La théorie des sentiments moraux, d’Adam Smith (2)

Adam Smith est connu pour être économiste. Il doit cependant être redécouvert pour sa réflexion profonde sur la morale et la psychologie humaine.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La théorie des sentiments moraux, d’Adam Smith (2)

Publié le 14 octobre 2016
- A +

Par Johan Rivalland.

Suite de notre exploration de l’ouvrage du célèbre philosophe et économiste écossais. Première partie ici

La théorie des sentiments moraux, d'Adam Smith (2)
By: PierreCC BY 2.0

Du sens du mérite et du démérite, de la justice et de la bienfaisance

Adam Smith se livre à une analyse très fine des notions de gratitude et ressentiment, mérite et démérite, qui régissent les rapports humains, ainsi que de conscience, remords, crainte du châtiment, nature humaine et besoin de vivre en société, amitié et estime, amour et affection réciproques, gratitude, jusqu’aux notions de justice et d’injustice et de droits naturels ou acquis, qui leur sont liés.

Le sens profond de l’observation, de la psychologie humaine, du caractère quasi-inéluctable et intemporel (répétons-le) me semble rendre plus compréhensible la célèbre notion de main invisible que l’on trouvera plus tard dans La Richesse des Nations.

On mesure à quel point la description de ses mécanismes est purement factuelle (alors qu’elle a été, et continue d’être, si critiquée). Il s’agit bien là de l’œuvre de l’observation du philosophe et fin psychologue plus que de la caricature d’homme engagé qu’on voudrait en établir.

De l’influence de la fortune sur les sentiments de mérite ou démérite des actions

Le célèbre philosophe analyse ensuite l’influence de la fortune sur les sentiments de mérite ou démérite des actions, s’appuyant sur les notions précédentes de gratitude, estime ou ressentiment.

Et, pour finir, dans un troisième chapitre, il examine la cause de l’irrégularité des sentiments, insistant sur la valeur des actes, plutôt que des intentions.

Il ne doit pas se satisfaire d’une bienveillance indolente, ni s’imaginer être l’ami du genre humain parce qu’en son cœur il souhaite que le monde soit prospère.

Ce qui inclut son pendant négatif, puisque nul ne doit être jugé ou condamné pour ce qu’il pense, si aucun crime n’a été commis. Cela relèverait de la barbarie et de la tyrannie, voire du « tribunal d’Inquisition ».

Inversement, si un homme a occasionné des maux sans en avoir l’intention (par exemple accidentellement ou comme dans le cas d’Œdipe et Jocaste, qu’il cite), il ne saurait être jugé coupable. C’est alors sa conscience et son sens des responsabilités  (Adam Smith ne cite cependant pas encore ces termes) qui devront guider sa manière de se comporter à l’égard de ceux qui auront souffert des conséquences de son acte involontaire, sans qu’il doive injustement supporter le poids d’une culpabilité qui n’est pas sienne.

À lire aussi :

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

 

Une séparation des pouvoirs limitée, entachée, voire bannie. La réforme de départementalisation de la police suscite de grandes inquiétudes, si ce n’est une opposition quasi unanime des principaux acteurs du monde judiciaire – magistrats, policiers et avocats. Un fait rare dans cette institution.

Prévue en 2023, la réforme vise à créer des directions départementales regroupant les quatre grands métiers de la police : sécurité publique, police judiciaire, renseignement territorial et pol... Poursuivre la lecture

Avancées ou reculs, les mesures pour lutter contre les violences conjugales ne manquent pas.

Le vote unanime par le Sénat d’une aide financière d'urgence aux victimes pour quitter le domicile conjugal est une excellente nouvelle… mais ne doit pas empêcher de répondre à un enjeu majeur : augmenter le budget justice pour accélérer les délais d’audiencement.

Votée à l'unanimité, en première lecture au Sénat, une aide financière « universelle d'urgence » pour les victimes de violences conjugales est censée encourager la séparation d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles