Primaire de la gauche : 6 axes pour comprendre les enjeux

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Primaire de la gauche : 6 axes pour comprendre les enjeux

Publié le 13 janvier 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le radar de la gauche qui nous sert à comparer les candidats de la primaire repose sur une méthodologie par items clivants. Nous dressons ici la liste de ces items et les scores obtenus par chaque candidat. Vous pouvez, à votre tour, répondre aux questions et vous situer par rapport aux candidats de la primaire.

L’axe Europe du radar

Pour comparer les candidats sur leurs propositions en matière européenne, le radar note cinq critères.

  1. le candidat veut-il un budget européen intégré avec un gouvernement économique ?
  2. le candidat propose-t-il une Europe à plusieurs vitesses, avec des « noyaux durs » de quelques pays ?
  3. le candidat souhaite-t-il que l’Europe harmonise des normes sociales élevées ?
  4. le candidat propose-t-il une politique migratoire ouverte dans l’Union ?
  5. le candidat veut-il une Europe de la défense ?

L’axe finances publiques

Sur cet axe, les questions sont les suivantes :

  1. le candidat veut-il sortir du 3% des traités européens ?
  2. le candidat propose-t-il une baisse partielle ou globale de la pression fiscale sur les particuliers ?
  3. le candidat veut-il une CSG progressive ?
  4. le candidat propose-t-il un revenu universel ?
  5. le candidat revendique-t-il une annulation complète ou partielle de la dette publique ?

L’axe souveraineté

Les questions sont les suivantes :

  1. la souveraineté joue-t-elle un rôle dans le programme du candidat ?
  2. le candidat défend-il le « made in france » ?
  3. le candidat exprime-t-il une préférence pour le protectionnisme ?
  4. le candidat se préoccupe-t-il d’identité nationale ?
  5. le candidat veut-il accroître l’effort de défense ?

L’axe des réformes institutionnelles

Les questions posées ici sont les suivantes :

  1. le candidat veut-il réformer le parlement ?
  2. le candidat veut-il associer les citoyens à l’élaboration des lois ?
  3. le candidat propose-t-il un non-cumul intégral des mandats ?
  4. le candidat veut-il instaurer un scrutin proportionnel aux législatives ?
  5. le candidat propose-t-il le septennat unique ?

L’axe de la laïcité

Voici les questions :

  1. la laïcité occupe-t-elle une place importante dans le programme du candidat ?
  2. le candidat a-t-il un point de vue sur le rôle de l’Islam ?
  3. le candidat propose-t-il un plus large accueil des migrants ?
  4. le candidat accepte-t-il le droit de vote aux étrangers ?
  5. le candidat prône-t-il la PMA (au moins pour les couples lesbiens) ?

L’axe social

Enfin, et de façon presque anecdotique, le radar compare les propositions sociales des candidats, à travers les questions qui suivent :

  1. le candidat propose-t-il de « figer » la Sécurité sociale ?
  2. le candidat propose-t-il une réforme des retraites ?
  3. le candidat propose-t-il une Sécurité sociale professionnelle ?
  4. le candidat propose-t-il une réforme du RSI ?
  5. le candidat veut-il abroger la loi Travail ?

Bon amusement à tous !

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Merci !
    Toujours par amusement (et par fainéantise) je ne reprendrai ce schéma que lors de l’élection présidentielle, lorsque seront définis les candidats à la course ; en attendant, je vais creuser les thèmes et peut-être y ajouter quelques items (qui m’apparaitraient personnellement pertinents).

    • @ JPC1941

      Je ne veux pas jouer les « critiques chipoteurs », d’une part, et, d’autre part, je n’ai foi dans les propos politiciens pré-électoraux, que dans la mesure des « arguments bien trouvés » pour obtenir le succès, ce qui peut être considéré comme un critère de « charisme », donc d’une certaine intelligence (sens « comprendre ») des souhaits majoritaires de la population.

      Un sondage (rédigé de façon objective !!!) peut ensuite tester les arguments qui ont eu le plus de succès (d’ « impact »positif) dans l’ensemble de celles évoquées par les candidats.

      L’idée de « l’étoile » et des questions est un triage sur des choses bien définies, donc par des critères pré-définis. Qu’en est-il d’un candidat « insituable » dans cet arc de cercle (ridicule et dépassé à mes yeux) entre extrême gauche et extrême droite. Ce n’est qu’une façon « d’étiqueter », les gens, de les faire entrer dans des petites cases pré-déterminées: il n’y a aucune place pour un « génie individuel » dans cette analyse. C’est dommage!

      Quelle place aurait eu un Ch.De Gaulle dans ce genre d’analyse? Ancien « traître » déclaré par la France officielle devenu « héros » (provisoire!) de l’après-guerre: était-il de droite? Il n’y a aucun doute! De gauche? Il a eu des initiatives sociales durables, adaptées à une période économique de croissance! Un dictateur? Oui, par beaucoup de côtés donc de cas précis. Anti-démocratique? Non, quittant le pouvoir dans les 12 heures d’un référendum considéré comme perdu!

      Donc l’autre point de vue, opposé à l’article, est de partir des propos (et propositions) des candidats et pas de critères pré-déterminés, donc limités!

      Comment positionner E.Macron dans une « petite case »? (Sans se fier à ses propos par rapport à ce qu’il ferait, une fois élu! On a vécu ce genre d’expérience, dans les 5 dernières électeurs années et déjà bien avant) ?

      Je vous souhaite, à tous les Français électeurs: « Bonne Chance », sincèrement!!

      • Merci de ce commentaire constructif.
        Comme je l’ai précisé en commençant mon commentaire, c’est bien par amusement et fainéantise que j’ai salué ce petit travail, et bien évidemment, c’est sur des critères beaucoup plus complexes (et subjectifs) que je voterai (ou pas, d’ailleurs, ceci étant personnel).
        Avez-vous observé qu’il y a des candidats que l’on n’évalue même pas, la plupart du temps parce qu’il n’ont manifestement aucune chance de succès, quels que soient leur « charisme », leurs [pro]positions, et -éventuellement- leurs actions passées ?

  • Monsieur VERHAEGHE bravo mais, faites également figurer une ligne complémentaire faisant été du degré d’imposture – sur une échelle de 1 à 10 – de chacune des propositions des candidats au trône de France.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le déclin des organisations s’étale souvent sur de longues périodes, ce qui contribue à rendre sa perception difficile. Mais il arrive qu’un événement particulier le rende évident aux yeux de tous. Cet événement n’est pas nécessairement important, mais sans qu’on sache vraiment pourquoi, il cristallise tout ce qui était en germe depuis longtemps. Pour le Parti socialiste, alors au pouvoir, il semble bien que cet événement soit la gestion calamiteuse de la décision par le groupe ArcelorMittal d’arrêter les hauts fourneaux de Florange en 2012.<... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article
Par Nathalie MP Meyer.

Cet article doit se lire - j'insiste - comme la suite de "Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton", portrait que j'avais écrit en décembre 2016 alors que l'ex-ministre de l'Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l'élection présidentielle de 2017.

Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enf... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Une « dérive incroyable ». Pour Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste interrogé par Sud radio ce matin, l’Unef est inexcusable. Mardi soir, le bureau national du Parti a officiellement rejeté les « réunions non mixtes racisées » organisée par le « syndicat » étudiant.

[#SudRadio] @faureolivier "Le @partisocialiste n'a plus de lien organique avec l'#UNEF depuis des années. Il y a une dérive incroyable de l'UNEF aujourd'hui ! Sur un sujet comme le racisme l'objectif n'est pas ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles