Qu’attendre du prochain président de la République ?

Au-delà des petites phrases et des problèmes de personnes qui semblent occuper le devant de la scène, que peut-on attendre du prochain président de la République française ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Palais de l'Elysée by Nicolas Nova(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Qu’attendre du prochain président de la République ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 5 mars 2017
- A +

Par Pierre Tarissi.

Que peut-on attendre du prochain président de la République française ? Au-delà des petites phrases et des problèmes de personnes qui semblent occuper le devant de la scène, quels sont les enjeux des vingt prochaines années ?

De façon très concrète, il y a des sujets que l’on entend peu sur les tréteaux électoraux. L’électeur de base apprécierait sans doute pour eux une action déterminée dans la durée et indépendante des alternances. Prenons quelques exemples : formation, recherche, dépense publique, protection sociale, fonctions régaliennes.

Qu’il assure à tous une formation suffisante pour le monde actuel

La formation de la population est « la mère de tous les sujets » ! La France ne peut pas progresser avec 20% de sa population active « non qualifiée » et 20% des jeunes qui sortent de l’Éducation nationale sans le moindre diplôme. Ajoutons-y le fait qu’on ne sait pas vraiment former un adulte non qualifié, et on a là un grand sujet de débat sur ce que doit être la formation en France pour le XXIe siècle !

Au-delà du bagage minimal nécessaire pour tous (sans doute proche d’un actuel « Bac+2 », avec beaucoup de précautions) cette formation devra aussi augmenter fortement le nombre de chercheurs et de chefs d’entreprise potentiels. Cette population restera certes très minoritaire, mais est la seule « locomotive » capable d’accélérer vraiment la « croissance ».

Qu’il augmente massivement l’effort du pays en recherche et industrialisation

En effet, le progrès d’une nation (et de l’humanité en général) s’obtient d’abord et avant tout par la mise en œuvre du progrès scientifique et technologique servi par l’augmentation de la consommation d’énergie. Ce sujet est quasi-absent du débat public, alors qu’il dépend de deux grands leviers.

Le premier est la Recherche proprement dite dont les crédits périclitent depuis des années, et dans laquelle un citoyen ne peut pas investir directement. Elle est pourtant certainement l’investissement le plus rentable que puisse faire une société humaine ! Depuis qu’un premier « chercheur » a eu l’idée de voler un tison à un incendie de forêt et de conserver ce feu, elle est la source de tout progrès. En particulier l’écologie dépend concrètement très peu des comportements individuels et très largement de la science et de la technologie appliquées.

Le second est l’industrialisation des résultats de cette Recherche pour les transformer en innovations, c’est-à-dire des produits et services vendables à des clients désireux de les acheter.  C’est la seule façon de provoquer une vraie croissance durable. Dans ce domaine, orienter l’épargne dans cette direction fait partie des solutions efficaces : l’épargne est aujourd’hui très largement drainée vers le financement de la dette publique.

Qu’il repense sérieusement la dépense publique

Parler de dette publique conduit au traitement de sa cause, la dépense publique, en augmentation constante depuis 40 ans. Actuellement, de plus en plus d’impôts et de dette la financent peu ou prou sans jamais parvenir à équilibrer les budgets. On ne voit émerger aucune solution sur ce point, au-delà des incantations convenues répétées quelques mois avant chaque élection.

Pourtant, cette question est fondamentale. Elle commence par une redéfinition des outils de mesure (PIB en tête) qui évaluent trop souvent une illusion de « croissance » et plongent nos dirigeants dans la schizophrénie. Dans ces conditions, repenser vraiment la dépense publique permettra d’expliquer ce que l’on peut attendre (ou non) de la baisse des dépenses publiques selon la façon dont cette baisse est conduite. On en profitera pour conduire une réflexion calme et dépassionnée sur la notion aujourd’hui confuse et idéologique de « service public » en France au XXIe siècle.

Qu’il reconstruise totalement notre prétendu « modèle de protection sociale »

Nos innombrables aides sociales n’atteignent pas leur but : dans le cas contraire, il n’y aurait aucun SDF dans les rues. Mais des centaines de milliers de personnes vivent – plutôt bien – de la gestion de cette aide sociale par les « partenaires sociaux » (en fait les syndicats patronaux et salariés). Personne ne parle jamais de ces coûts de gestion. Pourtant, aucune pression à la baisse ne s’exerce sur eux, puisque ces organismes jouissent du monopole de la protection sociale.

Le « revenu universel » est sans doute un élément de réflexion extrêmement fécond dans cette voie. Et la plus importante dépense sociale est sans doute aussi à repenser totalement : il s’agit de la retraite. Cela commence par trouver les moyens de remettre au travail réel la tranche des 55-65 ans pleins d’énergie ! Nous avons en effet l’un des taux d’emploi de cette tranche d’âge les plus bas de l’OCDE.

Qu’il rétablisse les fonctions régaliennes de l’État

Il devra de surcroît dégager les économies suffisantes pour restaurer les fonctions régaliennes de l’État. Depuis des décennies, les dépenses régaliennes servent de « variables d’ajustement » pour financer les autres dépenses de l’État qui ne cessent de croître. Qu’il s’agisse de l’armée, de la police et des douanes, sur-sollicitées et en voie d’usure rapide, ou de la justice notoirement sous-équipée, les crédits sont en chute quel que soit le gouvernement.

On peut enfin se demander comment partout en France des cités, propriétés de l’État ou de structures para-étatiques de gestion de HLM, deviennent des « zones de non-droit » ou des « quartiers sensibles ». Et cela malgré les dizaines de milliards engloutis depuis des décennies dans la politique de la ville. Cela comprend aussi la politique envers les DOM-TOM y compris la Corse à qui il faut donner des moyens de développement autres que des subventions pour devenir des fers de lance de la France.

Qu’il ne se demande pas si les solutions pertinentes sont « de gauche » ou « de droite »

Pour tous ces sujets, peu importe que le prochain Président soit « de gauche » ou « de droite » : on lui demande juste que les solutions qu’il mettra en œuvre produisent des résultats mesurables dans les prochaines décennies ! C’est cela seul qui donne sa légitimité à l’action de l’État – donc à l’impôt (et à la dette) -, efficacité qui reste à mesurer vraiment.

C’est un énorme travail, et on aimerait entendre les candidats en parler et surtout espérer raisonnablement que le prochain Président mène une politique française vigoureuse sur ces sujets. Les résultats devront être assez convaincants pour que les successeurs, quel que soit leur bord, la continuent sur une bonne vingtaine d’années. C’est ce qu’ont réussi en leur temps des personnalités aussi différentes que Margaret Thatcher ou Gerhardt Schröder, pour ne prendre que nos voisins immédiats.

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Vous demandez à un obèse congénital de maigrir….C’est impossible.
    Ce que j’attend du futur président , qu’il supprime la république et transforme la France en confédération française .

  • Qu’il ne soit ni un voleur ni un menteur ni un parasite.

    Ce qui semble impossible étant donné que la totalité des candidats déclarés checkent presque tous ces trois caractéristiques …

    Aussi, comme presque toujours, je n’irai pas voter.

  • Bonjour reactitude et Jack Shit, Bonjour à toutes et à tous,
    Ma foi !
    Je pars d’un constat simple : notre système politique est fondamentalement vérolé, et tous ses participants « en croquent » plus ou moins consciemment et volontairement …
    J’attends donc du futur élu des choses concrètes. Pour le moment, ce que dit François Fillon répond le moins mal à ces attentes.
    Savoir s’il le fera s’il est élu est un autre sujet. Quel que soit l’élu, il sera un minimum « vérolé » par le contexte ambiant …
    Amitiés,
    Pierre

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans une première partie, nous avions vu ce qui caractérisait une société de méfiance, à savoir :

centralisation administrative excessive, bureaucratie omnipotente, affaiblissement des initiatives, décharge de la responsabilité.

 

Dans cette seconde partie, il conviendra d’insister à la fois sur l’absence de responsabilité et sur les carences institutionnelles.

 

Une société de défiance caractérisée par une décharge de responsabilité

C’est le propre des systèmes centralisés où l’État oscille : trop faib... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Par Pierre Bréchon[1. Pierre Bréchon est professeur émérite de science politique, Sciences Po Grenoble, Auteurs fondateurs The Conversation France.]. Un article de The Conversation

Valéry Giscard d’Estaing, décédé le 2 décembre des suites de la Covid-19 à l’âge de 94 ans, était l’héritier d’une grande famille de notables politiques, ayant occupé – de génération en génération – de nombreux postes dans la haute fonction publique et au Parlement.

À l’été 1944, le jeune Valéry, élève de classe préparatoire à Louis-le-Grand, parti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles