Conférence à Bruxelles : les réponses des libéraux à la crise migratoire européenne

Ne manquez pas cette rencontre organisée par le Forum Libéral Européen (ELF) est soutenu par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté : l’UE doit mettre au point des outils et des procédures efficaces à court et à long terme pour gérer les migrations.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conférence à Bruxelles : les réponses des libéraux à la crise migratoire européenne

Publié le 25 novembre 2016
- A +

Date

Le mardi 29 novembre 2016

Lieu

Hôtel Radisson Red, Rue d’Idalie 35, 1050 Bruxelles, Belgique

A propos de l’événement

La crise migratoire sera l’un des principaux défis de l’Union européenne (UE) dans les années à venir. Une bonne gestion des flux migratoires et une intégration réussie des réfugiés dans nos sociétés européennes revêtent non seulement une importance stratégique, mais pourraient constituer la pierre angulaire d’un renouvellement d’une unité entre les États membres de l’UE.

Depuis l’arrivée d’un nombre remarquablement élevé de réfugiés à l’été et à l’automne 2015, l’UE a tenté de mettre en place un système européen commun d’asile pour faire face à la crise, ainsi qu’une protection frontalière européenne fiable pour maintenir intact l’espace Schengen.

Dans le même temps, les États membres ont fermé leurs frontières et ont canalisé les réfugiés vers les quelques pays prêts à les accueillir. Dans cette dynamique, de nouveaux acteurs sont apparus sur le devant de la scène, parmi lesquels Frontex et EASO, mais aussi les autorités de police et de gestion des frontières des États membres. EASO et Frontex apportent un soutien opérationnel sur les « points chauds » et jouent un rôle clé dans la mise en œuvre de l’accord de mars 2016 conclu entre l’UE et la Turquie. La police nationale et la protection des frontières ont été au premier plan de la gestion de l’arrivée des réfugiés aux frontières nationales. Quel est leur impact sur la gestion actuelle des flux migratoires ?

Parmi les libéraux, il est largement admis que la Convention de Genève sur les réfugiés est un élément essentiel et fait partie du patrimoine propre à l’Europe. Une politique d’asile fondée sur ces principes semble la seule conséquence logique à cette Convention. L’Europe parviendra-t-elle à s’acquitter de ses obligations en vertu de la Convention de Genève ? Comment l’accord UE-Turquie est-il compatible avec la Convention ?

Parallèlement, l’UE doit mettre au point des outils et des procédures efficaces à court et à long terme pour gérer les migrations. Pour autant, les valeurs et droits fondamentaux doivent servir de principes directeurs. Comment faire en sorte que ces droits ne soient pas compromis en temps de crise? À ce stade, les droits de l’homme et les valeurs libérales fondamentales sont régulièrement mis à l’épreuve aux frontières de l’Europe.

Programme de l’événement

13:15 – Accueil et déjeuner-buffet

14:00 – Mot de bienvenue

  • Susanne Hartig, directrice générale, Forum libéral européen (à confirmer)
  • Hans H. Stein, Fondation Friedrich Naumann pour la liberté (à confirmer)

14:15 – Vers un partage équitable des migrants ? Frontex, la protection des frontières nationales et la gestion des flux migratoires

  • Roderick Parkes, analyste principal, EU Institute for Security Studies (EUISS)
  • Istvan Dobo, Responsable des politiques, Unité «Gestion des frontières et Schengen», Commission européenne
  • Tzvetko Tzankovski, Refugee Support Group, Bulgarie
  •  Modérateur: René J. Steiner, Knowledge Hub for Migration and Security, Commission européenne

15:45 – Pause café et exposition photo

16:15 – Une préférence pour les ressortissants nationaux en cas de crise ? Les migrations et le respect des droits de l’homme des réfugiés – théorie et pratique

  • Angelika Mlinar, Députée européenne, Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ALDE)
  • Vlassis Vlasidis, Professeur, Faculté des Balkans, Études slaves et orientales, Université de Macédoine
  • Sophie Maggenis, UNHCR, Bruxelles (à confirmer)
  • Maja Lalic, Aide aux réfugiés, Serbie
  • Modérateur: Frank McNamara, Centre de politique européenne (EPC)

17h45 – Conclusion de la série ELF «Réponses des libéraux aux défis de la terre et de la mer» et mot de la fin par Rainer Adam, Fondation Friedrich Naumann pour la liberté

Cet événement organisé par le Forum Libéral Européen (ELF) est soutenu par la Fondation Friedrich Naumann pour la liberté et cofinancé par le Parlement européen. Ni le Parlement européen, ni le Forum libéral européen ne sont responsables du contenu du programme ou de toute utilisation qui peut en être faite. Les opinions exprimées ici sont celles des orateurs seuls. Ces points de vue ne reflètent pas nécessairement ceux du Parlement européen et / ou du Forum libéral européen.

Ceci est un contenu sponsorisé.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « procédures », « outils », ça sent bon le technocrate et l’argent public… Et le foutage de gueule industriel…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Par Marc Deffrennes et Samuele Furfari[1. Hauts fonctionnaires retraités de la Commission européenne (Direction générale de l’énergie) Ingénieurs, Responsables respectivement de weCARE et de la SEII].

Une politique énergétique équilibrée doit reposer sur trois piliers :

La sécurité de l’approvisionnement. Une saine économie. La protection de l’environnement.

 

Cet équilibre est au cœur des actions de weCARE et la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels, à savoir : promouvoir un mix énergétique fiable, abor... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles