L’histoire étonnante du Père Noël en chocolat

Publié Par Jean-Baptiste Noé, le dans Économie générale

Par Jean-Baptiste Noé.

Père Noël en chocolatPour paraphraser Leonard E. Read et son célèbre « Moi, le crayon », nous pouvons reprendre l’analyse pour les fameux Pères Noël en chocolat qui inondent les cantines d’entreprises et des écoles. Ces bonshommes à la valeur gastronomique quasi nulle, tant le chocolat est de goût médiocre, sont en revanche de magnifiques hérauts de la mondialisation. Les regarder, c’est mettre à bas les doctrines sur la démondialisation ou le produire français.

Commençons par l’élément premier, le chocolat moulé en bonhomme. Que d’inventions, d’innovations, et de courage, a-t-il fallu pour arriver à ce modeste bonhomme. Le chocolat provient probablement de Côte d’Ivoire, qui est un des principaux producteurs mondiaux de cacao. Mais, comme chacun sait, le cacao est originaire d’Amérique Centrale, non d’Afrique. Ce vulgaire bonhomme est donc possible parce que des Européens un peu fous ont traversé l’Atlantique pour débarquer en Amérique. Parce que d’autres Européens, non moins téméraires, ont exploré l’Afrique, et y ont importé le cacaoyer. Héritier à la fois des Conquistadors et des colons, le bonhomme en chocolat est le fruit d’une histoire de quatre siècles. Cultivées en Afrique, les fèves de cacao sont ensuite transportées en Europe pour être travaillées.

Dans ces bonshommes simples, le chocolat n’est pas de grande qualité. On y adjoint des graisses végétales, qui proviennent peut-être du Brésil, des États-Unis, ou de France. À cela il faut ajouter du sucre, éventuellement des colorants et des arômes. Le produit final est aussi bien le résultat des merveilles de l’agriculture que de l’industrie chimique.

Combien de pays ont participé à la fabrication du bonhomme ? Difficile à dire, mais au moins une dizaine. Sans évoquer les machines nécessaires à la réalisation du bonhomme, la production étant largement automatisée. Sans évoquer non plus l’eau et l’électricité qu’il faut apporter aux usines. Pour faire ce bonhomme, s’il est produit en France, on a besoin du concours de Veolia ou de Suez, d’EDF, des centrales nucléaires ou des barrages hydrauliques. Ce modeste bonhomme en chocolat est bien un carrefour de technologie.

Ensuite vient l’emballage en aluminium. La Chine et la Russie étant les principaux producteurs d’aluminium, il est fort probable que l’emballage que nous retirons vient d’un de ces pays. Voilà un voyage supplémentaire. L’aluminium a lui aussi sa propre histoire, comme le cacao. Il est lié aux travaux du chimiste Pierre Berthier, qui a découvert des gisements d’oxyde d’aluminium en 1821 aux Baux-de-Provence, à l’entreprise Péchiney, fondée en 1855, au procédé Bayer, mis au point par Karl Bayer en 1887 pour obtenir de l’alumine à partir de la bauxite. Ces découvertes, couplées à d’autres, ont permis de faire baisser les coûts de production, et ainsi de multiplier les possibilités d’usage, jusqu’à faire de l’aluminium un métal banal, que l’on jette simplement après avoir ôté l’emballage du bonhomme.

Lui, le Père Noël en chocolat, nécessite donc une très longue histoire, une conjonction de techniques, une multiplication des échanges, des réflexions, des découvertes. Il n’a l’air de rien, mais il est le résultat de grandes synergies intellectuelles et technologiques. Lui, le Père Noël en chocolat est l’enfant de la mondialisation.

À cela, nous pourrions aussi ajouter l’aspect culturel du bonhomme. Sa représentation en Père Noël, qui est une déformation américaine de Saint Nicolas au cours du XIXe siècle. Le Père Noël reprend tous les attributs de l’évêque protecteur des enfants, qui est encore fêté dans les pays rhénans. À son histoire économique et technologique s’ajoute donc une histoire culturelle. Ce va-et-vient constant entre la culture européenne et américaine, cette oscillation entre la fête religieuse et la fête commerciale. Pas de Père Noël sans le Christ, sans la naissance de Jésus à Bethléem. L’histoire du bonhomme en chocolat est donc encore plus longue qu’il n’y parait.

Elle s’alimente aussi des techniques du marketing et de la vente. Il faut maîtriser les circuits de fabrication et de distribution commerciale pour que les bonshommes en chocolat arrivent dans les rayons et donc sur nos tables au moment de Noël. En novembre, c’est trop tôt, en janvier, c’est trop tard. Il faut donner envie aux enfants et aux parents d’acheter ces bonshommes, on ne peut se prévaloir uniquement des habitudes et de la tradition. Le volet marketing et commercial est au moins aussi important que le volet technique.

Lui, le Père Noël en chocolat, n’a l’air de rien. On n’y prête guère attention, on s’extasie beaucoup plus sur un smartphone ou une voiture dont on vante la technologie et la construction. Mais le bonhomme en chocolat peut lui aussi prétendre à un regard plus noble sur son cas. Sans mondialisation, nous n’aurions pas de bonhomme en chocolat, ou alors, pas à ce coût modique. Il nous rappelle donc que si Noël est la fête du partage, elle est aussi celle de l’échange, deux valeurs humaines et économiques.


Sur le web.

  1. Mon cher Jean-Baptiste,

    si le bonhomme en chocolat est un signe du succès de la mondialisation (celle-ci s’entendant comme la capacité
    de tirer profit de capacités de divers pays; si j’ai bien compris), je ne sais pas du ce succès est très probant.

    Tu dis toi même que le chocolat est de qualité médiocre, qu’il s’agit d’une déformation d’un personnage plus noble (celui de Saint Nicolas). J’ai envie de dire tout ça pour ça.

    Si le père Noël est un signe de la réussite de la mondialisation il l’est au même titre que la Trabant était un signe de la réussite de l’Allemagne de l’Est…

    1. Il est une réussite dans le sens ou il personnifie le degré de division du travail et de technologie qui ont été nécessaires à sa conception, à sa fabrication et à sa mise à disposition, hors de tout contrôle centralisé.

      Quasiment aucun des acteurs impliqués n’a conscience que son travail va aboutir à un père noël en chocolat, et pourtant celui-ci est bien conçu. Par des gens de nationalités différentes, de religions, couleur de peaux et cultures différentes, qui collaborent à travers le capitalisme, grâce au système des prix.

      Le père noël en chocolat à une qualité cohérente avec son prix, sa qualité n’a pas d’importance dans le fait que se soit un succès.

      « (celle-ci s’entendant comme la capacité
      de tirer profit de capacités de divers pays; si j’ai bien compris) »

      Vous avez mal compris. Le succès de la mondialisation est de permettre à des gens de divers pays de faire du commerce et de s’enrichir ensemble, avec toujours moins d’entraves et toujours plus de paix.

      1. @Jean-Baptiste Noé:

        Vous auriez peut-être dut reprendre la seconde partie de la nouvelle de Léonard Reed.

      2. il est à noter qu’une foi l’emballage d’aluminium retiré, le père noel  » mondialisé  » est … noir !

        ça me rappelle la chanson de nougaro rendant hommage à louis armstrong:

        « … tot ou tard, on n’est que des os
        est ce que les tient seront noirs, ce s’rait rigolo
        allez, louis, au dela de nos horipeaux
        noir et blanc, sont ressemblant
        comme deux goute d’eau… « 

    2. Cher Skeepy
      Je n’ai pas trouvé de biėre se mariant avec les pères noël en chocolat. Si saint Médard à des tuyaux, je suis preneur.

  2. Il était bon de le rappeler !

  3. En post scriptum, je signale qu’il existe des Père Noel (et des St Nicolas) en chocolat haut de gamme, absolument exquis, et qui ont suivi le même cheminement complexe.

    Mondialisation ne signifie pas bas de gamme 🙂

    1. mps, je vous conseille de regarder ce reportage A bon Entendeur de la Télévision Suisse du 6 avril 2004: https://pages.rts.ch/emissions/abe/alimentation/408205-abe-teste-le-chocolat-une-emission-qui-fond-dans-la-bouche.html#1371609

      On y aborde largement le marché du cacao. Je vous mets quelques commentaires:
      « … les gouvernements européens ont cédé à la pression des multinationales qui se partagent le marché mondial du chocolat, autorisant les fabricants à substituer jusqu’à 5% du beurre de cacao par une graisse végétale, sans avoir à le déclarer. Le beurre de karité, principal substitut du beurre de cacao, coûte 3 fois moins cher et l’huile de palme 10 fois moins, la différence de prix va directement dans la poche des fabricants. 5% c’est le seuil de détection. »

      « Actuellement, il n’existe pas de méthode d’analyse fiable permettant de contrôler précisément les proportions et les origines des matières grasses dans le chocolat, donc aucun moyen sûr de débusquer les tricheurs. On est donc obligé de croire sur parole les fabricants qui affirment n’utiliser que le beurre de cacao et rien d’autre. Le cacao, c’est la troisième denrée la plus importante sur le plan du commerce mondial après le café et le sucre. L’essentiel de la production provient des pays d’Afrique et d’Amérique du sud bien sûr et, de plus en plus, d’Asie. »

      « Le marché du cacao est un vrai cliché du commerce nord-sud. Au sud, un grand nombre de cultivateurs, des petits producteurs en grande majorité et, au nord, quelques grandes entreprises pour acheter leur production. Quant au prix de la marchandise, il se joue en grande partie dans les bourses de Londres ou New York, très loin des petits producteurs. »

      Olivier Matringe, économiste à la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le Développement, connaît bien le marché du cacao. Il nous explique : « Les prix des fèves de cacao sont très volatiles, on parle d’un indice de 20% en moyenne mensuelle. Ces dernières semaines, les prix ont varié entre 1400 et 1700 dollars la tonne. Le producteur n’a pas en temps réel l’information, donc il peut avoir une information qui date de 2 ou 3 mois qui n’est absolument plus appropriée lorsqu’il vend ses fèves. »

      « Pendant des années, certains pays producteurs comme le Nigeria ou la Côte d’Ivoire avaient mis en place des systèmes d’achat centralisés au niveau national, avec des prix garantis et un contrôle de qualité. Le but à l’époque: assurer un revenu assez stable aux planteurs. Mais la mondialisation est passé par-là et aujourd’hui la majeure partie du marché du cacao est totalement libéralisée. »

      Olivier Matringe : « Les producteurs n’ont plus de filet de sécurité. Auparavant, ils bénéficiaient d’un prix minimum garanti. Ce qui leur permettait de prévoir et de mieux gérer leur production. Maintenant, lorsqu’ils décident de récolter, ils ne savent pas quel sera le prix lorsqu’ils vont vendre et le prix peut être quelquefois en dessous de leurs coûts de production. »

      En plus, durant ces trente dernières années, le secteur cacaoyer a été régulièrement en surproduction, ce qui a entraîné une forte tendance à la baisse des prix du cacao sur le long terme. Et la libéralisation n’a pas arrangé les choses…

      Olivier Matringe : « On a libéralisé très rapidement sans mesures d’accompagnement pour transmettre les prix aux producteurs, sans mesures pour leur assurer un financement normal et aussi pour assurer les standards de qualité. C’est comme si l’on avait libéralisé en un mois le marché du lait et des céréales aux USA, en Europe ou en Suisse. Les producteurs se sont trouvés en un mois en prise directe avec le marché. »

      Une chose semble donc assez probable: les enfants des petits planteurs ivoiriens ne sont pas prêts de déguster une barre de chocolat suisse pour le goûter.

      Je pourrais vous rajouter une masse d’autres informations sur les soi-disant bienfaits de la mondialisation et de la qualité du chocolat! Sachez juste que les artisans chocolatiers n’arrivent plus à trouver du chocolat de qualité, vampirisé par les multinationales dont vous vantez les bienfaits.

      Un conseil: Informez-vous et cessez de croire au Père Noël en chocolat…

      1. Amusant commentaire cumulant tous les clichés habituels sur la mondialisation, le libéralisme, les prix fixés à Londres, les pauvres petits artisans écrasés par les multinationales, les pauvres petits producteurs ivoiriens assommés par les prix, les pauvres petits enfants dévorés par le grand vilain marché. Il ne manque plus que les images complaisantes d’enfants rachitiques dans le désert, les yeux couverts de mouches, prostrés au milieu de troupeaux de bovins faméliques.

        Une information véritablement intéressante émerge péniblement de ce commentaire : il n’y a pas qu’en France que la TV est gangrenée jusqu’à l’os par l’idéologie illibérale, étatiste et collectiviste. Visiblement, la TV suisse est elle aussi victime de la même hystérie mensongère que la TV française. Et en Suisse aussi, il faudra tôt ou tard procéder au grand ménage de printemps pour évacuer les miasmes de l’idéologie barbare.

        1. Cavaignac: Et en Suisse aussi, il faudra tôt ou tard procéder au grand ménage de printemps pour évacuer les miasmes de l’idéologie barbare.

          Le constat de partialité et de militantisme idiot de ces médias a entraîné une initiative populaire pour que cesse le financement des radios et télévision d’état. Vote prévu en 2017.
          http://www.rts.ch/info/suisse/7415956-le-peuple-votera-sur-l-initiative-contre-la-redevance-radio-et-television.html

          1. Excellente nouvelle dont un nouveau pouvoir en France devrait s’inspirer ! Il existe de plus en plus de raisons d’espérer que 2017 sera un bon cru pour les populations qui, à travers le monde, cherchent à se libérer du socialisme collectiviste. En tout cas, par avance, bonne année libre et prospère à tous.

            1. Cavaignac: dont un nouveau pouvoir en France devrait s’inspirer !

              No chances malheureusement, ce n’est que parce que le peuple suisse dispose encore d’un réel pouvoir que ce genre d’initiative peut voir le jour.

              Les petits roitelets au pouvoir en france ou ceux en attente de l’inévitable alternance, ne vont pas scier leur propre outils de propagande.

        2. Au lieu de dénigrer gratuitement apportez des arguments. Merci.

          1. La contradiction à votre argumentaire moisi a déjà été apportée mille fois dans le détail. Votre idéologie a échoué partout où elle a été mise en œuvre, partout où elle a apporté pauvreté, misère et mort. Merci de cesser de nous l’infliger sans fin, plus personne n’est dupe de ces fariboles et des mensonges de ceux qui les professent. C’est fini, renoncez ; le monde a déjà changé et ce nouveau monde n’est pas celui dont vous avez rêvé.

            1. Des faits Cavaignac, des faits, apportez des faits, des chiffres, des arguments au lieu de nous déverser vos désirs et un dénigrement gratuit.

        3. et vous vous cherchez des excuses pour minimiser toutes ces externalités négatives…je comprends le chocolat c’est si bon voyons , qu’on nous laisse consommer en paix !! « nivellement par le haut »… bien sur
          à savoir que je ne suis pas du genre à penser que la mondialisation est un mal absolu (j’aime le jeu vidéo, et l’élaboration d’un jeu suit la meme logique…et les échanges culturelles sont là); cela dit ça doit etre encadré pour que tous puissent en tirer les fruits, et en imposant des conduites à tenir (éviter les atteintes environnementales, payer un ouvrier avec un salaire de misère, que ceux qui sont exposés à des maladies liées à leur travail. Nous petits Français nous nous rendons pas comptes. C’est comme le low cost, c’est pas cher mais les hotesses de l’air et les pilotes de lignes sont sous-payées… partons du principe que si on paye peu, quelqu’un d’autre paye la facture…
          Et je ne vois pas où vous voyez du collectivisme… encore le point godwin des libéraux (un peu comme la comparaison hasardeuse de la France à l’URSS) quand on demande un minimum d’encadrement.et de justice sociale…

          1. Les externalités négatives sont toujours plus que compensées par les externalités positives, sinon les transactions n’auraient pas lieu. Encadré ? Par qui ? Ah oui, c’est bien sûr : encadré par ces mêmes gouvernements corrompus qui maintiennent leurs populations dans la misère pour accaparer la production au nom, bien sûr, de la justice sociale, la fameuse tarte à la crème de tous les criminels dictateurs passés, présents et futurs.

            Vous voulez encadrer et vous ne voyez pas où est le collectivisme ? Pour le nouvel an, faites vous offrir un neurone frais !

            Comme pour l’autre intervenant, c’est fini, renoncez, le monde de misère et de mort que vous souhaitez nous imposer n’existera pas ailleurs que dans vos têtes. Vous avez déjà fait trop de victimes pour espérer convaincre.

            Les criminels devraient savoir quand ils ont perdu, quand ils doivent renoncer à leurs crimes.

            1. mais mais voyons ! bien sur par un gouvernement…sauf preuve du contraire, une loi ne sort pas d’un chapeau de magicien !
              Seulement, le gouvernement doit etre légitime, ses membres qui la composent intègres. Si c’est la corruption qui pose problème, je suis d’accord…c’est aussi pour cela que je fais davantage confiance au privé (entreprises ou associations) et, toute proportion gardée, aux pouvoirs publics locaux: les communes et communautés de commune (on passe sur les métropoles mais une ville moyenne ça marche) en fait où s’exprime au mieux la démocratie directe (pourvu que le citoyen bouge son cul pour participer à la vie politique),et qui connaissent la réalité du terrain économique et social.
              Vous critiquez la corruption gouvernementale, mais qui corrompt ? Ceux qui ont le pouvoir sont ceux qui ont l’argent aujourd’hui. C’est une résultante du libéralisme économique total: toutes les multinationales ont commencé petit, pour le meilleur (Disney) et pour le pire (Coca-Cola, le premier à gacher la ressource en eau). Je parle meme pas du lobby de l’armement et de Wall Street… C’est un fait que ces grosses entreprises créent de la richesse et de la croissance, et des emplois aussi gratifiants que curer les chiottes. Un Etat ou une collectivité territorial veut limiter l’action d’une entreprise, l’entreprise fuit. On souhaite protéger les travailleurs ? Et bah, autant délocaliser voyons… Après ça, on s’en prend à ce qui reste bien sur…et c’est là que meme les entrepreneurs ne veulent plus rester en France.
              Et que dire de l’argent-dette qui enchaine les Etats…
              Si on avait mis des limites à tout ça, on ne serait pas dans cette situation. Certains PDG mériteraient d’etre trainés devant un tribunal pénal international… ça me parait somme toute légitime qu’une population refuse qu’une entreprise comme Coca s’installe pour spolier l’eau au Mexique qui se fait rare. Ou toutes ces coupes du monde et jeux olympiques qui vont jusqu’à l’expropriation (avec de maigres indemnités) tout cela au nom de la Sainte croissance et la Sainte consommation. Ou TF1 qui vend du temps de cerveau humain disponible à Coca-Cola. Sans parler des différentes presses (BFM…) appartenant de riches milliardaires…
              Je ne suis personnellement pas certain qu’on vive en URSS non… c’est un système inédit dans lequel on vit avec un mélange de capitalisme sauvageons (ça reste encore basé sur l’idéologie libérale dans sa forme pervertie), d’assistanat, de socialisme inefficace… un truc assez bizarre mais qu’on arrete de comparer ça à l’URSS, c’est tout à fait anachronique et incomparable ! Pcq autant l’URSS avait une forte part étatiste, autant à notre époque, des groupes privées issus de la libre-entreprise ont une grosse part de responsabilité.
              Les gouvernements sont corrompus, mais il faut bien des hommes pour les acheter…

              PS.: sur le principe, je ne suis ni contre ni pour le pouvoir public, ni pour ni contre le pouvoir privé, ni contre ni pour le capitalisme de connivence, ni pour ni contre les situation de monopole…ce sont des outils. Je préfère Disney qui influence nos tetes blondes par de jolies messages, à des lobbys marginaux qui vont défendre la pédophilie… Ca dépend de la nature de l’activité, et de l’efficacité. Je resterai tjs flexible selon la situation.
              Donc encadrer , réglementer. En tout cas au moins niveau local, là où les citoyens ont toute légitimité à dire non à l’activité ou à l’implantation d’une entreprise. Ca me parait démocratique.
              Aussi il est un fait que les acteurs économiques sont un vrai pouvoir à part entière, et il faut des contre-pouvoirs à mon avis… surtout au niveau LOCAL.
              Et je peux assurer qu’une municipalité peut faire des merveilles en comptant sur ses forces vives (villes vertes…etc). C’est par des mesures incitatives que Mulhouse a attiré des commerçants, en embellissant la ville. Et oui une entreprise doit payer des taxes (électricité…) dans la mesure où elle est plus énergivore qu’un simple ménage, oui je crois que plus on a de bien à protéger plus on contribue pour financer une police, et oui je crois qu’on devrait pratiquer la solidarité (pas l’assistanat) au niveau territorial le plus bas possible (du paternalisme au sein d’une entreprise, le reste appartiendrait à des associations…et l’école devrait éduquer à aider spontanément son prochain quand il est dans la merde; investir dans l’éducation peut désengorger sur long terme)

              Voilà…donc, ce monde de misère et de mort il existe 😉 et ce n’est pas le monopole des méchants Etats. Et non je veux pas imposer un « monde de misère et de mort » en France. Vous etes tellement idéologisés par le libéralisme (alors que ce n’est ni plus ni moins qu’un outil) que vous voyez pas qu’on a besoin de toutes les forces vives d’un pays, y compris les pouvoirs publics qui ont encore la légitimité au moins théorique (légitimité réelle je ne sais pas) d’édicter des lois (pacte social, Rousseau ça doit vous dire quelque chose)
              Le privé est aussi con: j’ai un nom pour désigner le monde dans lequel on vit: le système totalitaire marchand…
              Et la justice sociale (par le seul fait de notre existence on a le droit de vivre dignement) me parait légitime, la question est comment…
              Je sais pas, le social-libéralisme a p-e une réponse à donner. Ou le collectivisme municipal, là où on est censé se connaitre je sais pas…
              Mais bon, je comprends que je suis un méchant Staline quand je n’adhère complètement au dogme ultralibéral… POINT GODWIN !

              1. Seulement, le gouvernement doit etre légitime, ses membres qui la composent intègres. Si c’est la corruption qui pose problème, je suis d’accord

                Quand vous saurez ce qu’est vraiment le libéralisme, vous serez d’accord avec le reste aussi, je vous le garantis.

                Vous critiquez la corruption gouvernementale, mais qui corrompt ? Ceux qui ont le pouvoir sont ceux qui ont l’argent aujourd’hui. C’est une résultante du libéralisme économique total

                Les PME/TPE crèvent en France, les gros (GAFA) n’y foutent pas un pied et n’influencent en rien la politique, bien au contraire.

                Par contre les amis des élus ou l’état a des participations genre Dassault, Total, Renault, Air France, les entreprises d’État (SNCF en tête) les corporations d’état s’en mettent pleins les fouilles.

                En plus l’état est un des premiers actionnaires en France avec 90 milliards :
                http://www.lepoint.fr/economie/a-quoi-sert-l-etat-actionnaire-21-12-2016-2092156_28.php
                Vous trouvez normal que les « élus » qui disposent de tous les pouvoirs (police, justice) et d’une foultitude de médias (7 chaînes sans parler des radios) gèrent en plus des entreprises pour plusieurs centaines de milliards d’euros en concurrence directe avec les citoyens libres qui EUX n’ont aucun impact sur les règles du jeu économique ni forces coercitives à leurs dispositions ?

                Le Patron des taxis G7 Rousselet, connaissance de Hollande et dont le père était un grand ami de Mitterrand a fait voter une loi anti concurrent EN UNE SEMAINE. Une image qui montre la nébuleuse G7: http://h16free.com/wp-content/uploads/2015/06/taxis-g7.png

                Considérez que l’état régalien, le fondement, la base de l’état ne représente plus que 5% de l’emploi public en France et que le privé « pur » ne représente plus que 28% du salariat. et vous aurez une idée du dévoiement de l’état français et du contrôle total qu’il a sur l’économie.

                9 millions de pauvres, des salaires minables, 25% de chômeurs dans la jeunesse le résultat du « libéralisme total » et des « multinationales » en France ?
                Pitié !

              2. flev689102: oui je crois que plus on a de bien à protéger plus on contribue pour financer une police

                Je suis d’accord, allons-y avec les chiffres parfaitement officiels alors pour vous donner une idée.

                Il y a DEUX fois plus « d’élus » que de fonctionnaires de police, justice et gendarmerie:
                600’000 élus, record mondial par habitant.
                246’000 – Police et Gendarmerie (30 milliards d’euros)
                77’951 – Justice (7 milliards d’euros)

                Si vous ne connaissez pas l’état lamentable de la justice et de la sécurité en France, j’ai plein de liens et rapports divers pour vous. Le régalien, Police, Justice, en ajoutant l’armée (263’350 – armée – 40 milliards) ne représentent donc plus que 5% de l’emploi public. Si on ajoute en plus l’enseignement (1’052’700 – Enseignement – 70 milliards) on obtient la chose suivante:

                L’état fondamental qui fonctionne de plus en plus mal en France et n’occupe que 1,6 million de personnes coûte 147 milliards.

                Or le budget des administrations public est de 1200 milliards et paie 7 millions de salariés:
                http://www.lepoint.fr/invites-du-point/jean-nouailhac/fonctionnaires-les-chiffres-qui-tuent-18-11-2014-1881987_2428.php

                C’est un pillage en règle des deniers des citoyens et un contrôle total que l’état a sur l’économie ! Quant a la « justice » sociale, non seulement ce sont des associations privées (Un comble) qui doivent s’occuper des SDF (Secours Catholique, Restau du cœur), mais en plus la société est scindées entre ceux qui paient pour les privilèges et les autres qui profitent et disposent de tous les pouvoirs grâce à leurs « représentants ».

                Pour ce magnifique résultat, l’état claque en plus 100 milliards de trop chaque année parce que 1200 milliards, ça ne suffit même plus à alimenter les pillages visiblement.

      2. Amora : Pendant des années, certains pays producteurs comme le Nigeria où la Côte d’Ivoire avaient mis en place des systèmes d’achat centralisés au niveau national, avec des prix garantis et un contrôle de qualité.

        Deux états parmi les plus corrompus au monde qui répriment et contrôlent des économies parmi les moins libres et les moins mondialisées soumises aux pillage et/ou à la guerre civile et le problème c’est la « mondialisation ».
        Super crédible !

        Indice liberté économique – Classement des pays
        Indice de la corruption – Classement des pays

        Amora : « Olivier Matringe, Les producteurs n’ont plus de filet de sécurité. Auparavant, ils bénéficiaient d’un prix minimum garanti.

        Un « filet de sécurité » accordé par des dictatures corrompues, il se fout vraiment de la gueule du monde.

        Amora : En plus, durant ces trente dernières années, le secteur cacaoyer a été régulièrement en surproduction, ce qui a entraîné une forte tendance à la baisse des prix du cacao sur le long terme. Et la libéralisation n’a pas arrangé les choses…

        Et la solution c’est donc de payer au même prix des produits qu’on va jeter parce que personne n’en a besoin ? Et la production continuerait à augmenter puisque c’est toujours aussi rentable ce qui aggraverait encore le problème.

        Amora : « Le marché du cacao est un vrai cliché du commerce nord-sud. Au sud, un grand nombre de cultivateurs, des petits producteurs

        Ces producteurs habitent dans des pays parmi les moins libres et capitalistes de la planète qui les laissent totalement sans défense quand ce n’est pas carrément la guerre civile ou le pillage directe, mais le problème pour les gauchistes militants c’est la « mondialisation », la liberté et le capitalisme.

        On croit rêver !

        Amora : Un conseil: Informez-vous

        Conseil hilarant d’un type qui avance la vie de rêve des petits producteurs dans les « paradis » nigérians et ivoiriens.
        https://www.google.ch/search?q=cote+d'ivoire+nigéria+repression+guerre

        1. Ilmryn très hilarant votre développement et surtout peu crédible avec un argumentaire émotionnel et pas de faits avancés. Aucun chiffre sinon des classements hors contexte et dont la véracité est plus que douteuse. Renseignez-vous d’abord sur l’origine de ces classements pour relativiser leur monstrueuse partialité comme tous les chiffres de cette même et UNIQUE source. Et le dernier lien est pathétique. Vous avez du concret sur lequel on peut argumenter? Non? Me diriez-vous que vous êtes chocolat?

          1. Amora : Aucun chiffre

            Des chiffres en voilà mon petit:

            Le salaire moyen au Nigeria c’est 62$ par mois:
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Salaire_moyen_par_pays
            En 99 il y a eu un coup d’État en Cote d’ivoire suivi d’une dictature qui a fait de nombreuses victimes:
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_politico-militaire_en_C%C3%B4te_d'Ivoire#Coup_d.27.C3.89tat_militaire
            Vous trouverez plein de « chiffres » sur votre « paradis ivoirien » sur le site d’Amnesty International:
            https://www.amnesty.org/fr/countries/africa/cote-d-ivoire/
            La Tribune de Genève (de gauche) vous explique qu’il y a eu plus de morts au Brésil que la guerre en Syrie
            http://www.tdg.ch/monde/Les-homicides-font-plus-de-morts-que-la-guerre-en-Syrie/story/19325643

            C’est quand même pitoyable qu’un type qui prétend être « informé » ignore totalement la situation et l’histoire du Nigeria, de la Cote-d’Ivoire du Brésil ou de la Colombie. Vous débarquez de la lune ?

            Amora : et surtout peu crédible avec un argumentaire émotionnel

            Amusant, en général on nous accuse de l’inverse alors que votre fonds de commerce c’est la fiction émotionnelle avec des méchants de cinéma et quelques chiffres « vus à la télé » sortis de leurs contextes par des journalistes partiaux.

            Et le dernier lien est pathétique. Vous avez du concret

            Ce lien « pathétique » renvoie vers une recherche qui donne des tas d’articles et wiki qui expliquent la réalité de ces pays.

            Le premier résultat « pathétique » c’est un article de France-info sur la répression au Nigeria avec un rappel historique:
            http://geopolis.francetvinfo.fr/nigeria-la-repression-des-pro-biafra-reveille-le-souvenir-de-la-guerre-civile-106737

            Le deuxième résultat « pathétique » c’est un article de afrik.com sur les répressions policières:
            http://www.afrik.com/nigeria-la-repression-a-fait-au-moins-150-morts-parmi-les-militants-pacifiques-pro-biafra

            Le troisième résultat « pathétique » c’est un article de rfi.fr sur les scènes de guerre et répression en Cote-d’Ivoire
            http://www.rfi.fr/afrique/20101216-cote-ivoire-combats

            Oui, décidément, cette réalité qui ne correspond pas du tout à vos fictions manichéennes est vraiment « pathétique » !

            1. Sachez que je ne suis pas votre petit! Vous dénigrez encore(sans jeu de mot noir…) et vous balancez encore des chiffres hors contexte. Ici on parle chocolat, pas des problèmes de néocolonialisme occidental. Les pays que vous citez je les connais tous pour y avoir vécu et ce que j’y ai vu et connu c’est surtout le comportement dégueulasse des multinationales, y compris suisses. donnez des chiffres sur le chocolat, pas sur le temps qu’il fait sur Mars…. la barre chocolatée…

              1. Je ne sais pas si vous êtes petit, mais votre comportement ne vous grandit pas..

                1. Le ministère nous informe qu’une journée portes ouvertes organisée par l’Institut Sainte Dymphne a viré au drame, quelques pensionnaires notoirement dangereux profitant de la célébration de Noël pour s’échapper.

                  Si et seulement si vous disposez d’informations permettant de les maîtriser, appelez sans délai le numéro d’urgence des services du ministère.

                  Surtout, n’in-ter-ve-nez pas vous-même ! N’in-ter-ve-nez pas ! Sous aucun prétexte, n’in-ter-ve-nez pas !

                  Seuls les professionnels équipés sont en mesure de faire face au danger. Si toutefois vous ne pouvez fuir, des projections d’huile de palme importée permettent d’étourdir les déséquilibrés le temps de prévenir les services spécialisés. Des fioles du précieux liquide seront distribuées préventivement à la population. Rendez-vous à la mairie de votre domicile. Attention aux contrefaçons ! Seule l’huile de palme importée et officiellement distribuée est efficace. A ce jour, malgré des études approfondies, l’huile d’olive de cuisine reste malheureusement sans effet.

              2. Amora: Les pays que vous citez je les connais tous pour y avoir vécu

                Votre déni des faits est lamentablement conventionnel, mais le coup du mythomane rajoute la petite pointe collector.
                Si vous n’êtes pas adolescent, vous avez besoin d’aide mon petit.

              3. Amora: et vous balancez encore des chiffres hors contexte. Ici on parle chocolat

                N’importe quoi.
                On parle bien des problèmes des producteurs de cacao qui vivent dans des pays où il existe des conflits et des gouvernements corrompus, violents et répressifs ce qui EST un problème majeur pour eux.

                Amora: des problèmes de néocolonialisme occidental.

                C’est clair, Christophe Colomb et Léopold II ont envahi le Nigeria aidé de Livingstone qui était financé par Monsanto et Nixon.

                En vrai les coups d’état de seigneurs de guerre locaux, les conflits ethniques entre Igbos, Yorubas et Fulanis où religieux entre chrétiens et musulmans n’ont pas arrêté de se succéder quasiment tous les dix ans depuis l’indépendance en 1960.

                Vous vivez vraiment sur une autre planète mon pauvre.

        2. Lindt et Kinder tire la plus grosse part de revenus …le producteur inféodé trinque.
          Le chocolat n’est pas le seul exemple. C’est aussi comme ça avec les biocarbures (voyez l’exemple du Jatropha. Les relations gagnant-gagnant n’existent pas. C’est du très gagnant-un peu gagnant voir du gagnant-perdant.
          Mais il faut plus que d’un commentaire… les situations sont tellement différentes d’une entreprise à l’autre et d’un pays à l’autre…

          1. flev689102: Les relations gagnant-gagnant n’existent pas.

            Dans les états de droit libre si où alors il faudra expliquer en quoi elles ne sont pas de cette nature.

            voir du gagnant-perdant.

            Ça n’a aucun sens. Personne ne choisit librement d’être perdant dans une transaction commerciale.

            Il faut une police, une justice et des politiques corrompus pour forcer des gens à être perdant ou pour les laisser sans aucun droit, ni justice, ni recours possible.

            1. Vous racontez n’importe quoi. Essayez au moins d’écrire de façon compréhensible et normale: sans caractères gras. C’est juste une question de politesse et cela évite de montrer votre emportement émotionnel qui ne fait nullement avancer le débat.

              1. Amora: Essayez au moins d’écrire de façon compréhensible

                Trois mots en gras atomisent votre intellect ? lol !
                Vous êtes le pire débatteur de l’année…

  4. la mondialisation se moque d’empoissonner les pauvres et les conditions modestes comme il y a trop de monde sur la planète terre.

    1. Un type appelé mondialisation refuse de donner des poissons aux conditions modeste parce qu’il y a trop de gens sur terre ?

      Pitié !

  5. il serait judicieux de parler de la face cachée de la production du chocolat…ces chocolats à bas prix, c’est que d’autres personnes payent pour nous
    https://mrmondialisation.org/une-etude-devoile-la-face-cachee-du-chocolat/

    1. Face cachée ? Bas prix ? D’autres payent pour nous ? Voulez-vous dire que ces « autres » achètent le chocolat à bas prix et en secret ? Pour manger du chocolat sans se faire voir, de peur qu’on sache que les prix sont bas et qu’on leur pique leur quatre-heures ? Judicieux, on ne sait pas, mais en tout cas ce n’est pas clair. Vous devriez mettre un peu d’ordre dans vos idées avant de les étaler.

      1. C’est viscéral chez vous Cavaignac le dénigrement quand vous manquez d’arguments? A croire que vous avez des intérêts directs à exploiter les autres par votre modèle dit « libéral » et salvateur de l’humanité! Des actions Nestlé? Barry Callebaut? Autre? Vous passez allègrement sous silence le fait que les multinationales détruisent la qualité et la diversité donc ce que vous défendez le plus dans le capitalisme, la concurrence et la liberté d’entreprise! Arrêtez de bouffer du chocolat à l’huile de palme, vous risquez l’hypoglycémie réactionnelle…

        1. Vous passez allègrement sous silence le fait que les multinationales détruisent la qualité et la diversité donc ce que vous défendez le plus dans le capitalisme, la concurrence et la liberté d’entreprise!

          Une multinationale n’existe QUE par la grâce de ses millions de clients (dont vous) qui choisissent librement de les payer, il n’y a pas de coercition possible de la part des entreprises dans les états de droits libéraux.

          Vous vous atomisez vous.même en exposant tous les travers des états corrompus, avec des entreprises d’État ou des multinationales adossées à des politiques qui utilisent l’état, la justice, la police ou l’armée pour établir par la force de réels monopoles qui ne laissent aucun choix aux personnes.

          Vous avez tellement envie de croire à vos fictions que vous en êtes carrément à nier l’existence de dictatures corrompues et meurtrières comme au Nigeria ou en Côte-d’Ivoire.

          A croire que vous avez des intérêts directs à exploiter les autres par votre modèle dit « libéral » et salvateur de l’humanité! Des actions Nestlé? Barry Callebaut? Autre?

          Vous être le 2100eme à nous faire un copier/coller des mêmes slogans débiles ici. Celui-là, c’est le no3.

          Vous n’avez strictement aucune idée de ce qu’est le libéralisme. Vous pouvez commencer par là pour en avoir un début d’idée:
          Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789

      2. D’autres payent pour nous…quand meme, tellement versé dans le consumérisme.
        Le Français mange le chocolat de bas de gamme, l’Ivoirien paye (santé, manque d’indépendance…)! Les chefs d’Etat français et Ivoiriens sabrent le champagne.
        Le Low Cost…c’est tellement BEAU niveau prix…Easy Jet, Ryanair c’est cool vraiment. Mais les pilotes de ligne (et un bagage universitaire conséquent) sont sous-payés, les hôtesses de l’air sont payées uniquement durant les heures de vol, mais quand l’avion est cloué au sol elles travaillent gratuitement (aspirateur…). Bien sur on ne peut instaurer le paradis, mais là c’est du foutage de gueule. Mais bon comme c’est dans le contrat de travail, et comme dans ce monde on doit bien survivre ça laisse pas trop le choix hein…
        Ou ces caissières qui se font facilement licenciées: http://www.leparisien.fr/societe/une-caissiere-accuse-son-employeur-apres-une-fausse-couche-au-supermarche-26-12-2016-6496371.php . J’en passe et des meilleurs !
        Le libéralisme c’est beau et c’est pas ironique (sans ça pas de Elon Musk, pas de Spielberg, …) Ca reste dans les entreprises qu’il y a des compétences techniques et franchement ça m’étonnerait pas qu’un jour McDo s’emparera du marché des insectes à consommer (enfin le jour où le boeuf ne rapportera rien faut pas déconner bien sur… et quelle joie de voir fleurir des restaurants vegans! . Mais sans garde-fous législatifs (déclaration de principes qui restent flexibles), on se retrouve avec de vraies petites féodalités. L’homme reste un loup pour l’homme, les libéraux l’oublient vite…
        Enfin bref, je comprends cette pensée est hautement « mauvaise »…

        1. flev689102: Mais les pilotes de ligne (et un bagage universitaire conséquent) sont sous-payés

          8000 euros par mois c’est un scandale effectivement, surtout qu’ils n’ont pas le choix hein. Et ces 14 millions de gens qui voyagent à peu de frais chaque année alors que c’était réservé aux riches ou aux très riches avant, c’est aussi un scandale ?

          flev689102: Mais sans garde-fous législatifs (déclaration de principes qui restent flexibles), on se retrouve avec de vraies petites féodalités.

          Oui, c’est à ça que servent les états de droits qui assurent correctement les tâches régaliennes, un truc prôné par les libéraux.

          Par contre les états corrompus et surrégulateurs comme l’état français font bien plus de mal que de bien. 9 millions de pauvres et 25% de la jeunesse au chômage dans le pays qui prélève et régule le plus ses marchés au titre du « social », c’est un exploit !

          Sur 148 pays la France est classée:
          -130ème place pour le poids global des réglementations
          -134ème pour les prélèvements obligatoires.
          -137ème pour la fiscalité défavorable à l’investissement privé,
          -134ème pour le taux d’imposition en pourcentage des profits,
          -127ème pour les incitations fiscales à travailler
          -137ème pour les réglementations liées au fait d’entreprendre.
          -135ème pour la dette publique

          Voir ici ce que pense un élu socialiste de l’état et des élus français, il prouve dans son livre « Pilleur d’État » qu’il se comportent comme des seigneurs, maitres de petites féodalités
          https://www.youtube.com/watch?v=ff-1t8p2eAo&t=13s

          Enfin bref, je comprends

          Pas grand-chose non.

          Le libéralisme se rapproche beaucoup de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789: des états forts dans le régalien qui assurent les libertés et les droits fondamentaux. Quand on vous explique que les états qui ont trop de pouvoirs se transforment en mafia tyrannique vous comprenez que les libéraux veulent tout supprimer pour donner le pouvoir à Monsanto et Halliburton.

          Ce qui situe votre compréhension de la politique et de l’économie quelque part entre l’huître de Patagonie et la moule de Concarneau.

        2. ce mépris que vous affichez sur ceux qui tentent de montrer les contradictions des libéraux
          tout ce que vous trouvez à dire est que j’ai un QI d’huitre…lamentable

          1. Vous débarquez sur Contrepoints avec des arguments mille fois réfutés, vous ne lisez pas pas les lecteurs qui vous répondent obligeamment à vos posts, ne vous étonnez pas d’être rudoyé.

          2. flev689102: qui tentent de montrer les contradictions des libéraux

            Je vous démontre que ce ne sont que des slogans.
            Vous pouvez lire tous les documents libéraux que vous voudrez ils vous raconteront la même histoire:
            http://www.wikiberal.org/wiki/Lib%C3%A9ralisme

            Les valeurs libérales sont la liberté individuelle, la créativité individuelle, la responsabilité individuelle, l’indépendance personnelle, le respect des droits individuels, etc. On définit souvent le libéralisme par ces quelques principes, que l’on retrouve dans la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen :


            • l’égalité en droit;
            • la liberté individuelle et la responsabilité qui en découle;
            • la propriété privée ;
            • le droit de résistance à l’oppression;
            • la recherche du bonheur et la sûreté
            .

            flev689102: tout ce que vous trouvez à dire est que j’ai un QI d’huitre…lamentable

            Oh que non, avant il y avait un torrent d’arguments et de faits que vous êtes bien en peine de réfuter.

            Quand on débarque et qu’on crache son inculture et ses idées reçues insultantes au visage des gens, il ne faut pas se plaindre d’avoir une phrase peu aimable dans le tas.

            Ayez au moins cette lucidité-là.

            1. Bref, à vous lire tout le monde « il est beau » et tout le monde « il est gentil » dans le monde libéral, le bonheur sur Terre…. et les crises économiques qui se succèdent à un rythme accéléré avec un rendement énergétique entropique de plus en plus négatif, mais sur ce fait incontestable vous sautez à pieds joints. Vos remarques désobligeantes, que certains trouvent « normal » le rudoiement chronique sur ce site vis-à-vis des autres intervenants, me font penser au mollusque céphalopode qui se moque du mollusque bivalve… bref un niveau de connexions synaptiques plus que primaires et réflexes à débiter les sempiternelles âneries sur l’économie libérale et la LIBERTÉ.

              1. Amora: Bref, à vous lire tout le monde « il est beau » et tout le monde « il est gentil »

                Nope mon petit.
                Relisez avec le doigt, ou faites vous aider par un adulte cultivé.

                Amora: me font penser au mollusque céphalopode qui se moque du mollusque bivalve

                Oui les mollusques sont bien connus pour se moquer des autres…
                Même en SVT vous êtes nul 🙂

Les commentaires sont fermés.