Présidentielle 2017 : un débat pitoyable

Le débat qui nous a été offert à l'occasion de l'entre-deux-tours fut une démonstration assez pitoyable du pire de la politique politicienne.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle 2017 : un débat pitoyable

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 4 mai 2017
- A +

Ainsi donc, je me suis cogné une partie du débat d’entre deux tours qui a très vite tourné à un pugilat entre Jackie du Bar de la Marine et Jean-Eudes de l’École de Commerce, reproduction presque touchante d’une rixe caricaturale entre deux villes moyennes du Pas-de-Calais, Hénin-Beaumont et Le Touquet.

C’était mauvais, très mauvais et si Macron semblait meilleur que Marine Le Pen, c’était surtout parce que cette dernière a placé la barre extrêmement bas en choisissant l’invective systématique au détriment de la présentation de ses idées. Cela a permis de donner, par contraste, de la substance aux bricolages et autres nuages de fumée de notre frétillant énarque, qui, il faut le reconnaître, présente suffisamment bien pour faire passer quelques gimmicks simples pour un programme architecturé.

En fait, rien n’aura été épargné au téléspectateur : hommes de paille sauvagement détruits, adhominem, hors sujets consternants, invectives, généralisations, exemples tirés par les cheveux, et tout le reste de la panoplie de Schopenhauer auront été appelés à la rescousse des deux débatteurs pour tenter de montrer leur statut de présidentiable. Le résultat est tout simplement consternant.

À voir les stratégies déployées, on se demande même si Marine Le Pen n’a pas choisi délibérément de soigneusement s’éloigner du poste présidentiel pour mieux assurer la survie de sa PME. Là où son père faisait preuve de culture et d’une certaine finesse de tribun, elle a surtout montré une agressivité à laquelle répondait une défensive souvent brouillonne de Macron. Dans ce cadre, la première est apparue vindicative et très en dessous de ce qu’on est en droit d’attendre d’un président de la République, et le second a surtout montré que les attaques, pourtant sans aucune subtilité, le déstabilisaient émotionnellement, à tel point qu’on a pu regretter plusieurs fois qu’il s’essaye à y répondre. On se demande avec un peu d’inquiétude ce que notre petit homme fera lorsqu’il devra répondre à des attaques à la fois beaucoup plus subtiles et violentes d’adversaires politiques solides, expérimentés et déterminés.

Dans l’opération, Le Pen a définitivement perdu toute prétention d’une envergure politique suffisante pour diriger un pays. Par contraste, Macron a probablement fait quelques bons pas vers une majorité présidentielle à l’Assemblée nationale, ce qui était loin d’être gagné (et qui restera, si elle advient, un patchwork presque comique de vieux briscards archi-vus de la politique traditionnelle et de jeunes loups inexpérimentés). Ce n’est même pas marginalement rassurant.

Dans quelques jours, la France va devoir faire avec l’un de ces deux personnages. Dans quelques jours, les grandes orientations économiques, politiques et sociales du pays jusqu’à la valise nucléaire seront entre les mains de Marine Le Pen ou d’Emmanuel Macron.

Forcément, ça va bien se passer.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Un superbe match de boxe, enfin pour ceux qui sont plein d’arthroses :mrgreen:
    Dans les cas, une excellente défense de l’état au détriment de la liberté. Dans cette optique, avantage à MLP la plus étatiste des deux joyeux sinistres lurons.

  • Panem et Circenses

  • Ne soyons pas mauvaise langue. Quelque soit nos sentiments quant à Macron, sur ce coup, essayer de parler de sa prestation est de mauvaise fois. Le Pen a trop pourri le débat pour qu’il en ressorte quoique ce soit. Ça ne veut pas dire qu’il s’en serait mieux sorti autrement. Mais qu’en l’occurence, sur le débat d’hier, c’était pas possible de fi re mieux. Il faut être deux pour un bon débat (au moins), et hier Le Pen n’a pas joué le jeu, donc don’t act.

    A la limite, je l’ai même trouvé plutôt bon le Macron hier soir. Justement compte tenu de l’avalanche de merde qu’il a eu a subir, il s’en est tiré avec les honneurs. Faut être honnête, même si il n’était clairement pas mon choix, que je l’apprécie tièdement, hier il n’y avait pas mieux à faire que ça face à cet adversaire. C’est pas si facile de déstabiliser un adversaire qui bave non stop tout et n’importe quoi. On peut parler des anciens débats, mais personne n’avait eu un adversaire aussi pourrisseur de débat, même la Dinde du Poitou en 2007 n’avait tant versé dans l’invective gratuite et ininterrompue.

  • La médiocrité de ce débat aura un impact à la hausse sur le nombre d’abstentions.

  • Même constat de mon côté, un débat en dessous de tout… Je m’étais attendu à voir une Marine Le Pen attaquer plus subtilement Macron et le mettre en difficulté. Mais non, nous avons eu le droit au comparaison d’un niveau lombricien (Macron = Rotschild = Puissance Financière = Le Mal) et idem du côté de Macron avec une petite reductio ad hitlerum.

    Bref, vraiment déçu !

  • Emmanuelle Macron sera très bien sur son trône d’osier à l’Élysée…enfin , c’est ce que je pense après avoir vu quelques extraits choisis par nos intégres médias.

  • A partir de lundi, ce pays est foutu !

    • Lundi ? Quel lundi ? Lundi 11 mai 1981 ou lundi 4 mai 1936 ?

      • 🙂
        Rien d’aussi antique ! Je n’avais pas 5 ans en 1981. Je pensais seulement au lundi 8 mai qui vient.
        Cependant, le 4 mai 1936, me fait penser que 3 ans après, il y a eu une catastrophe humaine qu’on appelle 2nde Guerre Mondiale, avec son lot d’aberrations. Là, pour le coup, le pays a bel et bien été foutu ! Sans oublier les couards qui étaient en charge à l’époque !

  • Un débat ou marine lepen n’a fait que se (ré)taler alors que c’est elle qui souhaitait étaler son adversaire…. une question reste en suspens
    en venant à ce débat ; voulait -telle réellement acquérir une staure présidentielle ? ou ( consciemment ou pas d’ailleurs ) avait-elle déjà intégré que ce sera Macron à l’ Elysée et serait -elle juste venue lui pourrir la vie et se positionner en future leader de l ‘opposition ?
    Il n(y a que dans cette optique que sa démarche aurait un semblant de cohérence sinon…la jouer  » Trump  » en France , ça ne marche pas…

  • « À voir les stratégies déployées, on se demande même si Marine Le Pen n’a pas choisi délibérément de soigneusement s’éloigner du poste présidentiel pour mieux assurer la survie de sa PME. »

    C’est aussi mon rensenti…

  • À voir les stratégies déployées, on se demande même si Marine Le Pen n’a pas choisi délibérément de soigneusement s’éloigner du poste présidentiel pour mieux assurer la survie de sa PME.

    Probablement un pari sur 2022 ❓ Parce vu les aristocrates au pouvoir( ENA), le pays est bien reparti pour un 1789. macron a intérêt à ne pas se vautrer. La louve est en chasse.

    • S’il n’y avait que la louve en chasse, il y a aussi toutes les hyènes gauchistes qui n’attendent le début du mandat pour foutre dans la rue une merde pas possible et déchirer à pleine dent les cadavres qu’aura laissés cette élection.
      La question est quelle sera la vraie autorité de Macron!

  • Très juste!
    Un quasi suicide de l’une et l’émergence bien involontaire de l’autre.
    Qu’aurait valu Macron face aux 3 principaux candidats de la primaire de droite ou même face à Valls?
    La nièce de la première va se sentir à juste titre pousser des ailes et les partisans malgré eux du second auront vite une indigestion de sa prétention !
    Seule une cohabitation avec la droite nous en protégera.

    • @ montesquieu

      « cohabitation avec la droite »: à quel titre? La droite est en lambeaux, résultat de ses luttes intestines.

      La France a bien besoin du plus grand nombre prêt à collaborer avec un président « ni de droite ni de gauche » (clivage désuet et stérile), plus pragmatique et volontaire que prisonnier de principes idéologiques ou de groupes de pression si le pays espère une chance de succès (succès non garanti!) mais l’échec serait nationalement suicidaire!

  • Macron est assez intelligent ( on ne peut pas le lui enlever…) pour comprendre que les choses compliquées ( pour lui ) commenceront après son élection…les  » piqures de moustiques  » de Marine Lepen pendant le  » débat » n’étaient qu’un avant gout de ce qui l’attend dans les prochains mois.
    Il est vrai que maintenant beaucoup de choses vont reposer sur ses épaules ; gare à 2022 !
    Mais plus près de nous les mois de septembre et octobre avec ses cortèges de manifestants ; loi travail oblige …il sait déja que beaucoup de ses  » soutiens  » ( par défaut ) seront les premiers à etre en désaccord avec lui par la suite…eh oui une victoire qui sera loin d’etre glorieuse

  • Pitoyable, consternant… Tout est dit ! Et les Français dans leur grande naïveté ( sottise ?…), une fois de plus, vont participer à cette mascarade qui n’a rien de démocratique et se faire « entuber » par la gauche et ses valets pour les cinq ans à venir. Dimanche, je resterai chez moi, ce qui ne empêchera pas de subir le déclin de la France vers lequel nous irons  » à marche forcée »…

  • Votre Marine a très bien compris que tant qu’il y aura tous ces vieux apparatchiks du pouvoir prêts à vendre père, mère, femmes et enfants pour garder leur place et vivre d’argent gratuit (pardon … public) ….. jamais, elle n’accédera au pouvoir !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
casier Législatives coute
0
Sauvegarder cet article

Ce n’est pas Macron, aujourd’hui, c’est la démocratie qui est en marche. Depuis l’heureuse surprise du deuxième tour de l’élection législative, nous retrouvons enfin un équilibre des pouvoirs tel que l’avait défendu Montesquieu dans L’Esprit des lois.

C'est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser, et pour qu'on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir.

C’est chose faite depuis le 19 juin.

Malgré la position privilégiée que ... Poursuivre la lecture

53,7 % de Français ont refusé de participer au second tour des législatives. Le message est on ne peut plus clair et limpide : 53,7 % des Français ne s’intéressent pas à la désignation du pouvoir.

On pouvait donc penser que le message soit entendu, que le pouvoir fasse preuve d’humilité, réfléchisse, se remette en question… Que nenni ! À peine le chiffre a-t-il été constaté qu’aussitôt, la fureur politicienne a repris le haut de l’affiche.

Il vient pourtant de se prendre une sacré claque, le « en même temps », le « dire une chos... Poursuivre la lecture

Pendant cinq ans le Président Emmanuel Macron a décidé seul de tout, avec une majorité de députés dociles. Il a été le Président Absolu de la République pour reprendre l'expression et le titre du dernier livre de Philippe Fabry.

Emmanuel Macron est donc le responsable au premier chef de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays et qui a été occultée par les épouvantails Zemmour puis Le Pen pendant la campagne des présidentielles.

Après cinq ans de surdité, il a prétendu mercredi soir avoir entendu les Français.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles