Le MEDEF pour la liberté syndicale sauf pour les patrons ?

Un entretien avec Jean-Claude Volot, vice-président du Medef, conduit par Éric Verhaeghe, sur la question délicate de la liberté syndicale des patrons.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le MEDEF pour la liberté syndicale sauf pour les patrons ?

Publié le 8 septembre 2016
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le MEDEF est-il pour la liberté syndicale des patrons ?
By: Dan MoyleCC BY 2.0

Au chapitre des contradictions inhérentes au corporatisme français, la question de la liberté syndicale des patrons français mérite une mention particulière. L’interview (ci-dessous) de Jean-Claude Volot, vice-président du MEDEF, qui nous a fait l’amitié de témoigner en toute liberté sur le sujet, le montre de façon limpide.

La liberté syndicale des patrons en question

Officiellement, la liberté syndicale existe, même pour les patrons. Elle autorise donc chaque dirigeant d’entreprise, qu’il soit employeur ou non, à rejoindre l’organisation syndicale de son choix, et à la financer. Tel est le côté face de la pièce de monnaie patronale.

Mais… il y a un côté pile : la loi du 6 mars 2014 a instauré une cotisation patronale pour le financement du paritarisme qui oblige tous les employeurs de France à financer le MEDEF et la CGPME et l’UPA, même s’ils n’y sont pas adhérents. Accessoirement, cette cotisation profite aussi à la CGT, à la CFDT, à la CFTC, à la CGC et à FO. En tout, ce sont 113 millions d’euros qui profitent à tout ce petit monde.

Ce système pose évidemment un problème politique simple et concret : pourquoi chaque employeur est-il obligé de financer une organisation patronale qu’il n’a pas choisie ?

Le sujet de la GFPN

Pour gérer cette cotisation patronale, le gouvernement a encouragé la création de la GFPN, présidée par Jean-Claude Volot, patron libéral et sans langue de bois dont l’interview ci-dessous est éloquente. La GFPN est l’un des rouages immenses de cette constellation paritaire à laquelle ce blog va consacrer une série sur plusieurs jours.

Peu de Français, et singulièrement peu de salariés et d’employeurs mesurent le volume exact de cette constellation qui prétend représenter leurs intérêts et assurer leur bien-être malgré eux. La visite vaut pourtant le détour : le paritarisme est un univers en expansion permanente, et les partenaires sociaux sont d’une imagination insatiable dès qu’il s’agit de monter des usines à gaz qui permettent de détenir des mandats, des présidences, des vice-présidences, toutes accompagnées d’une carte de visite ronflante.

L’économie française se meurt, mais les généraux de l’armée mexicaine trouvent chaque jour une nouvelle épaulette ou une nouvelle médaille à s’accrocher sur le torse !

Sur le web

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Le paritarisme est l’une des plaies de notre pays.

    Des syndicats qui ne représentent qu’eux mêmes décident pour le reste de la population , uniquement en fonction de leurs intérêts propres.

    Ailleurs, on vit très bien sans ce systeme
    Ailleurs, la cogestion fonctionne mieux que chez nous…

    Une mesure est simple à prendre :
    – un accord signé avec un syndicat ne concerne que ses adhérents
    – les syndicats ne sont financés que par les cotisations VOLONTAIREs de ses adherants.
    – tout salarié est libre de se présenter aux elections IRP, dès le,premier tour.
    – tout élu dans les IRP peut être adoubé par l’inspection du travail comme DS

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Par Dominique Andolfatto et Dominique Labbé. Un article de The Conversation

Les élections départementales et régionales de 2021 ont été marquées par une abstention massive que les commentateurs ont expliquée par l’absence d’enjeux clairs, l’émiettement des listes, le flou des programmes, les inégalités sociales ou le désintérêt des jeunes et, bien sûr, par la crise sanitaire…

En revanche, on a généralement ignoré l’anomie – soit le déclin des formes de régulation et des valeurs collectives – qui frappe la société française. Les... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles