L’inefficacité des monopoles publics, jusque dans le prix de l’alcool

Au Québec, l’État vient de reconnaître que 80% de ses ventes se font à des prix surévalués. Conséquence directe d’un monopole public forcément inefficace.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inefficacité des monopoles publics, jusque dans le prix de l’alcool

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 novembre 2016
- A +

Par Youri Chassin.

Un article de l’Institut Economique de Montréal.

L'inefficacité des monopoles publics, jusque dans le prix de l'alcool
By: nicolerugmanCC BY 2.0

La SAQ entame une révision des prix de 1600 vins pour s’aligner sur les prix de la LCBO, son équivalent ontarien. Encore en mars dernier, elle se défendait contre des comparaisons désavantageuses, notamment celle de la Commission Robillard.

Avec l’annonce d’hier, le monopole d’État procède non seulement à une baisse des prix de la majorité de ses vins représentant 80 % de ses ventes, mais reconnaît implicitement que ses prix sont trop élevés. Cela ne doit pas nous surprendre, pour deux raisons.

Premièrement, Frédéric Laurin et Éric Duhaime avaient déjà fait un travail remarquable pour souligner cette réalité, de même que le Journal de Montréal. De leur côté, les défenseurs du monopole d’État utilisent souvent des méthodologies pour le moins contestables.

Deuxièmement, la SAQ est un monopole. Qui plus est, un monopole public. Le jeu de la concurrence ne s’applique pas et ne freine pas les ardeurs d’un actionnaire gourmand, dans ce cas-ci, le gouvernement. En raison de son monopole, les ratios d’exploitation de la SAQ dénotent un problème d’efficacité et d’efficience (voir p. 34). Sans concurrence, les employés syndiqués bénéficient de conditions de travail enviables et sans commune mesure avec la réalité du commerce de détail québécois.

D’ailleurs, faut-il le rappeler, en se comparant seulement à la LCBO en Ontario, la SAQ se compare avec un autre monopole public.

Bref, derrière l’annonce d’hier se cache un aveu d’une ampleur sans précédent. Les Québécois méritent mieux, en termes de transparence d’abord, mais aussi en matière d’efficacité, d’efficience, de prix et de choix. Cette annonce fera peut-être sursauter quelques-uns de nos élus et leur donnera l’occasion de réfléchir à la libéralisation de la vente d’alcool et à l’éventuelle privatisation de la SAQ.

Avec tous les défis que présentent les services publics, j’avoue ne toujours pas comprendre pourquoi l’État s’acharne à vendre du vin comme s’il s’agissait d’une mission essentielle.


Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Des histoires surprenantes et riches d'enseignement surviennent au Québec, durant cette pandémie.

À l’approche des fêtes, le chef de cette province avait des comportements erratiques, il promettait des rassemblements familiaux jusqu'au moins 20 personnes. Soudainement, les médias y vont de nouvelles affolantes sur la croissance du nouveau variant omicron. Les pages du Journal de Montréal étaient particulièrement alarmantes. Il a donc réduit à 10 cette limite, le temps d’un réveillon. Une fois la fête finie, il y est allé de la fermetur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles