Déluge de boules puantes pour Emmanuel Macron

Après François Fillon, c’est au tour d’Emmanuel Macron d’être la cible d’accusations plus ou moins fantaisistes sur le plan judiciaire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déluge de boules puantes pour Emmanuel Macron

Publié le 10 mars 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Après la Blitzkrieg déclenchée contre François Fillon en janvier, c’est au tour d’Emmanuel Macron de passer sur le grill. Les boules puantes, comme on pouvait s’y attendre quand le Penelopegate a commencé, touchent le camp Macron à quelques encablures du scrutin. Pour l’ensemble du pays, la phase qui s’ouvre est délicate dans la mesure où les institutions devront prouver leur impartialité dans un contexte alourdi par les affaires qui frappent la droite.

L’affaire French Tech Night

En 2016, Business France a confié à Havas, sans appel d’offres, une soirée, la French Tech Night, à Las Vegas, pour un coût de près de 400.000 euros. Selon toute vraisemblance, une enquête confiée à l’Inspection Générale des Finances en décembre par Michel Sapin pourrait aboutir à qualifier les faits de délit de favoritisme.

L’ensemble de cette petite affaire est sorti mercredi dans le Canard Enchaîné. Reste à voir si le Parquet s’en saisira.

L’affaire du conseiller santé de Macron payé par Servier

Le 7 mars, un conseiller santé de Macron, Jean-Jacques Mourad, cardiologue de son état, a quitté l’équipe de campagne après des révélations sur ses liens financiers avec la laboratoire Servier. Les mauvaises langues noteront que Mourad Jean-Jacques est le frère Mourad Bernard, banquier proche de Drahi qui a intégré l’équipe de Macron en octobre.

Amusant, non ?

L’affaire du patrimoine de Macron

Des questions peut-être plus fâcheuses portent sur la déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron, que la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique ne publie pas (plus ? certains soutiennent l’avoir consultée sur le site il y a quelques semaines). Le journal Le Monde, désormais bien connu pour son attachement à l’ordre moral, s’ingénie à en minimiser la portée, ce qui est un signe infaillible d’une difficulté. Quand c’est flou, il y a un loup !

Dans la pratique, l’affaire est assez simple : les revenus mobiliers déclarés par Macron ne paraissent pas en rapport avec le patrimoine (moyen) qu’il déclare. Ce qui intrigue, c’est que cette bombe potentielle ne fait l’objet d’aucune opération de déminage de la part de l’équipe de Macron. Celle-ci est restée silencieuse sur les questions posées par la presse (notamment par Le Monde).

Macron dans le collimateur de Wikileaks ?

D’autres boules puantes tomberont-elles dans le jardin de Macron avant les élections présidentielles ? Personne ne le sait précisément, bien entendu… Mais Julian Assange a annoncé de prochaines révélations dans Wikileaks sur les relations entre Macron et Hillary Clinton. Bien sûr, rien n’exclut que ces affirmations relèvent de l’intox. Toutefois… la rumeur persiste d’une déstabilisation extérieure du candidat Macron, ourdie par un complot étranger.

Il faudra voir, dans les prochains jours, si ce risque se réalise.

Macron plombé par les ralliements des éléphants socialistes ?

Pire que les boules puantes, on trouvera peut-être les relations d’amitiés et les ralliements en cours des éléphants socialistes. Pour le candidat de la « révolution » et du renouvellement de la vie politique, ces marques de soutien pourraient se révéler beaucoup plus collantes et encombrantes que le reste.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Bah, ce sont de fausses boules puantes, le scandale n’est pas le speudo favoritisme mais l’organisation d’un show macron à las Vegas avec l’argent des contribuables..Personne n’en parle même vous !

  • Et pendant ce temps là, Juppé envoie son parrainage à Fillon…

    Mauvaise passe pour Macron

  • Ne rêvez pas ! Le parquet ne s’en saisira pas … Il fait partie du camp du  » Bien »… Tout lui est permis …

  • L’irresponsabilité de médias tels que le canard enchaîné est inqualifiable! Non pas qu’il faille laisser les responsables politiques s’adonner au jeu du détournement de fond et de l’abus de confiance, mais le moment choisi pour ces révélation privé tout un pays du débat politique que nous serions en droit d’attendre. A qui cela bénéficie-t-il ? Aux médias qui décuplent leurs ventes, à un ensemble citoyens frustrés de la politique qui s’enferment dans un commérage permanent ? Chacun est responsable de l’impact de ses faits et de ses dires. Ignorer ce point dans la situation actuelle est irresponsable. Toutes les affaires évoquées ces dernières semaines auraient pu être traitées avant la campagne et pourront l’être après la campagne (ou après le mandat si l’un des candidats concernés devait être élu). Suis seul à penser cela ?

    • FBo Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous.
      En effet, vous affirmez que ce sont les médias qui sont irresponsables, faute d’avoir dénoncé les dérives AVANT la campagne.
      Hors, selon moi, ce sont les sources, probablement des politiques, qui ont informé les médias au moment qu’ils estimaient le plus opportun pour nuire aux personnes visées par les révélations.
      Que devaient alors faire les médias ? Garder cela pour eux et ne les sortir qu’après l’élection ? Il leur aurait alors été reproché de n’avoir pas dénoncé les dérives et pas fait leur job.
      Le job des médias n’est pas de faire du frigo, car c’est alors qu’ils seraient manipulateur.
      Petite précision: Les sources des medias ne font pas forcément parti du clan opposé à la personne visée. On se souvient de la phrase de Rachida Dati qui affirmait à propose de Fillon: « Je vais lui pourrir sa campagne, j’ai des munitions ! »
      Ensuite, vous savez, la meilleure manière de ne pas subir ce type d’attaque lors d’une campagne est d’être irréprochable.
      Accuser les thermomètre lorsque l’on est fiévreux est bien la pire des défenses.

    • Le Canard fait son boulot. Les irresponsables sont les informateurs du Canard qui ont consciencieusement fourni les éléments qu’ils ont choisis au moment qu’ils ont choisi.

  • C’est la rançon de la gloire.
    D’autant plus qu’il est le principal bénéficiaire des accusations portées contre Fillon.
    Chacun son tour.

  • C’est clair que les ralliements à Macron commencent à faire un peu désordre. Dernier en date, l’inénarrable Delanoë… avec déjà Royal, Huchon, Kouchner, Bayrou et peut être bientôt Le Drian et Bartolone, le « système » tremble sur sa base… jamais je ne voterai pour ce charlot !

  • Pour l’instant c’est un peu tout et n’importe quoi. Ce sont plus des insinuations que des éléments probants, Rien de concret. On note que Hamon le catalogue dans les candidats de droite et que la droite le classe à gauche comme un Hollande bis. Evidemment il dérange ces gens à l’esprit bien organisé qui perçoivent le monde réel à l’image de leur esprit. Monochrome et univoque.

  • Ah les Fillonistes, vous vous battez becs et ongles pour que l’on respecte la présomption d’innocence de votre champion, mais dès qu’il s’agit des autres vous vous empresser de relayer la moindre rumeur comme un fait avéré. Y aurait-il pour vous deux conception de la justice, selon que l’on est dans votre camp ou dans un autre ?
    Ethique à géométrie variable, pas bien crédible !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles