Les mains de France : la maison Artilion

La Maison Artilion : de jeunes artisans qui se lancent dans l’aventure entrepreneuriale pour proposer des produits de qualité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Maison Artilion

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les mains de France : la maison Artilion

Publié le 21 novembre 2016
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

La Maison Artilion
La Maison Artilion

Réaliser des sacs qui soient à la fois élégants et pratiques, tel est le défi que se sont posés les deux aventuriers Artus et Émilion et d’où est née leur entreprise de maroquinerie. Voyageant en Asie, ils se rendent compte qu’ils ont soit des sacs très pratiques, mais laids, soit des sacs esthétiques, mais peu pratiques. De ce constat et de ce problème a surgi une idée et une entreprise.

Retour dans le 7e arrondissement de Paris pour dessiner les sacs et aboutir au meilleur modèle possible. Appels aux amis pour réunir les fonds nécessaires au lancement des collections. Apprentissage du monde de la maroquinerie en visitant des ateliers et en échangeant avec des acteurs de la place.

Une idée germée en Chine et concrétisée à Paris se réalise grâce à des connexions européennes. Les tissus viennent d’Italie, les cuirs de France et du Portugal, les pièces de fermeture des sacs des pays nordiques. Il faut le talent et le savoir-faire de plusieurs pays pour produire un objet dans le style français. Il faut aussi échouer, se tromper pour pouvoir recommencer et s’améliorer. Le résultat est d’arriver en trois ans à proposer trois types de sac, imperméables et composés de matières nobles (cuir végétal).

Le lien avec les ateliers

Mais le design seul ne suffit pas. Réaliser de belles pièces suppose d’être en contact régulier avec les ateliers pour vérifier les processus de fabrication et pour pouvoir intervenir en cas d’erreur. Pour un porte-carte, quatre heures de travail sont nécessaires pour découper les pièces et coudre les différentes parties, cuirs et tissus. Ce sont cinq personnes différentes qui interviennent, chacune ayant une spécialisation (découpe des pièces, couture des cuirs ou des tissus).

Le client qui achète le produit fini ne se rend pas forcément compte des heures de travail que son objet suppose, ni des lieux d’origine des pièces qui ont été assemblées. Tout sac de voyage est le fruit de l’association de plusieurs voyages : ceux des idées et des essais, ceux des pièces fabriquées, ceux des pièces assemblées. La rencontre avec l’artisan permet de situer l’objet dans son processus d’élaboration et de prendre la mesure de la dimension technique de celui-ci.

Des matières technologiques

On ne se rend pas non plus toujours compte des prouesses technologiques nécessaires à la réalisation d’objets du quotidien. Pour parvenir à des tissus complètement imperméables, il a fallu associer une membrane plastifiée au tissu d’origine. De même pour les cuirs végétaux qui doivent être traités pour ne plus laisser passer l’eau. C’est ici l’alliance des matières naturelles et de la technologie qui permet d’aboutir à un produit fini esthétique et pratique. C’est aussi l’alliance de la recherche constante de la perfection et de la beauté stylistique.

Artilion imprime sa marque sur ses sacs : un coin rouge et une couleur lie de vin en fil d’Ariane, et démontre qu’il est possible de créer des entreprises, d’innover dans le secteur de la mode et de continuer à produire de beaux objets à des prix mesurés.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ils feront comme les « autres ». Un jour, un important « donneur d’ordres » d’une entreprise de luxe, française, italienne, américaine ou autre, viendra leur proposer de devenir un sous-traitant partenaire dans une nouvelle « collection printanière ». Et au bout de quelques mois, peut être années, dès que le ratio 80/20 sera atteint, ce donneur d’ordre annoncera la « couleur ». Ne plus pouvoir payer ses « fournisseurs ». Et la petite entreprise connaitra la crise. Comme tant d’autres. Et le coup de grâce sera donné par l’État socialiste (ou pas mais en général soucieux des « intérêts sociaux de la république »), qui l’achèvera en se « payant sur la bête » dès fois que les juges commerciaux changent d’avis (ou de chemise) concernant leur dossier de sauvegarde de l’emploi.
    Et s’ils n’ont pas dans leur carnet d’adresse des gens connus et reconnus dans certains milieux sociaux-politiques, alors, ils seront « dépecés ». Comme beaucoup d’autres avant eux en France socialiste libérale prisonnière du carcan administratif républicain.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jinia Mukerjee. Un article de The Conversation

Imaginez la scène : c’est la fin de l’après-midi. Une maman participe à une réunion Zoom dans la cuisine tout en essayant de préparer le dîner pour un enfant (affamé) qui va bientôt arriver de l’école. Pendant ce temps, son époux court vers l’école primaire pour récupérer leur fils, juste après une importante réunion de travail. Dans une heure, il reprendra ses tâches à la maison tandis que la mère, qui viendra de terminer sa réunion sur Zoom, s’occupera de l’enfant.

Cette scène... Poursuivre la lecture

C’est désespérant de constater une fois de plus cette démagogie électorale de notre ex-futur président de la République. La France croule sous les dettes, l’inflation explose, le déficit se creuse et nos super politiques ne trouvent rien de mieux à proposer que de taper sur les entrepreneurs. Ces cochons de payeurs, pour peu qu’ils arrivent à faire des résultats, sont priés de les distribuer aux pauvres salariés-exploités-damnés de la Terre.

J’ai connu des périodes difficiles avec huissier devant la porte et vente forcée de ma maison. ... Poursuivre la lecture

Par Jacques Clouteau.

Depuis des décennies, et encore plus au moment des campagnes électorales, je trouve que les discours des hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, les compte-rendus des journalistes et les avis des économistes sont d'une exaspérante vacuité lorsqu'ils se mettent à évoquer l'économie du pays.

Je note toujours avec amusement que ces économistes sont en fait des professeurs d'économie dans une quelconque école, ce qui en dit long sur leur contact avec l'économie réelle que nous autres, entrepren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles