Histoire de la personne au Moyen âge

Une étude fondamentale de l’historien Jérôme Baschet qui permet de disposer du chaînon manquant entre l’Antiquité et le monde moderne dans la formation de la personne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Histoire de la personne au Moyen âge

Publié le 22 décembre 2016
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Voici un livre magistral pour appréhender la formation de la personne dans la culture européenne. Jérôme Baschet est historien médiéviste et il s’attache à mieux lire les sources et à mieux les comprendre. À travers ce livre il a voulu cerner les conceptions de la personne humaine et la façon dont celle-ci a été formée tout au long de l’époque médiévale.

Ce faisant, il démontre bien que le Moyen-Age n’est pas une époque dualiste séparant le corps et l’âme. Bien au contraire, c’est une pensée positive qui s’est développée, réfléchissant aux liens entre l’âme et le corps. Or cette réflexion permet certes de penser l’homme, mais également l’ordre politique où l’homme évolue, cet ordre politique étant lui-même pensé comme un corps social.

La réflexion sur la personne oblige également à penser l’au-delà, car l’Occident chrétien est imbibé de l’idée que l’âme puisse aller au ciel ou en enfer. Ici, Jérôme Baschet se livre à une analyse minutieuse de l’iconographie religieuse et des représentations du Jugement dernier. La séparation du corps et de l’âme qui s’opère alors n’en est pas vraiment une dans la mesure où la parousie libèrera les corps pour assurer leur résurrection.

L’auteur quitte également le terrain européen pour s’aventurer dans l’étude des autres cultures, notamment asiatiques. Ici, sortir permet de mieux revenir vers soi, car cela oblige à s’interroger sur la singularité européenne. Analyser et comprendre les autres agit comme un miroir sur ce que l’on est soi-même.

De ce livre, il reste donc une étude fondamentale qui permet de disposer du chaînon manquant entre l’Antiquité et le monde moderne dans la formation de la personne. Un chaînon d’autant plus indispensable que la perception que l’on se fait de la personne est lourde de conséquences sur les représentations politiques.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Benoît Malbranque Un article de l'Institut Coppet

Les origines intellectuelles de la Révolution française ont occupé bien des volumes, et c’est avec une certaine appréhension que nous osons ici aborder ce grand thème. Nous ne le faisons que pour étudier en détail la contribution des économistes français que l’Histoire a regroupés sous le nom de Physiocrates.

Cette tâche n’est pas aisée, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, les Physiocrates ont défendu des principes qu’on range dans diverses catégories, selon que l’on ... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

18 octobre 1685 : révocation de l’Édit de Nantes, épiphénomène pour certains, satisfaction pour bien d’autres et surtout début d’une saignée qui pénalisera le royaume de France pendant de longues décennies, amorçant en un temps relativement bref le déclin du règne du Roi Soleil Louis XIV et le renforcement perdurable de ses ennemis.

L’ablation de la part la plus riche et industrieuse du royaume

C’est en effet au faîte de sa puissance que le roi Louis XIV (1643-1715), auréolé du titre de souverain du royaume d... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Pour William Doyle, la Révolution française n’a pas commencé le 14 juillet 1789 car à cette date « l’Ancien Régime était déjà en ruine, au-delà de tout espoir de reconstruction ».

Le point de départ remonte au 20 août 1786, le jour où le Contrôleur général des Finances, Calonne, avouait à Louis XVI le désastre financier. Même si l’administration royale, par son fonctionnement très particulier[1. Il n’y avait pas d’administration centrale, les finances étaient administrées par des financiers indépendan... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles