Macron candidat pour 2017 ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Macron candidat pour 2017 ?

Publié le 31 août 2016
- A +

Le regard de René Le Honzec.

macron rené le honzecÇa y est le chouchou a claqué la porte, l’ingrat. Macron a de l’avenir politique, si on le juge à l’aune de grands anciens : inconnu comme Pompidou imposé par de Gaulle, jeune comme Giscard d’Estaing (secrétaire d’État aux Finances à 32 ans), banquier comme Pompidou, tous deux chez Rothschild, énarque comme les trois-quarts des ministres de la Vème, riche (2 millions gagnés en 2010-12 à la banque) comme plusieurs de ses collègues socialistes du gouvernement (Fabius, Touraine, Baylet, Azoulay, Ayrault, Le Guen, Royal, Sapin, tous à plus d’un million de patrimoines divers), traître comme Chirac (Giscard), Sarkozy (Chirac), n’hésitant pas à passer de Closer à Paris-Match pour mettre en scène sa belle histoire d’amour sa femme Brigitte.

Considérons ses prestations économiques puisqu’il en était le responsable. C’est fait, y’en a pas. Ou alors, la ligne de car de Rennes à Saint-Malo comme je le rappelais dans un billet pas si lointain. Tout le reste n’est que paperasse agitée au vent du show-bise médiatique et déjà atterri dans les égouts des administrations, comme la loi Travail. On ne va pas revenir sur les milliards d’emprunts supplémentaires, les impôts, taxes et autres maladies étatiques, on ne va pas aller consulter les affligeantes statistiques de la croissance et du chômage. Le quinquennat Hollande Ier sera certainement un des plus inexistants de la Vème.

Mais il serait intéressant de savoir qui est derrière le lancement de la savonnette Macron, celle qui fait se casser la gueule à Hollande en descendant de sa baignoire en or, celle qui fait faire des bulles de rage à Manuelito qui se voit relégué aux petits faits-divers de la politique depuis que Macron, son ennemi juré, truste les plateaux médias, celle qui fait briller la peau de Marianne débarrassée de ses restes d’oripeaux socialo-marxistes et bronzer le social-libéralisme mode Terra Nova..

Il est conseillé de prendre un peu de temps et d’aller se balader dans la bio de Macron et d’étendre la recherche au hasard des liens et des personnes qui ont fait sa carrière depuis sa sortie de la banque-que-vous-savez (engagé par Henrot, recommandé par Attali, Veinberg, Membre de la Commission Attali, membre de Gracques, cercle de la Rotonde, Cohen, etc.).

Il s’agit de prendre conscience que derrière ce sympathique camelot, il y a des forces discrètes qui en font la pointe de leurs espoirs de conquête du pouvoir. La facilité avec laquelle il a trouvé des fonds pour organiser ses raouts, ses « 60 000 » encartés, ses « démarcheurs » (si vous en avez vu un, vérifier qu’il ne s’agit pas d’un intermittent, hé, hé !), la facilité des réseaux médiatiques informelles qui l’ont fait mousser, tout cela suggère un plan et, sans tomber dans le complotisme, des groupes d’intérêts qui pensent avoir trouver le gagnant de la course de 2017… ou 22 ou 27 !

Avec ce comique en premier plan, celui capable de considérer le bon peuple comme illettré (Gad), de dire à un cégétiste « Bosse si tu veux te payer un costard », ce qui rappelle la fameuse Rolex de Séguéla, de se balader sur la une de Paris-Match. Ça me fait penser à Coluche, candidat en 81 avec ses délires de comique anarchiste de bistrot. Macron est très sérieux, mais sa démarche s’apparente plus au music-hall qu’à la République.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • « sans tomber dans le complotisme » ? ça y ressemble fort : « derrière ce sympathique camelot, il y a des forces discrètes »… Sans parler du choix des noms des soutiens cités… alors qu’il y en a tant d’autres (cf. article du Figaro du jour).

    Macron est le seul homme politique, avec Fillon, à assumer une dose de libéralisme, et on ne va pas sans plaindre. L’aventure n’ira sans doute pas loin, sans grand parti avec lui, mais il aura le mérite de perturber le jeu qui, sans lui, nous promet pour têtes d’affiches Hollande, Sarkozy, Le Pen, qui sont les 3 personnalités politiques dont les Français en réalité veulent le moins.

    • s’en* plaindre (sorry)

      • Pensez-vous réellement que le théâtre politique que nous avons devant les yeux traduit réellement ce qui se passe? Lisez par exemple « Circus politicus » ou les ouvrages de Pierre Hillard…

    • « …sans tomber dans le complotisme…. »
      Y a un joli mot pour ça : prétérition (genre je voudrais pas dire du mal de X mais…)

      Sinon ça faisait un moment qu’il faisait le buzz Macron. Ce qui m’étonne surtout c’est qu’on disait qu’il n’avait pas de réseau politique et était donc voué à l’échec, mais il semble que si, on ne devait voir que le sommet de l’iceberg. A voir maintenant ce qu’il va advenir quand ça va chauffer.

  • Je ne comprends pas. Je découvre contrepoints récemment, et il n’y a pas un article où de la méchanceté, limite de la haine, ne soit ressentie dans chaque article. Quel en est le but? (Je ne parle pas spécialement envers Macron, mais en règle générale)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles