Emmanuel Macron, le candidat de la boîte à outils

Toutes les propositions faites par Emmanuel Macron dans son programme sont empruntées à d’autres, sous une forme plus ou moins réchauffée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tool box By: _sarchi - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Emmanuel Macron, le candidat de la boîte à outils

Publié le 6 février 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

boîte à outils
Tool box By: _sarchiCC BY 2.0

Emmanuel Macron n’a pas (encore) de programme, mais il s’inspire allègrement des autres candidats. Il était amusant de relever quelques-uns de ces points communs. Le discours qu’il a prononcé samedi à Lyon vaut, sur ce point, un pesant de cacahuètes.

Le budget de la Défense : dans la boîte à outils de Fillon et Hamon

Sur ce point, Macron reprend (mal) Benoît Hamon, qui propose un budget de la Défense à 3% du PIB. François Fillon, pour sa part, proposait également 2% du PIB pour la défense.

Une défense européenne : aussi dans la boîte à outils de Hamon et Fillon

Une défense plus européenne… Le sujet n’est évoqué que depuis 1954. On devrait donc en voir le bout. Chez Benoît Hamon, on trouve ces phrases :

« Je lancerai une véritable stratégie de coopération européenne dans le domaine de la défense. Celle-ci comprendra une amélioration du hub européen afin que nos partenaires accentuent leur soutien logistique et financier aux opérations extérieures faites par la France. Les états-majors européens et les brigades binationales seront renforcés. Enfin, nos moyens de renseignement seront progressivement mutualisés avec la mise en place de task forces multilatérales pour aboutir à une agence de renseignement européenne. »

Chez François Fillon :

« Associer nos partenaires européens au financement des opérations extérieures.

La France finance, seule, plusieurs opérations extérieures, que l’Union européenne devrait pouvoir prendre en charge. Je proposerai à nos partenaires européens un partenariat incitatif dans lequel les opérations extérieures seraient partagées financièrement., sous la forme, par exemple, d’une nouvelle rubrique au sein du budget européen. »

10 000 gendarmes et policiers en plus : une idée améliorée de Hamon

Sur ce point de programme, Macron fait mieux que son rival Hamon qui propose seulement 1 000 créations de poste par an pendant 5 ans. Ni François Fillon ni Jean-Luc Mélenchon ne proposent de créations de postes.

« Police de sécurité quotidienne » : Hamon et Fillon font mieux

Dans son discours de Lyon, Macron a proposé « une réorganisation pour que la protection puisse être plus efficace, plus visible ». On trouvera mieux chez ses concurrents.

Chez Hamon, on lit :

« Mise en place d’une véritable police de proximité.

Je rétablirai une véritable police de proximité pour renouer la confiance avec la population. La police doit remplir une fonction sociale de premier plan. Elle doit connaitre réellement la population qu’elle protège pour rétablir la confiance mutuelle et de mettre fin au cercle vicieux : distance, méfiance, discriminations et violence. Je ferai en sorte que soient privilégiées les patrouilles pédestres ou portées avec un objectif de prise de contact des habitants au quotidien. »

François Fillon propose de confier un rôle pilote aux maires pour la sécurité publique.

Réorganiser les services de renseignement : encore les idées de Hamon et Fillon

Sur ce point, là encore, Hamon et Fillon font des propositions beaucoup plus détaillées que Macron.

Chez Fillon :

« La Direction générale de la Sécurité Intérieure, DGSI, sera donc rattachée à nouveau à la Direction générale de la Police Nationale pour la cohérence policière de la lutte anti-terroriste. Je rendrai au renseignement territorial les moyens humains et matériels dont il a été privé. Je créerai une filière de carrière valorisante en son sein avec des spécialisations et un effort particulier en matière de détection de la radicalisation. »

Chez Hamon :

« Je renforcerai le renseignement, notamment grâce à un coordonnateur national directement rattaché au Premier ministre. Doté de pouvoirs budgétaires, il aura surtout un pouvoir de direction sur l’ensemble des services compétents en matière de renseignement pour plus de cohérence : aucun manquement dans le dialogue entre services de l’État ne peut être toléré tant les conséquences d’un faux pas peuvent être dramatiques. Le coordonnateur devra rendre des comptes devant la représentation nationale. De surcroît, il nous faut renforcer les moyens du renseignement territorial qui, sur le terrain, est à même d’identifier les signaux faibles pouvant échapper aux technologies. Le traitement des données collectées doit porter une attention systématique aux questions de protection de la vie privée. »

Supprimer le RSI : dans la boîte à outils de tous les autres

Macron s’aligne ici sur des propositions faites par tous les autres candidats, y compris Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon.

Baisser les charges patronales : une idée de Fillon

Sur ce sujet, Macron est loin derrière Fillon, qui propose 40 milliards d’euros de baisses de cotisations pour les entreprises.

Alléger les cotisations salariales : dans la boîte à outils de Dupont-Aignan

On se souvient que Dupont-Aignan avait annoncé sa candidature à la présidentielle avec une mesure forte : la suppression des charges salariales.

Augmenter le SMIC de 100 euros : Mélenchon va plus loin

Le 6 janvier, Mélenchon a présenté un programme incluant une hausse de 16% du SMIC, soit le double de la proposition de Macron.

Diviser par deux le nombre d’élèves par classe : Luc Ferry a déjà essayé

Cette mesure a fait l’objet d’expérimentations dans les années 2000, sous la houlette de Luc Ferry. Le résultat n’était pas concluant, battant en brèche l’idée reçue selon laquelle le niveau des élèves et la performance scolaire sont liés aux moyens dont l’école dispose.

Accès au chômage pour tous en cas de perte d’emploi : dans la boîte à outils de Hamon

Macron propose un accès aux allocations chômage pour les entrepreneurs et l’indemnité de licenciement en cas de démission. Ces propositions rejoignent le statut social unique de l’actif défendu comme ceci par Benoît Hamon :

« Je créerai un statut unique pour tous les actifs afin de dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant. Je rendrai ce statut plus protecteur selon le degré de vulnérabilité des actifs, à partir du socle commun du droit du travail et de la protection sociale. J’améliorerai la couverture retraite complémentaire et la couverture accident du travail/maladie professionnelle des indépendants. J’équilibrerai les prélèvements sociaux afin qu’à revenus égaux, un indépendant et un salarié cotisent du même montant. »

Obliger les chômeurs à accepter un emploi décent : plagiat de Pôle Emploi

Rappelons que cette disposition existe déjà dans l’engagement des demandeurs d’emplois inscrits à Pôle Emploi.

Le passeport culture : idem chez Hamon

Macron propose un crédit de 500 euros, délivré à tous les jeunes de 18 ans, pour accéder à la culture. On trouve, chez Benoît Hamon, cette proposition :

« Je favoriserai l’accès des jeunes à la culture de proximité grâce à la distribution de Passeports culture à tous les jeunes entre 12 et 18 ans. Ce passeport leur donnera accès non seulement aux arts populaires comme le cinéma et les concerts, mais également aux autres représentations habituellement moins fréquentées du grand public (expositions d’artistes locaux, théâtre, opéra, etc.) »

Le packaging du déjà vu ailleurs

L’originalité de Macron repose donc sur son… absence d’originalité. Dans la pratique, toutes ses propositions sont empruntées à d’autres, sous une forme plus ou moins réchauffée ou modifiée. D’une certaine façon, il est le candidat de la boîte à outils : il s’empare des propositions des autres pour en faire un programme à sa sauce.

Sur le web

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • Maintenant on attend notre troll prefere, Reason.

  • certes..mais la façon dont vous présentez les choses met macron dans la peau d’un « copieur »…alors qu’on pourrait aussi bien dire que les programmes des candidats présentent des idées similaires.

    • L’auteur ne pretend pas que les autres candidats soient differents (election apres election leurs « programmes » tournent tout le temps autour des memes points) mais il met en evidence qu’Emmanuel Macron n’apporte strictement rien de nouveau dans cette campagne presidentielle.
      Et c’est pourtant le mot que ses partisans dont Reason est le plus fervent defenseur nous rabachent depuis maintenant des semaines.

      • mai s il présente les choses comme si macron avait pris des idées dans les programmes des autres, ce n’est pas la m^me chose que de dire qu’il y a un recouvrement… du moins c’est ainsi que je le « sens…

  • La boite à outils est ici :
    https://www.youtube.com/watch?v=8_Jvjp3jp_c
    N’hésitons pas à faire comme à la fin de la chanson car ils nous enfument ! (pour ne pas être modéré)

  • Il lui faut encore marcher car lorsque l’on veut être le renouveau ,il faut avoir des idées nouvelles. .
    Balayer toutes ces idées que les uns et les autres présentent .

    et en avoir d’autres.

    Les bras ouverts, la voix forte l’application subliminale ne suffiriront plus.

    Le peuple n’est plus naïf
    Il a appris et apprend encore grace à internet et aux réseaux sociaux. ..

    La signification des bras largement ouverts n’est pas toujours un signe d’ouverture et de générosité.
    Elles est également : Venez tous et je prends tout de vous.
    Ceci pour vous donner un souffle, une force pour convaincre
    Mais ceci ne suffit plus.

  • Perso, et pur élever le débat, j’aurais beaucoup aimé que les candidats s’expriment sur les deux articles de presse ci-après. Le système (les financeurs) le leur interdisent.

    Le premier est le suivant : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/01/16/20002-20170116ARTFIG00116-klaus-schwab-le-directeur-du-forum-de-davos-est-devenu-le-maitre-des-maitres-du-monde.php

    A peu près au milieu de l’article, on lit : « Klaus Schwab (NDLR, le Président de Davos) a toujours tenu quant à lui à se distancier de cette foire aux vanités dont il est pourtant le Monsieur Loyal tout puissant et respecté. «Il faut une réforme du système capitaliste. Les gens ne s’y identifient pas en raison de trois sortes de défaillances: la corruption, le court- termisme des acteurs, des mécanismes fondés sur la méritocratie qui en tant que tels engendrent des gagnants et des perdants, or les premiers tendent à se désintéresser totalement du sort des seconds!», expliquait-il de façon incisive lors d’un récent passage à Paris.
    Son cœur penche pour le capitalisme rhénan, pour l’économie sociale de marché à l’allemande, sa culture d’origine, où tous les «stake holders» (les parties prenantes, dont les salariés) sont pris en compte, et pas seulement les «stock holders» (les actionnaires) ».

    Le deuxième et le suivant : http://media.wix.com/ugd/146df5_e406b39f70e7440e860f589f283c8098.pdf

    A la fin du premier tiers de l’article on lit :  » J’estime que cette situation est le résultat d’un échec collectif face à la façon de gérer les conséquences de la mondialisation. Un échec qui s’est construit pas à pas au cours des dizaines d’années qui viennent de s’écouler. Au fond, le message délivré par les militants antimondialisation au tournant du siècle dernier était juste ». Oups ?

    Deux solutions : soit on lit ces textes et on essaye de comprendre, soit on considère que l’auteur n’est qu’un imbécile, et on passe à autre chose.

    Pb : la réalité nous rattrapera tôt ou tard.

    • Oui, vraiment intéressant. Le livre de Michel Albert « capitalisme cintre capitalisme date de 1991!
      Et je pense que ceux qui veulent éliminer Fillon aujourd’hui (médias quasi unanimes compris) s’aveuglent sur le monstre qu’ils essaient de défendre. Il vaudrait mieux que la réalité ne nous rattrape pas trop tard. Comment le faire comprendre?

    • Deux solutions : soit on lit ces textes et on essaye de comprendre, soit on considère que l’auteur n’est qu’un imbécile, et on passe à autre chose.

      La troisième c’est simplement de regarder la réalité.

      Les pays les plus libéraux, les plus commerçants, les plus mondialisés sont prospères avec un très haut niveau de vie même pour les pauvres.
      Les pays ou l’économie est réprimée par exemple par un état obèse comme en France, ou/et corrompu comme en Grèce s’enfoncent ou sont tout en bas des classements pour les pires (Venezuela, etc).

      Indice liberté économique – Classement des pays
      Indice de la corruption – Classement des pays
      Indice liberté de la presse – Classement des pays

      L’Afrique le continent le moins mondialisé, capitaliste et libéral de la planète est aussi le plus pauvre et sa situation, contrairement aux autres continents n’évolue quasiment pas.

      l’auteur n’est qu’un imbécile

      Vous m’enlevez les mots de la bouche.

      J’ajoute qu’adhérer à ce genre de discours dans une des économies les plus contrôlées et étatisées des pays développés, qui se casse la gueule justement à cause de cette férule, c’est quand même ahurissant. Il ne reste plus que 19% de la population qui travaille dans le privé en France (contre 55% dans le pays d’à côté) et l’ex-pays phare des libertés arrive encore à accuser la minuscule parcelle de liberté qui lui reste.

  • Pas besoin de boite a outil pour monter une politique en kit Ps ,tout est fourni dans la boite et a la fin , en general, tout s’écroule au milieu du salon.

  • Wow, 3 articles critiques envers Macron le même jour, si ça c’est pas une offensive coordonnée…Ces attaques envers ce candidat représentant quelque chose de nouveau sont hallucinantes, le changement fait il si peur que ça ? On sent CP à cran depuis les déboires de Fillon quand même, moi aussi je l’aimais bien mais faire passer votre rage sur Macron est stupide, surtout quand celui-ci pourrait emmener le pays vers davantage de liberté, avec du libéralisme économique. Tapez plutôt sur la très anti-libérale Marine Le Pen qui est relativement épargnée ici (bizarre…) !

    En tant que libéral mon choix est clair : c’est Macron, alors…En Marche !

    • Merci beaucoup, vous venez mot pour mot de me donner entierement raison: voir mon commentaire de 8h52m.

    • Reason: le changement fait il si peur que ça ?

      Et on en parle parce qu’il fait l’actualité, qu’il est présidentiable, que Contrepoint est un média d’information politique et les articles émanent de différents auteurs qui ont tous envie de couvrir cette actualité.

      Si quelque chose n’est toujours pas compréhensible, n’hésite pas à demander.

      Reason: surtout quand celui-ci pourrait emmener le pays vers davantage de liberté, avec du libéralisme économique.

      Poussin de l’année hein ?

      Un vague assouplissement du Code du travail qui fait 1500 pages (contre une dizaine en suisse qui n’a donc que 3.5% de chômage) a engendré une quasi-révolution de toutes les corporations d’état avec usage du 49.3 (qui a déclenché une autre révolution). Alors même si ton poulain était un parangon de libéralisme (ce qu’il n’est pas du tout) il n’irait pas loin.

      Tu es sûrement plein de bonne volonté mon petit et je comprends que tu sois enthousiaste puisque c’est ta première présidentielle, mais quand tu auras vu comment ça se passe tu chanteras une autre chanson.

      • Arrêtez avec votre modèle Suisse on a compris lol…

        • Non vous n’y avez strictement rien compris puisque vous êtes toujours là à troller avec votre socialisme qui donne 25% de chômage, 24% de déficit et des salaires minables.

          Je pourrais utiliser d’autres pays qui vont très bien aussi, mais les données suisses sont en français et par une triste ironie de l’histoire ce pays se trouve à côté de la France et en est l’antithèse, la démonstration éclatante des ravages de l’oppression socialiste et de l’efficacité libérale en quelques kilomètres à peine.

    • « Marine Le Pen qui est relativement épargnée ici (bizarre…) ! »

      TROLOLOL

    • effectivement, il énerve.
      Il est imparfait.
      C’est quoi l’alternative ? Fillion… c’est pas un libéral mais in orthodoxe mercantiliste… ca a du bon, mais pas que.

      la boite a outil c’est mieux que le discours idéologique théoriquement cohérent et pratiquement délirant.
      derrière pas mal de mesures qui me laisse sceptiques, genre le chèque culture, je vous une occasion de libéraliser, un pied dans la porte.
      La politique c’est pas de faire la révolution mais de faire découvrir un nouveau monde, et de causer l’adhésion…

      sincèrement j’hésite, mais rien qu les bus Macron, je dis merci.
      La loi conso de Hamon était aussi libérale, mais je vote pas pour des idéologues, surtout quand ils n’assument pas leurs bonnes idées.

      retombons sur terre…
      je milite pour que Macron embauche Madelin, qui n’est pas d’accord je croit.

    • Je me permets de vous rappeler qu’une des prérogatives essentielles du président de la République est la politique étrangère. Macron n’en a pas l’expérience.

    • On vous répète depuis une semaine que vous trollez sur CP, que Macron énerve les libéraux parce qu’il se fait passer pour un libéral alors que c’est un social démocrate pur jus et que le vrai sujet est son imposture, exactement la même imposture que celle de Hollande quand il se déclarait « normal ».

      Les Français veulent des libertés, alors Macron, en bon menteur politique, fait tout un discours sur les libertés. Ils veulent de l’égalité, idem… Les gens ne croient que ce qu’ils veulent entendre

      http://h16free.com/wp-content/uploads/2014/10/macron-gauche.jpg

    • « Marine Le Pen qui est relativement épargnée ici (bizarre…) »

      Attention au trolling et aux accusations diffamantes !
      Contrepoints, site libéral, combat les idées d’extrême-droite.
      Insinuer comme vous le faites ici que Contrepoints soutient les idées de Le Pen est inadmissible.

      PREMIER AVERTISSEMENT AVANT BANISSEMENT

  • Il ne sait même pas ce qu’est un outil, d’où il s’exprime comme un manche

  • On se demandait pourquoi les guignols ne sont plus en clair…leur caricature de macron etait trop vrai pour permettre sa participation a une election parmi les grands.

  • même Beethoven « empruntait » à Mozart, lequel « empruntait » sans doute à ??? qui lui même etc…
    C’est, parfois, avec de « vieux » ingrédients qu’on fait des bonnes recettes !

  • qui choisir? Macron ou Fillon?

  • Caramba merci . Bon aprés midi et bonne soirée.

  • Il est intéressant d’entendre ce qu’un politicien français dit et comment il le dit lorsqu’il lui est épargné de devoir se soumettre aux règles de la chasse aux petites phrases et querelles parisiennes.
    http://www.rts.ch/play/tv/pardonnez-moi/video/emmanuel-macron?id=8362702 :

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’investiture des candidats macronistes est conditionnée au rattachement en préfecture à la case politique « Ensemble ». Les futurs députés s’engagent également à siéger dans l’un des groupes de la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale : MoDem (François Bayrou), Horizons (Édouard Philippe) ou Renaissance (ex-LREM).

La manœuvre vise à éviter la création de nouveaux groupes comme lors de la précédente mandature avec le lancement d’Écologie dém... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles