serait une blague tant ses bilans sont négatifs…

  • Ségolène, c’est de l’humour ou de la provocation?
    Parmi les noms cités, celle qui serait sans doute la moins nulle (si ce doit être une femme), c’est Sylvie Goulard, qui connait parfaitement les rouages de l’UE, si chère à notre nouveau sident.

  • A quoi bon tirer des plans sur la comète? On verra bien le moment venu!

  • M’étonnerait beaucoup que le premier ministre vienne de la société civile et ne soit pas Énarque !!

    La France continue d’être gouvernée par une république bananière !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Madame Lagarde, s’exprimant au nom de la BCE, a indiqué, en évoquant l’hypothèse d’un ralentissement économique : « Nous ne croyons pas que cette récession sera suffisante pour dompter l'inflation ». Fabio Panetta ajoute « Lors du calibrage » des décisions, « nous devons faire très attention à ne pas amplifier le risque d'une récession prolongée ou de provoquer une dislocation du marché ».

La BCE considère donc, d’une part, qu’un durcissement monétaire est nécessaire pour réduire l’inflation au-delà de l’effet du ralentissement de l’in... Poursuivre la lecture

Après avoir été mis en examen en juillet 2021 pour des faits de « prise illégale d’intérêts » commis dans l’exercice de ses fonctions, le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a été avisé avant-hier (lundi 3 octobre 2022) qu’il était renvoyé en procès devant la Cour de Justice de la République.

Le même jour, on apprenait qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée depuis 2017 et très proche conseiller d’Emmanuel Macron depuis plusieurs années, avait été mis en examen le 23 septembre, également pour « prise illégale d’intérêts... Poursuivre la lecture

Je ne sais si nous aurons froid cet hiver par manque de gaz et d'électricité - la faute au covid et à la guerre russe en Ukraine, et c'est tout (sic), d'après nos dirigeants. Mais nous sommes d'ores et déjà saisis d'un tournis épouvantable par le seul fait de suivre les oscillations frénétiques du discours gouvernemental sur la question, entre rassurance pas très sereine sur les approvisionnements en énergie, alarmisme hyperbolique d'Emmanuel Macron et prétexte inespéré pour obtenir une baisse des émissions de CO2. Petit condensé des déclarat... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles