Mon collègue de travail est un robot

Avez-vous déjà réfléchi à la façon dont vous allez vous servir des robots dans votre entreprise ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mon collègue de travail est un robot

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 février 2017
- A +

Par Alain Goetzmann.

Mon collègue de travail est un robot
By: JD HancockCC BY 2.0

Aujourd’hui, un peu d’anticipation, mais à peine : comment la robotisation va transformer les postes de travail, un article de Jacob Morgan qui m’a interpellé.

Mihir Shukla est le PDG d’Automation Anywhere, une société de logiciels d’entreprise qui redéfinit la façon de travailler en introduisant, autour d’une plate-forme digitale, des collaborateurs numériques qui agissent aux côtés de salariés humains. Cette combinaison est avant tout conçue pour aider l’homme à accomplir plus qu’il ne le pourrait tout seul. Automation Anywhere compte actuellement 300 employés dans 10 bureaux à travers le monde.

L’objectif de Mihir Shukla est de devenir rapidement l’un des plus grands employeurs au monde sans avoir de salariés. Comment va-t-il faire ? Ses prévisions lui indiquent que, dans les quatre prochaines années, Automation Anywhere disposera de 3 millions de bots logiciels, répartis dans le monde entier, lesquels génèreront l’équivalent de la capacité productive de 3 millions de personnes. En tant qu’entreprise de logiciels, son niveau de production sera à ce point élevé que dans un avenir proche, elle pourra être effectivement considérée comme le plus grand employeur du monde de l’ère digitale.

Les bots, nouveaux travailleurs numériques

Les bots logiciels sont de véritables travailleurs numériques. Ils peuvent accomplir des tâches banales mais également s’attaquer à des problèmes plus complexes. Un grand nombre d’employeurs veulent bien que leurs travailleurs gèrent les problèmes d’aujourd’hui en prenant en compte les défis de demain mais ils les laissent utiliser les technologies et les approches d’hier. Le traitement des factures, la vérification des documents, la génération de rapports, la saisie de données et d’autres tâches banales devront toujours être effectués. Mais la grande question est : par des humains ou par des robots ?

La délégation aux bots de tâches banales, et même, pour certaines, plus complexes, redonne du temps aux humains pour penser, créer, découvrir et innover, des tâches que, pour l’essentiel, ils accomplissent beaucoup mieux. Le partenariat entre l’homme et la machine n’est pas nouveau. Il a permis au monde de progresser d’innombrables façons. Mais cette association voit maintenant le jour également dans les bureaux et le résultat est spectaculaire.

Aujourd’hui, il est pratiquement impossible, pour la plupart des gens, de faire la différence entre certains types de travail effectués par un humain ou par un bot. Automation Anywhere fournit des bots dont la caractéristique essentielle est d’apprendre du comportement humain. Il existe maintenant de nombreuses industries qui utilisent des bots et beaucoup de personnes interagissent avec eux quotidiennement sans même le savoir. Dans les processus des compagnies aériennes, la production de voitures, peut-être même pour le stylo qui se trouve sur votre table de travail, tout se crée à l’aide de bots logiciels. L’adjonction de ces robots permet aux salariés de se sentir moins stressés, d’offrir un meilleur service aux clients et même de tendre à un bien meilleur équilibre travail/vie personnelle.

Quelque part, les bots permettent aux travailleurs humains de récupérer ainsi leur humanité.

Avez-vous déjà réfléchi à la façon dont vous allez vous en servir dans votre entreprise ?

Sur le web

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • L’homme a toujours su faire marcher des esclaves , le bots est un esclave comme les autres et une poignée d’electrons suffit pour qu’il fasse son job , cool

    • @ reactitude

      Oui mais quand les bots deviendront plus fiables, selon la discipline programmée par des humains « patrons » et plus intelligents et efficients que des employés peu motivés, par l’intelligence artificielle, en « travaillant » 24/24, 7/7, 12/12, en plus avec une énorme mémoire infaillible, et sans état d’âme, qui rivalisera encore si il ne s’agit pas d’humains bien rodés aux relations humaines, les yeux dans les yeux?

      L’autre jour, j’ai fait des courses, en pleine journée, pour 3 articles dans un supermarché et en sortant, je me suis rendu compte que je n’avais eu aucun contact verbal avec un humain (self service et caisse informatique): troublant!

    • et la différence entre un homme ayabt un sens moral et un autre c’est ne ne pas toujours faire ce qu’on sait faire..je sais voler ,tuer, assassine, violer je ne le fais pas car je ssuis intimenent convaincu que c’est mal…
      quant à considérer qu’un robot soit un esclave, c’est injurieux pour les gens qui en ont été victimes..

  • Mes collègues de travail sont des robots et j’en suis ravi 😀

  • Je les mettrai à chasser les bugs, car ce sont les bugs qui pourrissent le plus la vie des humains.

  • C’est un hasard si le robot de l’illustration est un droïde assassin modèle IG-86 ?

  • Je reste dubitatif quand on parle de bot.AI… surtout que l’ewample des facture s’appelle de la « réconciliation » et n’évite pas pes erreurs coherente (propagé dans tout les systèmes)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Big Data
1
Sauvegarder cet article

Par Sylvain Fontan.

Le phénomène intitulé Big Data (données massives) fait référence au flux de données sur internet de la part des particuliers, des entreprises et des États du fait de la démocratisation des connexions haut débit. L'ampleur de ce phénomène est telle qu'il peut être considéré comme valeur économique en soi. En effet, la capacité à exploiter ces données peut permettre de valoriser l'activité économique.

Le Big Data comme valeur économique

L'importance accrue du Big Data est telle que le Forum économique mondial ... Poursuivre la lecture

Les ganacheries tombant aussi aisément au sujet des algorithmes qu’à Gravelotte, trouver une nourriture de l’esprit équilibrée et éclairante relève de la tâche pascalienne. Aurélie Jean est de celle-ci. Mêlant pédagogie et nuance, elle fait entendre sa voix et ses messages aux quatre coins du globe, seule échelle à la mesure de cette globetrotteuse hyperactive.

À l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Les algorithmes font-ils la loi ?, aux éditions de l’Observatoire, Aurélie Jean a répondu aux questions de Corentin Luce.

<... Poursuivre la lecture

Un entretien conduit par Corentin Luce.

Par une glaciale matinée de janvier 1966, le Pr Joseph Weizenbaum, informaticien au MIT (Massachusetts Institute of Technology), vient de marquer l’histoire, même s’il l’ignore encore. Après plusieurs années de conceptions et d’améliorations, le premier chatbot (robot logiciel pouvant dialoguer avec un individu par le biais d'un service de conversations automatisées) de l’histoire est créé. ELIZA, tel est le nom de son programme informatique.

Le chabot fut alors utilisé pour dialoguer par ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles