Ségolène Royal et ses amis aiment un peu trop les dictateurs

Ce que subit la Cour de Cassation et les déclarations de Ségolène Royal au sujet de Castro forment le tout inquiétant d'une pensée dogmatique collectiviste.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ségolène Royal et ses amis aiment un peu trop les dictateurs

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 8 décembre 2016
- A +

Il y a des jours où les informations s’enchaînent, sans trêve, et se bousculent parfois avec fracas mais (paradoxalement) dans le bruit feutré de médias qui écoutent ailleurs. Le 7 décembre 2016 fut un de ces jours.

C’est ainsi qu’on apprend, de façon tout à fait fortuite et par le truchement d’un tweet de la Cour de cassation, que cette dernière vient d’être placée sous le contrôle direct du gouvernement par l’intermédiaire de l’inspection des services du ministre de la Justice. Le Premier président de cette cour s’en est quelque peu offusqué, et s’est donc fendu d’une lettre au Premier ministre. Le tweet, pour le moins sobre, donne ceci :

tweet-cour-cassation

Un décret semble donc suffire pour ce genre de petite cascade rigolote, qui tombe de surcroît à un moment particulièrement propice puisque les médias sont tous occupés à commenter l’actuel remaniement ministériel qui voit, justement, le Premier ministre auteur du décret s’en aller, et se faire remplacer par le ministre de l’Intérieur. Pendant ce temps, le ministre de la Justice semble se gratter une luciole oreille.

Il faudra sans doute attendre les avis des professionnels du droit pour avoir une idée précise des implications d’un tel décret. Après tout, ce qui ressemble assez fortement à un nouveau coup de canif entre le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire n’est peut-être qu’une petite trivialité sans conséquence, mais force est de constater que les magistrats de la Cour de cassation n’ont pas hésité à dénoncer une « incursion supplémentaire du pouvoir exécutif depuis l’état d’urgence dans l’appareil judiciaire ».

Alors ici, bien sûr, je pourrais facilement embrayer en m’inquiétant assez verbalement de ce genre de petites magouilles et du timing rocambolesque avec lequel elles sont faites. Il serait aussi facile de pousser le raisonnement en expliquant qu’à force de pratiquer ce genre d’entailles au contrat républicain et à la séparation des pouvoirs pourtant théorisée par nos plus grands penseurs, on va finir par aboutir à une belle et grande dictature.

Ici, je pourrais alors en profiter pour pousser une petite image qui vaut mille mots et qui permet de rappeler que non, le basculement dans la dictature populiste et les heures les moins choupis de notre Histoire ne se fait pas toujours dans le bruit mat de bottes cadencées au pas de l’oie, et que la prochaine fois que cela arrivera à la France, ce ne sera pas aussi évident que le débarquement d’un bataillon de soldats dans les couloirs de l’Assemblée nationale. Je pourrais.

fascism

Mais je ne vais pas en avoir besoin.

Parce que pendant que les magistrats de la Cour de cassation essayent d’attirer l’attention des médias sur les petites avanies que le gouvernement leur fait subir, un autre membre du gouvernement se charge d’illustrer mon propos de façon onctueuse.

Eh oui : Ségolène Royal est de retour sur le sol national.

Peut-être son ex de Président avait-il jugé bon, pour éviter ses saillies consternantes, de l’envoyer, elle plutôt que n’importe qui d’autre, pour les funérailles de Fidel Castro à Cuba, alors même que se jouait le changement ministériel suite à la démission de Manuel Valls.

Mais comme souvent avec les plans de notre inestimable président, cela n’a pas exactement fonctionné comme prévu puisque si Ségolène n’a pas ouvert son caquet pour commenter la politique intérieure, elle s’est empressée de faire des déclarations ahurissantes dans le cadre des obsèques du dictateur cubain. Certes, elle avait été bien chauffée par toute la clique des thuriféraires du communisme que la France compte encore malheureusement dans ses rangs et qui n’avaient pu s’empêcher de passer sous silence les nombreuses exactions du Lider Maximo, depuis l’emprisonnement jusqu’à l’assassinat d’opposants politiques, la ruine de l’économie cubaine, la répression intellectuelle et l’enrichissement personnel, et le tutti frutti habituel des régimes collectivistes dictatoriaux.

Fidel et Raul Castro jouent à colin maillard avec un ami.
Fidel et Raul Castro jouent à colin maillard avec un ami.

On ne s’était donc pas trop formalisé de découvrir qu’elle trouvait tout plein de qualités au bonhomme, allant jusqu’à louer sa capacité à récupérer le territoire cubain pour le peuple, et voir dans les massacres perpétrés par le communiste une inspiration de la Révolution française. Au-delà de Fidel, « monument historique », notre Royal républicaine avait même réussi à conclure, sans rire, que le régime était plutôt sympatoche puisque, je cite,

quand on demande des listes de prisonniers politiques, on n’en a pas.

Pas de quoi s’affoler, donc : Fidel Castro mort, c’est un dictateur de moins et rien de plus, détendez-vous, tout ceci n’est que de la politique et de la diplomatie rendue au compte du peuple français. Youpi.

Le seul souci est qu’en rentrant, la ministre des petits oiseaux, des plantes vertes et des centrales nucléaires a fait mine de ne pas comprendre l’ampleur de la polémique que ses propos consternants ont déclenchée. Pour faire bonne mesure, la voilà donc qui s’explique à l’Assemblée nationale et précise sa pensée purée mentale : non et non, Cuba n’est pas une dictature, d’abord. D’ailleurs,

Vous n’allez pas me dire que 4 millions de personnes se rendent dans une dictature, ce n’est pas vrai, monsieur le député !

Ah mais voilà qui rend les choses tout d’un coup bien plus simples : s’il y a des touristes, c’est que le régime est respectueux des droits de l’Homme, qu’il n’y a pas de prisonniers politiques, que la liberté de culte ou d’expression a cours et que les élections, libres, se déroulent de façon optimale. Miam.

Royal : la champagnitude attitude

C’est évidemment affolant de bêtise, et comme on ne peut définitivement pas mettre ça sur le compte du rhum, cela montre surtout que la ministre est totalement en dehors de toute mesure, tient des propos parfaitement déplacés dont la teneur insulte directement tous les Cubains qui ont fui le régime castriste au péril de leur vie, insulte tous ceux qui sont morts sous les coups des partisans du Lider Maximo, insulte tous ceux qui ont péri en tentant de fuir ou tous ceux qui sont morts sans jamais plus pouvoir revoir leurs proches.

Et au-delà d’une démission qu’on voudrait rapide pour ce genre de comportements iniques de la part d’une ministre, l’idéologie puante et le dogmatisme forcené qui dégouline de ces déclarations permet d’éclairer d’une lumière très crue ce qui vient de se passer avec la Cour de cassation : non, ce n’était pas une boulette, et oui, ces gens, actuellement au pouvoir et au prétexte qu’ils sont le Camp du Bien, se permettent toutes les mesures les plus liberticides, les discours les plus consternants, les entorses les plus évidentes à l’éthique et aux principes fondateurs de l’actuelle République ou de la démocratie.

Ségolène Royal ne comprend pas la polémique qu’elle a déclenchée : c’est terrifiant parce que c’est le même esprit que le sien qui anime ceux qui ont pondu le décret assujettissant un peu plus le judiciaire à l’exécutif.

dr-denfer-cour-cassation-cuba
—-
Sur le web

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • José Lopez-Martinez
    8 décembre 2016 at 10 h 31 min

    Grâce à Ségolène Royal, j’apprends donc aujourd’hui que le régime franquiste n’était pas une dictature.

  • Oui c’est une dictature. Et alors ? La plupart des pays du monde sont beaucoup moins démocratiques que nous. Doit on leur déclarer la guerre pour les forcer à se conformer à notre modèle ? Ne peut on plutôt penser que les échanges et le commerce feront leur œuvre tôt ou tard et cela de façon bien plus efficace que la force ? Quand aux discours diplomatiques et politiques, il ne faut pas s’émouvoir des codes qu’ils appliquent. Un « ami » en diplomatie n’a rien à voir avec un ami au sens courant. La seule diplomatie qui vaille est la real politic avec pour seuls guides « nos » intérêts (à long terme bien sur). S’il faut pour cela fréquenter des gens infréquentables, c’est le job des diplomates, ils sont payés pour cela !

    • José Lopez-Martinez
      8 décembre 2016 at 10 h 40 min
    • « Et alors ? « , et alors, on peut se limiter au service minimum requis par la RealPolitik, c’est à dire, simplement ne pas parler des choses du passé qui fâchent, et se concentrer sur quelques points positifs (plus ou moins réels…).
      Se lancer dans un négationnisme historique (pour les media strictement français !), ce n’était pas de la RealPolitik, c’est même embarrassant pour Raul car il y en entendront parler jusqu’à Cuba. Ségo a juste ch!er dans le ventilo et maintenant même les médias les plus gauchistes ont étalé la m*.

    • On n’est pas obligé de leur déclarer la guerre, non.
      Mais de là à les citer comme modèle et à les encenser, il y a un gouffre.

    • Pierre Kirool (émigré)
      8 décembre 2016 at 18 h 24 min

      Donc, là du grand n’importe quoi. Vous en êtes en roue libre ou quoi? Vous faites un concours avec Moody à celui qui sortira la plus grosse et consternante ânerie?

      Qui a parlé d’aller faire la guerre à Cuba et leur imposer quoique ce soit? De la realpolitk? Vous pouvez m’expliquer pourquoi alors, dans le monde occidental, seul Tsipras et et Ségo ont cru bon d’assister aux funérailles?

      Nos intérêts? À Cuba? Sérieusement? Lesquels? Comment vous les définissez? Qui les définie?

      Les diplomates sont payés pour fréquenter des gens infréquentables? Vraiment? Moi qui pensait qu’ils étaient payés pour nous représenter et donc ne pas salir notre image à l’étranger…

  • La cour de cassation est la cour qui casse les jugements des juges rouges….et il ya plein de procès en vue ,sage precausion dans une république bananiere (il y a des bananes a Cuba ?)

  • Oui, Jvc, votre lucidité fait du bien. C’est fort dommage que vous n’êtes pas diplomate afin de vous rendre en Corée du nord pour y ‘établir des liens politiques et commerciaux avec le gentil panda au pouvoir.

  • Il est vrai que pour la fauche, pardon la gauche, la dictature est la « normalitude ».

  • Bref resumé de la sépration des pouvoirs en france en 2016:

    -Le Conseil d’Etat est présidé par le premier ministre
    -La Cour de cassation passe sous contrôle gouvernemental
    -Le Conseil Constitutionnel a vu la tendre arrivée de Laurent Fabius

    -L’Etat d’urgence est toujours actif
    -Les parlementaires ne se sont jamais autant privés pour voter un nombre de lois dans le sens du paradigme Etatiste souhaité

    Les questions;

    À quand un recours pour excès de pouvoir pour s’opposer au décret ?
    Et dans l’hypothèse où ce recours révèle une illégalité manifeste, agira t il rétroactivement ?
    Traditionnellement la rétroactivité en droit adm n’est pas admise (société du journal de l’aurore) mais cela peut être accepté pour la reconstruction d’une carrière de fonctionnaires (Rodière 1925)

    Ainsi Cui bono?
    Valls préparait t il une immixion à long terme de l’executif au sein du pouvoir judiciaire (placer des relais du pouvoir au sein des chambres)
    Où ne serait ce qu’une maneouvre fantasque pour détourner l’attention?

  • C’est comme pour les chasseurs, il y a les bons dictateurs et il y a les mauvais dictateurs. Tout est une question de couleur.

    • Le mauvais dictateur arrête ses opposants politiques, les torture et les tue, le bon dictateur arrête ses opposants politiques, les torture te les tue mais ce n’est pas pareil, c’est un bon dictateur. 😀

  • Que pensez-vous des 638 tentatives d’assassinats de Castro par la CIA?

    • José Lopez-Martinez
      8 décembre 2016 at 13 h 02 min

      Que c’est une justification suffisante pour que le régime castriste tyrannise les Cubains depuis plus de 50 ans ?

      • Non, mais c’est pour savoir si votre indignation est à géométrie variable ou pas.

        • José Lopez-Martinez
          8 décembre 2016 at 14 h 00 min

          Le Monsieur dit qu’il ne voit pas le rapport avec la choucroute de la dictature castriste.
          Ou alors devrait-on comprendre que, parce que certains auraient tenté d’éliminer un dictateur étranger, ce dernier serait légitimé dans son statut d’oppresseur de son propre peuple ?

        • Pour ma part, je considère qu’il est moral de tuer un tyran : vous protégez votre vie, votre famille et tous ceux qui subissent son joug.
          C’est de la légitime défense.

          Là où ça devient immoral, c’est quand vous le remplacez : la Justice fait alors place a la vengeance la plus sanglante.

          Aussi je n’ai qu’une chose a dire sur l’échec de la CIA : dommage ?
          Oui dommage car combien de souffrances et de morts auraient pu être évitées ?

          Si vous voulez de l’indignation a « géométrie variable », allez donc au PS, au FN, au FG etc… interroger ces sophistes / pillards qui se font appeler « politiques » et qui nous gouvernent et leurs troupeaux de moutons !

        • Pierre Kirool (émigré)
          8 décembre 2016 at 18 h 08 min

          Lamentable.

          Votre réponse est à l’image du pays et de ceux qui le gouverne : médiocre.

          Alors ainsi pour vous, Castro était une victime au même titre que son peuple qu’il affamé et martyrisé, une victime au même titre que tous les prisonniers politiques du régimes, tous les journalistes, juges, opposants au régime pourchassés, tous les Cubains fusillés ou qui se sont noyés en voulant fuir la dictature.

          Lamentable.

          • Et encore, vous êtes trop bon : il va falloir les noter en Complexe, parce que les notes négatives ne suffiront plus 🙁

        • Moody, avouez, c’est croustillant, oser parler de géométrie variable.
          Bravo.
          Une performance pour le coup.

          Votre groupie-toupie des détails de l’histoire ne m’indigne pas.
          Elle me fait gerber, tout comme son mentor Jean Marie le faisait il y a 30 ans.
          Et contrairement a son mentor, elle parle au nom de la France, des Français, au nom de son gouvernement, dont elle fait partie, et qui cautionne, donc.

          Bravo.

    • Et des attentats contre Hitler?

      • Vivement que les soviétiques libèrent les camps d’extermination cubains!

        • Comme les viet ont libéré le Cambodge de Pol Pot.
          Décidément les collectivistes ont des sinistres casseroles.

        • Non, mais le régime était ultra sympathique : d’ailleurs, Fidel adorait jouer à Colin-Maillard avec ses amis aux yeux bandés et ceux-ci semblait vraiment se marrer tout plein.
          Comme cela était plutôt amiphage, cela explique qu’il n’y avait pas de camp de concentration, c’était bien inutile.
          C’est bien la preuve d’un grand savoir vivre 🙂 Et Ségo en bave d’envie 🙂

    • Que ça aurait été intéressant d’un point de vue historique de voir ce qui se serait passé.

    • @Moody
      638 ! ALors la CIA est nulle à pleurer.

        • @moody

          Un lien en guise de réponse à mon commentaire… oui ok.

          Si la CIA a raté 638 fois, c’est qu’elle est vraiment nulle à pleurer, tel était mon commentaire : sur la nullité de la CIA, pas sur le nombre.

          De plus : « Fabian Escalante, the former head of the Intelligence Directorate and the man who had the job of protecting Castro for many of the 49 years he was in power, alleges that there were over 600 plots ». C’est donc l’ancien chef de l’agence de renseignement du gouvernement de Cuba, et qui avait pour mission d’assurer la sécurité de Fidel, Fabian Escalante, qui avance le nombre de 600 et plus.

          Intelligence Directorate : Direccion General de Inteligencia, et très copine avec le KGB. Deux belles agences de bisounours. (Le « B » de KGB c’est peut-être pour « bisous » ? Je sais que ce n’est pas pour ça et je ne parle pas russe .)
          https://en.wikipedia.org/wiki/Direcci%C3%B3n_General_de_Inteligencia

        • moody: « 638 ! »

          638 tentatives « selon l’agence de renseignement cubaine ». lol !
          Pourquoi les communistes sont-ils toujours obligés de faire dans le mensonge grotesque ?

          Partout on ne trouve que les mêmes 10-12 « Exemples de tentatives de la CIA » et deux sont mentionnées dans les archives déclassifiées.
          Par contre, il est certain que de nombreux cubains ont essayés, comme dans toutes les dictatures sanglantes, et les communistes ont toujours accusés les « impérialistes » de tout et n’importe quoi.

          Sacré moody 🙂

  • De toute manière, vu le niveau de bêtise de cette perruche, ainsi que de son ex, que l’on ne me dise surtout pas que ceux qui ont fait l’ENA sont intelligents….à moins que ce soit une forme d’intelligence trop subtile pour être comprise par les non initiés.

  • Le plus gros probleme est aussi que c’est toujours dans le même sens..une dictature, si elle est communiste, n’en est pas une…..ou alors ils n’ont pas bien appliqué la théorie, mais le principal étant d’avoir fait comprendre au peuple quelle est la bonne marche à suivre…

    • Oui et une dictature qui veut bien s’adonner au libre-échange n’en est pas une non plus (au hasard: Arabie Saoudite).

      • Ben eux, c’est surtout acheter des armes qu’ils veulent… Surtout des avions… pour canarder les civils yéménites… faire du double tap qu’eux seuls ont le droit de faire…
        Libre échange ❓ De bibles ❓ …

      • moody: « Oui et une dictature qui veut bien s’adonner au libre-échange n’en est pas une non plus »

        Le nombre de dictatures sanglantes qui rentrent dans votre définition de la « non dictature » est tout à fait stupéfiant.

        D’où vous vient cette fascination pour les tyrans ?

        • J’aimerais bien que vous me donniez ma définition des dictatures sanglantes qui ne rentrent pas dans la non dictature, vu que je ne l’ai pas donnée moi-même? D’ailleurs, qu’est ce qui vous permet d’affirmer que je suis fasciné par les dictatures sanglantes? Vous avez un exemple de propos positifs que j’aurais tenus au sujet de Castro? C’est drôle avec vous, vous êtes tellement dogmatique que vous pensez que tout le monde est comme vous et voit le monde en noir ou blanc.

  • bien dit h16, la purée mentale est à l’œuvre dans le monde politiquo-médiatique en France … et ca marche, pas toujours certes mais bon, demain après tout on s’en fout car on sait qui va payer au final, suivez mon regard … gauche – droite : à la poubelle il y a que ça de vrai !!!

  • Il y a des années que je pense que « 1984 » est le livre de chevet de ces guignols ! Maintenant c’est bien plus grave, « 1984 » on y est dedans ! Ces guignols pas drôles du tout l’ont mis en place ! De plus, avec des insitutions censées être indépendantes et contre-pouvoirs de l’Etat, telle que la Cour de cassation par exemple, mises sous tutelle de membres de cet Etat, le cercle sera bientôt bouclé, quant à nous, nous serons coincés. Ca pue !

    La dictature est le modèle, le but des socialistes. Il est normal (pour eux) qu’ils encensent leur modéle de « réussite ».
    Ségolène Royal dit que les polémiques ont fait souffrir les cubains. Ils ont souffert autant qu’avec Fidel ? Quels cubains lui ont dit qu’ils en souffraient ? Elle aurait donc discuté avec le peuple cubain , celui qui a droit à la générosité merveilleuse de son Etat, grâce aux tickets de rationnement ? Dejà qu’elle a du mal avec nous, peuple-gueux de France, alors qu’elle ait vu des cubains autochtones…

    Ce pays est foutu car il n’a plus de constitution, (art.17 DDHC) et que les idéologies socialo-communistes dégoulinent de partout.

    « Le communisme, c’est la mort ! » – Liberty Prime.

  • Ségolène est en campagne pour être élue ou nommée à l’ONU.
    Elle est candidate pour prendre la direction du Programme des nations unies pour le développement (Pnud).
    Sa déclaration va lui servir pour faire pencher la balance dans de nombreux Etats.
    Ne pas oublier que Royal est une politocarde corrompue qui n’a que faire du pays, du peuple et même de Castro. Seul compte son intérêt personnel et il faut bien dire que l’ONU c’est le bonheur absolu: un salaire considérable en moyenne double de celui versé en France (probablement 30.000 euros par mois), pas d’impôts sur le revenu! Des avantages en nature considérables, le luxe, voyages payés firt class, hôtels 5 étoiles etc.
    A mon humble avis il est inutile de chercher ailleurs les raisons expliquant la « sortie » de Royal sur Castro…

  • Selon Ségo, il y aurait de bons régimes et des mauvais.
    Si donc l’on fait disparaître les opposants corps et biens, vu qu’il n’en reste aucune trace, c’est qu’il n’y a pas de crime.
    C’est donc que le régime fait parti du camp du bien.
    Si par contre, quelqu’un prend des photos, et qu’il reste de la documentation, il reste donc une trace.
    Ce sont donc forcément toutes des victimes du régime.
    C’est donc que le régime fait parti du camp du mal.

    Autre axe amusant : si Pinochet a remis les clefs du pays aux démocrates chiliens, c’est qu’il n’était pas lucide, hein Ségo ❗

    Quant à la France, le pays est déjà dans une petite dictature très légèrement eugéniste.

  • A l’instar du cirque français Royal de Luxe qui se produit depuis des lustres avec grand succès dans le monde, la ci-devant politicarde Ségolène nous régale de ses saillies et facéties financières – Poitou Charente en faillite – absorbé par Aquitaine.
    Ayant moult fois méritée du con-tribuable décernons nous lui le titre de Royal Connasse.

  • https://www.amnesty.org/fr/countries/americas/cuba/report-cuba/

    CUBA 2015/2016
    Selon la Commission cubaine des droits humains et de la réconciliation nationale (CCDHRN), plus de 8 600 militants et opposants au régime ont été placés en détention pour des motifs politiques durant l’année.

  • Vous n’oubliez qu’une toute petite chose cher H16, c’est que les dictateurs ont du fric, beaucoup de fric qui peut être utilisé intelligemment pour financer les campagnes des présidentielles de certains … Ben Ali, Kadhafi, et quelques autres invités un certain 14 juillet à Paris …. le gratin démocratique …

  • Madame Royal vient de déféquer sur la liberté d’expression , la liberté de réunion, la liberté de penser ….
    c’est à dire la démocratie.
    C’est normal : elle ne s’intéresse qu’à son auto promotion. Et elle prête à tout pour exister médiatiquement, a défaut de vivre tout simplement, de comprendre les souffrances d’un Peuple, de s’indigner de l’emploi de la torture, des privations de soins et de nourriture.
    Qu’on leur donne des brioches ..

    En d’autres temps, à n’en pas douter, elle aurait glorifie les Jeux Olympiques de Munich organises par un jeune dirigeant au.doux prénom d’Adolf.
    Peut-être même aurait-elle approuve l’existence des Kapos dans les camps de la mort au nom du maintien d’une bonne organisation…
    Il y a des cas désespérés ou même la médecine est impuissante.
    Il faudrait peut-être essayer de la faire « traiter » par les hôpitaux cubains s’ils en veulent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Ce qui m’a frappé au cours de cette année 2021, ce n’est pas le virus, mais l’extension de l’autoritarisme sous sa forme dramatique comme sous sa forme rampante et bureaucratique. J’ai remarqué également la numérisation et le retour en force des marchés qui « se vengent » des dictatures notamment par l’inflation. Bien sûr, le virus a joué son rôle, mais il a plutôt été l’occasion que la raison de fond.

La violence autoritaire

Cette violence a gagné une grande partie du monde, et s’il fallait donner un premier prix, il reviendrait au My... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Patrick de Casanove.

Les Français sont très fiers de leur modèle démocratique, au point de confondre démocratie, république et liberté. Dans les faits, ce modèle est très relatif.

Si l’on se réfère au Democracy index de The Economist en 2018, avant la crise, la France était déjà une démocratie défectueuse. Sa moyenne était en dessous de celle des pays d’Europe de l’Ouest.

En 2020 la situation s’est considérablement dégradée. La France est 24ème, toujours en dessous de la moyenne des pays d’Europe de l’Ouest. Elle ne b... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Actualité chargée, à Cuba, en ce lundi 15 novembre 2021. Après de longs mois de fermeture des écoles et des frontières en raison du coronavirus, l’île s’ouvre à nouveau au tourisme international et les élèves du primaire retournent en classe. Mais surtout, après les manifestations monstres du dimanche 11 juillet dernier aux cris de « Liberté ! », « À bas la dictature ! » et « Nous avons faim ! », l’opposition cubaine appelle à nouveau à une grande marche de protestation dans tout le pays pour demander la libérati... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles