Free Market Road Show le 27 mars : le monde après le Brexit et l’élection de Trump

De quoi a besoin la France après le Brexit et l’élection de Donald Trump comme président des États-Unis ? Venez écouter les experts du Free Market Road Show lundi 27 mars à Paris pour en savoir plus !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Free Market Road Show le 27 mars : le monde après le Brexit et l’élection de Trump

Publié le 22 mars 2017
- A +

Depuis 2008, le Free Market Road Show rassemble chaque année des économistes, des décideurs politiques et des entrepreneurs de renom pour étudier les grands problèmes contemporains qui agitent l’Europe et le monde sous l’angle libéral. Cette initiative du Austrian economics Center rassemble plus d’une centaine de think tanks et d’universités dans toute l’Europe et le Caucase. L’événement est organisé à Paris par l’IES Europe.

Cette année, le Free Market Road show rassemblera universitaires, étudiants, experts politiques et diplomates pour discuter de deux événements majeurs qui ont secoué tout le monde occidental : la décision prise par la Grande-Bretagne de quitter l’Union Européenne, l’élection de Donald Trump comme président des États-Unis.

Des économistes, des experts et des décideurs de France et du monde entier

Lundi 27 mars à Paris, de 9h à 13h à Paris, Espace Vinci 25 rue des Jeûneurs, dans le 2e arrondissement, venez écouter :

Pierre Bentata (Enseignant chercheur à l’ESC Troyes, Directeur et fondateur de Rinzen Conseil, écrivain),

Jean-Philippe Delsol (Directeur de l’IREF, co-auteur avec Nicolas Lecaussin de l’échec de l’État : Pour une société de Libre Choix, éditions du Rocher 2017),

Quentin Michon pour Contrepoints

Christophe Seltzer (President de Students for Liberty-France)

Glorià Alvarez (écrivain et spécialiste du populisme, Guatemala)

Dwight L Lee (professeur d’économie, USA)

Kari Aina Eik (Secrétaire générale de l’OiER, Autriche)

Federico Fernandez (dirigeant de Think tank, Argentine)

Anders Ydstedt (entrepreneur, Suède)

Barbara Kölm  (Austrian Economic center, Autriche)

Pour participer au Free Market Road Show : inscrivez-vous !

Les conférences se feront en anglais

 

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Trump
0
Sauvegarder cet article

Depuis la présidentielle de 2016, il semble que l’establishment médiatique et Washington veulent la peau de Donald Trump coûte que coûte. Ça a lamentablement échoué durant sa présidence et même après avec la commission hyper-biaisée du 6 janvier.

Mais maintenant, le ton monte d’un cran. La semaine dernière, non seulement le FBI est arrivé sans crier gare à son manoir de Floride, mais l’État de New York l’a longuement questionné sur ses pratiques fiscales, soupçonnées frauduleuses.

Sur ce dernier point, il est demeuré muet comme ... Poursuivre la lecture

En se réveillant ce matin au 10 Downing Street, BoJo a dû se demander quel cauchemar il avait fait. Coup d’œil sur Sky News, 46 démissions (59 maintenant), non c’est bien à une tentative de coup d’État qu’il a fait face. L’Histoire inscrira ce mercredi 6 juillet comme une date clef. "Il a limogé Michael Gove", ministre du Logement qui avait appelé à sa démission, a déclaré sur Sky News James Duddridge, conseiller de Boris Johnson, précisant que le Premier ministre est "d'humeur enjouée et [qu’] il se battra". Finalement, ce jeudi 7 juillet Bo... Poursuivre la lecture

Depuis plusieurs semaines déjà, les démocrates et leurs laquais des médias font leur show de boucane au sujet de « l’insurrection » du 6 janvier 2020. On vise ainsi à « comprendre » ce qui a amené cette « attaque sans précédent » contre la démocratie et à identifier des coupables.

Je ne peux m’empêcher d’avoir un sourire en coin quand je vois l’hyperventilation des démocrates face à l’émeute du 6 janvier. Oui, les responsables doivent être identifiés et emprisonnés. Mais quand vient le temps de mal accepter une défaite, les démocrates ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles