JO 2024 : horreur, l’étau se resserre sur Paris !

Si Paris est désignée, la ville, déjà devenue un aimable mouroir à bobos embouteillés, va se transformer en cloaque de chantiers et de taxes locales indécentes. Plus haut, plus vite et plus fort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

JO 2024 : horreur, l’étau se resserre sur Paris !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 mars 2017
- A +

Par H16.

À peu près neuf mois se sont écoulés depuis la fin des Jeux Olympiques de Rio, neuf mois pendant lesquels les médias ont arrêté de nous rebattre les oreilles avec médailles, stades et records divers. C’est même avec discrétion qu’ils nous ont appris que plusieurs villes, en lice pour l’édition 2024 du raout sportif mondial, que dis-je, galactique, s’étaient retirées de la course : après Hambourg, Boston et Rome, Budapest même a renoncé à la compétition olympique.

Panique, horreur, consternation : ne restent candidates que Los Angeles et Paris.

Oh, bien sûr, pour le Français lambda aux grands yeux pleins d’étoiles et encore tendrement nourri du lait de maman-Etat, tout ceci signifie que les chances de Paris augmentent à chaque défection. D’autant plus, d’ailleurs, que la candidature de Los Angeles n’aura jamais paru si fragile : malencontreusement (et probablement à son corps défendant depuis novembre de l’année dernière) située sur le territoire américain, la ville pourrait bien pâtir d’un président Trump vraiment pas en odeur de sainteté dans les instances dirigeantes du Comité International Olympique. Bref, on ne peut pas écarter que Paris, parvenant à combiner le fait d’être seule et d’arriver malgré tout seconde, soit finalement désignée par défaut. Mais pour le contribuable français, un minimum au courant de ce qu’une candidature olympique gagnante signifie inéluctablement, l’étau fiscal se resserre et le coup de matraque « à la Théo » semble proche, sans aucune préparation lubrifiante préalable.

Le supposé impact positif des festivités

Cette appréhension accompagnée d’un nécessaire réflexe glutéal est d’autant plus compréhensible que de frétillants organisateurs de festivités s’expriment dans la presse pour rassurer tout le monde sur la pertinence de la candidature parisienne et sur son impact positif (oui, positif) sur nos finances. C’est ainsi que Bernard Lapasset, coprésident (avec Tony Estanguet) de Paris 2024, estime presque goguenard que cette candidature est, je cite, « un projet responsable, durable, au coût maîtrisé, qui respecte l’agenda 2020 ».

On ne peut que souhaiter ardemment, vu les piscines (olympiques, forcément) d’argent public qui seront déversées pour ces jeux, que le projet soit effectivement responsable. On peut cependant garantir qu’il ne sera jamais coupable, ce qui évitera d’emblée le moindre procès engagé par l’un ou l’autre citoyen outré. Mieux encore, sa durabilité ne pourra pas être moindre que celle des jeux de Sotchi ou, pire encore, des jeux de Rio.

Belle gabegie en perspective

Mais quand on apprend que le projet sera à « coûts maîtrisés », on sait que tout ceci ne pourra que mal se terminer, et surtout plus encore lorsque le vendeur de tapis en charge de promouvoir la belle gabegie parvient à sortir sans rire que ces Jeux parviendront à rapporter « 10 milliards rien que pour l’Île-de-France » : pour le moment, force est de constater que tous les jeux qui se sont tenus dans des économies exsangues et massivement socialisées se sont terminés en catastrophe financière notoire.

athen 2004 : true picture of the greek debt

Aussi peu plaisante soit la prise de recul, il faut se rendre à l’évidence : les Jeux Olympiques sont maintenant fort loin des idéaux de Coubertin à la faveur de deux phénomènes. Le premier aura consisté en une marchandisation galopante du sport, et le second en une récupération toujours plus importante de cette marchandisation par le pouvoir politique. Or, si l’honnêteté impose de trouver au moins autant de bénéfices que d’inconvénients au premier phénomène, ce sera plutôt la consternation qui présidera à l’analyse du second.

La transformation des Jeux Olympiques dans une sorte de grande messe sportive en mondovision aura incité les gouvernements des pays et des municipalités où ils se déroulent à une surenchère de dépenses pharaoniques, ces dernières d’autant plus faciles qu’elles le sont avec l’argent des autres et presque systématiquement contractées au nom des générations futures, au prétexte de plus en plus ridicule que les infrastructures ainsi produites seront là pour ces dernières qui pourront en profiter.

Grand messe sportive

S’il n’y avait pas ce magnifique bonus politique qui permet à nos brochettes d’élus de s’afficher comme des visionnaires bâtisseurs ou, plus prosaïquement, qui leur permettent de faire des selfies grotesques avec les stars sportives du moment pour une gloriole adulescente, il ne resterait pas grand-chose. On peut noter, bien sûr, de solides avancées en recherche médicale dans le domaine très pointu des dopants, des stupéfiants et autres hormones rigolotes, mais au-delà, ces expériences olympiques se soldent surtout par des bilans écologiques, économiques et moraux plus que discutables.

Dans une logique que seule l’incohérence spécifiquement socialiste permet d’expliquer, bétonner de grandes zones péri-urbaines ne semble avoir aucun impact écologique dès qu’il s’agit d’un projet olympique. Les infrastructures massives généralement construites autour sont alors parées de mille et une vertus apaisantes pour l’atmosphère, en dépit des évidentes factures carbone que ces mêmes ardents défenseurs brandiraient immédiatement s’il s’agissait d’installer une usine capitaliste traditionnelle. C’est pour du sport, c’est pour du collectif, c’est pour des générations futures qu’on tabassera plus tard à coups d’impôts et de taxes, donc c’est aussi écologique et économique. Forcément.

Corruptions autour des Jeux

Quant aux kyrielles de corruptions qui entourent ces Jeux, même s’il ne se passe pas une année sans que des affaires soient dévoilées, personne ne semble capable de s’en souvenir lorsque retentissent les premiers feux d’artifices d’une cérémonie d’ouverture.

Alors oui, je sais que je vais certainement choquer quelques uns de mes lecteurs réguliers et effaroucher d’autres de passage, mais la réalité me force à dire clairement qu’il est plus que temps que s’arrêtent ces agitations sportives coûteuses et trop souvent ridicules, aux frais de la princesse.

Outre un nombre croissant de sites olympiques désaffectés qui donnent une idée bien sombre de ce que « durable » veut dire, outre une corrélation troublante entre la tenue de Jeux Olympiques tonitruants et une crise économique subséquente dans certains pays, outre la corruption, le dopage et le capitalisme de connivence endémiques à ce genre de festivités délirantes, il est plus que temps que ceux qui veulent voir ce genre de happenings se produire chez eux émargent directement, de leur poche, et arrêtent de piocher dans la poche des autres ou de leurs enfants.

Happenings oui, mais chez vous

Vous aimez voir de séduisants mammifères en lycra fluo s’ébattre dans une piscine ? Vous adorez regarder des déménageuses ukrainiennes lancer des poids sur une pelouse fraîchement arrosée ? Vous trépignez d’excitation à l’idée de contempler de longues heures ces gymnastes qui, jadis, faisaient essentiellement le bonheur de cirques ambulants et des enfants alentours qui venaient les admirer ? Très bien, tant mieux pour vous, mais ni cela, ni les spectacles pyrotechniques et autres sons et lumières plus ou moins heureux ne constituent en rien une raison suffisante de les faire financer par d’autres que vous.

Décisions totalitaires de l’amère de Paris

De surcroît et plus proche de nous, la capitale croule déjà sous les embouteillages causés par des décisions totalitaires de l’amère de Paris, et y ajouter les incessants travaux que ces Jeux nécessiteront ne pourra rien améliorer. S’y ajouteront le dérapage budgétaire inévitable à toute gestion minée par le clientélisme, le favoritisme, les petits renvois d’ascenseurs et les compromis voire les compromissions auxquels ces Jeux nous habituent déjà et que toute mairie, à plus forte raison socialiste, s’empressera d’abonder.

Si Paris est désignée, la ville, déjà devenue un aimable mouroir à bobos embouteillés, va se transformer en cloaque de chantiers et de taxes locales indécentes. Plus haut, plus vite et plus fort.

[ Addendum : Pétition contre les JO à Paris ]


—-
Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • du pain et des jeux pour le lambda et un bel enrichissement en perspective pour une poignée…..avec des sportifs qui se shootent  » pour être plus fort que l’autre « ….

  • 2024, c’est dans sept ans,d’ici là la France sera ‘ en marche ‘ pour sept ans de malheur après avoir brisé le miroir aux alouettes.

  • Cette ville est foutue.

  • « L’amère de paris » 🙂

    Athènes s’est effondrée 6 ans après son raout pharaonique olympique…

    Du côté de Paris, je dirais qu’il y a urgence pour respecter le timing. Ils devraient les avancer et profiter que l’accrochage d’élu au réverbère n’est pas encore une discipline olympique.

  • « il est plus que temps que s’arrêtent ces agitations sportives coûteuses et trop souvent ridicules, aux frais de la princesse. »
    Rien de choquant là dedans en ce qui me concerne, c’est exactement ce que je pense. Tous ces gros machins pompeux et partouzatoires sont totalement obsolètes.

  • Et tout ça pour que les zathletes puissent organiser des orgies géantes au village olympique entre deux rails de coke. Tout va bien.
    Les grands événements sportifs sont devenus bidons, des monceaux de pognons invraisemblables pour en générer d’autres qui profiteront directement a ceux qui ne les ont pas investis… Et maintenant, avec en plus du dopage, les paris frauduleux et même, une forme de sport scripté directement. On le voit en football ou depuis des années, les scénarios incroyables se multiplient, a vitesse pas du tout naturelle. On l’a encore vu hier, mais c’est que le dernier exemple en date en LDC. Le Tour de France ou les Jo de Londres avaient déjà été d’excellents exemple, également.

    On dirait que le catch a fait des émules. En même temps, des informations manipulées, des documentaires propagandistes, des télé-réalités scriptés, des jeux télévisés où les acteurs ont remplacé les candidats… le sport était la suite logique.

  • h16 soyez positif! S il ne reste plus que paris, on fera des économies sur les pots de vin !

  • On ne peut qu’être d’accord avec le propos général, on pourrait même aussi adhérer d’un sourire à la juste cruauté de certaines saillies, la moquerie aura toujours cet effet jubilatoire, c’est humain.
    Mais c’est passer un peu vite sur les athlètes eux-mêmes, des jeunes gens, parfois très jeunes et qui ont déjà connu la rigueur d’un calendrier quadri annuel, la solitude de l’entraînement, l’angoisse des sélections, parfois les impudeurs de la presse.
    Ce qui reste vrai et qui le sera toujours, de cette idée de Pierre de Coubertin, est que malgré les progrès du dopage, ou simplement de la connaissance de l’athlète physique voire psychologique, il n’y a qu’une façon de vaincre. Ces gamines et ces gamins empruntent depuis que la compétition sportive existe, le même chemin long rude et silencieux.
    Ces gosses ne sont pas responsables du fait que leur rêve, que ce but de 4 ans et parfois plus (et essayons une seconde de se rappeler que sont 4 ans quand on n’a que 20 ans), est mis en scène par des tartuffes et des marchands, leur sujet c’est le muscle, le chrono, la blessure ou la sueur. Parfois c’est vrai aussi, d’accrocher un sponsor ou un contrat pour mieux vivre du spectacle qu’ils offrent, mais tout travail mérite salaire il me semble.
    Ce cirque est sans doute alors vulgaire, on peut le trouver imbécile ou dispendieux, mais le matériau en est noble.

  • J’aime bien votre changement de rythme, M.H16. 🙂

    « ces Jeux parviendront à rapporter « 10 milliards rien que pour l’Île-de-France » (« sans rire » en plus)
    Voilà donc la somme que compte récolter l’Ile de France, quoiqu’il advienne. D’un côté un objectif chiffré, et de l’autre des parasites, et au milieu les contribuables.

    Effectivement, si les fins stratèges qui veulent les Jeux, mettaient la main dans leurs propres poches, pour en sortir leurs deniers, ils réfléchiraient autrement, et pas sûr qu’ils en voudraient au final.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles