Paris peut-il faire rêver à nouveau ?

Il est temps pour la ville de voir plus loin que ses limites administratives.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Paris peut-il faire rêver à nouveau ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 octobre 2016
- A +

Par Axel Basth.
Un article de Trop Libre

Paris peut-il faire rêver à nouveau ?
By: Moyan BrennCC BY 2.0

Paris jouit d’un potentiel rare, que de nombreuses villes lui envient. Forte d’un réseau de musées impressionnant, la ville offre une capacité culturelle hors du commun. Est-ce à dire pour autant que Paris est un centre de création ? Non. Si pour beaucoup Paris a été un phare attirant Picasso et Hemingway pour ne citer qu’eux, ce temps est révolu. La vie de bohème n’est plus permise, les loyers sont trop chers : les jeunes artistes internationaux se tournent vers Berlin.

Désormais, la ville n’est devenue que le relais d’un art établi, profitant d’une autorité historique, mais n’est plus son centre névralgique. Pourtant tout ceci ne fait pas de Paris une ville morte. Comme chaque ville mondiale, Paris est frappé par la gentrification, phénomène d’embourgeoisement des centres urbains. De nouveaux bars, nouveaux restaurants, transforment parfois de véritables friches urbaines en quartiers dynamiques.

Que le café Barbès soit accusé de tuer le quartier éponyme peut se justifier mais cela revient à enfermer Paris dans un immobilisme total. Aller contre la gentrification du Nord de Paris n’est pas une solution viable pour la capitale qui bénéficie d’atouts majeurs. Bien que subjectif, l’embellissement de ces quartiers ne peut que casser l’image parfois vieillotte de la ville.

Un espace congestionné

Il est loin le temps où Paris brillait par sa modernité architecturale. Le dernier projet de la Canopée des Halles, qui se veut innovant, a essuyé énormément de critiques. Sans juger de l’aspect esthétique, la Canopée fait pourtant preuve d’audace architecturale dans un paysage bien uniforme.

Autre projet de grande ampleur, la Tour Triangle fait quant à elle face à des problèmes politiques. Bien que Paris ait fait le choix respectable de non verticalité, véritable audace quand la course à la hauteur est de mise dans l’urbanisme mondial, cette tour ouvre l’architecture parisienne à la modernité. Pour autant, ces deux projets urbains sont bien seuls et ont pu souffrir de la lenteur administrative.

Avec plus de 1800 bâtiments inscrits et classés « monuments historiques », la capitale est coincée par des normes d’urbanisme historicistes voire rétrogrades. Ceci ne serait qu’un détail si la ville ne manquait pas d’espace. Les initiatives urbaines à saluer ne concernent que le renouvellement d’espace déjà occupé. Pour autant, le programme « réinventer Paris » et ses 22 projets osent une certaine audace architecturale dans le cœur de Paris, tournée principalement vers les enjeux du XXIème siècle. Il serait regrettable que Paris manque le tournant de la modernité après avoir brillamment réussi celui du XIXème et négligé celui du XXème.

Le futur de Paris, sa banlieue

Il est temps pour la ville de voir plus loin que ses limites administratives. Pour rivaliser avec Berlin mais surtout Londres, dont les superficies font passer Paris pour une ville secondaire, la capitale se tourne massivement vers le Grand Paris. L’autre côté du périphérique n’est plus un vaste dortoir. Dépendante depuis plus d’un siècle de Paris, la banlieue se dynamise enfin.

Avec les projets de transport tangentiel impulsés par le Grand Paris, la capitale perd de son importance en tant que centre-urbain. Si la Défense en proche périphérie a déjà démontré que Paris, au sens ici de métropole, peut innover architecturalement, le Nord parisien semble être la nouvelle cible du renouveau urbain. Situé sur le sol parisien, le nouveau Palais de Justice porte de Clichy témoigne de cette ouverture sur la banlieue en donnant à un espace délaissé un des projets architecturaux les plus prometteurs de la décennie.

Les candidatures de Paris aux Jeux Olympiques de 2024 ainsi qu’à l’Exposition Universelle de 2025 (bien que non officialisée) sont d’autant plus d’exemples de volonté d’attribuer à la périphérie de véritables centres d’impulsions autonomes. Une ligne est donnée de modernisation et d’ouverture sur la banlieue mais il manque un projet significatif, tel le « Bosco Verticale » (Jardin vertical) milanais, montrant à tous que Paris n’est pas une ville du passé.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Xavier Fontanet.

Un jour de marché la semaine dernière en compagnie d’un couple étranger, devant la poste dans une petite ville de province nous tombons sur une porte close portant la mention : « Grève ». Des clients furieux, des mots pas toujours polis à l’égard de notre service public. Je suis moi-même gêné, je me rapproche du couple qui est dans la queue pour comprendre son problème : il a un paquet urgent à envoyer. Je lui conseille de me suivre jusqu’à la ville voisine.

Nous prenons nos voitures et nous nous retrouvons ... Poursuivre la lecture

Dans ces colonnes, Frédéric Mas a développé comment Emmanuel Macron et Anne Hidalgo espèrent se refaire une santé politique avec les JO, alors que le coût stratosphérique de l’organisation et les retombées économiques sont loin d’être évidents. Nous allons voir que les conditions de sécurité des athlètes et du public ne sont également pas garanties. Il est à craindre que Paris 2024 soit au mieux un fiasco à l’image de l’organisation de la finale de la Ligue des Champions fin mai 2022. Mais l’État ayant... Poursuivre la lecture

Après la nomination de Laurent Nuñez à la tête de la préfecture de police de Paris en remplacement du charmant Didier Lallement, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin faisait de son mieux pour assurer le service après-vente avec le sourire dans un grand entretien accordé hier au Parisien. De son mieux et avec le sourire, car si l'on en croit le magazine L'Express, Nuñez n'est nullement son choix, mais celui imposé par Emmanuel Macron, soucieux d'avoir une bouche, des yeux et des oreilles d'une grande fidélité macroniste dans la capitale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles