La folie du copyright au Parlement Européen

Julia Reda nous informe sur la nouvelle proposition européenne de règlementation du copyright, et des dérives énormes qu'elle contient.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
symbole copyright

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La folie du copyright au Parlement Européen

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 janvier 2017
- A +



En avril 2015, le Sénat découvrait de façon fortuite l’existence d’un Parti Pirate allemand et son égérie d’alors, Julia Reda, qui venait présenter quelques unes de ses propositions sur le sujet du droit d’auteur, sujet aussi ardu qu’effarouchant pour les vieux croûtons du palais du Luxembourg. Depuis, les choses ont évolué, et pas en bien.

À l’époque, les remarques et conclusions de Julia Reda, député du Parlement Européen, n’étaient guère tendres avec les parlementaires ; elle a assez vite compris que ces derniers ont été longuement cuisinés par les lobbies du droit et des sociétés d’auteur en place depuis un moment dans le giron étatique, et que leur fonction consistait essentiellement à ralentir l’inexorable évolution du numérique qui modifie pourtant de fond en comble la notion même de droit de copie et des droits voisins. Dans les discussions qui occupaient alors – et occupent encore – le Parlement Européen à ce sujet, Julia Reda concluait au sujet des Français :

« Les députés européens français se distinguent de leurs collègues européens sur la question du droit d’auteur par leur ralliement pour le non changement. »

Pourtant, les idées que Reda exposaient il y a deux ans n’étaient pas particulièrement révolutionnaires puisqu’il s’agissait essentiellement d’harmoniser le traitement des droits d’auteurs et des droits voisins au niveau européen plutôt que national, et de simplifier quelque peu certains droits que le bon sens admet sans problème (typiquement, parodie, citation, copie privée), ou d’adapter à certains supports nouveaux (comme les GIF animés).

Mais en France, même ces petits changements représentent tant de violence à l’égard de sociétés bien installées, bien insérées dans les petits papiers de nos parlementaires et très bien représentées dans les institutions, qu’il était absolument inenvisageable d’aller plus loin. D’autant que modifier les taxes afférentes, les ponctions opérées et réduire la taille des fromages franco-français représentaient bien évidemment un manque-à-gagner absolument scandaleux pour l’État.

Les idées de Reda furent donc écoutées puis on passa bien vite à autre chose.

Et dans ce contexte, « autre chose » veut dire un monstre légal qui pourrait bien signifier une congélation de l’internet européen. C’est, là encore, Julia Reda qui remet le couvert il y a deux semaines et présente par le détail les mesures propulsées par la Commission Européenne sous le nez trop gourmand de nos parlementaires européens dont on se doute déjà que, Français en premier, ils ne tarderont pas à les adopter.

Home taping is killing music, and it's fun.

Comme son article est en anglais, je vais vous résumer les principales pratiques, actuellement communes sur internet, et qui deviendront illégales si ces propositions venaient à être adoptées. Je vous encourage à aller voir les détails qui donnent les numéros d’articles précis de chacune de ces formidables avancées légales dans le domaine du droit d’auteur numérique. Youpi.

(Avertissement pour le lecteur : une tempête de facepalm pourrait se déclencher pouvant entraîner des sensations douloureuses au niveau du front.)

1- Le partage d’éléments, même ceux vieux de 20 ans

Même vingt ans après leur publication initiale, le partage sur un blog ou un site personnel d’articles d’information ou de leur extrait sans l’autorisation explicite de l’éditeur sera considéré comme une infraction, et ce, sans exception sur la taille des extraits, même pour des particuliers, même sans exploitation commerciale, même si la source est fournie.

2- Le tweet inconsidéré d’un gros titre créatif

À moins de payer directement le détenteur des droits d’un titre emblématique, la personne qui s’amuse à reprendre une formule connue pourra se faire poursuivre pour infraction au droit d’auteur. Il va falloir faire très attention lorsqu’on retweet quelque chose, ce qui est pourtant toute l’idée derrière Twitter, qui pourrait s’arranger avec les éditeurs et autres médias de presse pour leur verser un forfait sans pouvoir enlever cette entêtante odeur de racket à l’opération.

3- Poster un billet sur un média social

La petite image et le court extrait d’une nouvelle qui apparaissent lorsque vous postez un lien sur Twitter, Reddit ou Facebook pourraient vous coûter cher si ce lien pointe vers un organe de presse, puisque, là encore, ce genre de liens imposera une autorisation explicite de la part du détenteur des droit (ici, l’organe de presse) pour votre copie imprudente.

4- Collectionner les images de sites tiers

Ce qu’actuellement vous pouvez faire avec Pinterest pourrait là encore vous poser quelques soucis dans l’avenir si ces propositions passent : la recopie d’une image d’un site vers un autre demandera un accord de licence pour éviter de froisser les droit de l’auteur ou de l’éditeur, ces petits êtres fragiles que les institutions veulent à tout prix protéger.

5- Les moteurs de recherche pour les nouvelles

Ce que Bing, Yahoo ou Google font en agrégeant les nouvelles fournies par les médias traditionnels pour en proposer directement un panachage sur leur site risque bien de devenir, là encore, illégal, pour les mêmes raisons que ci-dessus. Encore une fois, un extrait non consenti, aussi petit soit-il, pourra potentiellement faire l’objet de poursuites si aucun accord (notamment financier) n’a été trouvé avec le détenteur des droits.

6- L’imposition d’une prévention à la mise en partage de données protégées

Jusqu’à présent, les sites qui collationnent pour partage des images, des vidéos, des musiques ou des information de toute nature doivent, par la loi, répondre favorablement aux demandes de retraits provenant des détenteurs de droits qui découvrent que certaines des données partagées leur appartiennent sans qu’ils aient fourni l’autorisation de ce partage. Dans la nouvelle mouture, il s’agit d’inverser le procédé puisque les sites de partage seront tenus de s’assurer, avant la mise à disposition, que tout matériel chargé chez eux n’enfreint les droits de personne.

Le challenge technique est immense, et, pour tout dire, quasiment impossible à relever à mesure que les volumes augmentent dans des proportions exponentielles. Cette seule mesure pourrait signer la fin de l’exploitation sur le sol européen de Youtube ou de ses concurrents, ou de n’importe quel site de collections d’images ouvert au public.

Ce qui est vrai pour les images et les vidéos l’est aussi pour le reste, ce qui veut dire que les sites d’hébergement de code, de bases de données ou toute autre donnée seront soumis aux mêmes contraintes. Les gestionnaires de source (GitHub par exemple) seront contraints de vérifier a priori que chaque portion de code chargée n’est pas l’odieuse copie illicite d’un travail précédemment chargé ou sous licence non ouverte. On souhaite bon courage à tous les développeurs informatiques européens dans leurs prochaines aventures dans ce nouveau champ de mines légal.

Bien évidemment, ce qui est vrai pour les sites commerciaux précédents le sera aussi pour les sites associatifs ou non commerciaux comme Wikipedia. On attend donc l’armée d’encyclopédistes prêts à vérifier que les chargements d’images ou de vidéos sont tous parfaitement exempts de droits.

Heureusement, certains procédés échappent à l’averse

Apparemment, si les sites les plus en vue (réseaux sociaux, Google News, sites de partage de code ou d’image) sont bien encadrés et, par là, bien ponctionnés par ces nouvelles propositions, il reste heureusement des sites qui passent au travers de l’averse législative.

Ainsi, un site comme MegaUpload échappe aux représailles, ce dernier – conformément à l’article 13 et au Recital 38 de la proposition – ne faisant absolument rien pour promouvoir ou mettre en valeur les données chargées et partagées. Comme les utilisateurs de cette plateforme ne peuvent trouver un lien qu’à partir du moment où on le leur a fourni (et qu’il n’y a donc pas d’affichage extérieur), le site échapperait dans ce cadre aux poursuites visées par l’obligation de vérification et de prévention exposée au point 6 ci-dessus…

Pour le moment, cette proposition est encore à l’étude. Le débat qui va prendre place au Parlement Européen promet donc d’être agité mais une chose est certaine : si ce texte venait à passer sans être correctement amendé pour revenir à de plus justes proportions, cela signifierait la disparition d’internet tel qu’on le connaît, à relativement court terme, sur le territoire européen. Deux articles en particulier (le 11, qui donne une flopée de nouveaux droits invraisemblables aux éditeurs, et le 13, qui impose une vérification a priori des chargements) méritent amplement une révision profonde pour éviter une catastrophe légale sur le Vieux Continent.

De ce point de vue, je rejoins Julia Reda qui propose de contacter son député européen et vous encourage à faire de même (par exemple en cliquant ici).
—-
Sur le web

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Le droit de propriété doit être défendu coûte que coûte……je rigole sauf pour l’art.. qui doit appartenir a tout le monde……et c’est là que le bas blesse 🙂

    • Le bas file, mais le bât blesse 😉
      Trêve de plaisanterie, c’est effectivement un problème, mais il y a néanmoins une différence entre protéger un élément physique et un élément intellectuel dont la copie ou l’extrait ne lese pas l’auteur. Je peux lire un livre et diffuser un extrait sans porter atteinte aux droits intellectuels, voire le diffuser permet de le faire connaître ce qui est important pour l’art, mais l’est moins pour un terrain, une maison, etc.

    • reactitude ,

      La sacro saint droit de propriété ( art 544 du cc..Article 544 , Créé par Loi 1804-01-27 promulguée le 6 février 1804 «  »La propriété est le droit de jouir et disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements. » ») qui apparait bien fragile , à la lecture de l’art 544 cc est encre plus fragile à l’étude d’un bouquin de droit de 1 ére année en droit , à sa partie  » démembrement du droit de propriété …, qui vous faira peur si vous lisez ce que contient ce chapitre…
      Pourtant , ce droit de propriété , en bonne théorie libérale , protège le citoyen de l’arbitraire de l’état …
      Et naturellement …( Le droit de propriété doit être défendu coûte que coûte……je rigole sauf pour l’art.. qui doit appartenir a tout le monde……et c’est là que le bas blesse..)

    • « l’art.. qui doit appartenir a tout le monde » Pourquoi ? Parce que c’est comme ça et pas autrement ! Sans discussion !

      Cette pétition de principe idiote est l’arme ultime de destruction de l’art. L’art collectivisé (ou même seulement subventionné), comme n’importe quel bien marchand collectivisé, devient la propriété exclusive du dirigeant des institutions collectivistes. L’exposition de toutes les œuvres au public, sans exception, mais également leur conservation, leur censure, voire leur destruction, dépendent alors entièrement du bon vouloir de l’unique propriétaire collectiviste. En revanche, la multiplicité des propriétaires privés des œuvres d’art garantit qu’au moins une partie des œuvres sera toujours sauvegardée et mise à disposition du public.

      La propriété privée de l’art est le meilleur moyen, pour ne pas dire le seul, de garantir la sauvegarde et la plus large diffusion possible des œuvres au bénéfice de tous.

  • @meuhnon
    Le problème est ardu voir impossible a résoudre sans leser le propriétaire de l’oeuvre . mon visage m’appartient t il ou est ce du domaine public…et tout le monde peut l’exploiter ? Pourquoi-Pas !

    • reactitude ,

      Un jour , dans un village du Doubs ( 25 ) , j’ai photographié une jolie maison comtoise et le propriétaire m’a accroché en me disant que je n’avais pas le droit de photographier son bien …je lui avais , en gros , répondu , que je n’étais pas sûr qu’il puisse , juridiquement , m’opposer ce qu’il me reprochait…

    • Pourtant le droit français était bien parti sur le sujet, contrairement au droit anglo saxon.

      En France, on distingue deux concepts différent :
      – le droit moral sur une œuvre, inaliénable et incessible (-> non vendable) : l’auteur de l’œuvre est et restera à jamais son auteur, et « garant de son âme ». Les caractéristiques fondamentales de l’œuvre ne peuvent pas être altérées ou détruites par un tiers.
      Exemple : écrivez l’histoire d’un super héros anticommuniste et publiez la. Si quelqu’un s’amuse à la détourner en prétendant que ledit héros est pro communiste, il viole le droit moral de l’œuvre et vous pouvez l’attaquer.
      Idem si quelqu’un altère ou détruit une sculpture.
      C’est la ce qu’on pourrait appeler le « vrai » droit d’auteur. celui qu’il convient de garantir et de défendre.

      – les droits d’exploitations d’une œuvre, qui eux sont cessibles (-> vendables) : l’auteur conserve la paternité, mais confie à un tiers le droit d’exploiter commercialement son œuvre.
      Là ça se complique : rien dans les travaux des Lumières ou dans la déclaration des droits de l’homme ne place ces droits au niveau d’un droit fondamental de l’être humain.
      En d’autres termes, et contrairement à ce que les lobbies du droit d’auteur essaient de faire croire depuis des décennies, il peut être totalement remis en question. Et doit l’être, surtout vis à vis de la liberté d’expression, qui est elle une des libertés fondamentales de l’être humain.

      • La propriété intellectuelle est un non-sens sémantique de toute façon….
        Null ne peux posséder une idée, c’est l’évidence même.

    • @reactitude
      « Mon visage m’appartient t il ou est ce du domaine public ? »
      Seules vos nuisances vous appartiennent : déchets corporels, rejet de CO2, de méthane, pollution de l’eau, excès de vitesse, déchets ménagers dûs à la consommation, …
      Votre corps, votre esprit, votre richesse quelle qu’elle soit, appartiennent à l’Etat.
      Le socialisme exècre la propriété individuelle.

    • Et si le propriétaire de l’oeuvre souhaite sa large diffusion gratuite? Ou ne s’y oppose pas?
      Va-t-on obliger des gens à user d’un droit qu’ils ne souhaitent pas faire valoir?
      Mais tout le mnde a compris le fond de la question: empêcher coûte que coûte la diffusion d’informations dérangeantes sur internet…

  • Internet ne servira plus qu’à payer ses impôts et le racket des automobilistes. Ainsi la vie sera facilitée pour tous ceux qui n’y comprennent rien.

  • MOuhahahahahahahahahahahaha

    Quelle est la probabilité que ce texte aie la moindre chance d’aboutir à quelque chose de final ?

  • Ah mais ? Ca veut dire que sur Contrepoints, quand on fera des commentaires, qu’on postera des références sourcées, qu’on étaiera avec des phrases d’un bouquin ou qu’on utilisera une citation, deviendrait illégal ? Et mettrait Contrepoints dans la m…e ?
    En voilà une belle muselière !

    • « Belle muselière » : il n’est pas impossible que remplacer la liberté d’expression par une capacité limitée d’expression soit un des objectifs inavoués cachés dans ce projet. Les menaces récentes d’Obama et de Merckel contre la liberté d’expression étaient explicites. Si on n’y prend pas garde, ces menaces finiront par devenir des lois.

      • @Cavaignac
        Nous sommes d’accord. Je pense d’ailleurs que c’est une des pièces du puzzle qui va nous amputer de la liberté d’expression, de certaines autres à venir, et de celles qui nous ont déjà été enlevées.
        Encore des grosses briques pour l’enceinte qui mure la liberté.

        Pour que le serpent se morde la queue :
        Les lois sont faites par des pesonnes, ont-elles des droits sur ces lois ? Les lois sont regroupées dans divers Codes ? Qui en a les Copyrights ? Pourra-t-on continuer de les citer pour notre avantage, notre défense, sans en posséder les références papier ?

    • Sauf peut-être à citer des extraits d’éditions gratuites, comme celles du projet Gutenberg ?

  • E=MC2 (Einstein, 1905). A qui dois-je reverser les droits d’auteurs ?
    Totalement débile cette future directive. Plus aucune citation n’est possible! Et le reste est à l’avenant!

    • @ Daniel

      N’est-ce pas simplement une privation de liberté de plus, sauf autorisation sur formulaire (payant) donnant lieu à une transaction donc à une taxe, par exemple forfaitaire que même « donné », le droit gratuit alimentera le train de vie de l’état. Faut vraiment être tordu et amoureux du pognon! Qui dira encore que c’est pour notre bien? C’est simplement stupide et il n’y aura jais assez de monde pour découvrir les infractions!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Vous ne l'avez probablement pas entendu (ou pas assez) mais tout un continent vient de pousser un ouf de soulagement : enfin, les chargeurs de smartphone vont être standardisés en Union européenne !

C'est une véritable victoire que vient ici de signer le Parlement européen en imposant le chargeur unique pour smartphones d'ici l'automne 2024 : partant du constat affreux que des tonnes et des tonnes de chargeurs inutiles ou incompatibles (on évoque 11 000) sont produits chaque année et achetés par les consommateurs pour leurs téléphones ... Poursuivre la lecture

 

(Source)

 

Le Conseil européen (les chefs d'État et de gouvernement des États membres de l'Union européenne) se sont réunis à Bruxelles les 23 et 24 juin 2020. Parmi les points abordés, il n'y avait pas que la question du statut de candidat à l'adhésion à l'Union européenne de la Géorgie, de la Moldavie et, surtout, de l'Ukraine, laquelle a fort normalement retenu l'attention des médias.

Le secrétariat du Conseil rapporte (c'est nous qui graissons) :

« 9. Le Conseil européen soutient réso... Poursuivre la lecture

Un ami taquin me présente hier 5 mars une amie allemande qui travaille à la Commission européenne. Courtois, j’entame la conversation. Après deux phrases, madame Von Strumphflüdel (si j’ai bien compris) tient à m’informer du fait qu’elle se rendra bientôt en Inde en train, bien sûr.

— Of course. Êtes-vous peut-être écologiste ?

D’un air humble, les lèvres légèrement pincées, les yeux se baissent, le visage s’incline imperceptiblement, dans une posture nettement christique :

— Je ne suis pas parfaite, mais je tente de cont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles