Un Macron président ne changerait (malheureusement) rien à la BCE

Une fois Macron élu (s’il l’est), l’argent coulera à flots pour la Parasitocratie et votre épargne sera toujours massacrée par le soutien abusif de la Banque centrale européenne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un Macron président ne changerait (malheureusement) rien à la BCE

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 mai 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Neuf ans après la crise de 2008, la stabilité du système financier est assurée par les rachats d’obligations de la Banque centrale européenne. Des rachats de 80 Mds€ par mois, dont il est prévu qu’ils soient réduits à 60 Mds€ par mois.

Rappelons le principe de cette mécanique bien huilée. M. Mario Draghi, en achetant des titres obligataires, fait croire à une demande qui n’existe pas. Du coup, les taux d’emprunt baissent alors que s’il n’y avait pas d’acheteurs ils monteraient.

C’est ainsi que le rendement de votre épargne, celui de votre assurance-vie ou de vos livrets sont écrasés par cet argent factice. C’est ainsi que les amis de Mario Draghi ou d’Emmanuel Macron peuvent emprunter pour pas cher pour se financer par la dette.

Mais quels sont exactement les titres français qu’achète la BCE ? Pour le savoir, il faut suivre le labyrinthe technocratique de la BCE n°1 et n°2, puis celui de la Banque de France, pour pouvoir enfin télécharger la liste des titres en question.

Muni d’une liste de codes ISIN ésotériques, il faut ensuite vérifier ce que signifie par exemple EU000A1G0BF3 ou FR0010466938.

Nos amies les banques trop grosses pour faire faillite

D’abord, pas de surprise, les titres en EUXXXXXXXX sont majoritairement ceux du MES (Mécanisme européen de stabilité) ou du FESF (Fonds européen de stabilité financière). Il s’agit de dette émise par les États de la Zone euro, dont la France, pour contribuer à sauver les banques de la Zone euro.

Ensuite, on trouve classiquement de la dette de l’État français qui vit depuis 43 ans à crédit car nos impôts ne réussissent pas à financer notre merveilleux modèle social que le monde entier nous envie.

Notre bien-aimé État-providence et valeureux État stratège

Cela n’est pas encore suffisant : vous trouvez donc aussi sur la liste des achats de la BCE, des titres émis par la CADES (le trou de la Sécu), l’UNEDIC (le trou du chômage), le RFF (les rails du réseau ferré), la SNCF (éternelle déficitaire malgré coupure du RFF), la dette de la Région Île-de-France (au fait, les Jeux olympiques, c’est quand ?), la dette de la Caisse des Dépôts et Consignation, celle de la Banque publique d’investissement (l’État sait mieux que nous repérer les technologies d’avenir) et, accrochez-vous bien, la dette émise par l’Agence Française du Développement (AFD) « au cœur du dispositif français de l’aide publique en faveur des pays en développement et de l’Outre-mer » (la charité avec l’argent que nous n’avons pas ?).

Donc, tous les amis banquiers et pratiquants du capitalisme d’État de M. Emmanuel Macron sont bien arrosés, les « sans-dents » aussi, histoire qu’ils se tiennent bien tranquilles, et n’oublions pas un peu de corruption d’aide humanitaire dans les pays qui en ont besoin.

Pour tout cela, rassurez-vous, l’argent ne manquera pas à l’avenir, les relations d’Emmanuel Macron y veilleront…

L’illusionniste du libéralisme

Mais, m’objecterez-vous, je vois le mal partout et Emmanuel Macron n’est-il pas l’homme qui propose de réduire l’impôt sur les sociétés à 25% et ramener la part des dépenses publiques à 50% de l’économie (nous en sommes actuellement à 57,5%) ?

Certes mais « en même temps » pour employer l’expression fétiche de notre énarque, il souhaite « rester dans l’épure des 3% de déficit ».

Ce déficit trouvera à se financer facilement. L’argent coulera à flots pour la Parasitocratie et votre épargne sera toujours massacrée par le soutien abusif de la Banque centrale européenne.

Ne nous leurrons pas, la technique d’Emmanuel Macron est celle du brillant prestidigitateur. Vous savez bien que ce que vous voyez est une illusion, vous savez bien qu’il y a un truc et que dans la réalité ce n’est pas vrai — mais sur le moment, vous vous laissez prendre par la magie…


Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Excellent article. Comme quoi les français sont des pigeons qui se laissent plumer avec délice! Pas un signe d’intelligence et de maturité!

  • macron ne m’inspirait déjà pas des masses , mais là , aprés avoir lu cet article , ma décision est prise , il n’aura pas ma voix ;

  • Je rappelle qu’il n’y a que 24% des français votant qui ont choisi Macron au 1er tour , donc plus de 75% des français qui n’ont pas voté « macaron et petits fours » ( donc au moins 85% des français « votant et abstentionniste et blanc/nul » confondu) vont je l’espere pour protéger la France et les français du FASCISME voter macron. Et c’est pas parce qu’ils ne sont pas intelligents et/ou immatures, mais bien parce que ce second tour ne nous laisse guère le choix entre capitalisme et fascisme ( oui voter blanc revient a donner sa voix au FN dans ce contexte précis il parait 😉 ) !!! BREF cet article nous explique en détail ce qu’on savait globalement ! Il aurait peut était bien de sortir cet article avant le premier tour, nan?! il est un peu tard, l’article est facile maintenant qu’on est piégé!!!
    PS: a moins que Mme Wapler Simone soit partisane de MARINE LE PEN, dans ce cas sont article TOMBE à PIC pour servir le FN au détriment de Macron, non ? Conclusion: marine le pen dit merci a Mme Wapler pour son soutient indirect au FN, qui encourage les lecteurs a ne pas voter pour Macron ( ou a voter blanc du moins). ENFIN c’est juste mon opinion et mon ressentis 😉

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles