Air Canada : entretien d’avions aux USA, enfin une sage décision !

L’entretien des avions C Series d’Air Canada se fera aux États-Unis, ce qui est une bonne nouvelle : l’objectif de rentabilité économique a primé celui politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Air Canada : entretien d’avions aux USA, enfin une sage décision !

Publié le 27 juillet 2016
- A +

Par Mathieu Bédard, depuis le Québec.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Air Canada : entretien d'avions aux USA, enfin une sage décision !
By: Roderick EimeCC BY 2.0

La maintenance des appareils C Series acquis par Air Canada sera faite aux États-Unis par le constructeur même de ces moteurs alors que la compagnie s’était engagée à faire faire l’entretien lourd au Québec. Certains pourraient voir d’un mauvais œil cette nouvelle. Pour autant, c’est exactement le genre de décision dont le secteur aéronautique canadien a besoin.

Ce qui rend cette décision si particulière, c’est qu’elle a été prise du point de vue de la rentabilité plutôt qu’en accord avec des objectifs politiques. Trop souvent, les constructeurs aéronautiques et les compagnies aériennes canadiennes sont poussés à prendre des décisions qui ne sont pas financièrement viables parce que le gouvernement s’en mêle.

Des aides publiques décisives

L’exemple le plus frappant est bien sûr les avions C Series eux-mêmes. Si on devait retracer la chronologie de toutes les décisions qui ont mené à la conception et à la mise en vente des avions C Series, on s’apercevrait probablement que la possibilité de réclamer des aides aux gouvernements provincial et fédéral a été décisive. Le pari de Bombardier n’a pas tellement été fondé sur le potentiel commercial de ces avions. Il a plutôt découlé de l’étendue de l’intervention du gouvernement dans le secteur de l’aéronautique. Les décisions ne se sont pas faites en fonction de l’économie, mais bien en fonction de la politique. C’est ce genre de décision qui mène aujourd’hui aux difficultés auxquelles Bombardier est confronté et qui menace des milliers d’emplois.

Faire l’ensemble de l’entretien des avions C Series d’Air Canada au Québec aurait aussi été une décision prise en fonction d’un objectif politique plutôt que la réalité économique. L’entreprise américaine qui a été choisie réalise l’entretien de ce type de moteur sur une quantité d’avions beaucoup plus importante que les simple C Series. Sa grande taille lui permet probablement de faire des économies et de faire l’entretien des moteurs pour moins cher que ce que pourrait faire un petit centre d’entretien à Montréal.

À cela viennent s’ajouter les avantages en termes de productivité. Le fait que l’entreprise d’entretien américaine soit l’entreprise même qui a conçu le moteur, d’une part, et qu’elle soit déjà établie, contrairement au centre de Montréal qui reste à créer, lui donne clairement cet avantage en termes de productivité.

Tout cela montre que cette décision est prise sur des bases financières, plutôt que politiques, et c’est une très bonne nouvelle à long terme. Au lieu de créer des emplois en entretien d’avions qui seraient financièrement non viables, la décision d’Air Canada contribuera à sa croissance et permettra, à long terme, de créer d’autres emplois.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Hummm: « L’entretien des avions C Series d’Air Canada se fera aux États-Unis, ce qui est une bonne nouvelle : l’objectif de rentabilité économique a primé celui politique. »

    On devait plutôt lire: « L’entretien des MOTEURS d’ avions C Series d’Air Canada se fera aux États-Unis, ce qui est une bonne nouvelle : l’objectif de rentabilité économique a primé celui politique »

    Pas tout à fait la même chose.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Oliver Rancourt[1. économiste à l’IEDM], depuis le Canada.

Le chancelier allemand Olaf Scholz vient de visiter le Canada pour parler, entre autres, d’importation de gaz naturel canadien vers l’Europe. À la suite de l’invasion de l’Ukraine et des sanctions qui ont suivi, l’Allemagne, qui importait 55 % de son gaz naturel de la Russie en 2021, a dû rouvrir des centrales au charbon et a commencé à chercher d’autres sources d’approvisionnement en gaz naturel.

Bien que cette situation soit difficile pour le public allemand, ce tr... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles