Humour sur Twitter : 8 idées reçues sur le libéralisme

Un peu d’humour : découvrez les tweets qui ont agité les réseaux sociaux. Cette semaine, le libéralisme. Même les politiques en ont une notion très fantaisiste.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Humour sur Twitter : 8 idées reçues sur le libéralisme

Publié le 22 janvier 2017
- A +

Par Stéphane Effare.1

libéralisme
hungry wolf by Chris Plascik(CC BY-NC-ND 2.0)

D’abord, du côté des politiques, vous voici avertis :

Pour Arnaud Montebourg, interdire aux gens d’échanger c’est leur permettre d’échanger librement. La guerre, c’est la paix :

Trump libéral ? Protectionnisme, dirigisme économique, augmentation du SMIC, construction d’un mur géant à la frontière, surveillance et restrictions des libertés sur le net, continuation de la prohibition des drogues… Pour Martine Aubry il s’agit là de « modèle libéral sans règle » :

Pour Mediapart aussi, Donald Trump est un ultralibéral. Protectionniste, en plus :

Concernant le programme de François Fillon, certains craindraient-ils pour leurs subventions ?

L’incapacité complète à comprendre les mécanismes élémentaires d’une économie de marché ou le drame des collectivistes :

Vous reprendrez bien un peu de bolchévisme néolibéral ?

Le marché, c’est contre-nature :

Sur le web

  1. Retrouvez tous les jours les plus fins propos tenus par les étatistes sur la page Facebook « Stupidités Étatistes ».
Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Un condensé d’âneries bornées, avec cependant une mention très bien à Cambadelis et Montebourg.
    Je suis déçu par Hamon, qui n’ayant rien dit, ne peut pas être nomine . Je lui fais confiance pour se rattraper une prochaine fois.

  • Je viens de lire l’article du Monde diplomatique sur Hayek.
    C’est effrayant !

  • Montebourg a fait très fort. A ce stade, il est permis de se demander s’il s’agit de mauvaise foi ou de handicap mental. Dire que ça fait de la politique, des trucs pareils…

    • Hors Tweeter, vous en avez aussi des pas mal… Comme celle-là (venant de Maurice Lévy, Président du directoire de Publicis Groupe, quand même ! et intervenant dans Valeurs actuelles n°4181 au sujet de l’Economie et l’année 2017, ici plus spécifiquement sur l’arrivée de Donald Trump au pouvoir aux Etats-Unis) :

      « (…) Je remarque notamment l’ultralibéralisme de la plupart des membres de son cabinet. Trump est déterminé à appliquer le programme le plus protectionniste et le plus business friendly jamais vu aux Etats-Unis. Il veut mettre en oeuvre un programme d’investissements dans les infrastructures, entre 800 et 1000 milliards de dollars, financé par l’Etat fédéral, dont les Américains rêvent depuis vingt ans. Une politique keynésienne surprenante (…) »

      Un curieux mélange, lui aussi, surprenant, surtout de la part d’un dirigeant d’entreprise de cette stature…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Damien Theillier.

Le bac de philo, c'est aujourd'hui. Chaque année, sont donnés au programme un certain nombre de notions ainsi qu’une liste d’auteurs académiques, de Platon à Sartre, pour résumer.

C’est un programme éclectique, qui laisse au professeur une grande marge de manœuvre pour faire les choix qui conviennent à son cours. La contrainte étant de fournir aux élèves un aperçu suffisamment complet des grandes écoles de pensée, afin qu’ils puissent traiter les sujets du bac sans faire de récitation, mais en exerçant leur... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Imaginez. Victime d’un accident de bus, vous vous réveillez dans un monde où l’idéologie woke, c’est-à-dire progressiste et socialiste, a totalement triomphé.

C’est ce qui arrive à Michelangelo, le héros du premier roman de Michel Kelly-Gagnon, Base Type Null. Pour les amis de la liberté et les défenseurs des droits individuels, le nom de Michel Kelly-Gagnon n’est pas inconnu : avocat de formation, ancien chef du Conseil du Patronat du Québec, il est le dynamique président de l’Institut économique de Montréal, le plus important think t... Poursuivre la lecture

Par Llewellyn H. Rockwell Jr.

Le Mises Institute a été fondé en tant que centre de recherche basé sur des idées libérales classiques qui ont toujours fait l'objet de critiques : les idées de Mises et la tradition de pensée qu'il représente. Cela signifie que l'accent est mis sur l'école autrichienne d'économie et, en philosophie politique, sur la liberté individuelle et la nécessité d'empêcher l'État et ses intérêts de l'écraser, comme tous les États du monde sont enclins à le faire.

La première priorité d'un tel institut est de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles